Micro Systèmes n°23 mai/jun 1982
Micro Systèmes n°23 mai/jun 1982
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°23 de mai/jun 1982

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (213 x 271) mm

  • Nombre de pages : 246

  • Taille du fichier PDF : 185 Mo

  • Dans ce numéro : Synthé... une nouvelle machine qui parle et qui chante.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
MICRO -SYSTEMES Magazine 1982  : l'année des micro-ordinateurs 16 bits IBM Lorsque, fin 1981, IBM fut le premier à lancer aux Etats-Unis son Personal Computer construit autour du microprocesseur 8088, deux points lui assurèrent d'emblée un immense succès  : d'excellentes performances et un microprocesseur puissant possédant une architecture interne de 16 bits. En outre, le système d'exploitation DOS CP/M 86 s'avère compatible dans une certaine mesure avec CP/M (pour un 8 bits) très largement répandu dans le monde. Ces deux qualités ajoutées au nom et au prestige d'IBM en firent d'entrée la référence pour les ordinateurs 16 bits. NEC Bien entendu, les autres constructeurs n'ont pas tardé à réagir. Deux modèles 16 bits sont apparus très récemment sur le marché japonais. Le premier, produit par NEC, est le N5200. Vendu 800 000 yens (21 000 F) au Japon, ce modèle est doté de deux unités de disquettes 8 pouces d'une capacité de 1 Mo. Il est essentiellement destiné aux applications de gestion et se programme en Cobol ou Basic. MATSUSHITA Matsushita de son côté a commencé la commercialisation de son Multi 16 à base, lui aussi, du 8088, et sera donc un concurrent direct du PC de IBM. Ce microordinateur de conception élégante possède des possibilités graphiques couleur intéressantes d'une résolution de 640 x 400 points. De plus, Matsushita a réalisé un important effort au niveau du logiciel (point faible des Japonais) en rendant disponible un certain nombre de programmes et logiciels de'base de la « bibliothèque » CP/M 86. Multi 16 existe en trois versions  : — Type A  : avec une mémoire RAM de 128 Ko, une unité de disquette de 300 Ko et un écran noir et blanc. — Type B  : dein (lecteurs de disquettes et 192 Ko de mémoire vive. — Type C  : le plus performant, 265 Ko de RAM, deux lecteurs de disquettes et un écran graphique couleur. Les prix très concurrentiels sont respectivement de 730 000 yens (19 000 F), 930 000 yens (24 000 F) et 1 230 000 yens (32 000 F) au Japon. Pourtant NEC et Matsushita ne seront probablement pas les seuls à produire un micro-ordinateur 16 bits  : quelques rumeurs circulent concernant Sharp ; il serait probable que cette compagnie commercialise courant 82 une machine 16 bits architecturée autour du microprocesseur Z 8001 ou 8002 fabriqué dans ses propres usines de composants. RADIO SHACK Toutefois, du côté des Etats- Unis, Radio Shack a annoncé et commencé la production d'un nouveau TRS de haute performance  : le TRS 80 modèle 16, dont l'unité centrale est organisée autour du microprocesseur 68000. Disponible sous deux versions, avec une ou deux unités de disquettes 8 pouces (1,25 Mo), sa mémoire vive s'étend de 128 à 512 Ko. Deux autres caractéristiques feront du TRS 80 modèle 16 une machine redoutable  : un système d'exploitation multi-utilisateurs et la possibilité d'utiliser les programmes développés sur TRS 80 modèle II. A noter le prix américain de ce nouveau TRS  : environ 30 000 à 50 000 FF selon les unités de disquettes. Pour la vente de son nouvel ordinateur, Tandy a mobilisé une équipe de 20 personnes qui sont toutes des spécialistes de la vente de produits haut de gamme. Tandy propose également une carte d'extension (Up Grade Board) pour le TRS 80 modèle II. Celle-ci offre aux possesseurs de ce système une possibilité d'exploitation multi-utilisateurs et permet d'étendre la capacité mémoire vive de 128 à 256 Ko. Le prix de cette carte serait de 9 000 FF aux Etats-Unis. APPLE Apple, en outre, ne se repose pas sur les lauriers de l'Apple II et III. Cette société serait en effet sur le point de commercialiser un nouveau modèle Apple IV architecturé également autour du 68000. Ce micro-ordinateur sera cependant orienté vers les applications de gestion. Eurosignal Les 19 agences régionales du département Radiotéléphone de Thomson-CSF et leur réseau de distributeurs répartis sur tout le territoire national commercialisent directement, depuis le 1" janvier 1982, le récepteur d'appel de personnes, Eurosignal Thomson CSF ; celui-ci était jusqu'alors exclusivement distribué par les PTT. Le système d'appel radioélectrique Eurosignal à couverture nationale ou internationale est actuellement ouvert en France et en R.F.A. Le récepteur mesure 18,5 X 7 cm et ne pèse que 230 grammes. Il permet d'être joint où que l'on soit. Il suffit à la personne qui vous recherche de composer un numéro de téléphone. Dans les secondes qui suivent, un signal sonore et un voyant lumineux avertissent l'utilisateur d'Eurosignal qu'il est recherché. Il sait alors qui rappeler ou ce qu'il faut faire car l'appareil comporte quatre voyants lumineux identifiant jusqu'à quatre correspondants ou messages prédéterminés. Proposé au prix de 6 400 F H.T., le récepteur dispose de deux types d'alimentation sous forme de piles alcalines ou d'un accumulateur rechargeable. L'avenir de la robotique... Dan Kuckens, ingénieur électronicien chez Ford, a une vision pessimiste de l'avenir de la robotique dans la construction automobile américaine. Les robots ne sont pas encore prêts à assurer le travail intensif et de longue durée que l'on exige dans les usines d'assemblage. Ce serait la conclusion à laquelle il serait arrivé après dix années d'expérience basées sur le travail de 13 robots utilisés dans la soudure. Quand on considère que le coût d'une seule installation atteint les 100 000 dollars, les problèmes que peuvent créer l'usure ou la défaillance d'un robot sont catastrophiques. Lorsqu'un robot tombe « malade », le temps de la réparation peut varier d'une heure, au minimum, à une journée et demie, au maximum. Mais lorsque le robot tombe en panne, il faut alors le remplacer par deux humains, ce qui provoque des problèmes de revendications ouvrières avec la direction, car les ouvriers américains considèrent que les robots constituent une menace à leur plein emploi. Par contre, l'attitude des ouvriers japonais est totalement différente  : ils sont impatients de voir ces robots les décharger de tout le travail fastidieux et pénible que comportent leurs tâches. On compte plus de 100 fabricants de robots au Japon contre un maximum de 20 aux USA. D'ici l'an 2000, on prévoit près d'un million de robots dans les usines d'assemblage japonaises. 48 — MICRO-SYSTEMES Mai-Juin 1982
MICRO - SYSTEMES Magazine Le microprocesseur de l'avenir  : 700 000 instructions par seconde Un prototype de ce qui pourrait devenir le « microprocesseur de l'avenir » pour les forces armées américaines a été mis au point par Fairchild, société subsidiaire de Schlumberger Ltd, en Californie. Ce sera le premier microprocesseur à supporter comme langage l'ensemble MIL STD 1750A, adopté en juillet 1981 et optimisé pour les calculs en temps réel et le traitement en virgule flottante. Cet ensemble a été conçu il y a plusieurs années pour stopper la prolifération des logiciels qu'il fallait constamment adapter aux divers systèmes en cours. Jeffrey Pesler, l'ingénieur qui a mis au point le langage, espère que ce microprocesseur, destiné en premier lieu à équiper les chasseurs F-16, deviendra le microprocesseur 16 bits standard de l'armée. Il comporte une horloge interne de 20 MHz, une arithmétique à simple et double précision qui permettra de manipuler des nombres à virgule flottante de 32 et 48 bits. Sa rapidité de calcul sera impressionnante  : une multiplication 16 bits par 16 bits se fera en 1,8 microseconde, soit deux fois plus rapidement que n'importe quel autre microprocesseur actuel. Il traiterait près de 0,7 million d'instructions par seconde. Telem Nantes premier réseau télématique dans la ville Nantes est aujourd'hui la première ville française à se doter d'un réseau télématique d'information mis à la disposition de la population dans les lieux publics. 30 terminaux sont reliés à l'ordinateur central/banque de données. L'adjonction d'imprimantes est également prévue. Elles per-` mettront aux utilisateurs d'emporter, sans le recopier, le renseignement demandé. Telem Nantes comprend plus de 4 000 pages écrans d'informations-ser- TREM 111111TE5 CLUS ET SERVICES NUNICIPAUx ENSEIGNEMENT 2 SPORTS 3 LOISIRS ET CULTURE 4 CONSTRUCTION - LOGENENT TRANSPORTS 6 SERVICES SOCIAux ET SANTE aGE vices auxquelles seront ajoutées ultérieurement plusieurs autres milliers de pages. Répartis dans des lieux comme le Centre d'Information Jeunesse, l'université, l'Hôtel-deville, la Recette des Postes, etc., les terminaux de Telem-Nantes fourniront dans l'immédiat des informations regroupées autour des dix grandes rubriques  : services municipaux, enseignement, sports, loisirs, constructions, transports, 3e âge, postes, services sociaux et syndicats. La recherche d'une information par un utilisateur est des plus faciles. En quelques interrogations successives, grâce à un clavier simple, il obtiendra de l'ordinateur le renseignement demandé qui s'affichera automatiquement sur l'écran. 80% des communications d'affaires aux U.S.A. sont encore faites par voie phonique 1982 sera une année critique pour Satellite Business Systems (S.B.S.). Il aura fallu six années et 600 millions de dollars pour que cette compagnie puisse mettre en oeuvre son réseau de communications par satellite. Ses revenus de l'année dernière ont péniblement atteint 5 millions de dollars. Si ceux-ci n'atteignent pas cette année les 250 millions, la S.B.S. pourrait ne plus être en mesure de récupérer ses investissements. Bien qu'elle n'abandonne pas ses plans d'origine d'exploitation SERVICES DES P T T de son réseau de communications électroniques, la S.B.S. concentrera une partie de ses efforts sur le marché lucratif de la communication phonique, se plaçant ainsi en compétition directe avec, en particulier, l'American Telephone & Telegraph Company. La raison de ce changement de stratégie est simple  : 80% des communications d'affaires sont encore faites par voie phonique. La tâche sera particulièrement malaisée car AT & T, M.C.I. Communications Corp. et Southern Pacific Communications Co. se sont déjà partagées la part du lion sans compter les 24 autres compagnies de téléphone qui contrôlent les marchés de petite envergure. L'algèbre informatique L'application de l'algèbre informatique au calcul numérique réduit le temps de calcul machine en simplifiant l'expression algébrique avant le calcul. Un ordinateur numérique fera 99 additions séparées pour calculer la somme des 100 premiers nombres entiers. En revanche, le programme d'algèbre informatique résoudra le problème à l'aide d'un algorithme plus simple. Un algorithme programmé simplifie les expressions algébriques par combinaison de termes de même nature... Bien que l'algorithme de simplification conduise généralement à une expression algébrique utile et utilisable, aucun algorithme unique ne peut réduire toutes les expres- e Mai-Juin 1982 sions à leur forme la plus élémentaire. Le système d'algèbre informatique Macsyma a été mis au point à l'Institut de technologie du Massachusetts. Il est capable de résoudre des problèmes d'algèbre bien mieux que la plupart des mathématiciens, mais il peut aussi interagir avec l'utilisateur. Après s'être annoncé au système, l'utilisateur tape l'expression algébrique à transformer dans un langage informatique assez proche de l'Algol ou du Fortran. Le système écrit l'expression sous une forme plus proche de l'écriture habituelle. L'utilisateur tape alors une deuxième commande et l'ordinateur effectue l'opération indiquée. Les télécommunications en 1982 L'industrie des télécommunications devrait croître en 1982 beaucoup plus rapidement que l'année dernière en raison notamment de la popularité des nouveaux services qu'elle a instaurés dans le domaine des communications commerciales. Charles Wohlstetter, chairman de la Continental Telephone Corporation, prédit même que le progrès le plus spectaculaire sera réalisé par les satellites et autres formes similaires de télécommunications. Bien que le marché américain des appareils téléphoniques soit saturé, il n'en reste pas moins que le téléphone constituera toujours une large part des revenus de cette industrie. Le nombre des appareils aux USA se serait accru de 1,6% seulement en 1981. Le marché des services et appareils téléphoniques atteindrait les 32 milliards de dollars en 1982. Les grandes sociétés consacreraient d'importants budgets à l'utilisation des nouveaux réseaux informatiques de Telenet, Tymnet et Uninet. L'année 1982 sera une année importante pour l'industrie des télécommunications car elle sera particulièrement significative dans la mise en place de l'environnement au sein duquel elle opérera durant les 20 prochaines années. MICRO-SYSTEMES — 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 1Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 2-3Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 4-5Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 6-7Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 8-9Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 10-11Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 12-13Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 14-15Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 16-17Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 18-19Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 20-21Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 22-23Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 24-25Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 26-27Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 28-29Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 30-31Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 32-33Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 34-35Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 36-37Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 38-39Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 40-41Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 42-43Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 44-45Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 46-47Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 48-49Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 50-51Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 52-53Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 54-55Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 56-57Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 58-59Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 60-61Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 62-63Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 64-65Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 66-67Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 68-69Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 70-71Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 72-73Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 74-75Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 76-77Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 78-79Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 80-81Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 82-83Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 84-85Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 86-87Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 88-89Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 90-91Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 92-93Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 94-95Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 96-97Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 98-99Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 100-101Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 102-103Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 104-105Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 106-107Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 108-109Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 110-111Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 112-113Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 114-115Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 116-117Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 118-119Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 120-121Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 122-123Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 124-125Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 126-127Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 128-129Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 130-131Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 132-133Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 134-135Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 136-137Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 138-139Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 140-141Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 142-143Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 144-145Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 146-147Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 148-149Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 150-151Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 152-153Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 154-155Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 156-157Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 158-159Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 160-161Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 162-163Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 164-165Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 166-167Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 168-169Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 170-171Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 172-173Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 174-175Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 176-177Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 178-179Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 180-181Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 182-183Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 184-185Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 186-187Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 188-189Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 190-191Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 192-193Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 194-195Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 196-197Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 198-199Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 200-201Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 202-203Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 204-205Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 206-207Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 208-209Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 210-211Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 212-213Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 214-215Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 216-217Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 218-219Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 220-221Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 222-223Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 224-225Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 226-227Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 228-229Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 230-231Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 232-233Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 234-235Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 236-237Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 238-239Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 240-241Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 242-243Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 244-245Micro Systèmes numéro 23 mai/jun 1982 Page 246