Micro Systèmes n°34 septembre 1983
Micro Systèmes n°34 septembre 1983
  • Prix facial : 25 F

  • Parution : n°34 de septembre 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 422

  • Taille du fichier PDF : 325 Mo

  • Dans ce numéro : spécial guide du nouvel utilisateur de micro-ordinateurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 88 - 89  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
88 89
LES CRITERES DE CHOIX Choisir un système informatique n'est pas toujours facile. Ce choix implique auparavant une étude approfondie des buts poursuivis  : jeux, initiation, enseignement, calculs scientifiques, gestion... Bien souvent, il vous faudra réaliser un compromis entre le budget, les applications envisagées, les programmes (existants ou non)... Les fiches détaillées sur l'ensemble des micro-ordina- teurs commercialisé aujourd'hui en France, présentées dans les pages qui suivent, ont été préparées dans le but de vous donner une vue d'ensemble de la micro-informatique actuelle et de faciliter votre choix. Mais, avant de prendre votre décision, peut-être vous posez-vous encore quelques questions. Nous avons tenté ici de vous répondre. Quelles sont les caractéristiques les plus importantes à prendre en considération ? Si vous n'êtes pas informaticien, ou si vous souhaitez rentabiliser rapidement votre investissement micro-informatique, il est essentiel de vous renseigner sur la gamme des logiciels disponibles. Cette précaution est impérative en micro-informatique familiale, car les jeux dits d'arcades, type Pac-Man ou Space Invaders, sont parmi les programmes les plus difficiles à réaliser. En ce qui concerne les applications professionnelles, la bibliothèque de programmes est conditionnée par le système d'exploitation. Deux standards dominent actuellement le marche  : • CP/M  : sous différentes versions, dont MP/M pour l'utilisation multiposte s'adresse aux micro-ordinateurs construits autour d'un microprocesseur Z 80, ou d'un compatible, tels le 8085 d'Intel ou l'µPD 780 de NEC.• MS/DOS  : développé récemment par la société Microsoft à la demande d'IBM, est destiné aux systèmes architecturés autour de microprocesseurs 8/16 bits (type 8088) ou 16 bits (type 8086). Il convient de mentionner certains systèmes d'exploitation, certes moins répandus, mais appelés à un avenir prometteur  : • Unix  : sous différentes versions, équipe de nombreux ordinateurs de haut de gamme utilisés en mono et en multiposte.• Pascal U.C.S.D.  : dont le développement suivra celui du langage Pascal puisque la version développée par l'Université californienne de San Diego est souvent considérée comme l'une des meilleures. Le chois du microprocesseur est-il prépondérant ? A l'heure actuelle, la majorité des systèmes est équipée de microprocesseurs 8 bits. Pourtant, de nouveaux microprocesseurs, permettant le traitement des données par mots de 16 bits sont développés par les constructeurs depuis la fin des années 70. Ces composants, vrais 16 bits ou 8/16 bits, sont plus performants que les microprocesseurs 8 bits classiques, mais aussi plus chers. En ce qui concerne la rapidité intrinsèque d'un microprocesseur, celle-ci doit être pondérée par de nombreux éléments  : qualité de l'interpréteur (Basic ou autre), type de l'adressage et surtout existence de circuits périphériques  : clavier, écran, graphisme haute résolution, entrées/sorties... La capacité de la mémoire interne. Fst-ce un élément fondamental ? La mémoire interne comprend la mémoire morte (ROM, PROM) dans laquelle peuvent être stockés un ou plusieurs logiciels de base  : moniteur, langage de programmation, système d'exploitation... et la mémoire vive (RAM). Pour celle-ci, le seul critère véritablement significatif est la capacité accessible à l'utilisateur. En effet, sur de nombreuses machines, les langages et le système d'exploitation occupent une partie non négligeable de la mémoire vive (RAM) après leur chargement à partir de la mémoire de masse. Les besoins varient évidemment selon l'utilisation, mais il est cependant possible d'indiquer certains minimums par catégorie. Ainsi, un ordinateur familial devrait offrir au moins 16 K-octets de mémoire vive au programmeur Basic. Un bon système professionnel 16 bits nécessite au moins 128 à 256 K-octets. Quels sont les ékments permettant de juger de la qualité d'un da ; ier ? La majorité des systèmes actuels disposent d'un clavier dit mécanique, c'est-à-dire semblable à ceux des machines à écrire récentes. Cependant, quelques ordinateurs familiaux proposent des claviers sensitifs ou à membrane, souvent moins coûteux, mais dont la frappe n'est pas exempte de tout reproche. Les claviers ont deux dénominations principales  : « Qwerty » ou « Azerty », selon l'ordre des lettres de la première rangée, et correspondent respectivement aux standards américain et français. Un bon critère de choix est le nombre de touches. En effet, bien que certaines commandes (SHIFT, CONTROLE...) permettent de multiplier les possibilités de chaque touche, il est souvent agréable qu'à chaque instruction ne corresponde qu'une manipulation. Pour les utilisations professionnelles (traitement de textes), on s'attachera à vérifier la possibilité de générer les minuscules et les caractères accentués spécifiques au français. La présence de touches de fonction programmables confère aussi à l'utilisateur un confort non négligeable. Quel t$pe d'affichage choisir ? En fait, les constructeurs ne proposent que rarement le choix du dispositif d'affichage. Les plus répandus sont les moniteurs vidéo, monochrome ou couleur, et les téléviseurs. Dans ce dernier cas, il convient d'être attentif au standard utilisé. En effet, les téléviseurs français sont aux normes Secam, alors que de nombreux microordinateurs ne disposent que de sorties PAL. L'achat d'un adaptateur est alors nécessaire, ce qui augmente sensiblement le prix de revient de la machine. Les moniteurs vidéo monochromes sont généralement disponibles en noir et blanc, noir et vert, et noir et ambre. La première 88 — MICRO-SYSTEMES solution est généralement à proscrire car elle entraîne une fatigue notable de l'acuité visuelle. L'affichage se fait couramment sur 24 ou 25 lignes de 40 ou 80 caractères. Dans le cas de microordinateurs disposant de graphisme haute résolution, le critère retenu est le nombre de points que l'on peut afficher sur l'écran. A titre d'exemple, la définition d'une page graphique de l'Apple II est de 192 x 256 points. Il faut noter que les nouveaux types d'écran, à cristaux liquides, suscitent un intérêt justifié et semblent en passe de détrôner à moyen terme la suprématie du tube cathodique. Septembre 1983
Guide du nouvel utilisateur de micro-ordinateur Pourquoi e‘iste-t-il plusieurs supports de mémoire de masse Les différents supports sont classés en trois catégories principales  : cassettes, disques souples et disques durs. Les cassettes magnétiques existent en deux dimensions  : soit au standard audio, soit micro. Deux types de micro-cassettes sont disponibles. L'un est une miniaturisation de cassettes audio, guère performantes, n'équipant que des ordinateurs de poche. L'autre, faisant appel à une technologie numérique, est retenu sur certains systèmes de haut de gamme, tels les HP série 80. Les cassettes audio standard sont le support privilégié des ordinateurs bon marché. Un magnétophone classique suffit en effet pour la lecture et l'enregistrement. Le principal reproche concerne le temps de chargement. Si une cassette C 60 (une heure d'écoute) permet un stockage de quelques centaines de kilo-octets, il faudra donc une heure pour en charger le contenu ! C'est pour résoudre ces problèmes, incompatibles avec une utilisation professionnelle, que furent développés les disques souples. Ceux-ci existent en deux diamètres  : 5" 1/4 (environ 13 cm) et 8" (20 cm). Si la capacité est de quelques centaines de kilo-octets pour les premiers, et d'un peu plus d'un méga-octet pour les seconds (un million de caractères), le temps d'accès est réduit à quelques centaines de millisecondes. Le principal avantage de ce type de support est la facilité de dupliquer les enregistrements. La plus performante de toutes ces solutions est sans doute le disque dur. Pouvant stocker de 5 à 20 millions d'octets selon la technologie, leur utilisation est cependant un peu plus complexe. Ce type de mémoire de masse est donc réservé aux applications professionnelles nécessitant le stockage de nombreuses informations  : fichier clients, par exemple. Comment distinguer les différents tm)es de Basic ? La société américaine Microsoft a développé une version du langage Basic servant généralement de standard, le M.Basic 5.0. Mais de nombreux constructeurs proposent leurs propres versions. Les instructions de base sont généralement semblables et les différences ne portent que sur des commandes supplémentaires. Pour les applications familiales, le Basic classique peut être augmenté d'instructions spécifiques destinés aux commandes gra- phiques et sonores. En général, tous les micro-ordinateurs n'utilisent pas les mêmes ordres. Ainsi, la programmation d'un générateur de sons nécessite l'introduction de trois paramètres  : fréquence, durée, volume. L'instruction peut être très simple — Call Sound (F, D, V), par exemple — ou très compliquée. Lorsque le Basic est résident, la taille de la mémoire morte peut donner une bonne indication sur sa puissance  : plus celle-ci est importante, plus le Basic dispose d'instructions performantes. Est-il nécessaire d'acquérir d'autres langages que le Basic ? Si le Basic est le langage le plus souvent retenu pour les microordinateurs, ceci est dû en grande partie à sa facilité d'utilisation. Il n'en permet pas moins de couvrir la majeure partie des applications professionnelles, en particulier grâce à ses aptitudes à la gestion de fichiers. Pourtant de nombreux autres langages sont disponibles actuellement sur les systèmes individuels, car ils répondent à des besoins spécifiques. Le langage Pascal, nécessitant une programmation structurée, semble promis à un bel avenir, mais il est plus difficilement assimi- lable. L'une des versions du Pascal les plus performantes, le Pascal U.C.S.D., est dotée de son propre système d'exploitation. Encore peu répandu, le langage Forth permet au programmeur de créer ses instructions. La meilleure illustration des possibilités de ce langage est certainement donnée par Atari, le géant des jeux vidéos, qui l'utilise pour la programmation de ses jeux d'arcades. Autre création récente, le langage Logo, particulièrement adapté à l'enseignement, semble lui aussi appelé à se développer. Que penser du marché des n►icro-ordinateurs d'occasion ? La micro-informatique est une technique de pointe, appelée à évoluer très vite. L'achat d'une machine d'occasion comporte donc le risque d'acquérir un micro-ordinateur démodé ou moins performant que les nouveaux systèmes développés. Cependant, certains micro-ordinateur ayant connu une large diffusion, et toujours commercialisés actuellement, bénéficient d'un véritable marché parallèle. Nos petites annonces gratuites de ventes et d'achats de maté- riels, et le succès qu'elles remportent auprès de nos lecteurs, sont à ce point significatif pour comprendre la place toujours plus importante occupée aujourd'hui par le marché de l'occasion. Nous consacrons d'ailleurs à cette rubrique une place toujours croissante de numéro en numéro. Néanmoins, dans ce domaine, il convient avant tout de s'assurer de la portabilité des logiciels et des possibilités de réparations avant d'envisager l'achat de matériel d'occasion. En conclusion, quelles sont les tendances dominantes qui ressortent de cette étude'Il est indéniable, en ce qui concerne la micro-informatique professionnelle, que l'on assiste à une certaine normalisation autour de deux standards  : • Alliance du microprocesseur Z 80, ou d'un circuit de même type, et du système d'exploitation CP/M. Cette architecture classique est celle de très nombreux systèmes professionnels 8 bits et concerne un très large éventail de logiciels d'application.• Microprocesseur 8/16 bits du type Intel 8088 ou 16 bits du type Intel 8086, associé au système d'exploitation MS/DOS. Il est aisé de constater que le marché de la micro-informatique propose de plus en plus d'ordinateurs (d'ailleurs, le nombre de systèmes présentés s'est considérablement élargi depuis notre dernier panorama) et de moins en moins d'originalités... Septembre 1983 Une autre tendance remarquable est l'émergence des microordinateurs portables. Seul sur le marché des portables il y a encore un an, l'Osborne est aujourd'hui entouré d'une dizaine de concurrents. Au NCC de Los Angeles, au mois de juin dernier, nous avons pu constater que de nombreux constructeurs s'engagent dans cette voie. Ce type de machines sera certainement appelé à occuper une part croissante du marché. On assiste aussi à une coupure très nette entre, d'une part, la micro-informatique à usage familiale, avec des machines à bas prix (moins de 5 000 F), dotée de la couleur et de possibilités graphiques haute résolution ou de synthétiseurs, et la micro-informatique professionnelle d'autre part, très éloignée de ces petits micros, tant en ce qui concerne les performances que les prix. MICRO-SYSTEMES — 89

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12-13 14-15 16-17 18-19 20-21 22-23 24-25 26-27 28-29 30-31 32-33 34-35 36-37 38-39 40-41 42-43 44-45 46-47 48-49 50-51 52-53 54-55 56-57 58-59 60-61 62-63 64-65 66-67 68-69 70-71 72-73 74-75 76-77 78-79 80-81 82-83 84-85 86-87 88-89 90-91 92-93 94-95 96-97 98-99 100-101 102-103 104-105 106-107 108-109 110-111 112-113 114-115 116-117 118-119 120-121 122-123 124-125 126-127 128-129 130-131 132-133 134-135 136-137 138-139 140-141 142-143 144-145 146-147 148-149 150-151 152-153 154-155 156-157 158-159 160-161 162-163 164-165 166-167 168-169 170-171 172-173 174-175 176-177 178-179 180-181 182-183 184-185 186-187 188-189 190-191 192-193 194-195 196-197 198-199 200-201 202-203 204-205 206-207 208-209 210-211 212-213 214-215 216-217 218-219 220-221 222-223 224-225 226-227 228-229 230-231 232-233 234-235 236-237 238-239 240-241 242-243 244-245 246-247 248-249 250-251 252-253 254-255 256-257 258-259 260-261 262-263 264-265 266-267 268-269 270-271 272-273 274-275 276-277 278-279 280-281 282-283 284-285 286-287 288-289 290-291 292-293 294-295 296-297 298-299 300-301 302-303 304-305 306-307 308-309 310-311 312-313 314-315 316-317 318-319 320-321 322-323 324-325 326-327 328-329 330-331 332-333 334-335 336-337 338-339 340-341 342-343 344-345 346-347 348-349 350-351 352-353 354-355 356-357 358-359 360-361 362-363 364-365 366-367 368-369 370-371 372-373 374-375 376-377 378-379 380-381 382-383 384-385 386-387 388-389 390-391 392-393 394-395 396-397 398-399 400-401 402-403 404-405 406-407 408-409 410-411 412-413 414-415 416-417 418-419 420-421 422


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 1Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 2-3Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 4-5Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 6-7Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 8-9Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 10-11Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 12-13Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 14-15Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 16-17Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 18-19Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 20-21Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 22-23Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 24-25Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 26-27Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 28-29Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 30-31Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 32-33Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 34-35Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 36-37Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 38-39Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 40-41Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 42-43Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 44-45Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 46-47Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 48-49Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 50-51Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 52-53Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 54-55Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 56-57Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 58-59Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 60-61Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 62-63Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 64-65Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 66-67Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 68-69Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 70-71Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 72-73Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 74-75Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 76-77Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 78-79Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 80-81Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 82-83Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 84-85Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 86-87Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 88-89Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 90-91Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 92-93Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 94-95Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 96-97Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 98-99Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 100-101Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 102-103Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 104-105Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 106-107Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 108-109Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 110-111Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 112-113Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 114-115Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 116-117Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 118-119Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 120-121Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 122-123Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 124-125Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 126-127Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 128-129Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 130-131Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 132-133Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 134-135Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 136-137Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 138-139Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 140-141Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 142-143Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 144-145Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 146-147Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 148-149Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 150-151Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 152-153Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 154-155Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 156-157Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 158-159Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 160-161Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 162-163Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 164-165Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 166-167Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 168-169Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 170-171Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 172-173Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 174-175Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 176-177Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 178-179Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 180-181Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 182-183Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 184-185Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 186-187Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 188-189Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 190-191Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 192-193Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 194-195Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 196-197Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 198-199Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 200-201Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 202-203Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 204-205Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 206-207Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 208-209Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 210-211Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 212-213Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 214-215Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 216-217Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 218-219Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 220-221Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 222-223Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 224-225Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 226-227Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 228-229Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 230-231Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 232-233Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 234-235Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 236-237Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 238-239Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 240-241Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 242-243Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 244-245Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 246-247Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 248-249Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 250-251Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 252-253Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 254-255Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 256-257Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 258-259Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 260-261Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 262-263Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 264-265Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 266-267Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 268-269Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 270-271Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 272-273Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 274-275Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 276-277Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 278-279Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 280-281Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 282-283Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 284-285Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 286-287Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 288-289Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 290-291Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 292-293Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 294-295Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 296-297Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 298-299Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 300-301Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 302-303Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 304-305Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 306-307Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 308-309Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 310-311Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 312-313Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 314-315Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 316-317Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 318-319Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 320-321Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 322-323Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 324-325Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 326-327Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 328-329Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 330-331Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 332-333Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 334-335Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 336-337Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 338-339Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 340-341Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 342-343Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 344-345Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 346-347Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 348-349Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 350-351Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 352-353Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 354-355Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 356-357Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 358-359Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 360-361Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 362-363Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 364-365Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 366-367Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 368-369Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 370-371Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 372-373Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 374-375Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 376-377Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 378-379Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 380-381Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 382-383Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 384-385Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 386-387Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 388-389Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 390-391Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 392-393Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 394-395Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 396-397Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 398-399Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 400-401Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 402-403Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 404-405Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 406-407Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 408-409Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 410-411Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 412-413Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 414-415Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 416-417Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 418-419Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 420-421Micro Systèmes numéro 34 septembre 1983 Page 422