Micro Systèmes n°103 décembre 1989
Micro Systèmes n°103 décembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°103 de décembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 222

  • Taille du fichier PDF : 182 Mo

  • Dans ce numéro : la recherche française en informatique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 154 - 155  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
154 155
Le principe d'un logiciel de PVAO repose sur deux concepts : la gestion des idées, à l'aide d'un traitement de texte en mode plan, et leur retranscription et ornementation sur des écrans graphiques dont la succession peut être gérée automatiquement ou non. On obtient ainsi des documents de type écran ou diapositive, des textes d'accompagnement servant à aider le conférencier ainsi que des pages de qualité PAO pouvant être distribuées à l'auditoire. L'utilisation finale est multiforme : pour un auditoire réduit, le Mac sert de support et gère l'enchaînement des écrans (ce qui permet d'ajouter des effets spéciaux), alors que pour une salle de conférence, il est nécessaire de recourir à un Barco ou à un projecteur de diapositives. On peut aussi rester dans le classicisme et sortir les documents sur des transparents. Un peu d'animation vaut mieux que de trop longs discours Les logiciels de PVAO sont parfaitement adaptés aux besoins types d'une présentation. Mais pour la conception de bornes (interactives ou non), de conférences plus ambitieuses, de maquettes publicitaires ou de didacticiels sophistiqués, il devient nécessaire d'avoir recours à d'autres éléments que le texte et le graphisme, aussi beaux soient-ils. De Studio 1, logiciel de dessin noir et blanc remarquable qui permet de gérer une animation sommaire à FilmMaker ou MacroMind Director (successeur de VideoWorks II), l'accent est mis sur le mouvement des images. Si le premier sert principalement à insérer des animations dans des piles Hypercard ou dans d'autres logiciels, les deux autres sont les premières applications multimédia dignes de cette appellation. En effet, ils peuvent également gérer le son et même, dans le cas de MacroMind Director, piloter un séquenceur MIDI (donc un home studio de musicien professionnel). Tous deux s'interfacent avec Hypercard pour gérer l'interactivité. Beaucoup plus complexes et plus chers que les précédents, ils serviront surtout à des professionnels de la communication pour préparer des présentations destinées aux clients. Pour permettre ensuite la diffusion des documents réalisés, tous deux mettent des runtimes à la disposition de leurs utilisateurs. 154 - MICRO-SYSTEMES Le multimédia au secours de l'EAO Les problèmes de formation en entreprise sont loin d'être résolus : gestion du temps, du lieu, immobilisation du personnel, frais d'enregistrement, l'éducation coûte cher et ses résultats sont souvent insatisfaisants. Deux logiciels proches de la philosophie des précédents ont comme optique principale la création de formations adaptées à l'entreprise : CourseBuilder et Authorware. Le premier, limité à ce domaine d'applications, souffre maintenant de son ancienneté. Le second se révèle si talentueux qu'il serait dommage de ne l'exploiter que pour préparer des didacticiels. Le point commun entre ces deux produits est de permettre, outre la mise en place d'une application comportant graphisme, texte, animation (sommaire pour le premier, par importation de fichiers PICS pour le second) et interactivité, un contrôle sur ce que fait ou répond le destinataire. On peut, à l'aide de statistiques sur les réponses, orienter le cours dans la direction souhaitable. Authorware se dote en sus d'une gestion du son n'ayant rien à envier à FilmMaker ou à MacroMind Director (le MIDI en moins), d'un moniteur de vidéodisque interactif et d'un langage de programmation objet graphique particulièrement intéressant. Ce précurseur des logiciels de l'an 2 000 (n'ayons pas peur des mots) coûte cher (50 000 F) mais vaut bien son investissement. Intellia, qui le distribue en France, étant un spécialiste de l'IA, gageons qu'un moteur d'inférence viendra rapidement s'ajouter aux déjà nombreuses possibilités du produit. On songe déjà, en le voyant, à des applications possibles en génie logiciel (quelques points communs avec le meta-langage Graphtalk), en simulation (une démo montrant ce type d'applications est déjà concluante), bref, à un univers illimité ou presque. Des enjeux importants pour l'entreprise Si l'utilisation de transparents ou de diapositives est abondante en entreprise, il est rare en revanche que ces documents soient issus d'un ordinateur. Aux USA, d'après l'étude d'une société californienne, moins de 10% des diapositives et un pourcentage encore moindre des transparents sont préparés informatiquement. Dans ce domaine, nous sommes encore plus en retard que nos confrères d'outre- Atlantique. La PréAO est le nouveau cheval de bataille d'Apple, bien qu'IBM l'ait précédé dans ce domaine. Mais Big Blue reconnaît implicitement son retard technique en annonçant la sortie de PS/2 orientés multimédia. Véronique Reynier Décembre 1989
ANIMER FILMMAKER Type : animation et multimédia Editeur : Live Software Distributeur : Symbiotic Prix : 7 900 F HF en version standard 14 900 F HT en version rendering Configuration : Mac SE/30, II cx ou ci, 4 Mo de RAM, disque dur Composé d'un ensemble de modules dans lequel il est malaisé de se retrouver au départ, FilmMaker permet de réaliser de véritables présentations multimédia intégrant image, animation et son. Ce logiciel français (malgré son nom) est lourd à mettre en oeuvre mais extrêmement puissant. Il convertit n'importe quelle image à l'aide d'un accessoire de bureau puis utilise sa forme externe pour opérer des translations, zooms ou rotations qui rappellent par leur philosophie la création d'images de synthèse. Chaque élément devant apparaître à l'écran est indépendant, et le résultat global est géré frame par frame, comme en vidéo. Une fois le scénario entier défini sur les formes vides, il faut « filmer » le résultat avec les images réelles. On s'aperçoit alors de l'utilité de cette décomposition en deux étapes, car le processus de réalisation prend un temps considérable. Un module de coloriage sert à définir en RVB tout document FilmMaker, PICT, PICS, Zoom ou EPSF, d'en modifier la teinte, la luminosité et la saturation, et de créer des effets de dégradés ou d'inversion. Un autre module utilise les sons au format SoundEdit (qui n'est pas livré avec le produit) et les place dans le scénario. On peut lisser l'enchaînement des sons entre eux pour éviter des cassures intempestives. Un programme dédié à la présentation permet d'enchaîner fichiers FilmMaker et images PICT manuellement ou suivant des intervalles de temps définis. Il utilise une table de montage pilotée par objets et boutons très facile à mettre en oeuvre. Si les autres modules ne concernent que des professionnels de l'animation, celui-ci peut Décembre 1989 servir à l'utilisateur final pour élaborer une présentation personnelle à partir de documents réalisés par une société extérieure. On peut aussi opter pour le module de projection, qui effectue le même travail dans une pile Hypercard et offre donc l'interactivité en sus. Si la conception modulaire de FilmMaker est assez gênante au premier abord, on s'aperçoit à l'usage qu'elle facilite le travail en équipe et utilise au mieux les compétences de chacun. l'éditeur du produit nous a laissé entendre que d'autres programmes ainsi que des nouvelles versions de ceux exitants ne tarderaient pas à venir s'ajouter à ce logiciel déjà très complet (petite indiscrétion : ces nouveautés concernent le 3D et les dessins animés). MACROMIND DIRECTOR Type : animation et multimédia Editeur : MacroMind Distributeur : P-Ingenierie Prix : 7 950 F HT Configuration : Mac Plus, SE et II, 1 Mo en noir et blanc, 2 Mo en couleurs, disque dur, système 6.0.2 MacroMind Director a choisi une orientation radicalement opposée à celle de FilmMaker : tout se passe sur la même « table de travail », comparable à celle du monteur vidéo, en appelant les différents outils. Il permet de manipuler à la fois du texte, du graphisme, des animations, du son et de l'image vidéo. les différents types de documents peuvent être créés directement sur le bureau de MacroMind ou importés d'autres logiciels. Ce produit a deux niveaux d'utilisation. le premier peut être considéré comme un « brouillon » et mis en oeuvre par un utilisateur néophyte. Il suffit de placer les différents éléments dans l'ordre désiré, en les superposant si nécessaire, et de demander des effets lors de l'enchaînement. En quelques minutes, on obtient facilement une présentation multimédia des plus efficaces. le deuxième niveau concerne les professionnels de la vidéo : une grille précise, proche de celle utilisée par les séquenceurs musicaux, sert à définir image par image le déroulement d'une présentation, chaque « image » comprenant aussi bien un fond graphique, un motif musical, la position d'un élément texte ou un effet visuel. En matière de gestion sonore, MacroMind est le logiciel le plus complet du marché : outre l'utilisation des sons du Macintosh, il permet de piloter un home-studio via une interface MIDI. Cette option, jointe à son orientation délibérée vers la vidéo, en fait un outil très intéressant pour les professionnels de la publicité et de la télévision. Son exceptionnelle facilité d'utilisation, ses possibilités au niveau de la couleur et ses outils de dessin sophistiqués seront un atout supplémentaire. Deux modules sortiront très prochainement : un accélérateur pouvant assurer des vitesses de défilement allant jusqu'à 60 images/secondes et un kit d'interactivité permettant de modifier le cours de la présentation. STUDIO 1 Type : dessin et animation Editeur : Electronics Arts Distributeur : Mac Sell Prix : 1 450 F HT Configuration : tous Mac avec deux lecteurs de disquettes Malgré son prix, Studio I est un produit des plus complets et peut servir de base pour des logiciels plus complexes ne possédant pas de fonctions d'animation, comme Authorware. A ses fonctions de dessin surprenantes (perspectives 3D, dégradés et modification de la transparence, courbes de Béziers, effets de distorsion...) et à ses possibilités sonores viennent s'ajouter une gestion de l'animation des plus simples chaque image est extraite d'une bibliothèque et placée dans le scénario. Il suffit ensuite de demander l'exécution. Son interface avec Hypercard lui permet d'être à l'origine de présentations interactives de grande qualité, tant que l'on se satisfait du noir et blanc. Si Electronics Art se décidait à sortir une version couleur et multi-animation de ce produit, nul doute que ses concurrents prestigieux pourraient se faire du souci. MICRO-SYSTEMES - 155



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 103 décembre 1989 Page 222