Micro Systèmes n°48 décembre 1984
Micro Systèmes n°48 décembre 1984
  • Prix facial : 24 F

  • Parution : n°48 de décembre 1984

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 246

  • Taille du fichier PDF : 187 Mo

  • Dans ce numéro : MSX... un nouveau standard ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 202 - 203  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
202 203
-› CHAT. ANIMAL 4* COMPRIS -> CHAT = MANGEUR(SOURIS) 44 COMPRIS -., TIGRE = ANIMAL 4* COMPRIS ON PEUT EGALEMENT POSER CETTE QUESTI ON DE LA FACON SUIVANTE : -› QUELLE EST LA COULEUR DU CHEVAL DU BLANC 24 M.RENE EST LE CHEF DU SERVICE COMPTAB ILITE 25 M.MARTIN EST UN AMI DE M.JACQUES ROI DE NAVARRE ? 26 M.DUBOIS EST CHEF DU SERVICE PHOTO 27 LA SAISIE EST UN SERVICE DECENTRALISE VOICI POUR TERMINER LA LISTE DE 28 RENAUD EST LE FILS DE M.BERTRAND TOUTES LES ASSERTIONS PRESENTES EN 29 DAMIEN EST LE FILS DE M.RENE MEMOIRE : 30 EXEMPLES DE SYLLOGISMES -, TIGRE = MANGEUR(HOMME) 31 TOUT HOMME EST MORTEL $* COMPRIS : 2 OR SOCRATE EST UN HOMME ->/L 33 TOUT HOMME EST BIPEDE -., ANIMAL MANGEUR ? 1 EXEMPLES D'INDIRECTION 74 OR PAUL EST UN HOMME CHAT 2 TOUT STYLO EST BLEU 35 TOUT LOGICIEN EST INCOMPRIS TIGRE 3 FRANCOIS POSSEDE UN STYLO 36 OR TOUT HOMME.SENSE EST LOGICIEN -, MANGEURoiOMME, = 7, TIGRE Y A-T-IL UN mANGEUR(SOURIS ET HOmME, 9 ANNIE EST UNE JOLIE FILLE 4 BLEU EST UNE COULEUR 37 LE LOUVRE EST BEAU 5 ROUGE EST UNE COULEUR 38 OR J'AIME TOUT CE QUI EST BEAU 6 TOUT STYLO EST EN PLASTIQUE 39 TOUT CE OUI EST RARE EST CHER 7 LE PLASTIQUE EST UNE MATIERE 40 UN CHEVAL.BON.MARCHE EST RARE 8 RAOUL A ACHETE UN STYLO EGALEMENT 41 PLATON EST GREC 10 ANNIE EST SAGE 42 OR PLATON EST PHILOSOPHE 43 LES SAVANTS SONT SOUVENT DISTRAITS.. NON 11 MINNA EST UNE FILLE ELLE AUSSI 44 OR TOUS LES SAVANTS SONT BAVARDS 12 MINNA EST FOFOLLE 45 TOUS LES HOMMES SONT MORTELS -› QUI EST MANGEUR(HOMME ET SOURIS) ? 13 JOLIE EST LE CONTRAIRE DE LAIDE 46 OR DES HOMMES SONT JUSTES 4* JE L'IGNORE 14 EXEMPLES DE COMPOSITION DE FONCTIONS 47 X1 = X2 15 JEAN REGARDE MARIE 48 12 = 13 ARTABAN = CHEvAL(HENRI.Iv) 16 MARIE REGARDE HUGUES 49 VI. F(1) *. COMPRIS 17 HUGUES EST LE FRERE D'HENRI 50 X = G(T1) 18 HENRI EST LE FILS D'OCTAVE 51 V = Ki(W) - BLANC = COULEUR(ARTABAN) 19 OCTAVE EST L'ONCLE D'ANATOLE 52 TI. H(V).. COMPRIS 20 L'ENTREPRISE A UN SIEGE ET UNE ANNEXE 53 CHAT = ANIMAL 54 CHAT = MANGEUR(SOURIS) - HENRI.IV = RUI(NAvARREi 21 M.BERTRAND EST RESPONSABLE DE L'ANNEX 55 TIGRE = ANIMAL.1 COMPRIS E 56 TIGRE = MANGEUR(HOMME) -'COOLEUR(CHEVAL(ROUNAVARRErnr, BLANC 22 L'ANNEXE A 15 SERVICES DIFFERENTS 57 ARTABAN = CHEVAL(HENR1.1v) 23 M.JACQUES EST RESPONSABLE DE LA SAISI E 58 BLANC = COULEUR(ARTABAN) 59 HENRI.IV = ROI(NAVARRE) F‘cmples d'indirection. SPECTRUM GESTION SEMAPHORE LOGICIELS CH-1283 LA PLAINE (SUISSE) PROPOSE la base de données multi-applications le traitement de textes accentué, la comptabilité, la facturation, la fusion texte - adresses, les claviers, les interfaces les manuels français et le service pour DU PRO QUI DEGAGE Je m'intéresse à une documentation Sémaphore : Gestion/Jeux/Utilitaires que je désire reçevoir sans engagement à l'adresse suivante : Nom Rue Ville Code/Pays Ce bon est à retourner à Sémaphore Logiciels CH-1283 La Plaine—Suisse— MS-12.84 Q SERVICE-LECTEURS N°1 17 202 — MICRO-SYSTEMES Décembre 1984
Arbre généalogique pour Jupiter Ace Nombre de problèmes faisant intervenir des listes chaînées ou des structures d'arbres sont élégamment résolus avec le langage Pascal qui autorise l'utilisation des variables pointeurs. Malheureusement il n'est disponible que sur des configurations matériel riches en mémoire. Et donc difficilement accessible à la bourse de nombreux utilisateurs. Heureusement Forth est là pour apporter des solutions tout aussi simples, pour des prix de configuration matériel nettement plus intéressants. LANGAGE : Recherche d'arborescence de M. GEORGES La construction d'un arbre généalogique est un exemple représentatif des problèmes faisant intervenir des listes chaînées ou des s tructures Langageur Ordina te d'arbr es. orth F : Jupiter Ace Services recherches Avant de songer à la construction d'un arbre généalogique, qui n'est qu'une forme d'assemblage de données structurées, essayons de définir plus précisément ce à quoi il doit servir. Cette question posée, on s'aperçoit que le principal service escompté est de permettre la recherche de l'existence ou non d'un lien de parenté entre deux individus quelconques, ce qui revient à rechercher s'ils ont un ancêtre commun. Vient en second lieu l'énumération pour un individu de tous ses ascendants ou descendants présents sur la nième génération précédant ou suivant la sienne. Les autres services plus anecdotiques ne sont que des dérivés des deux premiers. Revenons au premier service. La recherche d'un ancêtre commun devient très aisée si l'on réalise que tout individu est la racine de deux arbres différents, à savoir l'arbre de ses ascendants et l'arbre de ses descendants. Ces deux arbres ont une structure distincte : Celle des ascendants est un arbre binaire, le passage d'une génération à la précédente se fait par l'intermédiaire des relations orientées père et mère. Celle des descendants est un arbre quelconque où le passage d'une génération à la suivante se fait par la relation orientée enfant. S'ils sont de structures diffé- rentes, ils doivent pouvoir, être construits à partir d'un type unique de données puisqu'un même individu peut paraître en fonction des racines choisies dans l'un ou l'autre arbre à la fois. On devine aisément que ce genre de données doit avoir une double fonction : contenir d'une part les informations requises sur les individus (date de naissance, date de décès, lieu de naissance, etc.) et pointer d'autre part sur plusieurs autres membres de la généalogie (père, fils, conjoint, frère). Avant de définir plus précisément ces données, poursuivons la résolution de notre problème. La recherche de l'ancêtre commun à deux individus quelconques va être celle de l'élément, en fait du couple, présent à la fois dans l'arbre des ascendants du premier individu et dans l'arbre des ascendants du second individu. Plus précisément, comme les ascendants de ce couple vont être également présents dans les deux arbres précédents, il s'agit du couple commun situé le plus bas dans ces deux arbres. A partir du moment où nous aurons bâti un algorithme de parcours pour arbre des ascendants, il suffira de « marquer » par un indicateur spécifique tous les éléments de l'un des arbres, puis de parcourir le second en interrogeant chacun de ses éléments pour savoir s'il porte ou non la marque précédente. Puisque l'algorithme de parcours ira en remontant sousarbre après sous-arbre, le premier élément rencontré portant cette marque sera l'un des deux membres du couple recherché. Le second service est encore plus simple à résoudre. Si dans chacun des algorithmes de parcours des deux arbres, on prend la peine d'incrémenter un compteur à chaque fois que l'on s'éloigne d'une génération de la racine et de le décrémenter à chaque fois que l'on s'en rapproche, il est facile alors de sélectionner les éléments de la génération voulue. Une remarque s'impose : la mise en évidence de la double structure qui permet de résoudre nos problèmes. A se contenter du seul arbre des descendants auquel on pense spontanément en cas de problème généalogique, on aboutirait à de grandes lourdeurs, voire à des impossibilités. Construction des données structurées nécessaires Forth, langage tissé, va montrer maintenant toute sa puissance et simplicité. En effet, grâce à ces mots de définitions (BUILDS ou DEFI- NER... DOES>), il est possible de construire sur mesure des données structurées, spécifiques de chacun des membres de la généalogie remplissant comme nous l'avons déjà établi une double fonction. En effet, nous savons qu'en Forth les données sont constituées par une suite d'octets subdivisée en deux zones : une zone en-tête contenant principalement le nom de la donnée et construite automatiquement dès que l'utilisateur a appelé le mot de définition suivi du nom choisi pour la donnée ; une zone paramètre construite suivant la volonté de l'utilisateur par la routine définie entre DEFIN ER et DOES>, et dont l'adresse de début est renvoyée en phase exécution sur la pile après appel de la donnée par son nom. Dans le cas présent, deux types d'octets sont nécessaires pour la zone paramètre des données que l'on cherche à établir. Les uns doivent contenir les informations spécifiques à chacun des membres de la généalogie. Les autres, l'adresse du début de la zone paramètre des membres de la généalogie que l'on désire pointer. Pour laisser à l'utilisateur une certaine liberté dans le choix des données spécifiques, les octets correspondants seront placés après ceux des pointeurs. Dans la suite de notre exposé, nous les négligerons totalement car il ne s'agit que d'informations relevant des techniques Fig. I. — Schéma correspondant au premier choix de recherche. Décembre 1984 MICRO-SYSTEMES — 203



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 1Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 2-3Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 4-5Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 6-7Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 8-9Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 10-11Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 12-13Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 14-15Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 16-17Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 18-19Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 20-21Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 22-23Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 24-25Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 26-27Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 28-29Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 30-31Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 32-33Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 34-35Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 36-37Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 38-39Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 40-41Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 42-43Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 44-45Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 46-47Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 48-49Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 50-51Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 52-53Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 54-55Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 56-57Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 58-59Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 60-61Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 62-63Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 64-65Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 66-67Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 68-69Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 70-71Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 72-73Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 74-75Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 76-77Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 78-79Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 80-81Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 82-83Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 84-85Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 86-87Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 88-89Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 90-91Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 92-93Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 94-95Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 96-97Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 98-99Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 100-101Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 102-103Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 104-105Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 106-107Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 108-109Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 110-111Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 112-113Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 114-115Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 116-117Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 118-119Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 120-121Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 122-123Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 124-125Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 126-127Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 128-129Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 130-131Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 132-133Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 134-135Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 136-137Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 138-139Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 140-141Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 142-143Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 144-145Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 146-147Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 148-149Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 150-151Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 152-153Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 154-155Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 156-157Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 158-159Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 160-161Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 162-163Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 164-165Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 166-167Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 168-169Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 170-171Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 172-173Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 174-175Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 176-177Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 178-179Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 180-181Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 182-183Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 184-185Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 186-187Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 188-189Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 190-191Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 192-193Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 194-195Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 196-197Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 198-199Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 200-201Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 202-203Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 204-205Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 206-207Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 208-209Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 210-211Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 212-213Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 214-215Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 216-217Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 218-219Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 220-221Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 222-223Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 224-225Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 226-227Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 228-229Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 230-231Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 232-233Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 234-235Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 236-237Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 238-239Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 240-241Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 242-243Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 244-245Micro Systèmes numéro 48 décembre 1984 Page 246