Micro Systèmes n°102 novembre 1989
Micro Systèmes n°102 novembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°102 de novembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 230

  • Taille du fichier PDF : 188 Mo

  • Dans ce numéro : technologie... laser et informatique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 104 - 105  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
104 105
Ainsi, Tektronix présentait son moniteur SGS 625 fonctionnant à 30 Hz par oeil à pleine résolution, 1 280 pixels par 1 024 lignes, mais aussi capable de fonctionner à 120 Hz en moyenne résolution. Il utilise une technologie à base de cristaux liquides qui commutent à une vitesse de 2 ms dans un sens et de 0,2 ms dans l'autre. Brevetée sous le nom de Pi-Cell, cette technologie permettra la généralisation de ce type d'équipement à des prix « abordables » (actuellement de $ 2 000 à $ 4 000). Selon Tektronix, la vision stéréoscopique apporte une qualité tout à fait significative dans les domaines où la finesse de discrimination de l'oeil humain permet d'extraire des éléments faisant appel à l'intuition. C'est le cas notamment des recherches en chimie moléculaire où la spatialisation joue un rôle prépondérant dans le comportement des produits. Les hôpitaux devraient également constituer une clientèle importante dès que suffisamment de logiciels seront disponibles. La stéréoscopie trouvera également des applications en pédagogie et en CAO. La lecture de cartes en relief, aussi bien que l'analyse moléculaire ou l'analyse de documents médicaux, constituent quelques exemples d'applications de la stéréoscopie haute définition. Déjà en 1986, Megascan avait introduit un écran noir et blanc de 4 096 x 4 096, tandis que Metheus proposait un écran couleur de 2 048 x 2 048. Cette année, Zenith a sorti un écran couleurs haute définition plat, avec une technologie qui promet de fortes baisses de prix. Les cartes spécialisées se mutliplient, possédant chacune leur processeur et leur mémoire propre. Des sociétés comme Lexidata, Silicon Graphics, Megatek, Tektronix, Hewlett-Packard, Sun et AT & T mettent sur le marché des produits permettant de réaliser des rotations dans l'espace d'images 3D, pratiquement en temps réel. L'utilisateur agit sur des cadrans qui provoquent un nouvel affichage en un dixième de seconde. Ces accessoires étaient précédemment disponibles uniquement sur les stations graphiques haut et moyen de gamme. On les trouve désormais sur PC. Des logiciels de rendu existent aussi maintenant directement sur chip VLSI développé par les constructeurs 104 - MICRO-SYSTEMES Le choc des photos Si les scanners et périphériques de digitalisation ne se multiplient pas autant que prévu, en revanche les systèmes de hard-copy noir et blanc et couleurs, imprimantes laser ou à jet d'encre, ont déjà dépassé 1,5 milliard de dollars en 1988. Sharp a d'ores et déjà annoncé une imprimante laser couleur d'une vitesse d'une copie par minute à un prix de $ 10 000. Pour la même somme, on dispose de produits réalisant des sorties photos couleurs de 2 000 x 2 000 lignes chez Matrix. Les produits équivalents coûtaient encore, voici peu, de vingt à trente fois plus cher ! Des sociétés, tel Lasergraphics, en proposent même à partir de $ 5 000. Genigraphics, Dicomedet Management Graphics ont également annoncé des enregistreurs à bas prix. De son côté, le logiciel Mirage 5.2 de Zenographics a pour ambition de servir de base à une station graphique à partir de PC 286 ou 386. Mirage importe et exporte des images rastérisées aux formats TARG et TIFF. Des images scannées ou des fichiers bit- map d'autres logiciels peuvent également y être mélangés. Pour Bob Romney, président de Zenographics, l'avenir de l'électronique couleur est là. Techniquement, les bases PC savent faire le travail. La sortie d'une image « modérément complexe » en direction d'un codeur Management Graphics Solitaire n'exige que 45 secondes à une résolution de 2 K, 90 secondes à une résolution de 4 K et 3 minutes à une résolution de 8 K. En moins d'un an, les logiciels ont réalisé un saut : ils sont jusqu'à vingt fois plus performants. Ils se sont très rapidement adaptés aux périphériques existants et aux différentes normes du marché. Les fichiers sont disponibles en format PostScript couleurs 24 bits, textes et graphiques. Ils communiquent également avec PageMaker et Ventura Publisher. Une centaine d'extensions graphiques sont disponibles, dont les cartes Vista, Everex, Paradise, STB, Video 7 ainsi que les cartes VGA étendues. Pour les sorties film, on dispose de raccords avec les modèles Management Graphics Solitaire, Mirus Film - printer, Polaroïd Bravo, Lasergraphics, Novembre 1989
DOSSIER- Presentation Technologies (en mode raster seulement) et Agfa Matrix à travers la carte IRRR-488 (GPIB). Parmi les imprimantes couleurs, on notera les modèles Calcomp Colorview, QMS Colorscript, Seiko, Shinko et Tektronix Phaser. Dans cet environnement privilégié, les PC commencent d'ores et déjà à battre en brèche les équipements lourds traditionnels de l'industrie pré-presse. La tendance qui a vu les PC et le Macintosh grignoter le terrain des stations graphiques ne fera que s'accentuer. Les micros partagent déjà avec elles les mêmes périphériques. Les cartes qui leur sont intégrées deviennent plus puissantes que les PC euxmêmes. La crainte de l'obsolescence que font naître les nouveaux composants, tel le i860 (40 Mips, 80 Mflops) par rapport aux stations classiques de la mini-informatique rendent les PC séduisants à bien des égards. Outre l'arrivée du 80486 de 33 à 52 MHz et du i860, ce sont des cartes complexes et sophistiquées intégrant les nouvelles techniques et les logiciels directement sous forme de composants qui domineront le marché en 1990. L'avantage des cartes est simple. Il suffit de les désenficher pour conserver une base PC particulièrement saine et adopter à leur place les nouvelles cartes. Déjà certaines solutions court-circuitent la RAM du PC. Elles fournissent les données graphiques toutes dirigées au contrôleur graphique. Le PC lui-même devient un fond de panier badigeonné de plusieurs couches d'antirouille. A propos de l'Intel 860 Capable de réaliser des calculs intensifs de matrices et bénéficiant de mémoires cache intégrées, le i860 réunit sur un même composant des caractéristiques qui en font presque un CPU. Grâce à lui, des performances associées généralement aux meilleurs mini-ordinateurs deviennent intégrables aux PC. Dès la fin 1989, les premières cartes (Faros en France, Wisard chez IBM) sortiront sur le marché. Historiquement, le 860 représente donc la première tentative sérieuse d'appliquer à la micro-informatique les principes et l'architecture des super-ordinateurs, pour lesquels la référence reste le Cray 1, sorti en 1976. Avec un million de transistors sur Novembre 1989 une puce, l'Intel 860 sur 64 bits correspond à ce que les Anglo-Saxons appellent un « mainframe on a chip ». A 40 MHz, il fournit 78 100 Dhrystones 2.1 par seconde avec une puissance maximale de 80 mégaflops. Cette puissance en virgule flottante correspond à 500 000 transformations par seconde, incluant des multiplications de matrices 3D 4 x 4, des tests de présence/absence sur la portion affichée et des calculs de perspective. Des instructions spécialisées réalisent le calcul de 40 000 triangles par seconde, dans lesquels les triangles de 100 pixels chacun sont rendus par l'algorithme de Gouraud, z-bufferisés (conservation des éléments de profondeur permettant d'éviter le traitement des faces cachées) et bénéficiant d'une source de lumière. Résultat : on dispose de 16 millions de pixels maximum traités à la seconde de façon complexe (Couraud et z-buffer). Pour une bonne utilisation de l'Intel 860, il faudra cependant compter de 4 à 6 Mo de RAM, les applications professionnelles utilisant aujourd'hui plusieurs plans mémoire. Selon les représentants d'Inmos, présents au Siggraph de Boston : « Au vu des développements d'avant-garde de la recherche graphique, il est clair que le marché futur du graphisme exi- gera de plus hautes résolutions, une intégration plus fonctionnelle, des vitesses d'affichage plus rapides et surtout des algorithmes modulaires facilement modifiables, facilement améliorables. » Très dynamique, le stand Inmos a reçu de nombreux développeurs, particulièrement intéressés par l'avenir des contrôleurs intelligents. Pour son G300, Inmos proposait les caractéristiques suivantes : fréquences vidéo jusqu'à 120 MHz, permettant une fréquence de 60 Hz sur écran 1 024 x 1 280 haute résolution, 16,7 millions de couleurs (mots de 24 bits), contrôle en temps réel des opérations en liaison avec les raccords vidéo, interfaces souples (les Américains disent « flexibles ») permettant l'évolution du système vers d'autres environnements plus performants. Evidemment Inmos offre en prime des facilités pour utiliser l'environnement des transputers T800. Pour nombre d'applications complexes, les transputers, naguère considérés comme trop puissants pour des PC (Atari, par exemple, y a placé de faux espoirs), ont maintenant pignon sur rue. Avec les transputers et leur langage de programmation OCCAM, la puissance entre désormais dans l'ère du mécano. Jacques de Schryver MICRO-SYSTEMES - 105



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 102 novembre 1989 Page 230