Micro Systèmes n°102 novembre 1989
Micro Systèmes n°102 novembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°102 de novembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 230

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : technologie... laser et informatique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
,Eetste\A c RO-DIGEST 10% S EISA derrière ces quatre lettres qui ont fait couler beaucoup d'encre, se cache un enjeu majeur pour la micro-informatique. En effet, dans ce sigle, on oublie trop souvent la signification t lndustry Standard ». Si ISA (le bus AT classique) peut vraiment prétendre à ce titre, en sera-t-il de meme pour la version étendue ? EISA : LE CHANGEMENT ET LA CONTINUITE I est aujourd'hui inutile de rappeler I la genèse de cette extension de l'architecture « standard de l'industrie » : un groupe de neuf constructeurs de micro-ordinateurs s'est donné comme but d'offrir une alternative à l'architecture microchannel, permettant aux fabricants d'allier la compatibilité avec une norme de fait à une technologie moderne (les bus 32 bits) tout en s'affranchissant de la tutelle d'IBM et, accessoirement, du paiement des royalties qu'exige Big Blue pour l'utilisation de MCA. Principal intérêt technologique d'EISA, la compatibilité avec l'architecture traditionnelle des PC-AT garantit la pérennité des investissements, à la différence de MCA. Intérêt assez théorique, puisque les cartes ancienne version ne tirent aucun avantage du bus de 32 bits, mais des plus rassurants pour les chefs d'entreprise. L'enjeu majeur est aujourd'hui de savoir à quelle part de marché peut prétendre le consortium EISA dans les trois prochaines années : n'est pas standard qui veut. Selon une étude d'Inforcorp, la répartition actuelle est simple : 80% pour ISA et 20% pour MCA. A l'hori- 40 - MICRO-SYSTEMES zon 1992, la vieille garde ne meurt pas, mais se rend... à l'évidence : moins de 15% des micro-ordinateurs compatibles seulement conserveront le bus AT. Reste à savoir vers qui penchera la balance. Infocorp partage la poire en deux : de 35 à 40% pour EISA, de 45 à 50% pour MCA et ses compatibles. Car, chose rassurante pour Normerel et autres Mitac, 15% du marché restent accessibles aux féaux d'IBM. Si l'on tient compte des deux années de retard (1988 et 1989) d'EISA par rapport à MCA, force est de constater que, si l'on s'en tient aux résultats de cette étude, EISA a toutes les chances de remplir parfaitement son rôle d'alternative à la domination du — toujours — numéro un mondial. Mais reste à savoir s'il est possible de maintenir une unité entre des constructeurs qui, pour être alliés contre IBM, n'en sont pas moins farouchement concurrents entre eux. Et s'il faut être le premier dans son village pour être le second dans Rome, les prétendants au rôle de Brutus risquent d'être plus nombreux que prévu. P.R. Gloire à Hewlett Packard, qui donne le coup d'envoi d'une nouvelle étape dans la course à la puissance, à l'ouverture et au downsizing. HEWLETT PACKARD AVANT TOUT LE MONDE C'est donc à H.P. que revient le mérite d'avoir, la première (le 10 octobre), présenté une machine EISA à la presse et à l'ensemble des professionnels. L'événement se déroulait à Grenoble ; durant le voyage, les commentaires a priori allaient bon train, notamment sur l'attente qu'a suscité le délai entre la déclaration d'alliance stratégique émanant du groupe des neuf (AST, Compaq, Epson, Hewlett Packard, NEC, Olivetti, Tandy, Wyse et Zenith) et la toute première annonce officielle. C'est que, réputation oblige, chacun a choisi de travailler sur une base 486. C'est aussi qu'Intel avouait quelques retards dans la fourniture du chipset EISA. Hewlett Packard est également une des premières à sortir une machine d'architecture véritablement 486, et non pas une base 386-25 avec un petit « pavé » surajouté. Nous avons pu voir une machine de ce dernier type sur le Sicob Micro : bien qu'étant le seul 486 à fonctionner véritablement, c'est à dire avec un BIOS non défaillant, le niveau de performances restait assez décevant, avec une mesure globale de 2:04 minutes à notre protocole de tests. Avec le Vectra 486 PC, H.P. ouvre une ère nouvelle dans l'histoire du monde PC, offrant des performances théoriques réellement disponibles au sortir des bus. La carte mère de la machine est à elle seule un chef-d'oeuvre de savoir-faire, tant en ce qui concerne l'intelligence de sa conception que son degré de finition. Tout y a été conçu pour que rien ne tronque l'extraordinaire puissance du processeur (équivalente, entre autres, à celle d'un VAX). C'est ainsi, notamment, que les ingénieurs responsables du développe- Novembre 1989
ment ont été amenés à concevoir un impressionnant bus mémoire de 300 pins, dont une centaine est mise à la masse pour éviter tout problème de perturbations radio-électriques (qui surgiront de manière plus aiguë à mesure que les fréquences d'horloge augmenteront). Accédant directement au bus processeur, ce bus garantit donc un transit direct des données. Puisque le Vectra 486 se destine notamment à remplacer des mini-ordinateurs ou des stations de travail en architecture propriétaire, qu'il s'agisse de serveurs de réseau, de stations CAO ou de système IA, ses capacités internes de stockage et d'expandabilité figurent, à l'heure actuelle, parmi les plus élevées que l'on puisse rencontrer dans le monde PC. Huit connecteurs EISA 32 bits sont disponibles en interne, dont la vertu majeure, rappelons-le, est de permettre aussi bien le busmastering sur cartes cc intelligentes » que la récupération des investissements hard réalisés sur les systèmes compatibles précédents. Par ailleurs, le Vectra 486 PC se présente sous la forme d'un boîtier tour : cette disposition lui permet de recevoir jusqu'à six unités de mémoire de masse (dont quatre en façade, sans compter les floppies). Sachant que H.P. propose des disques durs allant jusqu'à 670 Mo (ESDI/16 ms/20 Mbits/s), la capacité de stockage maximale devient presque illimitée. Avec une alimentation montée à 270 W (réels), la perspective d'une occupation maximale des slots et des châssis paraît tout à fait raisonnable. Autre chiffre tout aussi impressionnant, la mémoire vive de l'ensemble est extensible jusqu'à 64 Mo : il suffit de remplir la carte mémoire spécifique de chips 8 Mo... Toutes ces performances — 1:50:07 en mesure globale à notre protocole de tests, 15-20 Mips théoriques — s'accompagnent d'un taux de fiabi- Novembre 1989 lité tout à fait exceptionnel, tout à fait en rapport avec la réputation de la marque. Les documentations font état d'un MTBF de l'ordre de 150 000 heures pour les disques durs par exemple, c'est-à-dire dix fois plus que la plupart des disques du marché. Ces chiffres peuvent paraître exagérés, à première vue, mais il suffit d'assister à une séance de tests qualités dans les laboratoires H.P. pour être convaincu. Alors que tous les utilisateurs de micro prennent le plus grand soin de leur matériel, H.P. fait subir à ses machines des vibrations extrêmement sévères, chacune des procédures de test étant analysée soit directement, soit par accéléromètres, et ce, bien entendu, sur des machines en fonctionnement réel. Imaginez des chocs électriques de 25 000 V (simulation de décharge d'électricité statique) sur une disquette en train d'être lue ou sur un port RS 232 en train de transmettre des données, des chocs thermiques qui font passer l'environnement ambiant de — 30 à + 90 °C en quelques minutes (avec un degré d'hygrométrie allant jusqu'à faire suinter la machine), des chocs physiques aléatoires et sinusoïdaux sur des unités centrales, d'énormes billes d'acier projetées sur des moniteurs... Avec autant de rigueur, H.P. en est aujourd'hui à un taux de panne consolidé de 0,6%, se rapprochant de l'objectif « zero-defect » théorique fixé il y a dix ans. Fort de ces atouts, H.P. se montre assez optimiste sur l'évolution du marché après l'introduction des premières machines EISA et sur ses propres perspectives commerciales. Alors que les ventes de Vectra 386 (conçus et développés à Grenoble) correspondront cette année à 50% des revenus de H.P. pour le département PC, la firme entend prendre une part conséquente du marché 486, estimé, pour 1990, à 20% du revenu global PC des constructeurs (sources IDC, Dataquest, J+J Consultants). Avec un pricing fixé entre 14 K$ et 20 K$ suivant les versions. Il n'est sans doute pas inutile de rappeler, à ce propos, que H.P. a toujours positionné ses machines par rapport au marché et que la réputation de machines onéreuses attachée aux Vectra est largement surfaite. Les premières machines devraient être disponibles en novembre 1989 et les livraisons en volume pour janvier 1990. S'intégrant dans la ligne Vectra au sommet de la courbe puissance/solution globale, défini, au point de vue marketing, comme un concept incluant le meilleur service accessible aux utilisations les plus sophistiquées, le Vectra 486 s'imposera en partie grâce à l'autre réputation de la marque, une fiabilité qui se traduit par la garantie d'une intervention dépannage en moins de quatre heures dans toute l'« Europe » (de la Finlande à l'Afrique du Sud). Avec un standard ouvert et évolutif (30 millions d'utilisateurs de PC dans le monde), avec un prix au Mips significativement réduit par rapport aux mini-systèmes, voilà sans conteste un coup d'accélérateur donné à la tendance générale au downsizing. 3 F.M. MACHINE TESTEE : H-P 486 EISA 11/01/1980 lA : Affichage vidéo aléatoire (mode texte) 0 : 2:85 1B : Affichage vidéo séquentiel (mode texte) 0 : 0:88 1C : Affichage vidéo en insertion (mode texte) 0 : 4:39 1D : Affichage vidéo séquentiel (mode graphique) 0 : 4:84 1X : Mesure vidéo globale 0:12:96 2A : Génération d'un tableau de 600 réels en strings 0 : 0:27 2B : Tri linéaire du tableau 0 : 6:70 2C : Tri à bulles du tableau 0 : 3:63 2X : Mesure de tris globale 0:10:60 3A : Ecriture fichier séquentiel sur floppy courant (2500 1.) 0:20:10 3B : Ecriture fichier séquentiel sur disque fixe (6000 1.) 0 : 3:79 3C : Lecture fichier séquentiel sur floppy courant (2500 1.) 0:19:12 3D : Lecture fichier séquentiel sur disque fixe (6000 1.) 0 : 1:92 3X : Mesure disques globale 0:44:93 4A : Calcul récursif du binôme de Newton (n=50/p=5/1f=33) 0 : 9:99 5A : Procédure de délai simple (déclaré pour 32 secondes) 0:31 : 4 XX : Mesure globale 1:50 : 7 Des chiffres tout â fait intéressants qui ne peuvent que séduire les utilisateurs gourmands en puissance de calcul. MICRO-SYSTEMES - 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 230