Micro Systèmes n°103 décembre 1989
Micro Systèmes n°103 décembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°103 de décembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 222

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : la recherche française en informatique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 184 - 185  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
184 185
I FENETRE SUR SQL Server SQL System Configuration serveur 4 Mo (LM) + 2 Mo (SQL Server) + 1 Mo par 25 utilisateurs Taille de l'OS (MS-DOS, OS/2, Windows) + 1,5 Mo (SQL Base) Taille occupée sur postes clients Inférieure à 80 Ko Inférieure à 70 Ko Réseaux supportés LAN Server, LAN Manager, 3+Open LAN Server, LAN Manager, NetWare NetOne, tous avec "namedpipes" passerelles vers sites centraux Nombre maximum de bases par serveur 32.767 255 Taille maximum de la base limite disque limite disque Nombre maximum de baeses ouvertes 16 10 pour une interrogation Nombre maximum de tables dans 16 16 une jointure Nombre de tables par base de données 2 milliards limite disque Nombre de colonnes par table 250 250 Nombre de lignes par table limite disque limite disque Nombre d'index par table 250 regroupé limite disque Le fait 11 mut UOIM 15400r. mi ab ast/U ir 01110 qomir from sista', Y/fru, Pallier certaines insuffisances de SQL La norme SQL telle que définie par l'ANSI X3.135 et l'ISO 8975 gère toutes les manipulations non procédurales sur les données et place des contraintes de contrôle d'intégrité suffisantes en utilisation standard. Néanmoins, ses limitations sont importantes, principalement en ce qui concerne la gestion de l'intégrité référentielle (mise à jour en cascade, remise à nul des clefs — qui existeront dans les versions suivantes de SQL — et traitement spécifique). De plus, SQL est incapable de traiter les règles d'intégrité procédurales (l'interdiction d'augmenter les prix de 20%) ou de définir des formats de colonne. Pour autoriser une gestion plus complète de sa base de données, SQLServer a ajouté à son moteur SQL des fonctions supplémentaires. Outre les procédures basées sur des macro-commandes SQL, il est possible d'en utiliser d'autres propres au logiciel et aptes à gérer l'exécution conditionnelle et autres traitements simples ou complexes, ainsi que des règles de formatage. Toutes ces procédures sont précompilées, préoptimisées et se déclenchent à l'aide de triggers. En sus de celles proposées 14* [.01401... SOU (fiecute... f/fteCenotle... FO Memove... Islam SOUMIS MIMES USIMOUS MIMOUS SOUMIS SOIfej Ouro, ihnofor 50SOM snaw srum sysom SttfOM COOM dans le moteur, il est possible d'en développer soi-même. SQLServer n'utilise pas les pluriniveaux de sécurité classiques de SQL et centralise les privilèges sur le serveur. La protection peut aller jusqu'au niveau d'un champ. En plus de l'analyseur syntaxique habituel aux moteurs SQL (vérification de la cohérence d'une requête multiple), le logiciel possède un analyseur statistique permettant de déterminer un chemin de recherche à partir de la quantité de données correspondant à chaque élément de la requête. Les types de variables de SQLServer diffèrent légèrement du SQL standard. Outre les classiques CHAR et VARCHAR, on peut utiliser le format TEXT, qui permet de stocker un document de plus de deux milliards de caractères. Les champs BIN et VARBIN servent à conserver des données binaires et se voient adjoindre un champ image qui peut contenir plus de deux milliards de données graphiques. Si cette capacité se révèle utile à qui veut se servir de sa base pour stocker graphisme ou son, il n'est pas encore possible de la gérer de manière à effectuer des recherches ou des traitements complexes directement en mode binaire. Il faudrait pour cela avoir une extension à SQL comme GQL, l'équivalent graphique de Rank Xerox implanté dans Graphtalk. Mais, à l'heure des premières applications Numéris, une telle option est un bon argument de vente. SQLServer possède enfin des formats monnaie et date performants, permettant même de mettre automatiquement en regard d'un enregistrement l'heure et la date auxquelles celui-ci a été effectué. Une question qui se pose à l'examen de toutes ces possibilités ajoutées à SQL est la compatibilité avec les systèmes existants. Inutile en effet d'implanter des fonctions si celles-ci rendent la communication via SQL caduque. SQLServer doit être un lien entre systèmes hétérogènes. Des transactions sécurisées et performantes SQLServer utilise l'OLTP (On Line Transaction Processing) et permet la sauvegarde et la restauration on line, ce qui veut dire qu'il n'est pas nécessaire de stopper le SGBD pour ces opérations. Le DUMP DATABASE prend un cliché de la base à un instant, les transactions non validées ne sont pas sauvegardées et les modifications sont encore possibles sur les données enregistrées. La restauration est automatique à une fréquence paramétrable. Un journal des opérations est tenu. En cas de panne, il est ainsi plus facile de récupérer sa base de données. Grâce à son utilisation d'unités de traitement (threads) et non de processus multiples, SQLServer gère plus facilement les étreintes fatales et autres situations de blocage. OS/2 permet en effet de rendre prioritaire une unité de traitement si la suite des opérations rend indispensable d'en avoir le résultat. Ce procédé évite de gaspiller du temps machine en n'en accordant qu'à l'unité prioritaire. C'est une des caractéristiques les plus intéressantes d'OS/2. De même, une unité de traitement spécifique est allouée aux E/S vers les périphériques et activée uniquement en cas de besoin. Enfin, le groupement des accès et l'optimiseur statistique des requêtes accélèrent encore les performances du système. SQLServer possède une interface de développement, DB.Lib, qui permet d'implanter des fonctions client sous DOS, Windows, OS/2 et Presentation Manager. Cette librairie intègre manipulation et contrôle d'exécution SQL, two-phase commit, chargement/déchargement de base et fonctions d'administration. La passerelle avec le langage C est disponible, celle pour le Cobol sera présentée fin 1989. 184 — MICRO-SYSTEMES Décembre 1989
III SQLSYSTEM : UNE LONGUEUR D'AVANCE Sorti un an avant SQLServer, SQL- System possède un sérieux avantage. En effet, s'il est un point sur lequel les deux concurrents s'accordent, c'est pour dire qu'un tel produit ne peut s'implanter qu'après une phase de développement relativement longue. Moins complet que son rival dans sa version actuelle, il peut en revanche satisfaire aussi bien l'utilisateur isolé sous DOS qu'une architecture complexe de réseau. Les points de comparaison entre SQLServer et SQLSystem sont nombreux. Basés sur le même concept d'architecture client-serveur et l'OLTP, ils s'interfacent avec le même type de produits en front-end et offrent tous deux des passerelles, voire une totale compatibilité vers DB2 ou Oracle. La principale différence est le two-phase commit, qui n'est pas implémenté dans SQLSystem. Des développements visant à offrir également cette possibilité sont en cours mais, d'après Gupta Technologies, seul 1% de l'applicatif est concerné par une telle faculté. SQLSystem tourne aussi bien sous MS-DOS que sous OS/2. Il peut travailler en monoposte et en multiposte. La souplesse des configurations ainsi réalisables, jointe à l'utilisation de l'interface Windows, est un facteur important de pénétration sur le marché, indique Gilles Couillerot, ingénieur d'affaires chez Ise-Cegos. Dans les administrations, on renâcle à passer à OS/2. SQLSystem permet de démarrer sous DOS, puis de faire éventuellement le transfert en douceur. En revanche, son architecture n'utilise pas à fond les caractéristiques d'OS/2, notamment en matière d'unités de traitement, pour lesquelles il possède son propre système. Les sémaphores, comme sous SQLServer, sont gérés par le moteur de la base de données, ainsi que les situations de blocage. Le même souci d'universalité se retrouve dans les réseaux supportés, puisque SQLSystem supporte Novell (en requérant un serveur séparé), Lan Manager et d'une façon générale tous ceux qui sont compatibles Netbios. Une liaison vers les sites centraux ayant DB2 existe depuis plus d'un an dans la version DOS et sera bientôt disponible sous OS/2. La politique front-end de l'architecture de Gupta est d'utiliser au maximum l'existant. Ainsi, en ce qui Décembre 1989 concerne Oracle, SQL*Net a été choisi pour servir de lien. Henley Business Software ayant développé une passerelle vers Excel et 1-2-3, SQL Vision, Gupta Technologies l'a intégré dans son offre. De même, Planet Software, qui offre un lien dBase, ne sera pas supplanté. Wordtech a choisi de réaliser une interface SQLSystem-dbXL alors que Gupta préparait celle vers BTrieve. Le compilateur Clipper, enfin, est capable de développer des applications basées sur SQLSystem. A toute cette gamme s'ajoute un précompilateur Cobol inclus dans le kit de développement SQLBase et SQLNetwork, une passerelle vers DB2. Un compilateur C est prévu pour le mois de janvier 1990. Il ne faudrait pas oublier pour autant que SQLSystem possède son propre front-end, SQLWindow. Comme son nom l'indique, ce module utilise l'interface graphique des PC. A l'aide d'un générateur d'applications, ExpressWindows, il permet de développer une application par simples clics de souris. Dans sa prochaine version, correspondant à Windows 3.0, SQL- Windows sera capable d'utiliser plus complètement les fonctions du système en matière de polices de caractères, de gestion de la mémoire et, d'une manière plus générale, toutes les caractéristiques de haut niveau conséquentes à l'amélioration de l'interface. Pour ceux qui considèrent les menus et autres icônes comme des gadgets, SQR est une solution de remplacement qui associe édition standard à programmation interprétée. Un simple PC avec 640 Ko de mémoire est suffisant. En règle générale, le point fort de SQLSystem est d'être décomposé en modules, pour coller le plus possible à la demande. L'administrateur du réseau, par exemple, jouit d'un outil de manipulation simple, SQLTa1k (WinTalk sous Windows), qui facilite sa tâche : une seule personne peut gérer 100 postes clients sans aucun problème. Une interface permettant d'interroger SQLBase à partir d'un poste tournant sous Unix est en cours de réalisation. Il n'est pas certain qu'une version totalement Unix voie le jour. En revanche, une adaptation à Presentation Manager est prévue pour novembre. David et Goliath Outre la différence de puissance entre leurs sociétés éditrices, SQLSystem et SQLServer n'ont pas le même éventail de possibilités. Si le twophase commit est à l'étude, il n'est pas tate der Ortie r Ores gser Search ph.. r 11me le Global Declar0ttons For. Windew : frmeeno Dili. Becs dlglegin Ittle : Log In Olsolay SettIngs.eietemimainn_nin eackground Bêta 10.1d : eackgreund I Data Field : léeittround I Gara Field, Pushbutten, Pushbutten : Fartables Mr5sage Action Otalog Bec. Abou 110111(110110 le.51. de



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 222