Micro Systèmes n°32 juin 1983
Micro Systèmes n°32 juin 1983
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°32 de juin 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 230

  • Taille du fichier PDF : 178 Mo

  • Dans ce numéro : intelligence artificielle, robots et systèmes experts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 140 - 141  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
140 141
Le swapping est un va-et-vient entre disque et mémoire centrale qui simule une mémoire unique gigantesque. Dossier REG. DE BASE Base déplacement adresse réelle moires. Les professionnels regroupent ces procédés sous le concept de mémoire virtuelle. Nous nous contenterons ici d'en donner un « avant-goût »... Les ordinateurs « partageables » comportent toujours une mémoire de masse, généralement des disques, qui présente deux avantages. Plus vaste, pour un coût du bit très faible, que la mémoire vive « centrale », elle est non-volatile du fait des procédés d'enregistrement magnétique. Il est tentant d'utiliser ces mémoires de masse comme si elles étaient la mémoire vive du système, donc considérablement plus vaste que la mémoire « réelle » que l'on peut s'offrir au même prix. Une objection pourtant  : un processeur ne peut pas exécuter des instructions inscrites sur un disque magnétique. Qu'à cela ne tienne, on copiera dans une partie de mémoire vive la ou les parties du programme qui sont en cours d'exécution. Ce qui est bien suffisant, si l'on constate naïvement que le contenu d'une mémoire REGION ALLOUEE AU PROCESSUS Fig. 10. - L'adresse réelle des instructions est obtenue après addition de la valeur contenue dans le registre de base et le déplacement défini dans le champ de l'instruction. d'ordinateur est constitué, pour l'essentiel de processus suspendus, de données qui ne sont pas en cours de traitement, etc. Lorsqu'il est fait appel à une autre région du programme, le système d'exploitation vient lire la partie correspondante sur le disque pour la placer en mémoire centrale. Lorsque sa taille est supérieure à la mémoire disponible, il « fait de la place » en recopiant sur le disque un morceau du programme ou des données qui ne sont pas utilisées pour le moment. P R 0 C E E u R MEMOIRE PRINCIPALE (RAM) Ce va-et-vient, appelé swapping par les Anglo-Saxons, est bien une sorte d'échange entre mémoire secondaire et mémoire principale, auquel se livre l'ordinateur pour faire semblant d'avoir une mémoire unique gigantesque (fig. 11). Ce procédé, fort complexe, présente néanmoins des inconvénients. Il n'existe pas de miracle en informatique  : le disque, bien moins cher que la mémoire centrale (par bit), est aussi beaucoup plus lent d'accès. Lire un octet sur disque exige entre 10 et 100 millisecondes, contre quelques centaines de nanosecondes en mémoire vive. Les solutions correctes sont donc des compromis qui reposent sur deux principes  : • éviter de multiplier les entrées/sorties de swapping en maintenant en mémoire vive les morceaux de programme ou les données « les plus utilisés », • utiliser judicieusement la répartition du temps entre les processus, afin de procéder aux entrées/sorties sur disque pendant que d'autres s'exécutent. Lorsque ces opérations sont bien réalisées, la dégradation de performances, malheureusement inévitable, reste très acceptable, voire invisible, depuis une console de dialogue. Il va de soi que le composant du système d'exploitation qui gère la mémoire constitue le « gros morceau » du système d'exploitation, quand il adminis- Fig. I - L'utilisation de mémoire virtuelle consiste à effectuer un va-et-vient incessant (swapping) entre le disque et la mémoire centrale. 140 — MICRO-SYSTEMES Juin 1983
Les systèmes d'exploitation Dossier tre une mémoire virtuelle sophistiquée. Programmer un microprocesseur pour un jeu vidéo, pour mettre en oeuvre des feux de circulation, ou pour guider un missile, nécessite l'accès aussi direct que possible aux divers dispositifs d'entrée/sortie, des plus simples (un voyant lumineux), aux plus complexes (les capteurs d'une fusée). Ce qui est tout à fait normal lorsqu'un processeur est destiné à une tâche unique et bien déterminée, est exclu dans le cadre d'ordinateurs à usage général, dans lesquels les programmes se succèdent et cohabitent avec des objectifs divers et variés. Un système d'exploitation multi-utilisateur ne se conçoit qu'à deux conditions  : • les entrées/sorties se déroulent principalement « en parallèle » avec les processus de traitement,• les processus sont mutuelle- ment protégés contre les erreurs, y compris celles relevant d'entrées/sorties. Les conséquences de ceci sont de deux ordres  : — pour le matériel, cela conduit à l'utilisation de techniques d'entrées/sorties sur interruption ou en « accès direct mémoire » (DMA) ; — pour le logiciel, à la centralisation des ordres d'entrées/sorties au sein de routines standard du système d'exploitation. En pratique, les opérations d'entrées/sorties sont regroupées dans des modules « normalisés », à raison d'un par type de dispositif  : un module pour tous les disques souples, un pour tous les terminaux écran/clavier alphanumériques, etc. En anglais, on parle de device handlers ; littéralement des « manipulateurs de dispositif ». Ces handlers sont accessibles sous forme d'appels-superviseur, qui passent par un nombre limité de « points d'entrée », voire un seul. Logiquement, ces points d'entrée sont semblables à autant de « guichets » où sont présentées des requêtes d'entrées/sorties, qui s'accompagnent des paramètres adéquats, structurés en mémoire sous forme de « fiches » de format imposé (à l'image des formulaires présentés à une administration). Par exemple, une demande de lecture d'une disquette sera assortie des renseignements suivants  : numéro d'unité d'entraînement (drive), face, piste, secteur, adresse pour ranger l'information en mémoire, etc. Après un filtrage destiné à éliminer les demandes dépourvues de sens, ou même dangereuses, le système d'exploitation oriente la requête vers le handler correspondant au genre de périphéri- Un appel (REQUETE) accompagné d'une... passe par un... GUICHET qui oriente sur un... HANDLER qui met la fiche en file d'attente Juin 1983 Fig. 12. — Les entrées/sorties sont gérées à l'aide de « handler », modules particuners, accessibles par l'intermédiaire de points d'entrée  : les « guichets ». MICRO-SYSTEMES — 141



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 1Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 2-3Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 4-5Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 6-7Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 8-9Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 10-11Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 12-13Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 14-15Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 16-17Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 18-19Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 20-21Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 22-23Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 24-25Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 26-27Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 28-29Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 30-31Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 32-33Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 34-35Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 36-37Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 38-39Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 40-41Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 42-43Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 44-45Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 46-47Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 48-49Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 50-51Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 52-53Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 54-55Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 56-57Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 58-59Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 60-61Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 62-63Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 64-65Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 66-67Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 68-69Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 70-71Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 72-73Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 74-75Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 76-77Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 78-79Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 80-81Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 82-83Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 84-85Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 86-87Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 88-89Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 90-91Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 92-93Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 94-95Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 96-97Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 98-99Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 100-101Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 102-103Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 104-105Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 106-107Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 108-109Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 110-111Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 112-113Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 114-115Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 116-117Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 118-119Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 120-121Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 122-123Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 124-125Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 126-127Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 128-129Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 130-131Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 132-133Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 134-135Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 136-137Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 138-139Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 140-141Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 142-143Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 144-145Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 146-147Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 148-149Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 150-151Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 152-153Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 154-155Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 156-157Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 158-159Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 160-161Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 162-163Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 164-165Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 166-167Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 168-169Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 170-171Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 172-173Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 174-175Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 176-177Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 178-179Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 180-181Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 182-183Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 184-185Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 186-187Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 188-189Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 190-191Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 192-193Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 194-195Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 196-197Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 198-199Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 200-201Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 202-203Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 204-205Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 206-207Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 208-209Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 210-211Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 212-213Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 214-215Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 216-217Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 218-219Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 220-221Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 222-223Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 224-225Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 226-227Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 228-229Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 230