Micro Systèmes n°102 novembre 1989
Micro Systèmes n°102 novembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°102 de novembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 230

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : technologie... laser et informatique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 182 - 183  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
182 183
FENETRE SUR est la notion de « continuation ». Il s'agit de la possibilité qu'a un acteur, qui a envoyé une tâche à un autre acteur, de ne pas attendre sa réponse. Celle-ci sera renvoyée à un troisième acteur. La programmation acteur revient à décrire un ensemble d'entités : les acteurs d'une part, et les scripts d'autre part. Ces derniers, décrits dans un langage à syntaxe proche de Lisp, comprennent l'ensemble des valeurs (qui constitue l'état local de l'acteur) et l'ensemble des comportements. Enfin, un ensemble de tâches permettra la communication entre les acteurs. Etant donné que les acteurs peuvent adopter des scripts différents au cours du temps, il est possible de concevoir une modélisation temporelle et dynamique du système. Le modèle des acteurs s'inspire des organisations sociales, fonctionnant sur le mode « client-fournisseur ». Une application est représentée par une communauté d'acteurs, dont chacun est doté de deux composantes : sa référence et ses comportements. La communication entre acteurs est comparable à un service postal (unidirectionnel et asynchrone), avec un tampon-boîte à lettres. Un client (acteur) adresse une requête (tâche) à un fournisseur afin d'obtenir certains services (correspondant au comportement de l'acteur fournisseur). Le comportement d'un acteur peut dépendre de son état local, comme l'illustre l'exemple de la modélisation d'un système bancaire. Les acteurs sont les différents comptes bancaires. Chacun de ces acteurs « Compte-bancaire » peut avoir au moins deux scripts au cours du temps : « sans-découvert » et « avec-découvert », dont chacun a ses différents comportements : retrait, dépôt, consultation. Programmer des systèmes distribués Un acteur est une entité active qui, contrairement aux objets, n'appartient pas à une organisation hiérarchique : donc pas de classe, pas d'héritage, pas d'instanciation. Il peut créer de nouveaux acteurs par copie de luimême, déléguer les messages qu'il ne peut traiter. Cette conception prend tout son intérêt dans un système distribué (programmation des systèmes répartis ou Intelligence Artificielle distribuée) où chaque acteur dispose d'une puissance de calcul propre. Aussi, à l'origine, le modèle acteur a-t-il été développé pour représenter des connaissances et des traitements distribués. Il paraît particulièrement intéressant à implémenter sur des architectures parallèles et des systèmes répartis, notamment les réseaux de Transputers. Des travaux dans ce sens sont menés par Luc Litzler au Laboratoire d'informatique de Besançon de l'université de Franche-Comté et par Michel Tréhel à l'Institut national des télécommunications (Evry). Les télécommunications peuvent également bénéficier de la modélisation par les acteurs. En ce qui concerne les Transputers, les langages d'acteurs constituent une alternative intéressante à Occam, le langage attaché à ces processeurs (cf. article « Fenêtre sur Occam : maîtriser le parallélisme », Micro-Systèmes n°99, p.161). Ce langage est en effet très pauvre du point de vue dynamique et relativement difficile à exploit er. Les acteurs permettent, au contraire, de modéliser ce dynamisme. Pour cela, plusieurs acteurs sont affectés à chaque Transputer. Dans un des rares ouvrages de référence sur les langages acteurs, Luc Litzler et Michel Tréhel présentent d'ailleurs une translation d'Occam en langage d'acteurs (*). Les mêmes auteurs proposent aussi d'appliquer ce modèle à la représentation d'automates d'états finis. « Pour cela, il suffit de considérer qu'un automate est un acteur qui va pourvoir adopter autant de scripts que d'états, expliquentL. Litzler et M. Tréhel, tandis que les comportements sont donnés par les différentes transitions. » Un langage d'acteurs présuppose un système d'exploitation réparti. C'est le cas du système Chorus, réalisé à l'INRIA (Institut national de recherche en informatique et automatique) avec la participation du CNET (Centre national d'études des télécommunications) entre 1980 et 1986, puis finalisé et commercialisé par la « start-up » française, Chorus Systè- arguments sont pris dans l'état local et dans acteurs, permettant à l'acteur recevant le LES DEFINITIONS les paramètres transmis par d'autres acteurs. message d'exécuter le comportement DES LANGAGES ACTEURS les comportements d'un acteur s'apparentent correspondant. Acteur : entité autonome dont la spécification aux méthodes dans les langages orientés Méthode : procédure ou fonction associée à est basée sur une abstraction du monde réel objets. un acteur ou à une classe d'objets. Chaque ou d'un concept en termes de comportements, de script, d'état local, le concept d'acteur Continuation : une tâche peut contenir le nom d'un acteur qui va poursuivre le méthode remplit une fonction spécifique pour l'objet ou l'acteur. unifie les notions de classes et d'instances. traitement. Script : ensemble des comportements que Classe : description d'une famille d'objets Délégation : possibilité de renvoi d'une peut avoir un acteur à un instant donné. le ayant même structure et même comportement. tâche à un autre acteur lorsque le filtrage sur script précise les connaissances de l'acteur et Elle regroupe des données et les le script du premier acteur a conduit à un le traitement qu 71 peut réaliser à la réception « méthodes » qui lui sont associées. Chaque échec. d'une tâche. nouvelle classe hérite automatiquement des Etat local : l'état local d'un acteur est à Tâche : sorte de message constitué du nom propriétés et des méthodes associées aux rapprocher des structures de données pour un de l'acteur destinataire, du nom du classes supérieures (dans la hiérarchie des objet.comportement qui devra être évalué par objets) dont elle dépend. les notions de Filtrage : sélection d'un comportement du l'acteur destinataire, d'un certain nombre classe et d'héritage, fondamentales dans les script d'un acteur, réalisé par une tâche émise d'arguments nécessaires à l'évaluation du langages orientés objets, sont absentes dans par un autre acteur.comportement invoqué, du nom d'un acteur les langages d'acteurs. Message : moyen de communication appelé « continuation ». Comportement : fonction dont les unidirectionnel et asynchrone entre deuxC.R. 182 - MICRO-SYSTEMES Novembre 1989
Fig. 2. - Communication entre deux acteurs par échange de messages dans le système Chorus. Cet échange se fait de manière asynchrone, indépendamment de la localisation, par adressage par portes et groupes de portes. (D'après Chorus Systèmes.) mes. Ce « système exécutif réparti » comprend un « noyau » temps réel et un ou plusieurs sous-systèmes (notamment Unix) offrant aux programmes d'application des interfaces standard. Les fonctions support du multitâche, basées sur une synchronisation par messages, sont la gestion des priorités, préemption, interruptions, synchronisations et communications élémentaires locales entre activités (fig. 2). Celles-ci sont regroupées par classes. Chacun des acteurs possède les fonctions lui permettant de manipuler les objets d'une classe. Un tel système permet de faire cohabiter divers langages (Pascal,C, langages d'Intelligence Artificielle...) dans une même application. Ainsi, des acteurs servent à gérer les entrées/sorties ou les banques d'objets, à répartir la charge des calculs entre les divers processeurs... Le noyau Chorus permet de créer et détruire des activités, de les suspendre et de reprendre leur exécution... L'une des premières applications expérimentales de ce système fut une étude de faisabilité de synthèse muscale réalisée en 1985 sur la station SM 90 de Bull à partir du logiciel de synthèse « Chant » mis au point par Xavier Rodet et son équipe à l'IRCAM (Institut de recherche et de coordination acoustique/musique). Les acteurs sont de deux types pour cette application : des tâches interactives pour la fabrication des « matériaux » nécessaires aux algorithmes de synthèse musicale et des tâches de fond relatives aux calculs de synthèse. Le système Chorus a par ailleurs été retenu par nombre de projets européens portant sur les systèmes d'information des années 1990 (projets Esprit pour l'informatique, Race pour les télécommunications et Delta pour l'éducation). Quant aux langages d'acteurs, ils font encore l'objet de recherches universitaires, notamment à Besançon, Evry, Toulouse et au Massachusetts Institute of Technology, aux USA. Claire Rémy (*) t Langages d'acteurs et algorithmes distribués. Architecture d'un système-langage acteurs sur Transputer), par Luc Litzler et Michel Tréhel, leiColloque européen sur les hypercubes et calculateurs distribués, Rennes, octobre 1989. VACCINEZ VOTRE PC A. O. SERVICE-LECTEURS N°282 Avec VIRUSAFE, décelez immédiatement la présence du virus dans votre PC. Limitez ainsi les risques au maximum. En permanence remis à jour, VIRUSAFE vous assure la meilleure protection. VIRUSAFE, l'ensemble d'utilitaires développés spécifiquement contre les virus. Pour vous donner les moyens de lutter efficacement, VIRUSAFE se charge d'intercepter toutes les manipulations suspectes dans le système. VIRUSAFE est conçu par les spécialistes de la sécurité micro, pour les utilisateurs de nombreux pays : France, USA, Royaume Uni, Allemagne... 27-29, rue des Poissonniers, 92200 NEUILLY - Tel. : (1) 47.38.16.17r,'BON DE COMMANDE A RETOURNER A CTI Nom Société Adresse Prénom Tél. ❑ Commande L_iI exemplaire(s) de VIRUSAFE au prix unitaire de 590F HT/699,74F TTC sur disquette T'1/4 ❑ ou 3"1/2 D Règlement par chèque à la commande Une facture vous sera adressée à la livraison. D Désire recevoir la documentation de VIRUSAFE. DATE e_Mrt SIGNATURE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 230