Micro Systèmes n°32 juin 1983
Micro Systèmes n°32 juin 1983
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°32 de juin 1983

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 230

  • Taille du fichier PDF : 178 Mo

  • Dans ce numéro : intelligence artificielle, robots et systèmes experts.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 112 - 113  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
112 113
La mise en place du réseau Transpac est la concrétisation industrielle d'un réseau à commutation de paquets. Initiation qu'un débit d'un millier de bits par seconde sur une liaison ordinaire ; on se rappellera que ce réseau est normalement conçu pour faire converser les gens ! On peut s'imaginer un « téléphone pour ordinateurs » qui ne sera pas forcément plus difficile à mettre en place, mais bien mieux adapté parce qu'étudié en conséquence. En fait, c'est en ce sens que les PTT du monde entier vont faire évoluer le réseau général  : à partir de 1990 (si les vents sont favorables), et pendant la dernière décennie du siècle, les grands organismes des Télécommunications mettront progressivement en place des raccordements, des centraux, etc., conçus dès l'origine pour acheminer des bits et non plus des signaux de parole en tant que tels. C'est un grand projet, dont nous reparlerons un jour, et que les initiés connaissent sous l'abréviation de R.N.I.S. (pour  : Réseau Numérique à Intégration de Services). En ces tempslà, la voix humaine sera convertie en bits, ces bits transmis jusqu'au correspondant, et la voix « reconstituée » à l'arrivée. Personne n'y perdra, notamment en qualité. Dans cette attente, des réseaux de taille plus réduite seront bientôt mis en service, avec les mêmes prémisses techniques. C'est ainsi que le satellite Telecom 1, avec ses infrastructures au sol, permettra d'établir entre les abonnés des circuits qui véhiculeront des bits « en tant que tels ». Pour des ordinateurs, les réseaux à commutation de « circuits numériques » représentent un progrès très substantiel, notamment en termes de rapidité et de fiabilité. Cela dit, la mise en place de circuits mieux adaptés laisse entiers les problèmes de sécurité et d'engorgement que nous avons déjà pour améliorer la qualité des liaisons jusqu'au point où elles sont, simplement, exploitables. RESEAU A COMMUTATION DE PAQUETS transmis t f Pau Fig. I I. — Un réseau à commutation de paquets et commutation de paquets Il y a une autre approche de l'interconnexion des systèmes informatiques, très complémentaire, et bien mieux adaptée à leurs genres de communications. Pour les spécialistes, c'est la commutation de paquets. Après avoir été expérimentée dans les années 70, la formule est passée récemment à l'étape « industrielle » en France, avec la mise en place du réseau Transpac. Le principe est simple  : au lieu de transmettre des bits non différenciés, on demande au réseau en question d'acheminer des données groupées en (petits) « paquets ». Représentant chacun un « message » expédié par un programme à un autre programme, ou un fragment d'un tel message, ces paquets sont habituellement expédiés vers le réseau par une seule ligne de transmission. La sécurité de cette expédition est, bien sûr, réalisée, sur la première liaison, par une procédure entre l'ordinateur « abonné » et le noeud du réseau auquel il est relié. Ce noeud est lui-même un ordinateur, très spécialisé, qui sert de premier relais entre l'ordina- teur « abonné », et son « correspondant ». Temporairement en transit dans la mémoire du premier noeud, le paquet, dûment accompagné d'indications de routage, est transmis par une seconde liaison (et une autre procédure, pour maintenir la qualité du service), vers un autre noeud du réseau, etc. Jusqu'à rejoindre le noeud auquel est raccordé le « correspondant » de notre premier système informatique. Via une dernière procédure, le paquet, successivement recopié de proche en proche, parvient enfin au programme qu'il concerne... En quoi ce procédé, basé sur des transmissions et des transits successifs par une chaîne de relais, est-il en harmonie avec les besoins des ordinateurs ? Il y a deux raisons essentielles. Premièrement, sur chaque liaison, il y a détection et correction éventuelle des erreurs de transmission ; d'où la livraison de paquets réputés sains... sans supplément de travail pour les systèmes « abonnés » puisque, reliés directement par un circuit, il leur aurait fallu, de toute manière, une procédure avec le même objectif. Ensuite, les liaisons entre 112 — MICRO-SYSTEMES Juin 1983
La communication entre ordinateurs Initiation (11) Ce n'est pas un hasard. (12) Défini par la norme X25 duC.C.I. T. T.  : pour votrr curiosité. Juin 1983• Fig. 12. - Le circuit virtuel  : une véritable route. noeuds sont beaucoup, beaucoup mieux utilisées ; le débit des programmes étant (en moyenne) plutôt haché que continu, les noeuds s'emploieront à multiplexer au mieux les flots de données différents, des paquets d'origine et de destination diverses empruntant l'un après l'autre les mêmes liaisons. Une route  : le circuit virtuel Pour établir un chemin, une route vers un autre programme d'ordinateur, ces réseaux ont un processus qui évoque irrésistiblement l'obtention d'une communication téléphonique (11). Processus qui s'effectue grâce à un certain nombre de paquets « de service », ayant autant de formats et de codifications propres. L'histoire commence avec un paquet d'appels, envoyé vers le réseau par un premier système abonné, et qui comporte (entre autres) le « numéro », l'adresse (au sens informatique) du système qu'un programme veut « joindre ». Comme dans le réseau téléphonique, chaque système abonné se voit en effet attribuer un numéro qui, en pratique, identifie la liaison par laquelle il est raccordé. L'envoi d'un paquet d'appel correspond à l'étape où, pour téléphoner, on décroche Cette liaison achemine successivement des paquets• et des paquets• Si elle a le capacité de transférer « • +• + elle est mieux utilisée. son combiné et l'on compose un numéro au cadran (ou sur des touches). Grâce à des tables de correspondance, les noeuds du réseau « tracent » un chemin, de noeud à noeud, qui relie la liaison du demandeur à la liaison du demandé. Le paquet d'appel emprunte ce chemin, jusqu'à être finalement envoyé au système demandé. Par analogie, on peut dire que « ça sonne chez le correspondant ». Comment le système du correspondant décide-t-il de « décrocher », ou au conraire de refuser l'appel ? Ses motifs ne concernent pas le réseau  : seule importe la réponse. L'équivalent d'un « décrochage » (communication acceptée) est l'envoi par le demandé d'un paquet ad hoc qui, à son tour, traverse le réseau par le chemin inverse. Parvenu au demandeur, ce paquet signifie que l'on peut, à partir de cet instant, faire passer des « données utiles » via ce même chemin, que l'on appelle un circuit virtuel (par opposition aux circuits « réels »). Il consiste en une suite de liaisons, partagées dans le temps avec d'autres communications par paquets, et qui relient en chaîne les correspondants. On voit apparaître ainsi la nécessité d'une nouvelle « couche » de logique (en pratique, de logiciel), s'intercalant entre les « ap- plications » et la procédure de liaison. Elle a bien une vie propre, puisqu'elle rend des services nouveaux  : principalement, l'établissement de communications via un réseau ; et puisque son fonctionnement se traduit par l'échange de « messages » bien particuliers, avec ses homologues dans le réseau et dans les autres systèmes abonnés. Ce qui constitue un nouveau protocole ! Et ce n'est pas fini... Si le lecteur commence à en avoir assez de voir fuir les « données utiles », qui nous glissent entre les doigts comme une anguille, nous le convions à réfléchir... Selon le protocole de réseau en vigueur (12), un seul type de paquet véhicule des « données » qui ne sont ni traitées, ni interprétées par le réseau. On l'appelle précisément  : paquet de données. La plupart des liaisons qui raccordent les abonnés sont exploitées selon une procédure du type HDLC, dont nous avons esquissé quelques traits. Dans cette procédure, un seul type de trame, la trame d'information, va effectivement servir à la transmission des paquets en général ; et dont un seul type comportera des « données »... Une image vient naturellement à l'esprit  : ces poupées russes, les matriochka, qui contiennent chacune une plus petite poupée qui, à son tour... Cette image est absolument exacte en ce qui concerne les communications de données entre systèmes informatiques. Elle correspond à un besoin fonctionnel profond  : la définition pour les informations d'emballages standardisés, et la spécification précise des services rendus, à différents niveaux, par différentes entités qui concourent à faire, de systèmes informatiques interconnectés par des réseaux, un tout qui marche... ■ (A suivre) Jean-Michel COUR MICRO-SYSTEMES — 113



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 1Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 2-3Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 4-5Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 6-7Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 8-9Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 10-11Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 12-13Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 14-15Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 16-17Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 18-19Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 20-21Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 22-23Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 24-25Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 26-27Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 28-29Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 30-31Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 32-33Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 34-35Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 36-37Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 38-39Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 40-41Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 42-43Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 44-45Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 46-47Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 48-49Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 50-51Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 52-53Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 54-55Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 56-57Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 58-59Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 60-61Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 62-63Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 64-65Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 66-67Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 68-69Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 70-71Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 72-73Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 74-75Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 76-77Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 78-79Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 80-81Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 82-83Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 84-85Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 86-87Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 88-89Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 90-91Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 92-93Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 94-95Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 96-97Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 98-99Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 100-101Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 102-103Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 104-105Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 106-107Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 108-109Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 110-111Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 112-113Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 114-115Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 116-117Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 118-119Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 120-121Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 122-123Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 124-125Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 126-127Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 128-129Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 130-131Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 132-133Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 134-135Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 136-137Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 138-139Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 140-141Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 142-143Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 144-145Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 146-147Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 148-149Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 150-151Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 152-153Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 154-155Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 156-157Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 158-159Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 160-161Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 162-163Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 164-165Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 166-167Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 168-169Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 170-171Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 172-173Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 174-175Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 176-177Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 178-179Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 180-181Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 182-183Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 184-185Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 186-187Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 188-189Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 190-191Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 192-193Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 194-195Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 196-197Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 198-199Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 200-201Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 202-203Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 204-205Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 206-207Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 208-209Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 210-211Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 212-213Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 214-215Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 216-217Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 218-219Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 220-221Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 222-223Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 224-225Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 226-227Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 228-229Micro Systèmes numéro 32 juin 1983 Page 230