Micro Systèmes n°20 nov/déc 1981
Micro Systèmes n°20 nov/déc 1981
  • Prix facial : 18 F

  • Parution : n°20 de nov/déc 1981

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (213 x 271) mm

  • Nombre de pages : 232

  • Taille du fichier PDF : 177 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur les fibres optiques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
Le 6809 est un microprocesseur « 8 bits externes — 16 bits internes » car tous les registres utilisés pour la manipulation de données et d'adresses sont sur 16 bits. Composant 7 o E F H C L Bit de retenue (CARRY) î Bit de dépassement (OVER FLOW) Bit de zéro (ZERO) Bit de signe négatif (NEGATIVE) Masque d'interruption (IRQ MASQ) Demie retenue (HALF CARRY) Masque dinterruption rapide (FIRQ MASD) Contexte complet ou réduit (ENTIRE FLAG) Fig. 2. — Le registre d'état. Contrairement au 6800, les 8 bits sont ici utilisés. 58 — MICRO-SYSTEMES 16 bits. Dans ce cas l'accumulateur s'appelle D. X et Y sont deux registres 16 bits utilisés principalement pour l'adressage indexé. Cependant, un certain nombre d'opérations logiques et arithmétiques peuvent être réalisées sur ceux-ci et, en particulier, entre les index et les accumulateurs. U et S, deux registres de 16 bits dont la fonction première est de servir de pointeurs de pile, peuvent être aussi utilisés comme index et se comportent alors comme X et Y. En utilisation en pointeurs de pile S est affecté au « système » (ou superviseur), c'està-dire qu'il est contrôlé automatiquement par le 6809 lors des opérations faisant appel à la pile (saut à un sous-programme, mise en interruption, etc.). U est le pointeur de pile « utilisateur » et, de ce fait doit être contrôlé entièrement par le programmeur. Cette possibilité est très intéressante lors de la programmation « multitâches » avec passage de paramètres par la pile. Le PC est bien sûr le compteur ordinal commun à tout microprocesseur ; il pointe l'instruction suivant immédiatement celle en cours d'exécution. Le CCR est un registre d'état. Contrairement au 6800, chacun de ses 8 bits a un rôle particulier. La figure 2 indique la disposition et l'appellation de ces bits. — C (Carry) est le bit de retenue lors des additions ou soustractions. — V (oVerflow) est le bit de dépassement de capacité ; il passe à « un » lorsque le résultat d'une opération produit un dépassement de capacité si l'on considère les conventions de représentation des nombres binaires en complément à deux (avec signe). — Z (Zéro) passe à « un » lorsque le résultat de l'opération exécutée est nul. — N (Negative) contient la valeur du bit de poids fort du résultat de l'opération exécutée ; ainsi, en complément à deux signé, il représente le signe du résultat (1 si le résultat < 0). — I (Interrupt mask) est le masque d'interruption. Lorsque ce bit est à « un » le 6809 ignore toutes les interruptions ayant lieu via la ligne IRQ. Par ailleurs, les interruptions NMI, FIRQ, IRQ et SWI 1 mettent automatiquement ce bit à « un ». — H (Half carry) est le bit de demie-retenue ; il indique une retenue lors d'opérations en BCD sur 4 bits et permet ce type d'opérations au moyen de l'instruction DAA (Decimal Adjust A). — F (Fast IRQ mask) est le masque d'interruption rapide FIRQ. Lorsqu'il est à « un », les interruptions arrivant sur la ligne FIRQ sont ignorées. De plus, les interruptions NMI, FIRQ et SWI mettent automatiquement ce bit à « un ». — E (Entire state) indique si le contexte sauvegardé sur la pile lors d'une interruption est le contexte complet (c'est-à-dire tous les registres du 6809) ou le contexte réduit (PC et CCR). La sauvegarde réduite ayant lieu uniquement dans le cas d'une interruption rapide (FIRQ). E à « un » signifie que le contexte complet est sauvegardé. Le registre de page directe ou DP est utilisé lors de l'adressage direct et indique dans quelle page de 256 octets les données sont manipulées. Les modes d'adressage C'est à l'examen des modes d'adressage (au nombre de 10) que l'utilisateur, peut commencer à apprécier le 6809. Nous allons donc les décrire en détail. Adressage inhérent (ou implicite)  : L'instruction comporte en ellemême les informations d'adressage (par exemple ABX, DAA, CLRB...). Adressage immédiat  : La donnée se trouve immédiatement après l'instruction la concernant. Adressage étendu  : L'instruction est suivie par un mot de 16 bits représentant l'adresse absolue de la donnée, (fig. 3). Adressage indirect étendu  : L'instruction est suivie par un mot de 16 bits indiquant l'adresse où est placée l'adresse de la donnée à utiliser, (fig. 4). Adressage direct  : L'instruction est suivie par un mot de 8 bits représentant les poids faibles du mot de 16 bits formé par la concaténation de ce mot de 8 bits avec le registre DP. Ce registre peut ainsi être assimilé à un « numéro de page » variable entre 0 et 255 et le mot de 8 bits à un « numéro de ligne » Novembre-Décembre 1981
Le microprocesseur 6809 Composant dans la page variant aussi de 0 à 255. Un exemple est donné figure 5. Adressage pàr rapport aux registres  : L'instruction est suivie par un nom de registre ou une liste de registres utilisé(s) par celle-ci. Adressage indexé  : C'est certainement le mode d'adressage le plus puissant du 6809 en raison des nombreuses variantes qu'il comporte. Tout d'abord, il faut savoir que les registresX, Y, S, U et parfois PC peuvent être utilisés comme index avec les mêmes possibilités. Le principe général de tout adressage indexé est le suivant  : le mot qui suit l'instruction (appelée « déplacement » ou « offset » en Anglo-saxon) est ajouté au contenu du registre d'index choisi pour former l'adresse de la donnée. Le 6809 permet 4 modes principaux d'adressage indexé. Le plus simple est l'adressage indexé avec déplacement nul ; dans ce cas, l'adresse de la donnée à utiliser n'est autre que le contenu de l'index. Vient ensuite l'adressage indexé avec déplacement constant codé sur 5, 8 ou 16 bits. La valeur qui suit l'instruction représente le déplacement, c'est-à-dire la valeur à ajouter à l'index pour trouver l'adresse de la donnée à utiliser. Ce déplacement a une plage de variation de — 16 à + 15 s'il est codé sur 5bits, de — 256 à + 255 s'il est exprimé sur 8 bits et de — 32768 à + 32767 s'il est sur 16 bits. Ainsi, il est possible d'explorer entièrement avec ce mode d'adressage, l'espace mémoire adressable par le 6809. Le mode suivant utilise un des accumulateurs (A, B ou D) comme déplacement. Dans ce cas, c'est le contenu de l'accumulateur concerné qui est ajouté au contenu de l'index pour former l'adresse de la donnée. Enfin, le dernier mode est appelé auto-incrémenté ou auto-décrémenté. Dans ce cas, le déplace- Novembre-Décembre 1981 ment est nul, mais, après exécution de l'instruction, le contenu de l'index est automatiquement incrémenté de 1 ou 2 (au choix) pour le mode auto-incrémenté. Par contre, pour le mode autodécrémenté, le contenu de l'index est diminué de 1 ou 2 avant exécution de l'instruction. Ce mode d'adressage est extrêmement intéressant pour la manipulation de tables puisqu'elles peuvent être ainsi balayées très facilement avec un minimum d'instructions. La figure 6 illustre ce mode d'adressage. Adressage indexé indirect  : Tous les modes d'adressage indexés, à l'exception des modes auto-incrementé et décrémenté, autorisent un « niveau d'indirection »  : le déplacement est ajouté à l'index, puis la valeur ainsi obtenue indique l'adresse où aller chercher l'adresse où est stockée la donnée à utiliser. La figure 7 en présente un exemple. Adressage relatif  : Ce mode d'adressage n'est utilisable que lors des instructions de branchement. Le mot de 8 ou 16 bits qui suit l'instruction, représente un déplacement binaire signé. Ce mot est ajouté au contenu du PC pour former l'adresse où doit se brancher le programme. Il faut noter que, le déplacement pouvant être codé sur 16 bits, tout l'espace adressable du 6809 peut être accessible. Ceci permet de réaliser très facilement des programmes « translatables » puisque l'on peut ainsi éliminer les adresses absolues lors des sauts et branchements. Adressage relatif par rapport au PC  : Ce mode est certainement l'un des plus sophistiqué du 6809. Il offre la possibilité à l'utilisateur, de réaliser des programmes translatables ne faisant plus référence à une seule adresse absolue. Le PC est considéré comme un index auquel est ajouté le mot de 8 ou 16 bits placé après l'instruction ; mot considéré comme un déplace- LDA $ 1000 Mémoire Apres exécution LDA 86 25 ACCU. A $10 10 00 00 $1000 25 Fig. 3. - L'adressage étendu. L'instruction est suivie d'un mot de 16 bits représentant l'adresse de la donnée. Le contenu (25) est, dans cet exemple, placé à l'adresse $1000. LDA($ 1000)) 5ignitie indirect Mémoire Apres exécution LDA () A6 45 9F ACCU A $ 1000 10 00 $ 1000 25 00 $ 2500 45 Fig. 4. - L'adressage indirect étendu. C'est l'adresse (16 bits) de l'adresse où se trouve la donnée qui est spécifiée dans l'instruction. Ici, la donnée (45) se trouve stockée en $2500 gui représente le contenu de $1000, valeur spécifiée dans l'instruction. LDA $ 25 Mémoire Avant exécution LDA 96 10 DP $ 25 25 Après exécution 1025 87 10 DP 87 ACCU.A Fig. 5. - L'adressage direct. Le contenu du registre DP (10) est concaténé à la valeur spécifiée dans l'instruction (25) pour former l'adresse de la donnée (1025). MICRO-SYSTEMES — 59



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 1Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 2-3Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 4-5Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 6-7Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 8-9Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 10-11Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 12-13Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 14-15Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 16-17Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 18-19Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 20-21Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 22-23Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 24-25Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 26-27Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 28-29Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 30-31Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 32-33Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 34-35Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 36-37Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 38-39Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 40-41Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 42-43Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 44-45Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 46-47Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 48-49Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 50-51Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 52-53Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 54-55Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 56-57Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 58-59Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 60-61Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 62-63Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 64-65Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 66-67Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 68-69Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 70-71Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 72-73Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 74-75Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 76-77Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 78-79Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 80-81Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 82-83Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 84-85Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 86-87Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 88-89Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 90-91Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 92-93Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 94-95Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 96-97Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 98-99Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 100-101Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 102-103Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 104-105Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 106-107Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 108-109Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 110-111Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 112-113Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 114-115Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 116-117Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 118-119Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 120-121Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 122-123Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 124-125Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 126-127Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 128-129Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 130-131Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 132-133Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 134-135Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 136-137Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 138-139Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 140-141Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 142-143Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 144-145Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 146-147Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 148-149Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 150-151Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 152-153Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 154-155Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 156-157Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 158-159Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 160-161Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 162-163Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 164-165Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 166-167Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 168-169Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 170-171Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 172-173Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 174-175Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 176-177Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 178-179Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 180-181Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 182-183Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 184-185Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 186-187Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 188-189Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 190-191Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 192-193Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 194-195Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 196-197Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 198-199Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 200-201Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 202-203Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 204-205Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 206-207Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 208-209Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 210-211Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 212-213Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 214-215Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 216-217Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 218-219Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 220-221Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 222-223Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 224-225Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 226-227Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 228-229Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 230-231Micro Systèmes numéro 20 nov/déc 1981 Page 232