Micro Systèmes n°101 octobre 1989
Micro Systèmes n°101 octobre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°101 de octobre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 198

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : première mondiale... tous les secrets du bios.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
AU SOMMET EN TERMES DE QUALITÉ ET DE SERVICE En tete de peloton des concurrents. La solution laieux adaptée à vos besoins. Laualité : le seul choix à faire. ouveau choc dans le monde d G ! SAMPO EUROPE OmbH KRICHELSTR. 26 D-4050 MONCHENGLADBACH 1.WEST GERMANY TEL : (02161) 18 20 44 FAX : (02161) 20 62 67 SAMPO CORPORATION 26-2, TING-HU, TA-KANG TSUN, KUEI-SHAN HSIANG, TAO-YUAN HSIEN 33334 TAIWAN. R.O.C. CABLE : SEMCO TAIPEI TELEX : 34640 SEMCO TEL : 886-3-32814015, 32824915 FAX : 886-3-3282509 SAMPO CORPORATION OP AMERICA 5550 PEACHTREE INDUSTRIAL BOULEVARD NORGROSS. GEORGIA 30071 U.S.A. TELEX : 510-100-4943 SAMPO USA NCRS TEL : (404) 4496220 FAX : (404) 4471109 FRANCAP COMMERCIAL : 7, PLACE D')'ENA 75783 PARIS CEDEX 16 FRANCE TEL : (1) 40, 70, 47, 82 FAX : (1) 47, 23, 31, 02 TECHNIQUE : 13, RUE DE'LA PERDRIX B.p. 50078 95948 ROISSY, CHARLES DE GAULLE CEDEX FRANCE TEL : 48, 63, 74, 82 FAX : Il) 48, 63, 74, 83 SERVICE-LECTEURS N°233
Agence pour la Protection des Programmes DEMANDE DE DEPOT (Article 10) (1) DEMANDE D'ENREGISTREMENT (Article 11) kt) PIRATER N'EST PAS JOUER Pirater, c'est mal, c'est malhonnête, c'est illégal... il est toujours nécessaire de le rappeler. Voilà pour la théorie. Car, dans la pratique, les éditeurs ne sont pas forcément tous contre et les utilisateurs se divisent en deux camps : ceux qui savent et qui piratent quand même, et ceux qui piratent sans le savoir... Enquête sur des citoyens pas forcément au-dessus de tous soupçons. Description du/des logiciel(*) Nom du logiciel Numéro de dépôt ô I APP (pour les versions nouvelles) Numéro de dépôt de la marque 0 I INPI (2) : Numéro de dépôt au COPYright Office US (2) Type d'application : Langage(s) Nombre d'instructions total DEPOT. nombre de microfiches originales ENREGISTREMENT. support utilisé disquettes listing, bandes autres (I) NTde dépôt 1 Titulaire des droits d'auteur Nom ou société : Adresse : TM. : Nom du représentant (pour les personnesrnorOtes) fonction : Numéro d'adhérent :. Je soussigné décMie sur l'honneur étre propnéfode des programmes dont je demande le aépah 1 enregninernenl pot I APP Pour mon propre compte (t) Pour te société (t) Pour lu copropriété (t) (3) Mandataire Je soussigné Adresse mandataire du Muloons ci-dessus. eleMOntle le [Sapai d'enregntrernenldu programme cl-dessus. en verts, du natrum, joug 1) Rayer la mention inutile 2) faCultatlf 31 ApocItiliZutcode,liîst, 0nlureiocnoziorZuxcle Io O.N.M. exemplaires du règlement. Fait a te Signature et cacret, precoéd et pieros.c:ZIcs mention manuscrite 119, rue de Flandre 75019 PARIS Tél. (1) 40.35.03.03 - Télécopieur (I) 40.38.96.43 Lentement, très lentement, l'idée fait son chemin : pirater n'est pas jouer, logiciel n'est pas jouet et ne pas se faire prendre n'est assurément plus joué. Du côté des utilisateurs, les pirates « conscients » se retrouvent essentiellement chez les grands comptes. Les « de bonne foi » sont plus spécialement concentrés dans les toutes petites structures, PME/PMI de moins de 20 salariés. Nous n'avons pas, en tout état de cause, trouvé de patron qui aurait parié son micro sur un non-piratage absolu dans son entreprise. Du côté des professionnels, s'il existe une loi qui régit — plutôt bien — ce genre de délit, aucun organisme officiel ne vient la conforter. Seules quelques associations, dont la plus renommée est l'APP (Agence pour la Protection des Programmes), tentent, dans une lutte sans merci, d'anéantir le piratage et affichent des résultats satisfaisants à l'issue de nombreux procès. C'est aux éditeurs que l'on doit cette évolution peu rapide, certes, mais dont l'effet fait boule de neige. Il est vrai que cela leur coûte cher : si les protections matérielles ne sont pas véritablement onéreuses, en revanche, Octobre 1989 le manque à gagner est très important, oscillant entre 30 et 70% du chiffre d'affaires des sociétés éditrices (ces chiffres restant à prendre avec un maximum de précautions dans la mesure où il ne peut s'agir que d'estimations). De plus, les actions de grande envergure sont du plus mauvais effet sur l'image de marque de chacune. Il leur est donc nécessaire d'avoir commercialement les reins assez solides pour envisager de prendre ainsi une position qui n'ira pas forcément dans le sens de leur politique marketing. De surcroît, de nombreux éditeurs avaient comme priorité l'implantation de leur entreprise, en définitive très récente, dans l'Hexagone, devant faire passer l'urgent avant l'important. D'autres continuent, de manière plus ou moins avouée, à considérer le piratage comme un moyen de promouvoir leurs produits : « Evidemment, c'est pour nous une perte commerciale ponctuelle, mais cela permet de faire connaître nos gammes et de familiariser les utilisateurs à nos produits. » Propos qui s'avéreront payants mais qui font hurler à l'immaturité les concurrents bien assis ! D'autres encore, tout en réprouvant ces pratiques, restaient sceptiques sur la finalité de la lutte : il n'est, d'une part, pas facile de localiser les pirates, alors comment, d'autre part, les amener massivement à se comporter comme d'honnêtes citoyens sans pour autant les détourner des produits ? Cependant, les situations commencent à s'affirmer. La prise de position des éditeurs est maintenant, globalement, plus nette et plus franche. Ils sont résolument contre et le font savoir systématiquement à travers le seul moyen mis à leur disposition, la démarche judiciaire, trouvant là leur seul véritable allié : la Loi. Hélas, et c'est l'unique fil directeur de cette enquête, la faille entre le discours et l'action ressemble comme une soeur aux fosses du Pacifique. Il y a, de fait, les lutteurs purs et durs, tel Hughes Leblanc (est-il besoin de présenter le P.-D.G. de LCE ?) qui caracole en tête de cette sainte croisade. Précurseur incontesté de la lutte antipiratage, cet homme dynamique a entrepris, et gagné, un nombre impressionnant de procès (voir encadré « l'Etat pirate ») et entraîné à sa suite la majorité de ses confrères. Mais, audelà de ces poursuites légales, on lui doit surtout d'avoir sensibilisé la population informatique à cette situation. MICRO-SYSTEMES — 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 198