Micro Systèmes n°20 nov/déc 1981
Micro Systèmes n°20 nov/déc 1981
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°20 de nov/déc 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (213 x 271) mm

  • Nombre de pages : 232

  • Taille du fichier PDF : 177 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les fibres optiques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 68 - 69  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
68 69
... de la nécessité d'une nouvelle revue grand public On doit laisser aux élèves la possibilité de constituer leurs propres algorithmes. Ils arriveront ainsi à démoder les anciens. L'informatique est un univers fantastique dans la mesure où les enfants adorent jouer avec les ordinateurs et montrent en la matière une très grande imagination. A mon avis, on ne doit pas apprendre aux enfants uniquement l'abstrait (les algorithmes qu'ils apprennent tout aussi facilement que les langues), ni d'ailleurs la pratique pure. Il convient de souligner qu'il ne faut pas aliéner, sous peine d'appauvrissement et d'abêtissement, les disciplines humaines au profit d'une génération « IF GO TO » subordonnée à un clavier. Il s'agit de comprendre que l'ordinateur est là pour nous dégager des tâches fastidieuses, nous permettant ainsi de nous orienter vers d'autres occupations. En outre, il faudrait d'une part tout faire pour renforcer les mouvements associatifs, les clubs, et d'autre part, favoriser l'écrit qui, malgré tout, est extrêmement utile. Le scripturaire peut se faire de plusieurs manières différentes, à tous les niveaux, et notamment pour le grand public. Ce sera sans aucun doute le but de cette nouvelle revue que de poursuivre ce travail d'imprégnation avec un langage clair et net. Liberté et arbitraire Quant à la liberté, ses deux principales caractéristiques sont d'avoir, pour une part, des zones opaques (espace de vie privée gardé secret) et d'autre part de ne pas être soumis à l'arbitraire sans que l'on puisse s'en défendre. Certaines personnes voudraient qu'il y ait une démocratisation des contrôles, jusqu'à présent exercés par une certaine catégorie de technocrates très puissants qui culpabilisent ceux qui ne veulent pas dévoiler intégralement leurs activités. Ce réel danger passe par la télématique qui permet de prendre à la source l'information et de la remonter là où l'on ne fraude pas, c'est-à-dire au niveau de la région ou de la nation. Toute personne peut être ainsi suivie à tous les niveaux et cette ingérence dans la vie privée risque de ne pas connaître de limites. A ce stade, soit on contrôle, soit on ne contrôle pas. Pourquoi mettre une transparence à certai- truire des dispositifs très compliqués et onéreux de désintoxication qui, malgré tout, se révélèrent plus polluants que les petites unités. Il en va de même pour l'informatique. Ainsi, lorsque vous avez plusieurs petits systèmes, les erreurs engendrées peuvent être absorbées par la récupération manuelle des opérateurs. Le tout télématique, en particulier, peut aboutir à des mal- La haute qualité sert de phare et monte la qualité générale. nes personnes et pas à d'autres ? Jusqu'à présent, on l'a fait pour des raisons de rentabilité. Or, le fait d'établir cette surveillance, s'il permet d'éliminer des obscurités (lisez le rapport Simon Nora), va coûter plus cher qu'il ne rapportera. En effet, tout le monde va devoir payer pour que des gens privilégiés n'existent plus et ce, de surcroît, au détriment de la Nation. L'existence des Français, traqués au nom de la générosité, de l'équité, de la moralité et du contrôle deviendra invivable. L'arbitraire se caractérise par une énorme concentration de fichiers, outils à erreur. Même en éliminant l'effet suivant lequel les erreurs vont en augmentant d'une façon exponentielle au-delà d'une certaine limite, un phénomène d'échelle se produit  : la pollution informatique des grandes masses finit par induire un déséquilibre au sein de l'environnement. Pour prendre un exemple, aux USA, il y avait plusieurs petites porcheries le long de petits cours d'eau où la pollution était réduite, ces derniers pouvant résorber les nuisances. Or, on décida d'installer une seule porcherie, pour des raisons de rentabilité, sur un cours d'eau plus important. Il s'avéra alors que celui-ci ne pouvait pas absorber toute la pollution de la grande concentration porcine. Il fallut donc cons- heurs, à des injustices et à des pressions capables de provoquer la mort d'une entreprise ou d'un individu. L'audiovisuel et la privatique Abordons à présent la question de l'audiovisuel. Simon Nora définit la télématique comme la fusion entre l'ordinateur et les outils de télécommunications, et comme la disparition de deux frontières séparant d'une part le quantitatif/qualitatif de l'audiovisuel, et d'autre part le grand public du professionnel. J'ai pris le contrepied de cette démarche en adoptant une théorie nouvelle dénommée la privatique qui résulte de la combinaison entre le micro-ordinateur et le visuel privé, l'audiovisuel, notamment le vidéodisque permettant de disposer de banques considérables d'informations. Ce que n'a pas résolu une télématique nationale, normative et subordonnée à des décisions internationales, la privatique a pu le faire. Le plan privatique consisterait à reporter tout l'argent investi dans la télématique sur un vidéodisque grand public à laser pour lequel nous avons déjà une technologie très avancée. Nous imposerions alors notre standard au niveau international, ce qui signifierait construire des usines considérables, avoir des « royalties » et remplir ces disques dont nous possédons déjà le contenu, qu'il soit universitaire, technologique, agronomique, culturel... En effet, devant les énormes besoins de culture, la notion de temps libre doit être réservée à la formation, et cette initiation ne saurait s'opérer si, entre le vidéodisque et le contenu, ne s'interposait pas un tout autre sens de logiciel, le visuel. Nous assisterions alors en France à une véritable renaissance du visuel, permettant aux hommes de bien savoir s'exprimer par la parole et par l'image, et ceci ferait de nous les leaders en matière de vidéodisques. Ce projet n'est pas une utopie, mais se trouve gravement compromis par l'accord actuel signé par Thomson qui, abandonnant le vidéodisque français au profit de fabrications étrangères (JVC), nous force à recourir à la télématique. Epilogue Pour conclure, j'estime que cette révolution informatique est aussi importante que la découverte de la machine à vapeur et celle de l'imprimerie par Gutenberg. L'informatique, en effet, est un multiplicateur d'énergie et un créateur de prothèses pour l'industrie, pour l'homme et pour sa puissance. C'est également, grâce aux télécommunications, un économisateur d'industries. De plus, on passe maintenant de l'audiovisuel « fait à la main », à un audiovisuel imprimé en très grandes séries, ce à quoi il ne faut pas manquer d'ajouter les immenses possibilités de sélection offertes par l'ordinateur. Cette révolution est d'autant plus importante qu'elle touche le grand public. Tous les Français doivent s'y intéresser par le biais de revues qui parleront non seulement de l'informatique mais aussi de son étroite interaction avec l'audiovisuel. ■ Propos recueillis par A. TAILLIAR, J.-M. DURAND, P.COSTON 68 — MICRO-SYSTEMES Novembre-Décembre 1981
Ch WU. Cele. ileh'crédit gratuit 6 mois* sur tous nos drives Do%cmpsneo irMS-00 worDeD-MOE *après acceptation du dossier CETELEM. Frais de crédit à la charge de GRAPHIE-FRANCE. Pour plus d'information appelez-nous au 85815 95 lignes groupées Cid Tous nos prix s'entendent TTC. départ Montreuil. Photo non contractuelle. Expéditions dans toute l'Europe. Nous acceptons la Carte Bleue. Voici un extrait de notre catalogue gratuit  : DRIVES. Toute une gamme de drives/00% compatibles TRS-80TM et VIDÉO-GENIETM, allant au delà des capacités standard (jusqu'à 700 Ko. par disquette 5"). 609000 DRIVE 40 PISTES SIMPLE FACE 184 Ko. (1) 3190 F 609001 DRIVE 40-1 MASTER (2) 184 Ko. 3490 F 609010 DRIVE 80 PISTES SIMPLE FACE 368 Ko. 4190 F 609020 DRIVE 40 PISTES DOUBLE FACE 368 Ko. 4190 F 609021 DRIVE 40-2 MASTER 368 Ko. 4490 F 609030 DRIVE 80 PISTES DOUBLE FACE 736 Ko. 5590 F DOUBLER 2. Ce dispositif, qui s'intègre très facilement sans aucune soudure dans l'interface original, double la capacité de stockage de tous vos drives. 819060 DOUBLER 2 1795 F MÉMOIRE INTERNE. Cette carte, qui se monte sans aucune soudure à l'intérieur de votre clavier, vous permet d'étendre à 32 Ko. ou 48 Ko. votre capacité mémoire, en évitant l'achat de l'interface original. 819031 MÉMOIRE INTERNE 32 Ko. (avec mémoires) 995 F 819032 MÉMOIRE INTERNE 48 Ko. (avec mémoires) 1380 F CONTROLEUR 1. Cet interface, qui se connecte à l'arrière de votre clavier, vous permet d'utiliser immédiatement 1 à 4 lecteurs de mini-disquettes et l'horloge temps réel intégrée, en évitant l'achat de l'interface original. 809120 CONTRÔLEUR DE DRIVES 1380 F 029060 CÂBLE SIMPLE FACE 359 F 029061 CÂBLE DOUBLE FACE 359 F LDOS. Le système d'exploitation le plus performant à l'heure actuelle, 100% portable du modèle 1 au modèle 3, vous permet de tirer le maximum de profit de votre machine. Magnifique documentation. (1) Les capacités indiquées sont obtenues sous LDOS avec DOUBLER 2. 512120 LDOS TRS-80 MODÈLE 1 1490 F 512121 LDOS TRS-80 MODÈLE 3 1490 F (2) Le prix indiqué comprend également le câble de raccordement, le système d'exploitation TRSDOS ainsi que le manuel TRSDOS. GRAPHIE FRANCE Centre Commercial TERMINAL 93 93100 Montreuil Métro Mairie de Montreuil - Accès direct. Parking. Nous vous réservons le meilleur accueil à notre boutique ouverte du lundi au samedi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 19h. Novembre-Décembre 1981 Pour plus de précision cerclez la référence 88 du « Service Lecteurs » MICRO-SYSTE MES — 69



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 1Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 2-3Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 4-5Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 6-7Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 8-9Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 10-11Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 12-13Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 14-15Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 16-17Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 18-19Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 20-21Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 22-23Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 24-25Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 26-27Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 28-29Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 30-31Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 32-33Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 34-35Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 36-37Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 38-39Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 40-41Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 42-43Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 44-45Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 46-47Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 48-49Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 50-51Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 52-53Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 54-55Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 56-57Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 58-59Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 60-61Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 62-63Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 64-65Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 66-67Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 68-69Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 70-71Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 72-73Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 74-75Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 76-77Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 78-79Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 80-81Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 82-83Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 84-85Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 86-87Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 88-89Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 90-91Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 92-93Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 94-95Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 96-97Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 98-99Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 100-101Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 102-103Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 104-105Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 106-107Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 108-109Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 110-111Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 112-113Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 114-115Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 116-117Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 118-119Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 120-121Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 122-123Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 124-125Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 126-127Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 128-129Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 130-131Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 132-133Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 134-135Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 136-137Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 138-139Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 140-141Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 142-143Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 144-145Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 146-147Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 148-149Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 150-151Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 152-153Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 154-155Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 156-157Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 158-159Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 160-161Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 162-163Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 164-165Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 166-167Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 168-169Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 170-171Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 172-173Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 174-175Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 176-177Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 178-179Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 180-181Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 182-183Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 184-185Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 186-187Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 188-189Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 190-191Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 192-193Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 194-195Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 196-197Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 198-199Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 200-201Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 202-203Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 204-205Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 206-207Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 208-209Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 210-211Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 212-213Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 214-215Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 216-217Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 218-219Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 220-221Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 222-223Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 224-225Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 226-227Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 228-229Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 230-231Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 232