Micro Systèmes n°33 jui/aoû 1983
Micro Systèmes n°33 jui/aoû 1983
  • Prix facial : 21 F

  • Parution : n°33 de jui/aoû 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 198

  • Taille du fichier PDF : 154 Mo

  • Dans ce numéro : spécial NCC'83... les nouveaux produits présentés à Los Angeles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 150 - 151  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
150 151
sur toute la planète. Ecrire directement ? N'utiliser l'ordinateur que pour les révisions ? Le stockage ? Recourir aux programmes de vérification d'orthographe (je suis contre  : un gadget inutile) ? Et, j'ajouterais, tenir compte des ineffables surprises liées aux opérations d'impression  : problèmes de pas d'impression, de format, de mise en page... Considérations « robotéthiques D'ailleurs, toutes ces activités termineront bien un jour entre les pattes des robots, comme disait M. Beregovoy, l'autre jour, à la télévision. Alors, à nous la chaise longue, le pastis et le soleil ! Avec une petite inquiétude, peut-être  : savoir si le robot ne fait pas des bêtises, pendant que nous avons le dos tourné, justement. Isaac Asimov y a pensé avant vous. Vous connaissez les trois lois d'Asimov ? Lisez en fin d'article l'encadré, vous serez fixé. Il se trouve que les Américains, eux, ne se sentent pas très rassurés ; ils commencent à se poser des questions, suscitées par la prolifération des articles sur les robots, dans la presse, autant que par celle des robots euxmêmes. Des questions du genre  : l'application des lois d'Asimov permettra-t-elle aux robots d'aller travailler dans une usine nucléaire ? de contribuer à la fabrication d'une bombe atomique ? d'interdire aux enfants l'accès aux revues pornographiques ? etc. Infoworld (vol. 5. n°17) cite un professeur du Wisconsin qui a décidé de créer la « Société pour l'Ethique Fonctionnelle Algorithmique ». Les mots sont choisis de manière à former le sigle « SAFE ». Si cela vous intéresse, vous pouvez écrire à Marylin Levine, PhD, 4210, North Farwell, Shorewood, WI 53211, USA. Non, les robots n'auront pas notre peau ! Mémoires virtuelles Jusqu'à une époque assez récente, un micro-ordinateur avec 32 Ko de mémoire était presque un luxe. Aujourd'hui, des capacités de 256 Ko sont à la portée de tout un chacun. Et voici que le concept de mémoire virtuelle, qui était l'apanage des gros systèmes, s'applique à présent aussi aux micro-ordinateurs. Des espaces mémoire qui donnent le vertige  : jusqu'au milliard d'octets ! Byte d'avril consacre un important article à ce sujet, et analyse quatre dispositifs de gestion de mémoire récemment développés  : l'iAPX 286 d'Intel (capacité virtuelle adressable maximale un milliard d'octets), le MC68451 de Motorola (16 millions d'octets), le Z8010 de Zilog (8 millions d'octets) et le Z8015, de Zilog également (8 millions d'octets). Un cinquième dispositif, le NS16082 de National Semi Conductor est décrit dans un autre article du même numéro. Ces dispositifs se présentent sous la forme de chips associés aux microprocesseurs correspondants (8086, MC68000, Z80000, etc.). Le début de l'article vous rappelle, en outre, les principes de mise en œuvre des mémoires virtuelles. Périphériques ‘11111111 De temps en temps, les magazines américains consacrent une partie importante de leurs livraisons, voire un numéro spécial, à une revue complète des produits offerts sur le marché. C'est le tour de Mini-Micro Systems qui, dans un numéro spécial « Printemps 1983 » présente tout ce qui se fait comme périphériques. Ceux-ci sont répartis en trois groupes  : imprimantes, disques et disquettes, terminaux (claviers-écrans). L'ensemble est complété par un répertoire des constructeurs. Un'outil certainement utile pour entreprendre choix et comparaisons. Toujours côté périphériques, Compute ! de mai présente de nouveaux dispositifs à double fonction d'impression de texte et de traçage de courbes, à très bon marché. Evidemment, les performances de ces appareils ne sont pas comparables à celles des imprimantes conventionnelles. Leur mission n'est pas la même non plus. L'article passe quelques modèles en revue  : Atari 1020, 10 cps, $ 299 ; Commodore CBM 1520, prévu pour le VIC-20 et le Commodore 64, $ 200 ; Radio Shack CGP-115, 12 cps, $ 250 ; Texas Instruments HX- 1000, enfin, prévu pour le TI- 99/2 ou le TI-99/4A avec une interface appropriée, $ 200. Tous à quatre couleurs. De quoi illustrer joliment, à condition de ne pas être pressé, vos rapports, missives et autres productions. P IBM Toujours plus Forth Mais si vous avez un Apple II et si vous êtes fana de Forth, « le pied » pourrait bien être le nouveau package dit « Graforth » décrit dans Infoworld (vol. 5, n°17). Pour $ 75 seulement, nos collègues américains ont accès à des fonctions graphiques (sur écran) tirant parti de toutes les ressources de Forth, étendues aux applications graphiques. Par exemple, la constitution d'un dictionnaire de formes primitives que vous pouvez assembler et animer. En six couleurs. Avec, en plus, des possibilités de génération de caractères propres au programme (majuscules et minuscules, polices, etc.). Et enfin, des « primitives » utilisables pour la création musicale. De quoi bâtir un véritable synthétiseur. Le Xenix des hôtes de ces bois g'suMMIN Il est possible, cependant, que les belles images multicolores mises en musique par « Herbert Von Graforth » vous laissent de marbre. Vous préférez peut-être vous concentrer sur le « blues » des systèmes d'exploitation, où chacun, à tour de rôle, prend le chorus. CP/M- 86, MSDOS, UNIX ? Voici que s'élève la voix prenante de Xenix, la nouvelle tête d'affiche de Microsoft. Infoworld (vol. 5, n°18) rapporte que la firme de Bellevue, Washington, souhaite promouvoir ce système d'exploitation comme un standard applicable à la nouvelle génération des 16 bits. Je n'ai pas très bien compris les raisons de cette am- bition. Sinon la nécessité d'offrir une alternative par rapport à UNIX, le système développé par les laboratoires Bell. Il semblerait que XENIX soit d'un usage plus « convivial » et, surtout, qu'il bénéficie de la compatibilité avec MSDOS, pour l'IBM PC. On en reparlera certainement. 111111111'Courrier du coeur Ma citation des propos de E.W. Dijkstra (Micro-Systèmes de janvier) m'a valu d'autres commentaires dont j'ai pris connaissance trop tard pour pouvoir les joindre à ceux de M. Martin, publiés le mois dernier. MM. Langlet et Mathieu m'excuseront de ne pouvoir citer leurs (longues) lettres en entier. M. Gérard Langlet, coordonnateur à la DESICP (CEA), prend lui aussi la défense d'APL  : (...) Lorsque nous avons besoin d'un nouveau langage pour une application particulière, et qu'aucun des outils à notre disposition ne fait vraiment l'affaire, nous en créons un nouveau. Je vous signale que toutes les modélisations sont d'abord effectuées en APL, car ce langage symbolique et synthétique permet de découvrir beaucoup plus rapidement les failles de logique que n'importe quel autre. (...) La transcription d'algorithmes ainsi dégraissés et optimisés, en Fortran, en PL/I ou en Basic(s) par exemple, reste un jeu d'enfant, mais on obtient des programmes qui battent en performances tout ce qui aurait pu être écrit directement. (...) Si nous effectuons ces transcriptions, au lieu d'utiliser dans tous les cas le programme APL, c'est essentiellement pour des raisons de portabilité (tous les ordinateurs n'ont pas, hélas, APL disponible, ou lorsqu'il existe, il est assez souvent incomplet ou trop peu rapide, ou alors l'espace de travail a une taille trop petite). (...) Il est vrai, par exemple, comme le dit M. Dijkstra, que toute la programmation actuelle est une programmation du passé. APL n'aurait dû se développer que sur des machines à architecture parallèle, mais, il y a vingt ans, cela n'existait pas, et IBM a eu bien 150 — MICRO-SYSTEMES Juillet-Août 1983
du mérite à greffer cet outil sur les architectures existantes... (...) La notation APL est d'ailleurs totalement indépendante, a priori, de l'informatique. Elle peut exprimer des concepts que d'autres notations, y compris la notation mathématique classique (...), sont incapables d'exprimer. C'est donc bien, et probablement pour longtemps, le langage du futur... (...) Je terminerai en ajoutant qu'à mon sens APL est le seul langage que l'on pourrait enseigner facilement (...) à des esprits vierges, par exemple dans les écoles maternelles ! Je mets au défi qui que ce soit d'en faire autant avec les Basic(s) ou tout autre cousin, y compris le Pascal... M. Langlet termine sa lettre en proposant un jeu  : 1° A quoi correspond l'expression APL  : -/-50 t 1 1 ? 100 100 p 1000 2° Essayer d'exprimer cela  : a) avec un autre langage, b) en notation mathématique. (Mon correspondant a eu l'heureuse idée de joindre la solution  : somme de la série alternée des 50 derniers éléments de la diagonale principale d'un tableau de 100 lignes et de 100 colonnes, tirés au hasard, avec répétition possible, parmi les entiers de 1 à 1000.) M. Christian Mathieu, de son côté, n'est pas un chaud partisan de Basic  : Vous publiez volontiers les bonnes raisons qui excusent Basic, passant ainsi un doux baume au coeur de tous ceux qui suivent la mode actuelle en accord avec nos constructeurs et nos administrations de tutelle. Vous vous contentez de relever les propos les plus extrémistes de tel ou tel Dijkstra, en prenant grand soin de lui donner la couleur (concepteur de Pascal) propre à le faire taxer de partialité... M. Mathieu oppose ensuite Pascal à Basic, et poursuit  : (...) En fait, c'est une clarté sur la présentation des instructions qui est l'intérêt majeur des langages structurés... (...) Quand on a beaucoup pratiqué les organigrammes « à ficelles », on peut découvrir que la recherche des erreurs prend plus de temps que l'organisation de la pensée. Il faut alors avoir le temps nécessaire à l'étude d'autres méthodes et à la pratique qui doit suivre. Tous ceux qui pianotent jusqu'à minuit ont-ils ce temps ? Quand ils découvriront le temps qu'ils perdent, auront-ils la possibilité de changer ? C'est cela que la méchante phrase de Dijkstra (à propos de Basic) exprime. M. Mathieu termine sa lettre en déclarant  : On pourrait, pour conclure, rêver de la reprise d'un trait de génie français comme LSE. Cette reprise passerait aujourd'hui par l'écriture d'un Interpréteur type Pascal-Ada simplifié, avec des mots clés français, et surtout une équipe nationale d'ingénieurs chargés d'adapter ce langage à toute machine du marché... (...) Inconvénients ? (...) Il n'est bien sûr pas envisageable de supprimer l'importation, mais il est sûr que cette perspective représente un manque à gagner, suffisant à faire beaucoup d'amis à Basic et d'ennemis à tout ce qui changerait l'actuel, et l'habitude du chacun pour soi. B Les trois lois d'Asimov pour la robotique Dans son ouvrage « I, Robot », paru aux Etats- Unis en 1957, Asimov définit ainsi les trois lois fondamentales de la robotique  : 1 0 Un robot ne doit pas nuire à un être humain ou, par son inaction, laisser un être humain subir un préjudice. 2° Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si l'exécution de ces ordres est contraire aux dispositions de la première loi. 3° Un robot doit protéger sa propre existence aussi longtemps qu'une telle protection n'est pas contraire aux dispositions de la première ou de la seconde loi. On trouve l'énoncé de ces lois dans un de ses ouvrages  : « Un défilé de robots », paru aux éditions J'ai Lu. le C'est nIonient vé d'actieter le Lit chez votre revend ° oV,abe 01210 FERNEY VOLTAIRE. SLASH STÉ. Rsd Fleurie Chem. Blanche Brule. 150) 4282 32. 03310 VILLEBRET. TRENOY. La Goutelle. (70) 03.82.91. 05000 GAP. ALPES CONSEIL INFORMATIQUE. Charance. (92) 51.72.39. 06100 NICE. INFORMAT. INDEP. & DECENTRAL. (2 I D). 15, rue Michelet. (93) 5131.59. 06300 NICE. M.I.S. 5, rue Alexandre Mari. (93) 80.53.86. 13001 MARSEILLE. I.D.C. GESTION. 17, rue Grignan. (91) 54.41.55. 13008 MARSEILLE. LOGICIELS & SERVICES INFORM. LS.I. 255, avenue du Prado. (91) 78.74.70. 13009 MARSEILLE. S.I.GA.P. 5, Beauvallon-Prairie. Chemin de Morgiou. (91) 82.04.52. 14009 CAEN. LAMY RENE Ets. Quai de Normandie. (31) 83.81.81 24100 BERGERAC. POLY SERVICE. Les Galinoux-Creysse. (53) 57.62.24. 26000 VALENCE. ORMA. 4, rue Mirabel Chambaud. (75) 42.04.88. 31000 TOULOUSE. AMI. 17-18, place Dupuy. (61) 63.97.26. 33000 BORDEAUX. AMI. 22-24, bd Pierre ler. (56) 52.34.38. 38000 GRENOBLE. DOM ALPES. 45, avenue Alsace Lorraine. (76) 87.1626. 38120 SAINT-ÉGRÈVE. DEFI. 2, rue St-Robert. (76) 75.07.42. 38511 VOIRON. SAFRA. bd Franklin-Roosevelt (76) 05.8133. 44000 NANTES. AMI. SIGMA 2000. bd Vincent-Gache. (40) 20.58.50. 51100 REIMS. G.I.B. 27, avenue de Paris. (26) 08.65.77. 59000 LILLE. AMI. 166, rue de Paris. (20) 54.00.38. 59650 VILLENEUVE D'ASCQ. E.G.I.B. place Salvador Alliende. Immeuble Métroport porte B. (20) 91.67.30. 60026 BEAUVAIS. I.SAG.R.I. rue Pierre-Waguet. (4) 445.82.63. 61000 ALENÇON. TEMPSX. 42-44, rue du Mal de Lattre de Tassigny., 33) 26.79.98. 62400 BETHUNE. RUFFIN Ets. 149-165, rue Sadi-Carnot (21) 25.29.39. 66000 PERPIGNAN. D.S.I. Rés. Concorde 2.11, bd Kennedy. (68) 50.15.03. 66000 PERPIGNAN. MAB DOM. 2, place de Catalogne. (68) 34.07.69. 67000 BISCHHEIM. S.L.I.G. 1, rue du Marais. (88) 83.32.74. 69006 LYON. AMI. 51, rue de Bellecombe. (7) 852.03.92. 69007 LYON. DOM ÉLECTRONIQUE. 274. rue de Crequi. (7) 872.49.52. 73190 CHALLES LES EAUX. RESO. 18-27, Route Nationale 6. (79) 70.24.36. 75014 PARIS. AMI. 149-153, rue Raymond Losserand. (1) 545.54.13. 75015 PARIS. AMI. 15 bis, bd Victor. (1) 842.49.40. 75015 PARIS. AMI. 54, rue Sébastien Mercier. (1) 577.92.21. 75016 PARIS. AMI. 129, bd Exelmans. (1) 743.19.06.• 77500 CHELLES. LOGIDIF. 10, rue Jehan de Chelles. (6) 426.18.76. 85100 LES SABLES D'OLONNE. TESSON SA. La Gabaude. (51) 32.0168. 88000 EPINAL. PRONORGA. 46, quai des Bons Enfants. (29) 35.46.86. 91004 EVRY. B.G.I. B.P. 118. (6) 499.83.11 92100 BOULOGNE BILLANCOURT. AMI. 45, rue de l'Est (1) 603.76.92. 92100 BOULOGNE BILLANCOURT. OFINTEC. 2, rue Louis Pasteur. (1) 603.07.81 92100 BOULOGNE BILLANCOURT. AMI. 101, bd Jean-Jaurès. (1) 604.80.40. 92120 MONTROUGE. LOGOS INFORMATIQUE. 25, av. de Verdun. (1) 655.21.01. 93120 LA COURNEUVE. INFORMATIQUE TRANSPORT. 7 à 15, av. Louis Blériot. Z I. (1) 837.68.48. 94160 SAINT-MANDE. CABINET LASTERNAS. 10, av. Alphand. (1) 328.49.52. 94596 RUNGIS. B.G.I. 40, rue du Séminaire. (1) 687.02.73. Société Nouvelle LogAbux Juillet-Août 1983 MICROSYSTEMES - 151



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 1Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 2-3Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 4-5Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 6-7Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 8-9Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 10-11Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 12-13Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 14-15Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 16-17Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 18-19Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 20-21Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 22-23Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 24-25Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 26-27Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 28-29Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 30-31Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 32-33Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 34-35Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 36-37Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 38-39Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 40-41Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 42-43Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 44-45Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 46-47Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 48-49Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 50-51Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 52-53Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 54-55Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 56-57Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 58-59Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 60-61Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 62-63Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 64-65Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 66-67Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 68-69Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 70-71Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 72-73Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 74-75Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 76-77Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 78-79Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 80-81Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 82-83Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 84-85Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 86-87Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 88-89Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 90-91Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 92-93Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 94-95Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 96-97Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 98-99Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 100-101Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 102-103Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 104-105Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 106-107Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 108-109Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 110-111Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 112-113Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 114-115Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 116-117Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 118-119Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 120-121Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 122-123Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 124-125Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 126-127Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 128-129Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 130-131Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 132-133Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 134-135Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 136-137Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 138-139Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 140-141Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 142-143Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 144-145Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 146-147Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 148-149Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 150-151Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 152-153Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 154-155Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 156-157Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 158-159Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 160-161Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 162-163Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 164-165Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 166-167Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 168-169Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 170-171Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 172-173Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 174-175Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 176-177Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 178-179Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 180-181Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 182-183Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 184-185Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 186-187Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 188-189Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 190-191Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 192-193Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 194-195Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 196-197Micro Systèmes numéro 33 jui/aoû 1983 Page 198