Micro Systèmes n°102 novembre 1989
Micro Systèmes n°102 novembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°102 de novembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 230

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : technologie... laser et informatique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 148 - 149  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
148 149
CHOISIR fichier entre chaque modification. Les temps de lecture et d'écriture du fichier suivant ont été relevés à chaque fois. Ce test nous a permis d'essayer une autre fonction très intéressante de la technologie WORM — la possibilité de charger des anciennes versions de fichiers précédemment supprimés ou mis à jour. Les unités sont équipées de « logiciels de récupération de version » qui permettent d'accéder aussi bien au fichier d'origine qu'aux modifications intermédiaires. L'accès aux anciennes versions implique généralement le lancement d'un utilitaire spécial dont le rôle est de redonner au système de répertoire de l'unité l'état dans lequel il était, juste après l'enregistrement de la version souhaitée. Les unités réinscriptibles ne disposent pas, quant à elles, de cette fonction de récupération des versions précédentes. Le dernier test portait sur une évaluation qualitative de la compatibilité MS-DOS. Le programme test, par la mise en oeuvre d'une simple série d'appels, a essayé chacune des fonctions disque MS-DOS INT 21H. Un haut degré de compatibilité se dégage de cette étude, les exceptions à cette règle étant présentées dans les descriptions de produits qui vont suivre. III LES DISQUES WORM Lors de l'évaluation des unités optiques, deux facteurs principaux — vitesse et capacité d'enregistrement — doivent être pris en compte ; mais d'autres éléments, comme le prix, les possibilités offertes par le logiciel ou l'utilisation efficace du support, jouent également un rôle important. Il est également bon d'estimer avec précision l'espace mémoire qui vous est nécessaire, car vous pouvez alors comparer les prix des différents produits sur la base de leur coût par méga-octet. Lorsque vous prévoyez de vous servir d'une unité optique pour une autre fonction que 148 - MICRO-SYSTEM ES l'archivage, voyez si vous risquez d'avoir besoin de sauvegarder le disque optique lui-même. Enfin, si vous devez utiliser un disque optique pour sauvegarder votre Macintosh, vérifiez que le logiciel de sauvegarde choisi dispose bien des fonctions appropriées. Corel 800 Corel Systems était spécialisée à l'origine dans les logiciels. Elle a ensuite associé à ses programmes toute une série d'unités de disque et de cartes d'interface fabriquées par d'autres sociétés afin de proposer à ses clients des sous-systèmes complets. Le sous-système Corel 800, qui utilise l'unité WORM Ricoh de 800 Mo, est disponible en environnements DOS et Macintosh, pour 3 645 dollars. Le système destiné au PC comporte une carte SCSI Future Domain ainsi qu'un câble. L'initialisation et la mise en place sont simples à mettre en oeuvre. Le manuel présentant le logiciel et son installation est à la fois complet et concis, et Corel fournit également un petit guide détaillant les caractéristiques propres à l'unité Ricoh. Le manuel du logiciel comporte aussi un chapitre de programmation très fourni. Le système Corel est le plus lent des dispositifs WORM testés, aussi bien sur PC que sur Macintosh ; il a en revanche répondu correctement à tous les appels disque sous DOS 3.3 que nous avons tentés. Le gestionnaire DOS de Corel assure la prise en charge d'une petite antémémoire de disque dans la mémoire système. Nos tests ont été exécutés en adoptant la valeur par défaut proposée (quatre secteurs). L'utilisateur a toutefois la possibilité de choisir une taille d'antémémoire différente. Le gestionnaire établit le mappage des secteurs physiques aux secteurs logiques, permettant ainsi à l'unité optique de ressembler à un dispositif d'écriture à accès sélectif. Lorsque DOS demande une écriture de secteur, le gestionnaire fait correspondre ce secteur à un secteur physique et actualise les tables de traduction. Ces tables rendent possible la réécriture de secteurs logiques, même si vous ne pouvez modifier les secteurs physiques. Le logiciel transcrit de temps en temps sur le disque les tables de traduction afin de mettre à jour l'historique correspondant, par le biais de repères appropriés. L'actualisation des repères s'effectue à intervalles de temps réguliers ou après l'exécution d'un certain nombre de demandes d'écriture. Les repères historiques rendent possible le chargement des versions précédentes des fichiers mis à jour. L'utilitaire History de Corel permet de récupérer les anciennes versions en indiquant le nom des fichiers correspondants ou en désignant l'un des repères historiques précédents. Seule la lecture de ces fichiers est permise, l'écriture sur la cartouche n'étant pas autorisée à ce niveau de la procédure. Pour disposer d'un accès en écriture sur un ancien fichier, il est indispensable de spécifier le repère historique correspondant comme étant le repère actuel. Ce choix a pour effet de remettre l'ensemble des fichiers du disque dans l'état où ils étaient au moment de l'écriture de ce repère. Tous les utilitaires de récupération de version WORM fonctionnent de cette façon, à l'exception de celui associé à l'APX-4200 de Maximum Storage. Corel fournit également des utilitaires de diagnostic,de formatage et divers programmes de gestion d'unités. Des logiciels de correction DOS permettent d'utiliser de grosses partitions avec des secteurs plus conséquents. Un jeu de programmes particulièrement utile rend possible la sauvegarde, la restauration et la vérification des répertoires. Corel enregistre toutes les sauvegardes dans des fichiers uniques sur l'unité optique, cette procédure ayant l'avantage d'être plus efficace que l'utilisation d'une série de petits fichiers, étant donné la taille importante des groupes de données. L'installation du système Corel 800 sur le Macintosh est également aisée. Comme pour la plupart des périphériques Macintosh, il se connecte au Mac avec un adaptateur SCSI standard 25/50 broches. Les adaptateurs SCSI sont intégrés à l'unité et la conception du bus permet de relier jusqu'à six périphériques externes au connecteur du Mac, à condition que ces périphériques disposent des deux connecteurs nécessaires aux périphériques à connexion en guirlande. Le Corel 800 n'est doté que d'un seul connecteur. Si vous avez l'intention d'utiliser l'unité Corel avec d'autres périphériques SCSI, prévoyez de la placer à la fin de la guirlande. Sur le Macintosh, l'utilitaire Tools du disque Wormfournit les commandes nécessaires à la réactivation des repères historiques. Il génère une liste de tous les repères classés par date, mais ne dispose malheureusement pas des fonctions très pratiques de listes par fichier proposées par le logiciel PC. En utilisant l'interface Mac standard, il suffit de sélectionner un point dans le passé pour que le logiciel restaure l'état précédent du disque. L'unité qui réapparaît sur le Mac Desktop est protégée contre l'écriture. Vous pouvez alors copier les fichiers que vous souhaitez récupérer sur votre disque dur, puis désactiver le repère historique. Tools propose également des fonctions permettant d'attribuer au gestionnaire de périphériques différents paramètres d'exploitation. D'autres logiciels sont inclus dans le sous-système Corel pour Mac, comme WORM Format, un programme de mise en forme et de partition ; WORM Diagnostics, qui permet de contrôler le fonctionnement de l'unité WORM, ou INIT, destiné au System Folder du Mac. Corel 940 Le système Corel 940 est une unité WORM Panasonic de 940 Mo, associée à un kit d'interface Corel. Novembre 1989
Les sous-systèmes PC et Macintosh sont tous les deux vendus pour 3 695 dollars, Le format VAC modifié du Corel 940 permet à l'unité de condenser les données en haute densité sans pour autant sacrifier la rapidité (voir l'encadré « Technologies optiques » pour une explication des formats VAC, DZC et VLC). Si la description du logiciel associé au Corel 800 peut être reprise pour le système Corel 940, il n'en n'est pas de même pour le matériel. L'unité Corel 940 est nettement plus performante : avec des temps de positionnement bien meilleurs, elle surpasse largement le système Corel 800. En fait, le dispositif Corel 940 s'est bien souvent révélé le plus rapide de ceux que nous avons testés sur PC. Ce système propose également l'une des unités WORM les plus rapides sur le Macintosh. Nous avons particulièrement apprécié le commutateur de sélection externe, situé sur le panneau arrière, et les connecteurs SCSI doubles pour connexion en guirlande. La plupart des dispositifs WORM testés éjectent automatiquement la cartouche lorsque l'icône représentant l'unité est placée dans la corbeille. Le Corel 940 est doté d'un dispositif manuel d'éjection de cartouche. Le logiciel Macintosh reste dans la lignée des produits Corel standards, proposant des fonctions de formatage, de diagnostic et de récupération de version, comme celui du Corel 800. En résumé, ce produit semble un excellent choix, surtout pour ceux qui souhaitent une grande capacité mémoire. ISi 525GB Avec ses 640 Mo par face, l'ISi (Information Storage, Inc.) 525GB est l'unité de plus grande capacité que nous ayons testée sur PC. Pour 6 288 dollars, le système inclut une unité de disque, une carte contrôleur SCSI Western Digital et un logi- ciel. Le dispositif comporte également des connecteurs SCSI doubles pour connexion en guirlande. Le format DZC unique de l'ISi 525GB donne à l'unité de bons temps d'accès et des performances satisfaisantes, surtout par rapport à la capacité importante qu'elle propose. Les résultats obtenus se sont révélés bons, ce sous-système arrivant souvent en tête de liste ou dans les premiers. Le dispositif, qui utilise le système de fichiers DOS, est simplement considéré par DOS comme une unité de bloc logique. Il prend en charge les informations de suivi de bloc sur disque, de façon qu'aucune donnée ne soit perdue lors d'une coupure de courant intempestive. Tous les appels de fonctions disque fonctionnent de façon satisfaisante. Le logiciel WORM-TOS Plus de l'ISi 525GB comporte un programme de correction DOS (pour des partitions et secteurs plus importants), un éditeur de partition et un utilitaire de récupération de version Back Track. Le gestionnaire et le logiciel de correction autorisent des partitions pouvant aller jusqu'à 640 Mo. En dépit de son interface utilisateur peu maniable, l'utilitaire Back Track réussit néanmoins à récupérer sans problème les versions de fichiers précédents. D'une façon générale, le système 525GB est un excellent dispositif. Il se distingue par sa rapidité, sa compatibilité DOS totale et sa capacité mémoire surprenante. Malheureusement, le coût de l'unité comme celui du support restent relativement élevés. LaserDrive 810.111 LaserDrive commercialise deux unités WORM pratiquement identiques, la 810-111 pour les machines DOS (5 495 dollars) et la 820-011 pour la plate-forme Macintosh (voir ci-dessous). Le support LaserDrive 810-111 propose 405 Mo d'espace mémoire par face, avec des cartes d'interface disponibles pour les PC comme pour les machines articulées autour de l'architecture Micro Channel. Un second connecteur SCSI et une molette de sélection de périphérique externe permettent de connecter d'autres périphériques SCSI à l'unité. La LaserDrive, qui mesure une quarantaine de centimètres, est l'unité la plus grande que nous ayons testée. Alors que la plupart des unités sur lesquelles nous nous sommes penchés sont conçues pour être placées sur un bureau, la LaserDrive peut être installée sans problème sur le sol, ce qui a l'avantage de libérer un espace précieux. La 810-111 réalise les moins bons temps d'accès parmi toutes les unités testées. Mais, pris dans son ensemble, le système surpasse certaines unités en obtenant de meilleurs résultats dans d'autres domaines, ce qui donne un niveau de performance générale moyen. L'unité, qui utilise le système de fichiers DOS, se comporte comme un disque de gestionnaire de périphérique standard. Elle émule les écritures à accès sélectif en associant des repères d'adresses logiques à chaque secteur du disque. L'unité conserve un historique logique dans une zone réservée du disque pour effectuer le suivi des versions actuelles. Toutes les fonctions test de DOS ont été exécutées à la perfection. L'installation des composants matériels et logiciels s'effectue très simplement et nous n'avons rencontré aucun problème particulier en faisant fonctionner l'unité. Le gestionnaire permet d'avoir des partitions de disque pouvant occuper la totalité d'une face. Les autres logiciels associés à l'unité Laser- Drive 810-111 sont peu développés ; des utilitaires de diagnostic et de formatage sont proposés, mais rien n'est prévu pour récupérer les anciennes versions des fichiers. LaserDrive 820.011 Le système LaserDrive 820-011 destiné au Mac propose un utilitaire/gestionnaire et un câble pour 5 995 dollars. Il utilise les mêmes cartouches et unité que la Laser- Drive 810-111. Nos bancs d'essai font ressortir de bons résultats au niveau du test de lecture de sauvegarde, le système se plaçant en quatrième position derrière le Corel 940, le Pioneer DD-S5001 et le Summus LightDisk. Mais les faibles résultats obtenus lors des tests de chargement d'images de 1 Mo laissent supposer que le LaserDrive convient plutôt aux sauvegardes et à l'enregistrement de fichiers volumineux. Le système d'exploitation du Mac éprouve quelques difficultés à calculer l'espace mémoire restant sur le disque, du fait des secteurs réécrits. L'utilitaire fourni avec le soussystème comprend un accessoire de bureau qui affiche l'espace réinscriptible disponible sur l'unité. Le formatage des cartouches s'effectue simplement : il suffit de sélectionner avec la souris la commande d'initialisation lorsque le Macintosh signale qu'il ne peut lire le disque. Maximum Storage APX-4200 Le système Maximum Storage pour PC (4 450 dollars) se distingue radicalement des autres matériels testés, pour deux raisons. En premier lieu, l'unité utilise un adaptateur hôte ESDI, ce qui exclut toute possibilité de connexion en guirlande. Deuxième point, plus important encore que le précédent, le logiciel qui l'accompagne aborde le problème de la compatibilité DOS sous un angle radicalement différent. A la différence de la plupart des autres programmes, qui utilisent le système de fichiers DOS, le logiciel MAXSYS de l'APX-4200 crée son propre système de fichiers, qui se Novembre 1989 MICRO-SYSTEMES - 149



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 230