Micro Systèmes n°93 janvier 1989
Micro Systèmes n°93 janvier 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°93 de janvier 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 182

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : systèmes experts et psychologie cognitive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 128 - 129  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
128 129
Si le contrôle numérique débute dans les années 50, permettant d'accroître la productivité en nourrissant des ordinateurs avec des données définissant des éléments à fabriquer, les robots quant à eux ne sont venus que plus tard. La première génération de robots, dans les années 70, portait le nom de UTD (Universal Transfer Device) et consistait essentiellement en bras mécaniques. Ils étaient sourds et aveugles. Ils manquaient de cette souplesse que les Américains nomment « flexibilité ». Ils permettaient de peindre et de souder. La deuxième génération de robots est capable de voir et de toucher. Elle devient apte à des opérations plus complexes : manipuler des pièces, même si ces dernières ne sont pas à l'origine disposées convenablement. Ils peuvent par exemple réaliser des opérations visuelles de contrôle-qualité. La troisième génération, qui commence à remplacer la seconde, dispose déjà de ce qu'on pourrait appeler du bon sens, c'est-à-dire qu'elle peut déjà réaliser des inférences (déductions ou inductions). Elle permettra de construire les Contrôle numérique : les trois générations de robots robots largués par les sondes d'exploration spatiale, comme ceux du projet Mars Rover, qui devront rester autonomes pendant un an sur la planète Mars en prélevant des échantillons qui seront ensuite ramenés sur Terre. Cette notion d'autonomie emprunte beaucoup aux concepts de l'intelligence artificielle. Si le robot s'engageait par mégarde sur une pente glissante, il devrait prendre luimême immédiatement la décision de s'arrêter. L'aller-retour des ondes radio Mars-Terre-Mars prend en effet au moins six minutes (l'éloignement Terre-Mars varie de 56 à 400 millions de km selon l'orbite). Et on n'envoie pas à grands frais un robot à des centaines de millions de kilomètres pour le voir finir en petit tas lamentable au fond d'une crevasse, satisfait cependant d'avoir posé la bonne question. Les principaux concepteurs Les gros systèmes de CAO/FAO, logiciel et matériel, sont diffusés par quelques leaders parmi lesquels IBM (21% des ventes en 1985), Intergraph (15%), Computervision (12%), Calma, Mc Auto (Mc Donnell Douglas Automation), Daisy Systems, Mentor Graphics, Prime Computer, Control Data, Applicon (Schlumberger), Appolo et Sun. Ils sont concurrencés depuis peu par des outsiders de plus en plus puissants, issus entre autre de l'image de synthèse, et travaillant de plus en plus pour le monde scientifique, tels Alliant ou Ardent, auxquels il faut ajouter Silicon Graphics, Pixar, HP, DEC, etc. Afin d'augmenter leur impact, ces sociétés nouent des alliances avec le monde de l'industrie. C'est le cas de DEC, qui a développé ses dernières stations en collaboration avec Evan & Sutherland. Au niveau des postes de travail et des stations individuelles, les équipements à base de PC 286 et 386 se multiplient. Ils pourraient bien rapidement dominer le marché, d'autant que bon nombre des logiciels dont il dispose proviennent d'une traduction ou d'une adaptation de logiciels haut de gamme vendus de dix à vingt fois plus chers. Dans une configuration de CAO, les périphériques constituent souvent la moitié de l'investissement initial//l'industrie puisqu'ils permettent de produire des petites sériespersonnalisées au même prix (ou presque) que les grosses séries qui appuyaient leur faible prix de revient sur des économies d'échelle. Mais 1, l'automatisation lourde empêchait d'obtenir la souplesse aujourd'hui atteinte par% 0 les rares FMS actuellement en service dans le monde. L'usine de Fanuc (filiale de Fu- jitsu), située près du mont Fuji, n'emploie que 100 personnes pour réaliser une production industrielle évaluée à un prix de revient dix fois supérieur et qui emploierait normalement près de 1000 ouvriers. L'usine Yamazaki, qui a coûté 20 millions de dollars, près de Nagoya, emploie 12 ouvriers et 1 gardien de nuit là où il fallait auparavant 215 ouvriers et quatre fois plus de machines. Il suffit de trois jours dé- 128 — MICRO-SYSTEM ES La CFAO s'est toujours développée en priorité dans les grands centres de recherche et chez les avionneurs, tels Hugues Aircraft, Evans & Sutherland, Boeing et la NASA. sormais pour réaliser un travail qui voici quelques années exigeait encore trois mois. Ce qui est à la fois nouveau et capital pour l'avenir, c'est que la CAO/FAO, grâce aux FMS, peut désormais accélérer de façon révolutionnaire le temps qui s'écoule entre la conception, le prototy- page (souvent réalisé de façon virtuelle à l'intérieur de l'ordinateur) et la phase de production industrielle. Reste à savoir si ces mutations qui sont en cours actuellement mériteront, pour les historiens, le label de Renaissance... Jacques de Schryver Janvier 1989
La CAO-DAO haut de gamme sur PC Arris (Sigma Design $ 3 850 et 9 L'ancêtre, rebaptisé CAD Solutions, puis de nouveau Arris, a bénéficié d'une évolution constante à l'aide de ses clients. Destiné aux architectes, il fonctionne sous Xenix. Le langage de commandes SIG- MAC est fortement recommandé en complément (voir PC Magazine V7, no 14, août 1988). Multitâche, paramétrable, il jouit outre- Atlantique d'une forte popularité auprès des architectes pour lesquels il a été spécialement conçu. Il fonctionne avec des données de 32 bits. Sa dernière version date de septembre 1988. AutoCAD ($ 2 850 et +) Référence : 100 000 utilisateurs, 130 clubs d'utilisateurs. Sa version 9 fonctionne sous Windows. Elle supporte le VGA et l'adaptateur haute résolution 8514/A. Fonctionne sous DOS, Sun, Apollo, DEC, etc. Les dossiers créés à partir d'AutoCAD 9 sont transportables d'une machine à l'autre. Sur PC AutoCAD, est livré avec 10 disquettes et il exige au moins 1,5 Mo. C'est, nous disent les statistiques américaines, le plus utilisé dans les 500 premières compagnies de la liste Fortune. Cadkey (Cadkey Inc., $ 3 195 et +) Véritable logiciel 3D, Cadkey est destiné en priorité au dessin industriel. Il est livré avec 10 disquettes. Ses aptitudes au 3D solid modeling constituent son point fort. Ses aides en ligne sont particulièrement étudiées. Il dispose de déjà 40 000 utilisateurs. CADmax 3D (Vector Automation, $ 3 950) Conçu pour le dessin industriel, il fonctionne sous DOS et sur 286 et 386. Il utilise le mode protégé du 80386. Il est enrichi par différents modules de traitement des surfaces. Avec son mode d'emploi de 1 600 pages bien indexé et son bulletin Cadmax tips (tips signifie trucs, tuyaux) il fait partie des packages très bien documentés. Son point fort : le traitement de très grands formats de dessin. CADvance (Isicad, $ 2 795) Logiciel souple pour le dessin industriel et l'architecture. Il ne possède pas de vrai 3D mais convient bien au 2D pour lequel il constitue un bon choix. Janvier 1989 o E Ce travail d'architecte en vrai 3D a été présenté au Siggraph d'Atlanta à titre de démonstration. DataCAD (Microtecture Corp., $ 3 195) Destiné en priorité pour le travail de l'architecte, il comportait encore quelques bugs du type « Fatal Error » dans sa version 3.5 qui est donc à éviter. La version actuelle (3.6) semble avoir évité ce défaut. Il s'enrichit d'un Application Language intéressant. Sa documentation est parfois un peu insuffisante. Drawbase (Skok Systems, $ 4 995) Package relativement complet pour architectes, livré sur 12 disquettes. Son premier module 3D (version 1.04) ne permet que le fil de fer. La hotline de ce programme spécifique pour les architectes semble très bien faite. FastCAD (Evolution Computing, $ 2 995) Le produit le plus rapide du marché. Exclusivement 2D, bien écrit et documenté, il permet par sa philosophie ouverte, d'ajouter des modules réalisés par les utilisateurs ou les sociétés de service. MicroStation (Intergraph Corp., $ 2 995) Ce package comprend 80% des possibilités proposées par Intergraph Corp. dans ses packages pour gros systèmes et stations graphiques. Ses modules 3D manquent cependant de certains fonctionalités indispensables à un 3D poussé. Personal Designer (Computervision Corp., $ 9 000) Programme 3D conçu pour le dessin industriel type fil de fer. Ses macro-instructions sont très puissantes. Il possède en outre un langage de programmation : Personal Designer User Programming Language. RoboCAD (Robo Systems Corp., $ 2 000 + $ 1 500 pour Robosolid) Fonctionnant à base d'icônes et de fenêtres (indépendamment de Windows), ce programme est accompagné par le module Robosolid qui donne accès à la conception 3D. Son point fort réside dans son interface utilisateur très conviviale. VersaCAD Design ($ 2 995) Fonctionne sous DOS ou sous Unix. Exige 6 Mo de mémoire disque. Permet de travailler en 2D et 3D. Il est réputé complexe mais puissant. Le module 3D est peut-être le plus facile à utiliser du marché. MICRO-SYSTEMES — 129



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 93 janvier 1989 Page 182