Micro Systèmes n°46 octobre 1984
Micro Systèmes n°46 octobre 1984
  • Prix facial : 23 F

  • Parution : n°46 de octobre 1984

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 262

  • Taille du fichier PDF : 200 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les logiciels en 1984.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 110 - 111  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
110 111
Alpha Copy Delete Edit Format Gallery gages informatiques sont disponibles sous CP/M. Longtemps sans l'occasion de l'utiliser ne jurent plus rité des programmeurs ayant eu Neip Insert Jury Likrary Nara Options Print ant Replace Transfer Mie Window concurrence, l'apparition des que par lui. uristic reasoning is Rassoie, Mt 16 Wordstar. bits a brisé Quasiment ce monopole tous les de fait. langages muni-utilisateur, La version qui et semble l'Immense avoir majorité vent des en poupe programmeurs serait le Xenix ayant de Mi- eu le *nt etxt'Wu New Restore Restore LUS ! Save Color Brush Case Save Mhite is Alpha garded Copy as helete final asti Idit forgat strict Gallery Mit as provisional and plausihle tai r La version informatiques CP/M 86 sont n'a disponibles sous par CP/M. IBM Longtemps pour son ordina- sans l'occasion crosoft (encore de l'utiliser eux !) , ne prochaine- jurent plus pas été Help Insert Jute Library Mai Options MICRUSOFT Print whose Quit purpose Replace is Transfer te discover Undo the B1.tk adoptée Window solution of file resent Ion. concurrence, Ltq"ray w teur personnel. Heureusement, l'apparition des le que ment par disponible lui. sur IBM PC, entre Ae.PIC euristic reasoning is reasoning not Stripes 16 date files run tine type *ro renom bits a de brisé Digital ce monopole Research de est fait. tel autres. La version Mais plus qui semble qu'un système avoir le garded as final and strict but os Ustri provisional and plausible only, La WINDOWS NSWIN1le.in que version cette version CP/M réussit 86 n'a presque pas été à vent d'exploitation en poupe serait classique, le Xenix Unix de Microsoft permettre (encore de généraliser eux !) , prochaine- va whose purpose is to discover the NSMINMUT SYS NSIIN.DŒE adoptée faire ipu par égal IBM avec pour son son dangereux ordinateur rival  : personnel. MS-DOS. Heureusement, le ment tion entre disponible la grosse sur informatique IBM PC, entre et olution of the rosent robleu. Wr l'interac- NSMIN, ■ CUR NSMIN.PAT NS-DOS NSMIN.ICO NSWIN,TON date TDtT.IXt files run CALDWAR.TIft tille type dere renom L'annonce de Digital de Concurrent Research est CP/M tel autres. la micro-informatique. Mais plus qu'un système WINDOWS Ao1.PIC 1112.PIC WSMINDIP.SYS que promet cette de version belles luttes réussit en presque perspective faire avec jeu égal Microsoft. avec son Enfin, dangereux face à la à d'exploitation Il faut noter qu'Apple classique, en Unix annonce va MSWINOUT.SYS Ao3.PIC WSW1N.IYI permettre une version de sur généraliser ses modèles l'interaction Toutefois, entre la grosse le nombre informatique de logiciels et Lisa. MSWIN.CUR NSWIN.POI rival montée  : MS-DOS. du 68000, la version 68 K NSWINICO NSWINJOIN TEYT.TYT CALICULTIft sert L'annonce à combler de un Concurrent trou dans le CP/M marché. promet Mais de cette belles dernière luttes en paraît perspec- avoir il convient Il faut noter de suivre qu'Apple l'évolution en annonce des la d'application micro-informatique. reste encore faible, et En effet, le système d'exploitation 482,P1C à son pied. De plus, il existe maintenant des un grand nombre d'utilitaires SPIC n'est pas toujours le meilleur intermédiaire pour un programme ayant qui viennent le compléter efficace- montée Unix en particulier. du 68000, la version 68 K une Toutefois, idée de son le nombre impact. de logiciels tive peu avec de chances Microsoft. de réussite, Enfin, face face à la à une mois version à venir sur pour ses pouvoir modèles se Lisa. faire besoin d'une vitesse d'exécution ment. sert La à caractéristique combler un trou commune dans le marché. toutes Mais ces cette versions dernière est parait d'avoir avoir un d'application reste encore faible, et de En importante. effet, le système d'exploitation à son pied. De plus, il existe maintenant Il faut un grand signaler nombre que ce d'utilitaires DOS est le peu il convient de suivre l'évolution des n'est pas toujours le meilleur intermédiaire pour un programme ayant principal qui viennent champ le compléter de bataille efficace- entre pi- Unix pour en les particulier. dénigrer que pour les louer. C'est souvent le cas avec un calque ou des programmes graphi- pour microprocesseur 6809 bon de nombre chances de de fanatiques, réussite, face tant à mois à venir pour pouvoir se faire OS 9 une idée de son impact. besoin d'une vitesse d'exécution ment. rates et verrouilleurs de programmes. Cette lutte atteint d'ailleurs toutes ces versions est d'avoir un OS 9 est un dérivé d'Unix, dont il La caractéristique commune de ques. importante. Les concepteurs se voient alors dans l'obligation de « courtcircuiter C'est souvent » partie le cas le système avec un d'ex- cal- des Il sommets faut signaler jusque-là que ce inégalés. DOS est le MS/DOS est un sous-produit. Tout cela n'a bon nombre de fanatiques, tant OS 9 principal champ de bataille entre pirates et verrouilleurs de program- possible de bénéficier de bon nomploitation et, de ce fait, le programme Les ne concepteurs tournera pas se sur voient une mes. puisse Cette lui faire lutte atteint réside d'ailleurs dans sa MS/DOS est le grand gagnant de bre OS d'avantages 9 est un dérivé du concept d'Unix, dont Unix il Le grand reproche que l'on 8088 ou 8086 rien de péjoratif, puisqu'il est ainsi que ou des programmes graphiques. pour les dénigrer que pour les louer. pour microprocesseur 6809 alors autre machine dans l'obligation sans une de adaptation « courtcircuiter parfois importante. » en partie le système d'ex- lenteur, à tel point que certaines a été choisi par IBM pour équiper gamme. des conception sommets rustique, jusque-là et inégalés. surtout sa MS/DOS ces deux dernières années, puisqu'il sur est un des sous-produit. micro-ordinateurs Tout cela bas n'a de ploitation et, de ce fait, le programme ne tournera pas sur une puisse peuvent lui aller faire jusqu'à réside quintupler dans sa la ce MS/DOS système est d'exploitation le grand gagnant est rapi- de modifications Le grand reproche relativement que simples l'on pour 8088 ou 8086 rien de péjoratif, puisqu'il est ainsi son ordinateur personnel. De ce fait, possible En tout état de cause, il est nécessaire de se procurer la version équipée bre d'avantages d'un lecteur du de concept disquettes, Unix Ainsi, de le Dragon bénéficier 64, de en bon version nom- autre machine sans une adaptation conception vitesse de chargement rustique, et des surtout fichiers sa dement ces deux devenu dernières un années, standard, puisqu'il alors sur du programme sous système d'exploitation, pour une machine spécifi- simplicité gamme. peut des supporter micro-ordinateurs OS 9. A côté bas de de sa parfois importante. lenteur, divers. à tel point que certaines a que été rien choisi ne l'y par préparait IBM pour à l'origine. équiper modifications relativement simples d'emploi et de son extensibilité, Ainsi, il le faut Dragon signaler 64, l'excellente en version son que. Ainsi, une grande part des SOS en est la version pour En effet, ordinateur c'est personnel. presque par De hasard ce fait, En tout état de cause, il est nécessaire de se procurer la version équipée qualité des d'un logiciels lecteur sous de disquettes, peuvent aller jusqu'à quintupler la ce avantages du concept « système Apple Ill. Plus complet, et surtout que système Microsoft d'exploitation en a acquis les est droits, rapidement vitesse de chargement des fichiers OS 9. Ce d'exploitation » est-elle perdue. plus performant, ce système n'en pour la somme devenu ridicule un standard, de cinquante alors du programme sous système d'exploitation, pour une machine spécifi- du simplicité type langage, d'emploi mais et de qui, son exten- à eux sont peut essentiellement supporter OS 9. des A côté utilitaires de sa divers. que Toutefois, l'adaptation, si elle doit reste pas moins primitif face au mille rien dollars. ne l'y préparait à l'origine. que. avoir Ainsi, lieu, reste une moins grande importante part des concept SOS « en système est la d'exploitation version pour En ». Quelle effet, c'est affaire presque ! MS/DOS par hasard est en seuls, sibilité, peuvent il faut signaler servir d'outils l'excellente de développement qualité des logiciels logiciel sous précieux. OS 9. Tou- Ce avantages passe d'avoir l'une des plus belles que dans le du cas concept où la machine « système Apple III. Plus complet, et surtout que Microsoft en a acquis les droits, est d'exploitation Toutefois, Apple propose maintenant le pas petit moins dernier primitif  : PRODOS. face au mille quantité dollars. que pour la qualité, qui dé- du marginale, type langage, eu égard mais à ses qui, qualités à eux collections de logiciels, tant par la indépendante. » est-elle perdue. plus performant, ce système n'en pour la somme ridicule de cinquante sont tefois, essentiellement OS 9 n'a qu'une des place utilitaires un peu Toutefois, l'adaptation, si elle doit reste avoir Actuellement, lieu, reste plusieurs moins importante systèmes Celui-ci, concept « par système contre, d'exploitation est digne d'éloges. C'est du moins ce qui ressort sous passe DOS d'avoir 3.3 ou l'une CP/M des 80. plus De belles plus, veloppement logiciel précieux. Tou- ». passe Quelle maintenant affaire ! celle MS/DOS des logiciels est en seuls, intrinsèques. peuvent servir d'outils de dé- d'exploitation que dans le cas se où partagent la machine le marché. indépendante. de Toutefois, l'opinion générale. Apple propose Bien entendu, mainte- est ses collections récentes de versions logiciels, sont tant équipées par la tefois, OS 9 n'a qu'une place un peu nant la conversion le petit dernier d'un fichier  : PRODOS. DOS 3.3 d'un quantité émulateur que pour CP/M la qualité, 86, au qui cas dépasse maintenant voudrait lui celle damer des le logiciels pion. Il intrinsèques. où marginale, Actuellement, plusieurs systèmes Celui-ci, FLEX eu égard à ses qualités DOS 3.3, PRODOS, SOS en PRODOS par contre, est possible, est digne à condition que C'est le du programme moins ce ne qui sois ressort pas est sous vrai DOS que 3.3 CP/M ou CP/M 86 peut 80. De égale- plus, d'éloges. pour microprocesseur 6809 celui-ci d'exploitation se partagent le marché. de protégé l'opinion ! générale. Bien entendu, ses ment récentes transformer versions un sont fichier équipées sous pour Apple II et Apple Ill Les lecteurs de Micro-Systèmes Le DOS 3.3 n'est en fait qu'un la conversion d'un fichier DOS 3.3 d'un MS/émulateur DOS. Le statu CP/M quo 86, risque au cas donc où FLEX connaissent bien ce système d'exploitation, microprocesseur puisqu'il équipe 6809 le Vegas, gestionnaire DOS 3.3, PRODOS, de disquettes. SOS Il est en PRODOS est possible, à condition que le programme ne se pas est vrai que CP/M 86 peut égale- dont la réalisation en kit est parue celui-ci toutefois digne d'intérêt, puisque le LA FAMILLE CP/M de durer voudrait encore très lui damer longtemps. le pion. Il pour pour Apple II et Apple III nombre de titres au sommaire de sa CP/M, protégé microprocesseur ! 8080 ou ment transformer un fichier sous dans Les cette lecteurs même de revue. Micro-Systèmes bibliothèque Le DOS 3.3 de n'est programmes en fait qu'un est Z 80 MS/DOS. Le statu quo risque donc connaissent Spécialement bien conçu ce système pour le d'exploitation, puisqu'il équipe le Vegas, microprocesseur 6809, Flex est un gestionnaire particulièrement de disquettes. impressionnant. Il est CP/M 86, microprocesseur 8088 UNIX toutefois Certaines digne estimations d'intérêt, puisque avancent le LA ou 8086 FAMILLE CP/M de durer encore très longtemps. machine 68000 en général système dont la réalisation d'exploitation en kit classique est parue nombre même le de chiffre titres au de sommaire 18 000. Certes, de sa CONCURRENT CP/M, microprocesseur CP/M, pour 8080 8088 ou Voici l'un des premiers systèmes dans plein cette de ressources. même revue. Sa modularité bibliothèque une bonne proportion de programmes d'entre eux est ou Z 80 8086 d'exploitation de la troisième génération. Ecrit à l'aide d'un langage croprocesseur très rapide, du 6809, temps. Flex Quelques est un est Spécialement un gage de résistance conçu pour à l'usure, le mi- particulièrement ne présente guère impressionnant. d'intérêt, mais CP/M CP/M 86, 68 Ko, microprocesseur pour Motorola 8088 UNIX 68000 Certaines certains best-sellers estimations ont d'abord avancent ou 8086 machine 68000 en général été Avec CP/M et ses dérivés, c'est évolué, en l'occurrenceC, Unix est système très beaux d'exploitation programmes sont classique disponibles de sous ressources. Flex, dont Sa certains modularité lan- même créés sous le chiffre DOS 3.3. de 18 Il n'y 000. a Certes, CONCURRENT CP/M, pour 8088 absolument bonne pas de proportion souci à se faire d'entre si votre eux 8086 toute une tranche d'histoire qui réservé Voici aux l'un des micro-ordinateurs premiers systèmes haut plein une nous est offerte. Là aussi, la bibliothèque de programmes est des plus de d'exploitation gamme dotés de la d'une troisième mémoire génération. d'éléphant Ecrit et à d'une l'aide haute d'un vitesse langage de très reusement, rapide, leurs du temps. prix nous Quelques semblent est gages un d'excellente gage de résistance facture. à Malheu- l'usure, ne machine présente en est guère équipée d'intérêt,  : il est mais CP/M 68 Ko, pour Motorola 68000 toujours possible best-sellers de trouver ont d'abord chaussure été certains vastes, Avec parmi CP/M et lesquels ses dérivés, le fameux c'est évolué, traitement. en Il l'occurrence est à la foisC, multitâche, Unix est souvent très beaux par programmes trop prohibitifs. sont disponibles sous Flex, dont certains lan- créés sous DOS 3.3. Il n'y a absolument 110 — pas MICRO-SYSTEMES de souci à se faire si votre nous est offerte. Là aussi, la biblio- de gamme dotés d'une mémoire gages d'excellente Octobre facture. Malheu- toute une tranche d'histoire qui réservé aux micro-ordinateurs haut 1984 Witt New Restore Erase Save Color Brush MICR =SOFT machine en est équipée  : il est toujours possible de trouver chaussure thèque de programmes est des plus vastes, parmi lesquels le fameux d'éléphant et d'une haute vitesse de traitement. Il est à la fois multitâche, reusement, leurs prix nous semblent souvent par trop prohibitifs. 110 — MICRO-SYSTEMES Octobre 1984
pour microprocesseur 8088 ou 8086 en général Eh oui ! Un système d'exploitation français, et un bon, de surcroît, ce qui ne gâte rien. A tel point que certaines firmes américaines l'ont adopté. En fait, il constitue une sorte de « sur » -CP/M 86 et MS/DOS, tout en adoptant certains aspects d'Unix. Mais ne vous y laissez pas prendre  : Prologue, après bien des difficultés à se faire connaître, pourrait bien être la surprise des années 1985-1986. Du fait même de sa conception, le nombre de logiciels accessibles est assez impressionnant. PROLOGUE pour microprocesseur 8088 ou 8086 en général Eh oui ! Un système d'exploitation français, et un bon, de surcroît, ce qui ne gâte rien. A tel point que certaines firmes américaines l'ont adopté. En fait, il constitue une sorte de « sur » -CP/M 86 et MS/DOS, tout en adoptant certains aspects d'Unix. Mais ne vous y laissez pas prendre  : Prologue, après bien des difficultés à se faire connaître, pourrait bien être la surprise des années 1985-1986. Du fait même de sa conception, le nombre de logiciels accessibles est assez impressionnant. A côté des ténors, il ne faut pas oublier de citer d'excellentes réalisations en soi, mais qui ne représentent qu'une faible part du marché mondial. Des produits comme Mercure, Turbodos ou les OS spécifiques de certaines machines, comme celles de la gamme Sord. A côté des ténors, il ne faut pas oublier de citer d'excellentes réalisations en soi, mais qui ne représentent qu'une faible part du marché mondial. Des produits comme Mercure, Turbodos ou les OS spécifiques de certaines machines, comme celles de la gamme Sord. Comme on peut le voir, le système d'exploitation est souvent conçu en fonction d'un microprocesseur donné. Ceci reste vrai pour les micro-ordinateurs professionnels mais, en revanche, chez les machines familiales, c'est l'anarchie intégrale, tout particulièrement chez celles architecturées autour d'un 6502 pour lequel il n'existe pas de système d'exploitation standard. Comme on peut le voir, le système d'exploitation est souvent conçu en fonction d'un microprocesseur donné. Ceci reste vrai pour les micro-ordinateurs professionnels mais, en revanche, chez les machines familiales, c'est l'anarchie intégrale, tout particulièrement chez celles architecturées autour d'un 6502 pour lequel il n'existe pas de système d'exploitation standard. Parallèlement à la dualité système d'exploitation/microprocesseur, on assiste à la généralisation de la méthode système d'exploitation/langage. Parallèlement à la dualité système d'exploitation/microprocesseur, on assiste à la généralisation de la méthode système d'exploitation/langage. L'exemple le plus significatif en est sans conteste le système P/UCSD qui intègre le système d'exploitation au langage Pascal. Unix reprend en partie ce principe avec le langageC. Forth, moins connu du grand public mais qui dispose également de divers systèmes d'exploitation, dont certains parmi les plus remarquables du moment. A notre sens, cette méthode est beaucoup plus confortable, tant du point de vue portabilité que de celui de l'apprentissage. En effet, le mécanisme du système d'exploitation associé serait parfaitement connu lors de l'initiation au langage, et la portabilité des programmes n'en serait qu'accrue, sans parler de la facilité des adaptations. L'exemple le plus significatif en est sans conteste le système P/UCSD qui intègre le système d'exploitation au langage Pascal. Unix reprend en partie ce principe avec le langageC. Forth, moins connu du grand public mais qui dispose également de divers systèmes d'exploitation, dont certains parmi les plus remarquables du moment. A notre sens, cette méthode est beaucoup plus confortable, tant du point de vue portabilité que de celui de l'apprentissage. En effet, le mécanisme du système d'exploitation associé serait parfaitement connu lors de l'initiation au langage, et la portabilité des programmes n'en serait qu'accrue, sans parler de la facilité des adaptations. LES LANGAGES  : la tour de Babel LES LANGAGES  : la tour de Babel Quel langage pour quelle application ? Actuellement seconds dans la hiérarchie informatique, les langages évolués sont le fer de lance de toute programmation réellement sophistiquée. A l'exception de certains micro-ordinateurs comme l'Apple II ou le Sinclair ZX 81 qui disposent de petits chefs-d'oeuvre entièrement écrits en langage machine, les monuments parmi les progiciels  : Lotus, Omnis, Zaxxon... font en grande partie appel à un langage évolué. Mais quels sont donc les principaux langages informatiques, et pourquoi une telle diversité ? Plutôt que d'établir une liste exhaustive de tous les produits existants — la revue y suffirait à peine —, mieux vaut examiner globalement les avantages respectifs de chaque langage courant, en l'occurrence  : • Basic• Fortran• Cobol• Pascal• Forth• C• Logo Quel langage pour quelle application ? Actuellement seconds dans la hiérarchie informatique, les langages évolués sont le fer de lance de toute programmation réellement sophistiquée. A l'exception de certains micro-ordinateurs comme l'Apple II ou le Sinclair ZX 81 qui disposent de petits chefs-d'oeuvre entièrement écrits en langage machine, les monuments parmi les progiciels  : Lotus, Omnis, Zaxxon... font en grande partie appel à un langage évolué. Mais quels sont donc les principaux langages informatiques, et pourquoi une telle diversité ? Plutôt que d'établir une liste exhaustive de tous les produits existants — la revue y suffirait à peine —, mieux vaut examiner globalement les avantages respectifs de chaque langage courant, en l'occurrence  : ■ Basic ■ Fortran ■ Cobol ■ Pascal ■ Forth ■ C ■ Logo Mais d'abord, examinons les différentes formes que peuvent prendre les programmes de langage. En fait, deux méthodes sont disponibles  : l'interprétation et la compilation. Dans le premier cas, l'interpréteur décode une à une les instructions avant de les exécuter. Les interpréteurs sont peu gourmands en place mémoire ; en revanche, leur conception même entraîne une lenteur certaine, incompatible avec bon nombre d'applications, tant ludiques que professionnelles. Les compilateurs, par contre, convertissent l'ensemble des directives en code machine, et ce d'un seul bloc. Il en résulte deux fichiers séparés  : d'une part le fichier « source » contenant les instructions, et d'autre part le fichier « objet », constitué des codes en langage machine. Seul, ce dernier est exécutable et, dans ce cas, il n'y a plus de phase d'interprétation, d'où un gain de temps significatif. En moyenne, un Mais d'abord, examinons les différentes formes que peuvent prendre les programmes de langage. En fait, deux méthodes sont disponibles  : l'interprétation et la compilation. Dans le premier cas, l'interpréteur décode une à une les instructions avant de les exécuter. Les interpréteurs sont peu gourmands en place mémoire ; en revanche, leur conception même entraîne une lenteur certaine, incompatible avec bon nombre d'applications, tant ludiques que professionnelles. Les compilateurs, par contre, convertissent l'ensemble des directives en code machine, et ce d'un seul bloc. Il en résulte deux fichiers séparés  : d'une part le fichier « source » contenant les instructions, et d'autre part le fichier « objet », constitué des codes en langage machine. Seul, ce dernier est exécutable et, dans ce cas, il n'y a plus de phase d'interprétation, d'où un gain de temps significatif. En moyenne, un et vingt fois plus rapide que son équivalent interprété. Par contre, sa taille est généralement plus importante, et la mise au point en est plus difficile, du fait du nombre de manipulations exigées. Le choix d'un interpréteur ou d'un compilateur dépendra de l'application choisie. Si la vitesse n'est pas un facteur primordial, l'interpréteur est une bonne solution ; sinon, le recours à un compilateur s'avère indispensable. Un programme de gestion de fiches, par exemple, peut être écrit en langage interprété. Par contre, l'animation graphique exige des vitesses de calcul importantes, et parfois même le recours au langage machine est de rigueur. programme compilé est entre trois et vingt fois plus rapide que son équivalent interprété. Par contre, sa taille est généralement plus importante, et la mise au point en est plus difficile, du fait du nombre de manipulations exigées. Le choix d'un interpréteur ou d'un compilateur dépendra de l'application choisie. Si la vitesse n'est pas un facteur primordial, l'interpréteur est une bonne solution ; sinon, le recours à un compilateur s'avère indispensable. Un programme de gestion de fiches, par exemple, peut être écrit en langage interprété. Par contre, l'animation graphique exige des vitesses de calcul importantes, et parfois même le recours au langage machine est de rigueur. BASIC C'est le plus répandu sur microordinateur. Quasiment toutes les versions existantes sont dérivées du Microsoft 5. C'est un langage dont l'apprentissage est assez facile, mais attention ! la maîtrise complète exige tout de même plus de temps que les huit jours avancés par certains. Quoiqu'il ne soit pas structuré, il permet toutefois certaines réalisations intéressantes. Il est en majorité interprété, mais de nombreux compilateurs existent en option ; nous les détaillerons plus tard, machine par machine. Les versions varient énormément d'une machine à l'autre, depuis le simple Applesoft jusqu'au Basic II de Sord, en passant par les versions « pseudostructurées » comme celles des Acorn. Les versions les plus complètes, telle celle équipant l'IBM PC, sont particulièrement confortables. Souvent décrié, le Basic reste, à notre avis, un langage privilégié en micro-informatique autorisant certaines réalisations assez spectaculaires pour peu que l'on domine son sujet. Il est néanmoins inapte, même compilé, à certaines tâches. FORTRAN L'un des ancêtres des langages évolués. S'il reste encore très répandu en grosse et moyenne informatique, son implantation sur micro-ordinateur nous paraît des plus académiques. En effet, il survit encore bien, grâce au nombre de programmes tine des universités dans cette branche, il semble néanmoins dépassé par la plupart des langages modernes. Généralement compilé, seuls les appareils haut de gamme en disposent, à partir de l'Apple II. Il faut noter que certains Basic compilés se montrent quasiment aussi puissants, tout en étant plus faciles à mettre en oeuvre. COBOL Langage des gestionnaires par excellence, Cobol reste encore très utilisé dans les SSCI. Par contre, il se pose le même problème que pour Fortran au niveau des microordinateurs, à savoir qu'il est démodé, et surtout particulièrement lourd. S'il existe essentiellement en compilateur, on ne le trouve que sur les machines de moyen ou de haut de gamme, dotées d'une importante mémoire centrale. Bien que très efficace au niveau gestion de fichiers, nous ne voyons pas très bien son utilité en micro-informatique. PASCAL Le langage qui a actuellement le vent en poupe. Complètement structuré, Pascal est un langage moderne particulièrement efficace. La plupart des machines disposent de ce langage, ce qui en dit long sur son adaptabilité. Il est généralement semi-interprété, c'est-à-dire, que le fichier « source » est compilé en code intermédiaire, le P-code, qui, lui est interprété. Sans avoir la rapidité d'un vrai compilateur, ce procédé assure tout de même une vitesse honorable. Avec Pascal, c'est l'avènement d'un nouveau type de programmation qui voit le jour. En tous les cas, il s'agit d'un langage polyvalent très performant. Notons toutefois que c'est la norme UCSD qui est en passe d'être consacrée standard en la matière. FORTH Bien connu des lecteurs de Micro-Systèmes, puisqu'il a servi de support à une initiation, il y a peu. C'est un langage un peu bizarre, beaucoup plus difficile à maîtriser qu'on ne le pense au premier abord. Il se situe en marge de ses homologues, car, tout en étant évolué et Octobre 1984 MICRO-SYSTEMES — 111 BASIC C'est le plus répandu sur microordinateur. Quasiment toutes les versions existantes sont dérivées du Microsoft 5. C'est un langage dont l'apprentissage est assez facile, mais attention ! la maîtrise complète exige tout de même plus de temps que les huit jours avancés par certains. Quoiqu'il ne soit pas structuré, il permet toutefois certaines réalisations intéressantes. Il est en majorité interprété, mais de nombreux compilateurs existent en option ; nous les détaillerons plus tard, machine par machine. Les versions varient énormément d'une machine à l'autre, depuis le simple Applesoft jusqu'au Basic II de Sord, en passant par les versions « pseudostructurées » comme celles des Acorn. Les versions les plus complètes, telle celle équipant l'IBM PC, sont particulièrement confortables. Souvent décrié, le Basic reste, à notre avis, un langage privilégié en micro-informatique autorisant certaines réalisations assez spectaculaires pour peu que l'on domine son sujet. Il est néanmoins inapte, même compilé, à certaines tâches. FORTRAN L'un des ancêtres des langages évolués. S'il reste encore très répandu en grosse et moyenne informatique, son implantation sur micro-ordinateur nous paraît des plus académiques. En effet, il survit encore bien, grâce au nombre de programmes scientifiques existants, et à la routine des universités dans cette branche, il semble néanmoins dépassé par la plupart des langages modernes. Généralement compilé, seuls les appareils haut de gamme en disposent, à partir de l'Apple II. Il faut noter que certains Basic compilés se montrent quasiment aussi puissants, tout en étant plus faciles à mettre en oeuvre. COBOL Langage des gestionnaires par excellence, Cobol reste encore très utilisé dans les SSCI. Par contre, il se pose le même problème que pour Fortran au niveau des microordinateurs, à savoir qu'il est démodé, et surtout particulièrement lourd. S'il existe essentiellement en compilateur, on ne le trouve que sur les machines de moyen ou de haut de gamme, dotées d'une importante mémoire centrale. Bien que très efficace au niveau gestion de fichiers, nous ne voyons pas très bien son utilité en micro-informatique. PASCAL Le langage qui a actuellement le vent en poupe. Complètement structuré, Pascal est un langage moderne particulièrement efficace. La plupart des machines disposent de ce langage, ce qui en dit long sur son adaptabilité. Il est généralement semi-interprété, c'est-à-dire, que le fichier « source » est compilé en code intermédiaire, le P-code, qui, lui est interprété. Sans avoir la rapidité d'un vrai compilateur, ce procédé assure tout de même une vitesse honorable. Avec Pascal, c'est l'avènement d'un nouveau type de programmation qui voit le jour. En tous les cas, il s'agit d'un langage polyvalent très performant. Notons toutefois que c'est la norme UCSD qui est en passe d'être consacrée standard en la matière. FORTH Bien connu des lecteurs de Micro-Systèmes, puisqu'il a servi de support à une initiation, il y a peu. C'est un langage un peu bizarre, beaucoup plus difficile à maîtriser qu'on ne le pense au premier abord. Il se situe en marge de ses homologues, car, tout en étant évolué et Octobre 1984 MICRO-SYSTEMES — 111



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 1Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 2-3Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 4-5Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 6-7Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 8-9Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 10-11Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 12-13Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 14-15Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 16-17Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 18-19Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 20-21Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 22-23Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 24-25Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 26-27Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 28-29Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 30-31Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 32-33Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 34-35Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 36-37Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 38-39Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 40-41Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 42-43Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 44-45Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 46-47Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 48-49Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 50-51Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 52-53Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 54-55Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 56-57Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 58-59Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 60-61Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 62-63Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 64-65Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 66-67Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 68-69Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 70-71Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 72-73Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 74-75Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 76-77Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 78-79Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 80-81Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 82-83Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 84-85Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 86-87Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 88-89Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 90-91Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 92-93Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 94-95Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 96-97Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 98-99Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 100-101Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 102-103Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 104-105Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 106-107Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 108-109Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 110-111Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 112-113Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 114-115Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 116-117Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 118-119Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 120-121Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 122-123Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 124-125Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 126-127Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 128-129Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 130-131Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 132-133Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 134-135Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 136-137Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 138-139Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 140-141Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 142-143Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 144-145Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 146-147Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 148-149Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 150-151Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 152-153Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 154-155Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 156-157Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 158-159Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 160-161Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 162-163Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 164-165Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 166-167Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 168-169Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 170-171Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 172-173Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 174-175Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 176-177Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 178-179Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 180-181Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 182-183Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 184-185Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 186-187Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 188-189Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 190-191Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 192-193Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 194-195Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 196-197Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 198-199Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 200-201Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 202-203Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 204-205Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 206-207Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 208-209Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 210-211Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 212-213Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 214-215Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 216-217Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 218-219Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 220-221Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 222-223Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 224-225Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 226-227Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 228-229Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 230-231Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 232-233Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 234-235Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 236-237Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 238-239Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 240-241Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 242-243Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 244-245Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 246-247Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 248-249Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 250-251Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 252-253Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 254-255Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 256-257Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 258-259Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 260-261Micro Systèmes numéro 46 octobre 1984 Page 262