Micro Systèmes n°102 novembre 1989
Micro Systèmes n°102 novembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°102 de novembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 230

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : technologie... laser et informatique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 70 - 71  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
70 71
INTERNATI ONA L fait, les cartes, dans ces différents systèmes, ne sont pas interchangeables. Ces différents formats ont comme conséquence d'obliger les éditeurs à écrire différentes versions de leurs programmes pour chaque système. Le format le plus facile, selon le point de vue d'un éditeur, est celui de NEC qui ne nécessite que quelques modifications. Celui de Poquet requiert une approche de la gestion mémoire complètement différente, ce qui implique des modifications dans le code source de l'application. En revanche, ce format supporte la gestion mémoire selon la norme EMS et ne nécessite pas, selon Neal Chandra, vice-président de Poquet, « de modifications majeures si le code est correctement développé ». « Les éditeurs, de leur côté, sont désireux de voir apparaître un standard unique. Cela réduirait les coûts de recherche et de développement, et permettrait aux fournisseurs de n'avoir qu'une seule version de leur programme pour les différentes cartes », précise Jim Prelack, directeur de la division marketing tableur de Lotus. Et, bien sûr, l'avantage pour l'utilisateur serait de pouvoir échanger les cartes entre différents microordinateurs. En dépit de ces obstacles, il y a bon espoir qu'un standard apparaisse. Bert Keely, directeur marketing d'Agilis, pense que le standard sera établi par la carte qui dispose du plus grand nombre de logiciels. Pour sa part, Jim Barlett, responsable du marketing de NEC, émet l'hypothèse qu'il pourrait bien y avoir deux standards : un standard à destination des PC basé sur le système de NEC et un standard « d'entrée de gamme » pour les calculatrices et autres équipements électroniques issus de l'approche du JEIDA à base de ROM. Jim Barlett précise que « l'approche du JEIDA ne convient pas au marché US » parce qu'il n'y a pas de base installée de 70 - MICRO-SYSTEMES MICRO-DIGEST machines supportant ce standard dans le pays. Les standards, de toute façon, n'apparaîtront pas assez tôt pour les fabricants, comme le souligne John Reimer de Futjisu : « Toute une génération d'ordinateurs de bureau et de poche sont planifiés et les décisions sont en train d'être prises maintenant. » Sans standard, la carte à mémoire va demeurer une solution coûteuse et les éditeurs ne seront guère partants pour adapter leurs logiciels. Reproduit avec la permission de Byte, octobre 1989, une publication McGraw-Hill Inc. NEC INVESTIT AUX USA L'Intelligence Artificielle permettra peut-être de résoudre en temps réel des problèmes complexes dans les domaines de la TDHV. Elle pénètre peu à peu divers secteurs de l'industrie, prouvant pas à pas sa rentabilité. Désireux de trouver des développements communs, Américains et Japonais accroissent dans ce domaine leur collaboration. NEC a décidé d'investir 6,5 millions de dollars supplémentaires dans son centre de recherches de Princeton, New Jersey. Parallèlement, les Etats-Unis craignent fortement une percée des Japonais dans le domaine des superordinateurs et des satellites de télécommunication. Un récent accord Hitachi-Cray Research ouvre la voie, avec un fort intérêt japonais pour la technologie propre à Cray. Les difficultés financières de la société avaient récemment provoqué le départ du fondateur, Seymour Cray. Ce dernier a dû créer « à part » sa propre société de développement, pour éviter de mettre en péril la partie commerciale par des recherches jugées trop onéreuses par les gestionnaires. Les Japonais profitent de l'aubaine dans tous les domaines de haute technologie pour y injecter leur excès de capitaux et prendre ainsi pied aux Etats-Unis. De leur côté les Américains insistent pour obtenir une part réservée du marché japonais dans le domaine des supercalculateurs, comme ils l'ont obtenu dans celui des semiconducteurs. Mais en raison des mentalités, les négociations sont prévues pour durer quelque peu. Cela arrangera bien les Européens qui devraient faire face à une énorme concurrence si les Américains et les Japonais étaient destinés à trop bien s'entendre... (Japan Economic Journal). J. de S. IBM AUGMENTE SES BENEFICES L es bénéfices d'IBM ont atteint 1,3 milliard de dollars pour le trimestre 1989 faisant ainsi oublier les problèmes de fabrication d'ordinateurs qui avaient frappé le premier trimestre 1989. On note une augmentation de 9,4% par rapport à la même période en 1988, soit 15,21 milliards de dollars en 1989 contre 13,91 en 1988. Si les actions ont toutefois légèrement baissé, les analystes en voient la cause dans la discrétion d'IBM qui n'a pas fait paraître de rapports sur ses efforts de rationalisation de son réseau d'équipements qui devraient préluder à des bénéfices accrus dans les semestres à venir. De ce fait, les coûts et les dépenses n'ont augmenté que de 3,8% alors que les bénéfices d'exploitation ont été majorés de 55,8%. Chez IBM le moral est au beau fixe. Les retards de commandes se sont progressivement résorbés et on note une augmentation conséquente de la demande sur les AS/400 et les PS/2. On prévoit une augmentation des gains par action de 7% pour 1989, soit environ 10,5 dollars par action. J. de S. PUCES PARTAGEES D écidés à favoriser l'expansion de la technologie RISC (Reduced Instruction Set Computer), les dirigeants de Sun Microsystems ont accordé une licence de production de puces RISC à la firme hollandaise Philips. Cette opération fait suite à d'autres accords similaires conclus avec Texas Instruments et Fujitsu. Dans le même temps, Hewlett Packard a licencié ses puces RISC auprès de Samsung Electronics, avant de prendre des accords de développement conjoints avec Hitachi. De son côté, la firme MIPS Computer Systems a accordé des licences à NEC Corp. et à Siemens tandis que Motorola s'entendait avec Thomson-CSF. J. de S. Novembre 1989
ACCOMMODEZ VOTRE PC AU RNIS Si vous êtes utilisateur PC et que vous souhaitez bénéficier des avantages du RNIS, PC2 est un ensemble carte et logiciel qui permet une connexion à 144 Kbits par seconde sur tout support RNIS. Comme la plupart des produits RNIS pour PC, PC2 répond au standard ATT 5ESS définissant les échanges avec l'unité centrale. L'émission simultanée des données et de la voix est rendue possible par l'utilisation d'un coprocesseur 80C188 et d'une couche logicielle TSR au-dessus du DOS. Côté mémoire vive, il faut compter au minimum 242 Ko. PC2 comprend sept applications, dont, en option, Screen Share qui autorise deux utilisateurs à travailler sur la même application à partir de deux postes différents. La partie logicielle du système Vadis donne accès au RNIS au travers d'un système de partage de fichiers compatible DOS et NetBios, ou encore via émulation sur le port série, et cela avec un ensemble de commandes pour le modem. Le Voice Cali Manager permet d'abord d'enregistrer une commande vocale dans le carnet de téléphone électronique. Il fournit en outre une aide en ligne sur les 64 commandes RNIS touchant la transmission de la voix. Le Data Call Manager permet d'importer des données à partir de n'importe quel autre outil RNIS et autorise le transfert de fichiers en tâche de fond. En outre, ce mode permet de dialoguer avec d'autres utilisateurs et de créer un système de téléconférence interactive. La fonction courrier électronique gère les échanges de courrier entre le PC2 et les systèmes de courrier électronique publics ou privés. Le calendrier, à l'instar de la majorité des outils de ce type sur PC, comprend un signal sonore pour les rendez-vous. Enfin, le Script Processing renseigne l'utilisateur, avant qu'il ne décroche, sur la personne qui l'appelle mais seulement si cette dernière est elle-même équipée de PC2. Reproduit avec la permission de Byte, octobre 1989, une publication McGraw-Hill Inc. COLDFINGER SANS JAMES BOND Coldfinger ! Tel est le nom du système expert développé par Hughes Aircraft afin de tester les senseurs à infrarouge complexes livrés à l'armée et à l'industrie américaines. Certains appareils comportent jusqu'à 160 pièces différentes et Coldfinger s'assure de la fiabilité de l'ensemble en utilisant une base de données, une base de règles et un ensemble de tests physiques. Outre le gain de temps qui peut atteindre un rapport de un à quinze sur les tests traditionnels, Coldfinger n'est que l'un des nombreux systèmes experts conçus par Hugues Aircraft afin de rendre autonomes toute sorte de véhicules terrestres, aériens et amphibies. En cas d'autonomie excessive et de refus d'obéissance, se reporter à la série des Bersekkers, célèbres romans de science-fiction sur les robots tueurs. J. de S. IMPLANTEZ VOS APPLICATIONS EN PROM Si vous avez besoin de transformer un IBM PC en station de travail « diskless » ou de protéger vos fichiers des yeux indiscrets et des pirates, le PromKit d'Annabooks peut vous aider à placer n'importe quel programme DOS (ou le DOS lui-même) dans des EPROM ou des RAM statiques (SRAM). Avec une commande d'une ligne, vous pouvez transformer une application ou le DOS en une image binaire que vous pouvez charger dans une PROM et placer sur la carte mère ou sur une carte d'extension. PromKits vous permet de choisir quel lecteur vous voulez émuler. Et si vous utilisez de la mémoire statique, le PC peut même écrire sur ce lecteur virtuek. La société Annabooks déclare que, bien que l'espace adressable d'une EPROM PC soit limité, il est tout à fait possible d'émuler un lecteur 360 Ko en utilisant des EPROM paginées, avec trois puces 27011 pour les données et un seul 27128 pour le module driver. PromKit est fourni avec un code source complet (écrit en MicrosoftC, version 5.1), intégrant des listings d'utilitaire pour la conversion du binaire au format hexadécimal des processeurs Intel et filtre les fichiers selon la valeur des bits de parité. Pour utiliser PromKit, vous avez besoin d'un IBM PC ou d'un compatible, 640 Ko de mémoire vive, d'un disque dur et d'un programmeur d'EPROM. Annabooks 12145 Alta Carmel Court Suite 250-262 San Diego Californie Prbc : 179 US $ Reproduit avec la permission de Byte, octobre 1989, une publication Mc- Graw-Hill Inc. DU MS-DOS SUR RISC Les ordinateurs Aviion de Data General, architecturés autour d'un processeur RISC 88000 de Motorola, vont être capables de faire tourner les applications MS- DOS grâce à un accord que le constructeur a signé avec la société Phoenix Technologies. Phoenix développera une version de son programme Open PC qui permettra aux plates-formes de Data General de faire fonctionner des applications DOS en même tant que des programmes Unix. Reproduit avec la permission de Byte, octobre 1989, une publication McGraw-Hill Inc. Novembre 1989 MICRO-SYSTEMES - 71



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 230