Micro Systèmes n°93 janvier 1989
Micro Systèmes n°93 janvier 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°93 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 182

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : systèmes experts et psychologie cognitive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
CONNECTEURS MCA CHRDYRTN Lignes CD CHRDY (n) Lignes CD DS16 (n) LJ ET NON OU CD DS16RTN Fig. 3. Lignes de retour CD DS et CHRDY. M 10 50 51 FONCTION 0 0 0 Réservée A 0 0 1 Ecriture E/5 0 1 0 Lecture E/5 0 Réservée B 1 0 0 Réservée C 1 0 1 Ecriture mémoire 0 Lecture mémoire 1 Réservée D Tableau 1. Décodage des états de cycles mémoire et E S. fert de données (lecture ou écriture), CMD a pour rôle de signaler la validité des données présentes sur le bus de données. IRQ 3 à 7, 9 à 12 et IRQ 14. Dix lignes d'interruption destinées à signaler au processeur système qu'un canal d'entrée-sortie émet une requête de service. La priorité de prise en compte de ces signaux est la suivante (en priorité décroissante) : IRQ (9-12, 14, 3-7). Plusieurs canaux peuvent se partager un même niveau de priorité. Ces lignes sont évidemment gérées en collecteur ouvert. Les signaux spécifiques MCA La carte Rio Grande de PBN. Un modem/Fax exploitant le bus MCA. CD SFDBK (n). C'est par cette ligne, spécifique à chacun des connecteurs, qu'une carte va signaler sa présence au système. Ce signal est activé par la logique du décodage d'adresses des périphériques de la carte. Il peut être utilisé à la configuration du système ou à la détection de conflits d'adresse pouvant survenir lorsque plusieurs cartes sont présentes sur le bus. CD SFDBK doit être activé pour toute transaction avec les éléments du canal correspondant au connecteur, à l'exception d'une transaction de configuration (voir CD SETUP). CD CHRDY (n). Canal Prêt. Normalement actif (Prêt), ce signal est inactivé par une carte de façon à étendre le temps de réponse à une requête en provenance du système. Pour une opération d'écriture, le canal peut également se servir de CHRDY pour demander une seconde tentative d'écriture si la première n'a pas abouti correctement. CD CHRDY ne doit pas rester inactif plus de 3 ms. CHRDYRTN. Intimement lié au précédent, CHRDYRTN est un retour vers le bus de CD CHRDY destiné à d'éventuels canaux maîtres (fig. 3). ARBO-ARB3. Niveaux de priorité d'arbitrage de bus. Il s'agit d'un bus 4 bits véhiculant une donnée (0 à 15) signifiant une priorité d'accès au bus. Chacun des canaux présents susceptibles de disposer du bus auront à déposer sur ces lignes le niveau de priorité qui leur est assigné. Le niveau 0 a la priorité la plus grande et le 15 la plus faible. ARB/GNT. Lorsque ce signal est haut, il indique qu'un cycle d'arbitrage est en cours de déroulement. Son passage à l'état bas signifie au canal ayant bénéficié (en fonction de son niveau de priorité) de la disponibilité du bus que ses transactions peuvent commencer. ARB/GNT est piloté par une logique dénommée CACP (Central Arbitration Control Point) et située sur la carte mère. PREEMPT. C'est par PREEMPT qu'un canal va signaler au système son intention de disposer du bus pour une transaction. Cette ligne, surveillée par le CACP, va provoquer un cycle d'arbitrage de bus. Tant qu'un canal restera en attente d'une requête de l'utilisation du bus, il maintiendra PREEMPT actif. Pour cette raison, cette ligne est pilotée en collecteur ouvert. BURST. Ce signal, partagé par les canaux susceptibles de prendre contrôle du bus, est activé par ces derniers de façon à signaler au CACP que la transaction est toujours en cours de déroulement et qu'il s'agit d'une transaction en rafale. BURST est activé dès l'instant où le CACP a donné au canal l'accès au bus demandé et il est désactivé durant le dernier cycle de transfert. TC. 74 — MICRO-SYSTEMES Janvier 1989
Terminal Count. TC génère une impulsion à destination du canal qui a sollicité un cycle DMA pour lui indiquer que le transfert demandé se termine. TC est activé par le contrôleur DMA, et ceci seulement durant les opérations DMA. CD SETUP (n). Cette ligne, spécifique à chacun des connecteurs du bus, est activée par la carte mère pour des opérations de configuration ou de correction d'erreurs. Lorsque CD SETUP est actif, le canal concerné est sélectionné ; son espace de configuration est accessible par des opérations d'entréesortie. CHCK. Ce signal, lorsqu'il est activé, annonce la détection d'une erreur grave (parité par exemple) pouvant mettre en péril la continuation des opérations du système. CHCK restera actif tant que la procédure de traitement de l'interruption CHCK ne l'aura pas désactivé. AUDIO. Comme son nom l'indique, cette ligne est destinée à véhiculer un signal audio en provenance d'un canal vers un autre canal ou vers l'électronique de restitution audio du système. La bande passante de AUDIO va de 50 Hz à 10 kHz à ± 3 dB pour un niveau de bruit de 50 mV crête à crête au maximum. AUDIO GND. Ligne de masse de retour pour la ligne AUDIO. OSC. Oscillateur. Un signal d'une fréquence de 14,31818 MHz à ± 0,01% est disponible sur cette ligne. CHRESET. Ce signal réinitialise tous les canaux du système et peut être activé de façon logicielle. REFRESH. L'activité de REFRESH indique qu'une opération de rafraîchissement des mémoires est en cours de déroulement. A ce moment, les lignes AO à A9 véhiculent l'adresse de rafraîchissement de RAM dynamiques. Signaux de l'extension vidéo Cet ensemble de signaux, sur lesquels nous ne reviendrons pas dans cette partie, est Janvier 1989 Test canal DO7 D Clear lOW ET CLK Décodeur 0105 H SET CD SETUP Reset canal Fig. 4. - Implémentation de l'indicateur d'activité. destiné à permettre à des cartes d'extension (une par système) de piloter les étages de sortie de la carte VGA intégrée à la carte mère et ainsi de modeler à façon l'affichage de données sur écran. VSYNC. Signal de synchronisation image de la logique de visualisation de la carte mère (voir ESYNC). HSYNC. Signal de synchronisation ligne de la logique de visualisation de la carte mère (voir ESYNC). rera l'enregistrement et la conversion des données PO-P7 en un signal vidéo (voir EDCLK). ESYNC. Ce signal, lorsqu'il est actif, permet à la sortie vidéo VGA de la carte mère d'être pilotée non plus par l'ensemble VGA mais par le canal d'extension vidéo. EVIDEO. De même que pour ESYNC, EVIDEO passe le contrôle du convertisseur vidéo au canal d'extension vidéo. ‘‘ L'espace mémoire adressable peut aller jusqu'à 4 giga-octets pour l'extension 32 bits.//BLANK. Ce signal est relié à l'entrée BLANK du convertisseur numérique analogique de sortie vidéo. Lorsqu'il est activé par un canal, le signal vidéo est inhibé (voir ESYNC). P7-PO. Il s'agit là d'un bus de huit bits contenant l'information vidéo sous forme digitale (celle destinée au convertisseur) de la sortie VGA. C'est par ce bus que des canaux à vocation d'affichage vidéo pourront véhiculer l'information de chaque pixel à destination de la sortie vidéo de la carte mère (voir EVIDEO). DCLK. Horloge pixels. C'est au front montant de ce signal que le convertisseur vidéo démar- EDCLK. Là également, l'horloge de conversion des données PO à P7 devient subordonnée au canal d'extension vidéo. Signaux 32 bits Cet ensemble de signaux représente l'extension du bus à 32 bits. Si les signaux 16 bits que nous venons d'examiner sont semblables à ceux du 80286, ceux de l'extension 32 bits s'apparenteront beaucoup à ceux du 386. Citons notamment les lignes A24 à A31 pour le bus d'adresses, D16 à D31 pour les données, BEO à BE3 pour la sélection des banques mémoires (fig. 1). Le signal TR32 (Translate 32), combiné avec ET IOR CD DS 32, sert à determiner si une adaptation de bus est nécessaire dans le cas d'un transfert 16 vers 32 bits ou vice versa. Sur les canaux 32 bits, un connecteur de 8 broches remplace l'extension vidéo et véhicule un ensemble de signaux de gestion des cycles de bus. Le Micro Channel peut faire des accès mémoire à deux vitesses différentes : l'une correspondant au cycle de base (187,5 nS pour 16 MHz), l'autre correspondant à un cycle adapté à la mémoire à laquelle on accède (Matched Memory Cycle : 250 nS). Le choix est déterminé par la logique de la carte adressée. Si un cycle adapté est requis, le canal active alors la ligne MMCR, et le système répond en activant MMC (ce qui indique que le maître du bus fait des accès en cycles adaptés) et MMC CMD au lieu de CMD pour un cycle de base. Ce mécanisme permet d'adapter les vitesses de transfert des données entre cartes mémoire d'extension et processeurs maîtres, point qui ne semble pas être le plus fort du bus MCA. Le POS : Programmable Option Select Le POS est un mécanisme matériel et logiciel destiné à éviter à l'utilisateur de se soucier des configurations à mettre en place sur la carte mère et sur les différentes cartes d'extension. Ce système, que l'on retrouve sur certains bus du marché, remplace avantageusement tous les interrupteurs et pontages nécessaires MICRO-SYSTEM ES - 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 182