Micro Systèmes n°51 mars 1985
Micro Systèmes n°51 mars 1985
  • Prix facial : 24 F

  • Parution : n°51 de mars 1985

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 246

  • Taille du fichier PDF : 212 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur le programme Esprit.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
6 MSX AU BANC D'ESSAI n des atouts fondamentaux des ordinateurs au standard MSX est sans nul doute la compatibilité annoncée. Et les nombreuses obligations imposées par la norme ont pour but essentiel de la préserver. Mais, malgré les similitudes observées sur les différents micro-ordinateurs de notre essai, on peut s'interroger sur l'étendue de cette compatibilité. Peut-on affirmer que tout périphérique ou tout logiciel MSX fonctionne sur tout ordinateur conforme à cette norme ou annoncé comme tel ? Les différents essais n'ont bien sûr portés que sur les 6 micro-ordinateurs dont nous disposions. Au niveau logiciel  : un bilan globalement satisfaisant Les cas de non-compatibilité de programmes en ce qui concerne les ordinateurs conformes au standard MSX ne peuvent essentiellement être dus qu'à des différences au niveau des logiciels de base implantés sur les différentes machines. En ce qui concerne la programmation en Basic, force est de reconnaître que la portabilité est totale car les langages Basic que l'on retrouve sur les différents appareils sont exactement similaires. Un premier souci est donc écarté  : les programmes écrits en langage Basic pour les ordinateurs MSX et publiés dans les revues spécialisées, seront utilisables sur toutes les machines conformes à la norme, et ce, sans qu'aucun travail de transcription ne soit requis. Autre point de satisfaction, une absence de compatibilité ne peut être due à des différences au niveau des routines de sauvegarde ou de chargement sur cassette  : celles-ci sont identiques sur les ordinateurs MSX. Cette constatation a été confirmée par la pratique  : les programmes sauvegardés sur cassette à partir d'un ordinateur se rechargent sans aucun problème sur un autre, et la cassette de démonstration fournie avec le Yeno fonctionne parfaitement sur les autres MSX, du moins, ceux dont la capacité mémoire est suffisante. Car le problème est en partie là ; certains des programmes commerciaux stockés sur cassette nécessitent une configuration mémoire supérieure aux 12 Ko de RAM observés. Dans ce cas, à moins de recourir à l'achat d'une extension, une partie de la bibliothèque de programmes risque d'être interdite aux possesseurs des appareils concernés. Signalons toutefois que cette question ne se pose pas pour les programmes fournis sur cartouche, qui sont stockés sur des mémoires mortes. Mais à ce niveau, on peut observer une autre difficulté, car les logiciels stockés sur cartouche (et bien souvent aussi sur cassette) ne sont pas écrits en Basic mais en langage machine. Théoriquement, on pourrait envisager d'éventuels inconvénients, car le contenu des ROM équipant les ordinateurs conformes à la norme MSX n'est pas constant. Mais il serait étonnant que ces quelques différences entraînent des incompatibilités. En effet, d'importantes précautions ont été prises lors de l'écriture des programmes (utilisation des routines BIOS) qui réduisent considérablement les dangers. De plus, il est à remarquer que les variations observées au niveau des ROM ne reflètent pas nécessairement la présence de routines différen- tes mais essentiellement l'existence de tables de données non identiques. La configuration clavier est, par exemple, projetée en ROM, ce qui est cause de disparité entre les machines dont le clavier est au standard français et celles qui sont conformes à la norme anglosaxone. Les logiciels que nous avons pu essayer ont d'ailleurs confirmé l'étendue de la compatibilité  : il n'y a jamais de « plantage » spectaculaire et le programme fonctionne convenablement. Les seules différences que nous ayons pu observer étaient minimes. Par exemple, l'utilisation du jeu Hyper Olympic se fait partiellement à l'aide de la touche Z pour les possesseurs de clavier Qwerty et avec la touche W pour ceux qui disposent d'un clavier Azerty. Ceci est tout à fait explicable dans la mesure où le codage interne d'une touche n'est pas fonction du caractère qu'elle génère, mais de sa place sur le clavier (W et Z occupent la même place selon le standard auquel est conforme le clavier). Cette caractéristique n'est pas du tout gênante dans un tel type de logiciel, mais pourrait l'être beaucoup plus dans le cas d'un logiciel de traitement de texte (nous n'avons malheureusement pas pu en faire l'essai). Signalons également le cas, un peu plus grave, du Philips VG 8000 où les touches Z et S étaient inopérantes bien que le clavier soit de type Qwerty, au profit des touches 5 et >. Cette différence ne s'explique pas simplement et est donc un peu plus inquiétante que dans l'exemple précédent. Comme nous avons pu le voir, aucune incompatibilité essentielle n'a été observée. Il n'est donc pas réellement abusif de parler de compatibilité totale au niveau logiciel. La prudence recommande tout de même, lorsque c'est possible, l'essai d'un logiciel avant son achat. Périphériques  : attention aux exclusivités Il est toute une série de périphériques dont la compatibilité ne devrait poser aucun problème ; ce sont les périphériques de base. C'est-à-dire ceux dont la possibilité de connection a été prévue par la norme MSX pour tous les ordinateurs conformes au standard. Il ne devrait donc y avoir aucun inconvénient en ce qui concerne l'imprimante, le lecteur de disquettes et autre crayon optique, ce qui est déjà très important. Nous avons toutefois pu observer deux limites à la compatibilité. La première est sans suite mais tout de même significative  : les câbles Péritel ne sont pas interchangeables (l'ordinateur Yeno ne pouvait par exemple fonctionner avec aucun des câbles livrés avec les autres ordinateurs). La seconde est beaucoup plus lourde de conséquences  : le synthétiseur Yamaha ne peut pas se connecter directement sur un autre MSX. Et cette politique d'exclusivité risque de se poursuivre. Car si un constructeur indépendant a tout intérêt, pour toucher un plus large public, à produire des périphériques compatibles avec tous les ordinateurs conformes au standard, il n'en est pas de même de celui qui produit des micro-ordinateurs MSX, pour qui l'exclusivité des périphériques constitue un moyen de promouvoir sa machine. C'est de bonne guerre mais l'utilisateur a tout à y perdre. ■ E. Sander 96 — MICRO-SYSTEMES Mars 1985
LE PRIX DE SA LIBERTE  : t• ; l\a.-\,, 1490r * *1.490 F TTC + 40 F de port. Brisez les chaînes de votre ordinateur et ouvrez-le au MODEM DIGITELEC DTL 2000 monde extérieur. Le modem DIGITELEC DTL 2000 vous permettra l'accès aux réseaux nationaux ou internationaux, aux banques de données, aux centres de calcul et de traitement de l'information qui y sont raccordés. Le modem DTL 2000 s'adapte directement sur votre micro-ordinateur. Il est connectable directement pour Apple II E et + (logiciel sur disquette), Commodore 64 et Oric (logiciel sur cassette) et une sortie RS 232 C pour les autres ordinateurs (sans logiciel). Il est entièrement modulable  : plusieurs cartes modem, suivant le type de communications souhaité, ainsi que de nombreuses options, vous sont proposées. Le modem DTL 2000 comprend suffisamment de connecteurs d'extension pour satisfaire tous vos besoins. Conçu comme un véritable gestionnaire de communications, il comporte donc, et cela en standard, les dispositifs permettant la réponse automatique (détection de sonnerie) et la composition des numéros. En outre, le modem DTL 2000 étant entièrement programmable depuis votre micro-ordinateur, vous pouvez utiliser et combiner vous-même toutes ses possibilités.• Alimentation secteur 220 V FICHE TECHNIQUE• Connexion directe sur votre micro-ordinateur comme sur votre ligne téléphonique  : e e- les câbles et connecteurs vous sont fournis.• Logiciel d'utilisation également fourni (cassette ou disquette suivant le type e Je vous commande le modem DTL 2000  : de micro-ordinateur). e E avec carte modem DTL V 23  : 1 490 F TTC (+ port 40 F)• Carte modem DTL V 23  : 1200/75 bauds full-duplex, permet l'accès à tous E avec carte modem DTL plus  : 1 990 F TTC (+ port 40 F) les services Vidéotex (Télétel,...). 1200/1200 bauds half-duplex, pour la e Précisez l'interface souhaité  : communication entre deux micro-ordinateurs et le téléchargement.• Carte modem DTL plus  : mêmes possibilités que la carte DTL V23 +/D Oric ❑Il Apple II E ❑D Commodore 64 ❑D RS 232 C (sans logiciel) 75/1200 bauds full-duplex (serveur Videotex) + 300 bauds full-duple>, NOM  : Prénom (V21) pour l'accès au réseau transpac. Mode appel et réponse. Adresse• 5 connecteurs d'extension.• Indications visuelles de l'état de la ligne et de la trans- e e Cl Règlement par CCP ou chèque bancaire joint à la commande. mission des données. ❑ Règlement à la livraison (+ taxe de contre-remboursement).• Composition des numéros et détection d'appel e A retourner à DIGITELEC INFORMATIQUE directement accessibles depuis votre micro- Parc Club Codera ordinateur Avenue J.-F.-Kennedy 33700 MERIGNAC, Tél. (56) 34.44.92 SERVICE-LECTEURS N°118 BIM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 1Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 2-3Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 4-5Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 6-7Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 8-9Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 10-11Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 12-13Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 14-15Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 16-17Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 18-19Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 20-21Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 22-23Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 24-25Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 26-27Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 28-29Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 30-31Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 32-33Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 34-35Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 36-37Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 38-39Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 40-41Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 42-43Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 44-45Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 46-47Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 48-49Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 50-51Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 52-53Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 54-55Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 56-57Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 58-59Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 60-61Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 62-63Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 64-65Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 66-67Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 68-69Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 70-71Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 72-73Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 74-75Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 76-77Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 78-79Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 80-81Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 82-83Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 84-85Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 86-87Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 88-89Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 90-91Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 92-93Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 94-95Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 96-97Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 98-99Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 100-101Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 102-103Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 104-105Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 106-107Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 108-109Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 110-111Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 112-113Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 114-115Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 116-117Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 118-119Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 120-121Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 122-123Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 124-125Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 126-127Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 128-129Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 130-131Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 132-133Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 134-135Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 136-137Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 138-139Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 140-141Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 142-143Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 144-145Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 146-147Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 148-149Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 150-151Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 152-153Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 154-155Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 156-157Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 158-159Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 160-161Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 162-163Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 164-165Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 166-167Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 168-169Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 170-171Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 172-173Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 174-175Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 176-177Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 178-179Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 180-181Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 182-183Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 184-185Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 186-187Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 188-189Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 190-191Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 192-193Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 194-195Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 196-197Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 198-199Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 200-201Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 202-203Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 204-205Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 206-207Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 208-209Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 210-211Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 212-213Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 214-215Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 216-217Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 218-219Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 220-221Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 222-223Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 224-225Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 226-227Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 228-229Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 230-231Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 232-233Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 234-235Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 236-237Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 238-239Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 240-241Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 242-243Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 244-245Micro Systèmes numéro 51 mars 1985 Page 246