Micro Systèmes n°101 octobre 1989
Micro Systèmes n°101 octobre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°101 de octobre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 198

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : première mondiale... tous les secrets du bios.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 160 - 161  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
160 161
FENETRE SUR tres instructions en attente de données disponibles. Si une instruction mémorise son résultat dans un registre, le compilateur essaiera de la faire suivre par une opération qui n'a pas besoin du résultat de la première opération. L'UC peut donc commencer à travailler sur la prochaine instruction sans attendre les résultats de la première. Les machines VLIW poussent ce procédé encore plus loin. Au lieu de faire chevaucher les instructions, dans la limite autorisée par les interdépendances, les machines effectuent toutes les instructions en même temps. Cette solution comporte évidement ses inconvénients. Les machines VLIW ont besoin de plus de composants qui, eux-mêmes, doivent être plus sophistiqués. Au lieu d'une seule unité fonctionnelle, il faut maintenant n unités. Le trafic entre l'unité centrale et la mémoire est écoulé en vagues importantes, au lieu du flot constant de demandes simples. Le bus doit être plus important et plus rapide. Par ailleurs, les superprocesseurs RISC doivent bénéficier des techniques de pointes pour permettre des cycles suffisamment courts. La longueur de ces cy- cies doit être de 1/n pour être compatible avec le processeur VLIW à n unités arithmétiques. C'est pour les raisons énumérées cidessus que certains pensent qu'un superprocesseur RISC pourrait obtenir pratiquement le même résultat qu'une machine VLIW, à un coût bien moindre. Ces inconvénients illustrent également quelques uns des facteurs que les concepteurs doivent prendre en compte lors de l'élaboration de l'architecture. Il y en a bien d'autres. Les évolutions dans le développement des mémoires rapides, des mémoires cache, de la capacité des bus et dans la fabrication des composants électroniques influeront toutes sur la décision. D'ici quelques années, on trouvera des processeurs pouvant exécuter deux, trois ou n fonctions à la fois. Et le moyen naturel d'accélérer les microprocesseurs est d'ajouter des unités fonctionnelles. L'utilisation d'un parallélisme à grande échelle, avec de nombreux processeurs autonomes, peut être une excellente solution pour des applications scientifiques où les calculs doivent être exécutés simultanément. Il sera en revanche difficile de transférer des logiciels de traite- ment de texte, de gestion de fenêtre et des bases de données sur des machines parallèles car ces programmes ne comportent pas n petites tâches pouvant être effectuées simultanément. L'approche VLIW est mieux adaptée à un parallélisme plus sophistiqué. Les préceptes régissant la conception du VLIW sont loin d'être fixés. Seules quelques machines existent, et elles sont chères et encombrantes. Le temps, les expériences et beaucoup de recherches pourront à l'avenir résoudre les questions qui restent posées. Quel est le nombre optimal d'unités fonctionnelles ? Combien d'opérations de chargement et de mémorisation doivent être exécutées par instruction ? Combien de branchements sont nécessaires... et d'autres questions qui ne sont même pas encore posées. Avec le temps, l'évolution des microprocesseurs suivra très certainement la voie tracée par ces grosses machines. Peter Wayner Reproduit avec la permission de Byte, août 1989, une publication McGraw-Hill Inc. LE 80860 d'Intel : vers le VLIW A u début du printemps, Intel a lancé le 80860 en lui donnant pour nom « Cray on a chip » (un Cray sur une puce) parce que, dans des conditions idéales, ce microprocesseur peut, semble-t-il, atteindre des vitesses approchant celles des superordinateurs Cray. Pour accomplir ce miracle, Intel a mis en application l'un des principes des machines VLIW : la possibilité de commencer plus d'une instruction en même temps. la puce est dotée d'un processeur RISC qui gère les instructions de branchement et de traitement des entiers. Une unité de traitement en virgule flottante implantée sur la même puce peut effectuer simultanément une multiplication et une addition. Ce qui signifie que, dans des conditions idéales, trois opérations peuvent être effectuées en même temps et que, à 50 MHz (vitesse crête), l'une de ces puces peut traiter 150 millions d'opérations par seconde. Naturellement, cette vitesse maximale n'est pas atteinte à chaque fois. Le programme parfait permettant d'obtenir ces résultats optimaux doit posséder autant d'opérations sur nombres entiers que d'additions et de multiplications en virgule flottante. l'unité de calcul en virgule flottante possède un pipeline qui doit rester rempli afin d'atteindre le rythme d'une multiplication et d'une addition par cycle. Toutes interruptions du programme des opérations en virgule flottante du programme vident le pipeline ; il faut alors plusieurs cycles pour le relancer. la principale application capable d'utiliser la structure de la puce est la réalisation de graphiques. Pour afficher des images à l'écran, l'ordinateur doit pouvoir effectuer un grand nombre de calculs en virgule flottante. Ce genre de travail est idéal pour le 80860 car les calculs graphiques maintiennent plein son pipeline en virgule flottante. l'architecture de la puce est en fait spécialement adaptée à la gestion de plusieurs calculs de sousprogrammes souvent utilisés par les logiciels graphiques. Le 80860 n'applique pas toutes les idées de conception du VLIW.1l ne peut effectuer qu'une instruction de branchement à chaque cycle d'horloge. Cette capacité n'est pas particulièrement indispensable lorsque seulement trois processeurs différents sont utilisés. A l'avenir, seul un branchement multivoie pourra exploiter au maximum les unités fonctionnelles supplémentaires. Le 80860 est l'une des premières puces à tracer la voie aux architectures VLIW. Apollo Computer dispose d'une puce RISC capable d'émettre de nombreuses instructions par cycle. Pour sa part, Weitek a mis sur le marché une puce qui peut également effectuer trois instructions par cycle. D'autres processeurs capables de fonctionner selon cette méthode ne tarderont pas à apparaître. la philosophie RISC permettra, jusqu'en 1992, de produire des puces de plus en plus rapides, mais, après cette date, les concepteurs d'UC devront recourir à d'autres méthodes, comme les machines VLIW. Le 80860 représente l'une des premières étapes dans cette direction. 160 - MICRO-SYSTEMES Octobre 1989
jilf RESIDENT ‘., 1NFOMART CAD'Informatique Des partenaires « hautes compétences » en CAO électronique sur PC Aujourd'hui, Io CAO électronique sur PC atteint le niveou de performances des systèmes sur stations de travail. Mais quel logiciel choisir ? Comment assurer la compatibilité avec l'existant ? Eric Souteroud, directeur technique de CAD'Informatique, met ses compétences au service de vos projets. Il vous orientera vers des solutions professionnelles performantes : la ligne PADS, par exemple, qui assure, entre ou - tres, la conception logique et/ou analogique, le placement des CMS double-face, un routoge automatique avec remise en cause. Il vous proposera l'exploitation des données existantes grOce à des logiciels exclusifs d'interface. AVEC CAD'Informatique, VOTRE CAO ELECTRONIQUE SERA TOUJOURS A LA POINTE DE LA PRODUCTIVITE CAD'Informatique 18-20, rue Gustave Nast 77500 CHELLES Tél. : (1) 60 08 62 61 SERVICE-LECTEURS N°246 - + de 1000 Produits livrables sous 48 h — un service technique compétent & disponible — les meilleurs prix du marché (revendeurs, SSCI, OEM, administrations, PMI, etc..) PRO'MO SPÉCIALE RENTRÉE : CONFIGURATIONS COMPLÈTES : (UC + disk. dur + Mémoire + Visu + clavier 102 T + cartes diverses) XT : 6790 TTC AT 286 : 7490 TTC AT 386 : 14990 TTC IMPRIMANTES (Matricielles, Jet d'encre, Laser) Citizen HQP45 (132 col. 24 aig) : Citizen 120D (80 col. 9 aig) : Epson LQ500 (80 col. 24 aig) : Nec P2200 (80 col. 24 aig) : HP, Canon, Manessman, Diconix, etc... 4730 TTC 1890 TTC 3990'TTC 3990 TTC Add - ON/COMPOSANTS : Disk dur 20 MO : Disk dur 40 MO : Disk dur 71 MO : 1690 TTC Drive 3'2 : 3390 TTC 4990 TTC Mémoire 41256-10 : 690 TTC 35 TTC Fournitures/divers : Disquette : Souris : 2,35 TTC T-Switch 2V : 230 TTC 345 TTC Clavier 102 T : 450 TTC Contactez nous pour tous types de produits et marques ; vous bénéficierez des MEILLEURS PRIX & SERVICES. délllif 11Stock 233t1té du Rocher 75008 PARIS 42.94.00.15 _X Sté : Adresse : CP & Ville :.illf expo CNIT Show Room 382 2, place de la Défense 92800 PUTEAUX cedex Nom : 0 oui, je desire recevoir votre catalogue. Jill 3, bd Youssoufia Tanger, MAROC 94.40.24 Tel if AFRIQUE MS 10-89 Bon de Commande : utilisez un papier libre pour plus de facilité, merci SERVICE-LECTEURS N°245



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 198