Micro Systèmes n°101 octobre 1989
Micro Systèmes n°101 octobre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°101 de octobre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 198

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : première mondiale... tous les secrets du bios.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 96 - 97  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
96 97
giciels vendus en France sont au minimum deux fois plus onéreux que les mêmes vendus aux Etats-Unis, mettant en moyenne le dollar à 15 FF ? » Il est clair que nombre d'entre eux ont dû pirater car acheter des logiciels au prix unitaire les aurait conduits à mettre la clef sous le paillasson. A cette question, les éditeurs répondent, eux aussi à l'unisson : « Ce n'est pas parce que les produits coûtent plus cher ici que nous faisons plus de profit. Premièrement, les charges en France sont nettement plus élevées qu'aux USA. Deuxièmement, le marché est deux fois moindre, ce qui implique deux fois plus de temps pour amortir un nouveau logiciel. » Dont acte. Il n'en demeure pas moins vrai qu'un logiciel commandé directement aux USA, frais de douane inclus, coûte moins cher que le même commercialisé en France. De plus, si les logiciels sont illégalement dupliqués, ce n'est pas une question de prix. Pour preuve, les plus piratés ne sont pas forcément les plus chers. D'ailleurs, dans l'absolu et dans un tout autre domaine, ce sont les logiciels de jeux, la plupart à moins de 500 F, qui détiennent la palme de la duplication hors la loi. Mais alors, si le piratage n'est pas lié au prix des produits (les plus grands pirates sont aussi ceux qui ont les moyens de payer leurs outils), ne tient pas à l'attrait du fruit défendu (réservé à la catégorie à part, dite des collectionneurs), ne vient donc pas d'une raison bien fondée, à quoi doit-on ce fléau ? « La mentalité latine en général et française en particulier ! » Cette fois, tout le monde est d'accord : éditeurs, utilisateurs honnêtes et pirates. C'est à qui citera en exemple les couloirs réservés aux autobus jamais respectés en France mais parfaitement aux Etats-Unis, l'achat des journaux britanniques que tout le monde paie en Grande-Bretagne quand rien ne les y oblige ; le même système en France verrait une faillite instantanée de la presse française... Même les politiques l'avouent : « Nous ne sommes pas un peuple facile à gouverner. » Et pas facile à éduquer non plus ! Pourtant, quelques pas ont été faits dans ce sens, ne serait-ce qu'à travers une formation informatique dispensée à certains commissaires de police ou encore les contrats passés avec l'Éducation nationale qui permettent aux professeurs de disposer de matériel en nombre suffisant, évitant ainsi aux élèves de faire leurs premiers pas informatiques en apprenant le déplombage. Cela fait désordre ! De plus, le scandale de l'université de Toulouse a fait couler assez d'encre pour que le monde enseignant ait appris, à l'occasion, que pirater est illégal. C'est vrai, cela commence à se savoir, pas toujours chez les particuliers ou petites entreprises qui restent bouche bée en apprenant qu'ils sont hors la loi : « Mais puisque je l'ai acheté, il est à moi ce logiciel, j'en fais ce que je veux ! » C'est vrai pour la première version, pas pour les six-sept autres. Et comment leur faire comprendre que la valeur vénale d'un tel produit n'est pas uniquement celle de l'objet qu'ils tiennent dans leurs mains, mais le travail intellectuel qu'il contient ? Pire, quels parents, encore bien souvent ignorants de la chose informatique, iront interdire à leurs enfants d'échanger des disquettes de jeux avec les copains, comme ils défendent de voler un œuf ? Soyons lucides : aucun ! Alors, en attendant que ce long apprentissage, véritablement dispensé par personne, aboutisse, il ne reste qu'un seul moyen : l'attaque. La loi (on serait tenté de dire, pour une fois) est, au dire de tous, parfaite. Même Hughes Leblanc l'a dit : « Incontestable et incontestée ». Ce n'est déjà pas si mal, même si certains pernicieux ajoutent qu'une législation aussi rigoureuse n'a cours qu'en France. Toutefois, il leur faudrait jeter un oeil, même distrait, sur les sanctions économiques et commerciales dont les Etats-Unis ont dû menacer Hong Kong ou Taiwan. APP : les zorros de l'informatique Bon, la loi, celle de 1985 (voir encadré sur la législation) est bien faite. Tant mieux ! Et autant s'en servir. Si les associations de défense en ce domaine ne sont pas pléthoriques, il en est une qui sait s'en servir comme arme de guerre et bouge bien : l'APP (Agence pour la Protection des Programmes) menée de main de fer par son dirigeant Daniel Duthil. Il part, vent en poupe, pour une longue croisade, brandissant les chiffres communiqués par Electronics Europe/Dataquest (voir tableau). Chiffres qui prouvent que l'on peut trouver pire puisque nous tenons la sixième position (après l'Espagne, l'Italie, les Pays- Bas, la RFA et la Belgique) pour le nombre de logiciels (386 980) comparé au nombre d'ordinateurs (636 190), soit 60,8%. En ce qui concerne la micro-informatique pure, ces chiffres sont de l'ordre 100 000 micro-ordinateurs pour 80 000 logiciels ! L'APP est une association qui regroupe, pour une cotisation annuelle modique, personnes physiques (1 200 environ à l'heure actuelle) et morales (environ 800), mais toutes auteurs (ou éditeurs) de programme(s). Ils déposent alors leurs travaux, pouvant ainsi à tout moment apporter la preuve de leur création. Utile, puisque le système de brevet ne s'applique pas aux logiciels afin de favoriser la liberté de création ; il n'est qu'à imaginer où en seraient les logiciels de comptabilité sans cette liberté de créer - et des monopoles qui tiendraient la place. L'APP lutte alors sur les deux fronts du grand banditisme : la duplication et l'adaptation, plus rare il est vrai, soit la copie des fonctionnalités tant externes (images, écrans, cinématique) qu'internes (algorythme des programmes, organisation des bases de données...). Il est clair qu'à ce stade une formation solide est nécessaire. Pointilleuse sur ce thème, l'APP ne fait pourtant pas toujours dans le détail : il n'y a pas de petits ou de grands pirates, il n'y a que pirates tout court. Les oreilles traînant partout, l'APP est au courant de toutes les fêtes-piratages, organisées souvent par des jeunes gens qui ont vu là un moyen de se faire de l'argent de poche facilement et en s'amusant. De moins en moins toutefois, cela commence à devenir très dangereux pour eux, il n'y a qu'à se référer à la moisson fructueuse du 14 juillet dernier, quand certains naïfs ont cru que la totalité des forces de police était payée pour assister au défilé de Jean-Paul Goude. Faux, ils se sont fait prendre et avec eux quelques centaines de copies-pirates. Ce n'est pourtant pas tout ! L'APP, qui est au coeur de tous les grands procès actuels, n'hésite pas à effectuer des descentes chez les grands comptes et à vérifier très méticuleusement si des licences correspondent bien au nombre de logiciels utilisés dans la société. Cependant, le rôle de l'APP n'est 96 - MICRO-SYSTEMES Octobre 1989
pas que coercitif : informations à travers la presse en général et son journal Expertise en particulier, conférences de formation à destination des étudiants et des enseignants... font partie, entre autres, de la panoplie des moyens d'action de cette association dynamique (« environ deux saisies par semaine », annonce Daniel Duthil). Ces pratiques diverses se terminent le plus fréquemment par l'établissement d'un procès-verbal, s'en suit une procédure classique : voies civile ou pénale selon l'avis du procureur de la République. Parallèlement, l'APP peut faire cavalier seul, citant directement devant les tribunaux les fautifs, dès lors qu'elle considère qu'il y a eu violation globale et collective de l'ensemble des droits d'auteurs et une ou deux personnes identifiées. Les pirates n'ont plus qu'à bien se tenir, même l'Etat s'est frotté à l'APP. Comment se profile l'avenir dans ce monde piraté en pleine mutation ? Les mentalités évoluent, les actions de lutte portent leurs fruits et sont ren- dues publiques, la presse elle-même décrie l'illégalité, le piratage devrait chuter. C'est optimiste, mais cela pourrait se vérifier à moyen terme. Dix pour cent du chiffre d'affaires serait un chiffre acceptable, annoncent les éditeurs. Le développement des licences sur site aidera également à amenuiser rapidement le nombre de copies illicites, au moins chez les grands comptes. Enfin, Hughes Leblanc qui a, de loin, le plus travaillé sur ce sujet, suggère une coalition entre les fabricants de hards et les éditeurs de softs. Comme une mise en commun des moyens pour tenter la mise en place de dongle, sorte de décodeur intégré dans la machine et qui permettrait l'utilisation du soft après délivrance d'un code, un peu à l'image du décodeur Canal +. Redevance payable par les éditeurs de softs. Pour une fois que l'utilisateur sateur honnête ne sera pas le dindon de la farce...Z Dominique Schmutz PAYS Nb ORDINATEURS Nb LOGICIELS PROPORTION Espagne 298.690 79.830 26,7% Italie 408.500 119.000 29,1% Pays-Bas 410.120 165.950 40,5% FRA 749.700 363.700 48,5% Belgique 129.130 67.750 52,5% France 636.190 386.980 60,8% Suisse 136.560 90.300 66,1% Suède 146.200 103.830 71,0% Gde Bretagne 638.140 544.700 85,4% Europe 3.811.180 2.107.580 5 5, 3% (Source : Electronics Europe/Dataquest) Octobre 1989 MICRO-SYSTEM ES - 97



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 198