Micro Systèmes n°93 janvier 1989
Micro Systèmes n°93 janvier 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°93 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 182

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : systèmes experts et psychologie cognitive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
IOR A02 CD SETUP A01 A00 ET 3 Décodeur 2 o- Registre Registre CD E N Tampon de r sortie Tampon de sortie DO-D7 pour positionner les éléments matériels à une certaine adresse ou pour utiliser telle ligne d'interruption ou tel canal DMA. Toutes les configurations matérielles sont ici remplacées par des registres configurables par logiciel. Cela évite bien des tracas et désastres lorsqu'on ne sait pas comment faire pour installer une nouvelle carte d'extension. Chacune des cartes insérables dans un connecteur de bus MCA comporte un identificateur unique qui permettra de la reconnaître parmi celles présentes sur ce système. Cet identificateur, attribué par IBM, est effectivement unique parmi 32767 dont la moitié est réservée à IBM. Cela permet un certain nombre de cartes d'extension. 2 Décodeur A02 10W Fig. 5. — Exemple d'implémentation du P05. Registre ident. octet HAUT Registre ident. octet BAS Configuration système Par le biais de fichiers de description de cartes (ADF : Adapter Description File), il est possible au système de créer des données de configuration pour la carte mère et pour les cartes d'extension. Le système commence par lire l'identificateur de la carte, le compare à un fichier descriptif fourni par le constructeur et enfin procède à la configuration. Le résultat de celle-ci est stocké avec l'identificateur correspondant en RAM CMOS sauvegardée par batterie. Ceci permet, à la mise sous tension, de procéder à une configuration automatique du système et de vérifier si rien n'a été changé depuis sa mise hors tension. Si c'était le cas, il serait indispensable de lancer l'exécution des Utilitaires de Configuration Système. ammMI, MMMID MIML UMM » AMRI ».090061i C:1101 -Jf.81a1111M11 4111111.1. « MM +MOIMMP-M.i fflMMIMe orams Imms sl » ms » Le P5/2 8550 de IBM. Le capot enlevé laisse libre accès aux connecteurs MCA de la carte mère. Registres de contrôle de configuration Les registres situés aux adresses d'entrée-sortie 0094H et 0096H servent à valider la partie du système qui doit être sélectionnée pour une configuration. On distinguera trois « régions » principales : — la carte mère sur laquelle se trouvent un certain nombre de périphériques ; — le sous-système VGA ; — les cartes d'entrée-sortie in- 76 — MICRO-SYSTEMES Janvier 1 989
sérées dans les connecteurs du bus MCA. Trois bits contenus dans les registres d'adresse 0094H et 0096H sont destinés à sélectionner chacune de ces régions (tableau 2). Selon la configuration dans laquelle se trouvent ces trois registres, un unique signal CD SETUP servira à distinguer la région à laquelle le processeur s'adresse. Nous examinerons ci-dessous quelques aspects de deux d'entre elles. Les registres de configuration des cartes d'extension et de la carte système se trouvent toutes aux mêmes adresses d'entrée-sortie allant de 100H à 107H. Il ne peut exister de conflit, car chacun des connecteurs MCA dispose d'une ligne individuelle CD SETUP (n), activée lors de la configuration du canal concerné. Le port pilote POS de la carte mère (adresse 94H) et le port pilote POS des cartes d'extension (adresse 96H) contrôlent ces signaux CD SETUP (n) de chaque connecteur du bus. On se sert donc de ces deux ports POS pour sélectionner la zone de 100Hà 107H que l'on voudra configurer. Espace d'adressage POS des cartes d'extension Les registres POS 2 à POS 5 sont d'une utilisation libre aux exceptions suivantes : POS 2-Bit 0 : Lorsque ce bit est à 0, la carte d'extension n'est pas considérée comme étant en service dans le système. La carte ne pourra répondre qu'à des sollicitations de configuration, mais jamais à des cycles de lecture ou d'écriture, et ne pourra pas générer d'interruptions. Si ce bit est positionné, la carte est totalement opérationnelle. POS 5-Bit 7 : Les diverses fonctions mémoire ou entrée-sortie système qui effectuent des tests sur les canaux présents (Channel Check) doivent positionner un indicateur correspondant au canal concerné afin de pouvoir retrouver la source d'éventuelles erreurs. Cet indicateur est le bit 7 de l'adresse 0105H de l'espace POS de chaque canal. Un exemple d'implémentation Janvier 1989 0094H Bit 7 0094H Bit 5 0096H Bit 3 Sélection 0 0 1 0 1 0 1 0 0 Cartes bus MCA Carte mère Sous-système VGA Tableau 2. Adresse Fonction 0100H POS 0 Octet bas de l'identificateur de carte 0101 H P05 1 Octet haut de l'identificateur de carte 0102H POS 2 Octet de donnée 0 0103H POS 3 Octet de donnée 1 0104H POS 4 Octet de donnée 2 0105H POS 5 Octet de donnée 3 0106H POS 6 Octet bas d'un supplément de report d'état 0107H POS 7 Octet haut d'un supplément de report d'état Tableau 3. Bit Fonction 7 Validation du port parallèle en mode étendu 6 Sélection basse de l'adresse du port parallèle 5 Sélection haute de l'adresse du port parallèle 4 Validation du port parallèle 3 Sélection du port série (1 ou 2) 2 Validation du port série 1 Validation de l'interface disquette 0 Validation de la carte mère Tableau 4. matérielle en est donné figure 4. POS 6-Bit 6 : Lorsque ce bit est à 0, cela signifie qu'en retour d'une opération de test sur un canal (Channel Check), un supplément de report d'état est disponible aux adresses 0106H et 0107H de l'espace POS du canal concerné. Lorsque ce bit est à 1, cela indique qu'aucun renseignement supplémentaire n'est disponible. Configuration de la carte mère Concernant la carte mère, le port de configuration POS des diverses entrées-sorties est accessible à l'adresse 0102H. Les bits 5 et 6 autorisent le choix de l'adresse de base du port parallèle qui peut être 0278H, 0378H ou 03BCH, alors que le bit 7 sert à déterminer si ce port sera bidirectionnel ou non. Configuration d'une carte MCA Les étapes principales d'une routine de configuration POS d'une carte d'extension sont globalement les suivantes : 1. Inhiber les interruptions. 2. Sélectionner la carte d'extension (CD SETUP = 0). 3. Lire les ports 0100H et 0101H afin de connaître l'identificateur de la carte. 4. Positionner le port 0102H avec le bit 0 à zéro pour invalider le fonctionnement de la carte et la placer en mode configuration. 5. Ecrire les données POS en 0103H, 0104H et 0105H. 6. Toujours avec le bit 0 à zéro, écrire la donnée POS de l'adresse 0102H. 7. Invalider le mode configuration en écrivant 00 sur le port 0096H. 8. Valider les interruptions. En mode de fonctionnement normal ; l'espace d'adressage POS n'est évidemment pas accessible, et aucune des données de configuration ne peut être modifiée accidentellement. Un certain nombre d'autres fonctionnalités du POS sont implémentées sur les PS/2. Les détailler dans leur intégralité dépasserait le cadre de cet article. La figure 5 illustre une implémentation des registres POS sur une carte MCA. Le partage des interruptions Contrairement à ce que nous avions l'habitude de voir sur les systèmes jusqu'à aujourd'hui, le contrôleur d'interruptions qui équipe le Micro Chanel n'est pas sensible aux fronts montants ou descendants des lignes d'interruption mais à leur niveau logique. Ceci a pour avantages : — une conception matérielle simplifiée ; — une immunité aux transitoires ; — une totale compatibilité avec les logiciels existants ; — la possibilité de mixer ou non le partage d'une même ligne d'interruption pour plusieurs périphériques différents. Ce dernier point pourra paraître consommateur de temps CPU pour des concepteurs soucieux du temps de réponse de la machine. C'est pourquoi il est également possible de configurer une interface non partagée au niveau des interruptions. Ceci veut dire également qu'un registre d'interruption latente est disponible sur la carte, ce qui augmente sa complexité et son coût. De plus, le dispositif interrupteur doit, après avoir été servi, opérer une remise à zéro de la ligne à laquelle il est relié et repositionner convenablement son registre d'interruptions (fig. 6). Le contrôleur central d'arbitrage de bus Nous ne détaillerons pas ici les mécanismes du CACP pour des raisons de place mais nous examinerons son rôle et ses principales attributions. Le CACP procure à des sous-systèmes « intelligents » la possibilité de se partager les ressources du système et de le contrôler. Il autorise principalement des transferts de données en rafale et un arbitrage de priorités entre des interfaces diverses. Il supporte jusqu'à 16 niveaux d'arbitrage. Pour assurer ce genre de services, une logique d'arbitrage effectue la gestion des signaux PREEMPT, ARB/GNT, BURST et ARBO à ARB3. Le mécanisme est le suivant. Le dispositif désirant une utilisation privée du bus active le signal PREEMPT. Le CACP MICRO-SYSTEMES — 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 182