Micro Systèmes n°93 janvier 1989
Micro Systèmes n°93 janvier 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°93 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 182

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : systèmes experts et psychologie cognitive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
Cogniticien : quel avenir dans la profession ? Certains s'interrogent aujourd'hui sur la nécessité ou l'avenir du métier d'ingénieur de la connaissance. Deux discours font usage : « les experts sont tout à fait capables de transférer directement leur connaissance dans le système informatique » et « les cogniticiens n'ont souvent aucune notion du domaine d'expertise et ralentissent d'autant le développement des applications système expert ». Ces deux discours, « l'expert cogniticien » ou « le cogniticien expert », ne sont malheureusement pas très réalistes. En effet, l'expert n'a souvent pas de temps à consacrer à une formation de base à l'intelligence artificielle ou aux systèmes experts (en général, il n'a déjà pas le temps nécessaire à consacrer au développement d'une application). De plus, pour garantir une certaine efficacité dans la phase d'extraction de la connaissance (voir les articles) ainsi que pour assurer une certaine homogénéité du niveau de compétence de l'application, le rôle miroir joué par le cogniticien semble tout à fait capital. D'autre part, le marché des systèmes experts a été jusqu'à présent trop petit pour qu'une véritable spécialisation des cogniticiens se fasse sur un domaine particulier. Les sociétés de services qui proposent des prestations de développement d'application montrent d'ailleurs à travers leurs références une grande diversification dans les domaines traités. Mais cette interrogation sur la nécessité et la viabilité de la fonction de cogniticien peut avoir des réponses plus nuancées. Il semble en effet que la tendance actuelle soit de développer à l'intérieur même de certaines grosses entreprises des centres de compétence en intelligence artificielle qui ont alors au minimum la culture de l'entreprise ainsi que des connaissances de base sur son métier. Parallèlement, certaines sociétés de service cherchent à se centrer sur un marché (industrie, banque, constructeurs...). A défaut de cogniticien expert, on cherche au moins à proposer des cogniticiens avertis. A l'autre extrémité du problème, on voit se développer des thèmes de recherche sur l'acquisition automatique des connaissances, la machine ayant alors pour vocation de remplacer l'ingénieur de la connaissance. Le système le plus représentatif de cette approche est sans doute ETS (Expertise Transfer System) développé par Boose chez Boeing. Bien qu'il ne remplace pas encore complètement le cogniticien, ce système, au dire de son auteur, permet de gagner en moyenne entre trois et cinq mois de développement sur des applications de type classification. La tendance générale du monde informatique a toujours été d'automatiser certaines tâches humaines. Après l'automatisation des comportements experts, pourquoi pas l'automatisation des tâches d'ingéniérie de la connaissance ? Mais gageons que le métier de cogniticien a encore de belles années devant lui. La distance entre V1 et V2 est : 1+0+1+1+0+0+0+2+0 = 5 (et est égale à la distance entre V2 et V1). A partir du tableau de distances, on crée un arbre en utilisant une des méthodes suivantes : jointure minimale, jointure maximale ou jointure moyenne. Pour la jointure minimale : On repère dans le tableau les éléments liés avec la distance minimale. 56 - MICRO-SYSTEMES Dans l'exemple, ces éléments sont V2 et V6 et la distance est 1. Les éléments sont alors remplacés dans le tableau par l'ensemble qu'ils forment : dans l'exemple {V2, V6}. La distance entre cet ensemble et un élément du tableau est alors calculée comme le minimum des distances (d'où le nom de jointure minimale) entre cet élément et chacun des éléments de l'ensemble. Dans l'exemple, la distance 8/\2 Sp Ne Es Ma 3 4 Co Ha Si Fig. 8. — Représentation, sous forme d'arbre, des liens entre les caractéristiques utilisées par l'expert dans son domaine connaissance. entre {V2, V6} et V3 est Min (12,13) = 12. On obtient alors un nouveau tableau (voir fig. 6) sur lequel on réapplique l'ensemble de l'opération. Le résultat obtenu est alors représenté par un arbre ordonné (voir fig. 7). Pour l'étude des caractéristiques, le principe est le même que dans le cas des objets, bien que la distance entre deux caractéristiques soit un peu moins immédiate à calculer (fig. 8). Les résultats sont présentés à l'expert et discutés. Les commentaires peuvent aboutir à l'ajout de nouvelles caractéristiques ou de nouveaux objets. Les résultats servent aussi de base à l'identification de réseaux de relations parmi les caractéristiques ou les éléments isolés. Ainsi, cette nouvelle technique permet à l'ingénieur de la connaissance d'accéder à certaines facettes du savoir de l'expert de façon rapide et sûre. Conclusions Bien d'autres techniques sont aujourd'hui à la disposition des ingénieurs de la connaissance. On peut citer les questionnaires, l'analyse de protocole, l'interview structurée, la comparaison expert/novice, etc. Ces techniques, encore trop souvent méconnues, ont déjà permis de développer des applications, notamment aux Etats-Unis, en des temps très courts (75% à 50% du temps de développement classique) et donc à moindre coût. J.H. Boose (Boeing), par exemple, parle de plus de cent systèmes de classification développés en utilisant principalement la technique de Personal Construct Theory. R. Hoffmannpratique principalement l'analyse de protocole et des techniques de contraintes de problèmes pour développer ses applications. De plus en plus de ponts, d'autre part, s'établissent entre les chercheurs de la psychologie cognitive et l'industrie des systèmes experts : citons les noms de A. Newel, J. Reitman, D. Berry, etc., qui adaptent certaines de leurs techniques aux besoins des développeurs d'applications. Les coûts « software » de réalisation des systèmes experts sont donc à la baisse et, souhaitons-le, seront un jour comparables à ceux des développements dits « classiques ». Ainsi, après une première phase de tâtonnement au sortir du monde de la recherche, le domaine des systèmes experts acquiert de plus en plus de technicité. On discerne de mieux en mieux ses racines informatiques profondes et les éléments qui en font une technique différente. L'ingéniérie de la connaissance se définit de plus en plus clairement comme une spécialité du monde informatique, avec ses règles propres, ses méthodes, ses outils. J.-F. Gallouin Janvier 1989
La révolution Atari, c'est de mettre cette arme aux mains du plus grand nombre. SOLUTION COMPLETE DE MICRO-EDITION ATARI CONFIGURATION : Ordinateur Atari Méga ST4 - Disque dur - Imprimante laser Atari. LOGICIEL : Logiciels de P.A.O. et de traitement de texte. FORMATION : 2 jours de formation à la micro-édition - Assistance téléphonique. MAINTENANCE : Maintenance sur site d'un an. L'ENSEMBLE 29900 F11T/Pour tous renseignements, téléphonez au 45 06 31 31 ou envoyez votre carte de visite à : Atari France, 9, rue Sentou, 92150 Suresnes. * Prix publics conseillé 35 462 F TTC. SERVICE LECTEURS N" 264 ATARI LE FASCINANT POUVOIR DE L'ARME INFORMATIQUE. AL ATARI



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 182