Micro Systèmes n°101 octobre 1989
Micro Systèmes n°101 octobre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°101 de octobre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 198

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : première mondiale... tous les secrets du bios.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 136 - 137  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
136 137
MI CHOISIR al consultables et modifiables même en cours de saisie, ce qui évite d'avoir à quitter l'application en cours pour y accéder. Une calculette intégrée évite d'avoir recours à un matériel autre que l'ordinateur pour effectuer des calculs. Mais elle ne dispose pas d'une recopie qui permettrait d'exploiter le résultat sans avoir à le ressaisir. Pour la saisie, les contrôles d'équilibre de l'écriture ainsi que de l'existence des comptes mouvementés sont effectués. Pour les fichiers, seules les opérations en cours de saisie peuvent subir préjudice, le logiciel se chargeant de sauvegarder les écritures au fur et à mesure de leur validation. L'option SAUVEGARDE/RESTAU RATION permet de faire une copie, sur disquettes, des données de la société en cours de traitement, sans avoir recours aux commandes du DOS. Il est possible de travailler simultanément sur deux exercices. Les fonctions de lettrage des opérations et de centralisation de comptes n'ont pas été oubliées et ne posent aucun problème pour leur mise en oeuvre, toutes deux pouvant s'appliquer de manière automatique. Afin de pouvoir éditer des documents « extra-comptables », pour voir l'évolution de tel ou tel poste de l'entreprise ou de tel ou tel centre de profit, il est possible de définir des postes budgétaires et analytiques. La gestion commerciale a pour fonctions de gérer les stocks de produits ou marchandises et de gérer les opérations afférentes aux fournisseurs et clients de l'entreprise. Multi-société, elle peut gérer 1000 sociétés distinctes. Ce programme peut fonctionner indépendamment de la comptabilité CIEL et est capable de transmettre des données à cette dernière. Le fait d'être indépendant permet à ce logiciel d'être utilisé sur une machine où la comptabilité CIEL n'a pas été installée. Ainsi, un magasin pourra très bien utiliser la gestion commerciale uniquement pour gérer ses stocks, par exemple. Ce module, selon la nature de l'opération (ex. : édition de factures ou achat de marchandi- Calculatrice tes crédit Factures Api. canin. Impression Sortie 1 s H.N.P. Solde Nouveau solde Frs Date 81/87/89 r0111,1, Montant F Montant qe Allie- 111 » er Un logiciel américain parfaitement francisé.., 4 " Aller ; B 1 lai 11-P tee ill Banque Rapprochement Cartes crédit Factures Opé.compt. Impression Sortie j Numéro Type Niveau Plan comptable Nom du compte Solde 3945 395 3955 397 4 40 401 403 404 405 4E191 Prest. services en cours 0,00 Prov. dépré. stocks prdts 0,00 Prov. dépré. prdts finis 0,00 Prov. dépré. stocks march 0,08 COMPTES DE TIERS 0,00 Fournisseurs/Cptes Rattac. -2S90,80 Fournisseurs OMO Fourn-effets à payer 0,00 Fournisseurs d'Ise) 0,09 Fours Immo-effets à payer 2590,00 Fourn-fect. non parvenues -%5,1(3,00 Fournisseurs débiteurs 0.00 PgUp PgDn 10 Ait-N Alt-M Alt-E Alt-A 1 Aide F3 Etat Fi F7 Fq Esc Sortie Dac Easy ne coûte même pas 500 F. ses), met automatiquement à jour différents journaux qui pourront être ensuite transmis si on le désire à la comptabilité, ce qui évitera nombre de ressaisies. En ce qui concerne la gestion des stocks, il permet de gérer un fichier articles, qui est mis à jour automatiquement, au fur et à mesure que l'on fait des ventes ou des achats de produits ou marchandises, l'évaluation du coût moyen du stock étant faite simultanément. Il possède en interne une gestion des fichiers clients et fournisseurs, qui autorise un suivi très poussé des transactions passées avec les tiers de l'entreprise. Par exemple, il est possible de déterminer le crédit maximal alloué à un client, comme de déterminer à quel moment un fournisseur devra être payé (cas des traites). Hormis les documents commerciaux (factures, bons de livrai- son...), il peut éditer des étiquettes au libellé des clients ou des articles de la société. Les deux programmes peuvent exporter des données vers des bases de données ou tableurs, mais les modules l'autorisant ne sont pas livrés avec le produit. Cependant, la demande peut en être faite auprès de l'éditeur, qui livrera gratuitement le module correspondant au besoin spécifique de l'utilisateur (?). Enfin, toujours livrée avec le package de base, une interface graphique permettra d'apprécier en deux ou trois dimensions l'évolution de l'entreprise. Avis aux amateurs de camemberts (graphiques bien sûr). Il existe chez le même éditeur, s'interfaçant avec la compta CIEL, des modules optionnels traitant la paye et gérant les immobilisations. De par sa structure et ses fonctionnalités, ce logi- ciel convient bien aux besoins des PMI/PME et autres sociétés de moyenne importance. Il existe un contrat de maintenance qui permet de bénéficier des mises à jour du logiciel, ainsi qu'une Hot-Line dont le tarif est de 840 francs HT par module et par an. DAC EASY LIGHT Il s'agit d'un logiciel d'origine américaine mais parfaitement adapté à la législation française. Sa conception originale est plutôt surprenante au premier abord. En effet, l'utilisateur peut très bien ne rien connaître à la comptabilité pour saisir ses opérations les plus courantes car celles-ci demeurent complètement transparentes. Le programme est capable de gérer un grand nombre de journaux et de tenir une comptabilité jusqu'à l'édition du bilan et du résultat final. Les consultations peuvent toutes, sans aucune exception, s'effectuer à l'écran ou sur papier. De plus, il est possible de stocker les différents états faisant l'objet de la consultation sous forme de fichiers disques (ASCII). Ainsi, cela permet de les imprimer plus tard, à l'aide d'un traitement de texte par exemple. Le menu de LIGHT se limite à une seule ligne de commandes, dans laquelle on peut voir les rubriques, avec des intitulés aussi simples que « BANQUE », « FACTURES » et « CARTES DE CREDIT », représentant les formes de transaction les plus souvent utilisées dans le cadre d'une activité artisanale, libérale ou même commerciale. L'appel de l'une de ces options fera apparaître un masque de saisie non comptable qui pourtant, une fois rempli et validé, produit les écritures comptables correspondantes. Saisir un règlement revient pratiquement à remplir un chèque car l'écran de saisie est présenté comme le document que l'on désire comptabiliser. Bien entendu, pour utiliser ces trois rubriques, il convient au préalable de fournir les paramètres correspondants au plan comptable qui, 136 - MICRO-SYSTEMES Octobre 1989
dès l'installation du logiciel, comprend déjà plus de 300 comptes. Le manuel étant particulièrement clair sur ce sujet, il sera très aisé de fournir les paramètres en question. Malheureusement, tous les cas de figure pouvant être rencontrés en comptabilité ne peuvent être traités par le biais des trois modes de saisie déjà cités. Dans cette optique, il existe aussi un mode classique, typiquement comptable : passer les opérations par la rubrique « OPERA- TIONS COMPTABLES ». Il est ainsi possible de gérer toutes les fonctions comptables telles qu'éditer le « grand livre » ou encore la « balance ». La possibilité d'établir des budgets prévisionnels est offerte ; ceci permet d'éditer des rapports d'analyse d'écarts entre les comptes budgétisés et leurs homologues réalisés en valeurs et en pourcentages. LIGHT est capable d'établir et d'imprimer des factures. De plus, on pourra utiliser un fichier client précédemment établi, ce qui évitera les éventuelles ressaisies des coordonnées du client concerné. Pour le montant, une table de taux de TVA est également disponible afin de déterminer automatiquement à partir du HT les montants du TTC et de la TVA appliquée. Pour la sécurité d'emploi, il est effectué des contrôles au niveau de l'existence du compte employé et de l'équilibre de l'écriture. Une calculette accessible à tous les niveaux permet d'exporter le résultat de différents calculs vers la ligne de saisie concernée, ce qui évitera les éventuelles erreurs de recopie. Il est à noter que ce logiciel est capable d'éditer des étiquettes, pour un mailing par exemple, à partir du fichier client qu'il gère. LIGHT fait l'objet d'une assistance technique qui comprend la mise à niveau du logiciel dès l'apparition d'une version plus récente et d'une hot-line. Le coût annuel de cette prestation est de 400 F HT et donne droit à une demi-heure de Hot-Line. L'éditeur affirme d'ailleurs qu'une intervention téléphonique ne dure guère plus de cinq minutes et que les appels sont très peu nombreux. Enfin, le Octobre 1989 prix du logiciel — 495 F HT — contribue à un rapport qualité/prix exceptionnel, malgré les limites du produit. ORDICOMPTA JUNIOR Il s'agit là d'un logiciel de comptabilité générale capable de remplir ses fonctions jusqu'à l'édition du bilan. Il n'a besoin pour fonctionner que d'une unité centrale de 384 Ko, d'une bonne imprimante et — théoriquement — de deux lecteurs de disquettes, le disque dur n'étant que « fortement conseillé ». Multisociété, il permet de gérer 99 sociétés distinctes et de créer pour chacune d'entre elles 99 journaux. Il ne dispose pas du « lettrage », souvent présenté comme important pour ce type de logiciel. Cela ne présente pas un inconvénient majeur puisqu'il est destiné à gérer des comptes d'importance petite ou moyenne (PME, commerçants, artisans). De plus, le lettrage des opérations comptables est de fait rarement utilisé par ce type de société. Comme pour nombre de logiciels de sa catégorie, les différentes saisies d'écritures se feront toujours au travers d'un brouillard. Il est malgré tout possible de consulter le solde réel d'un compte, même si des écritures le concernant ne sont pas validées en comptabilité. Convivial, il dispose de menus déroulants et de nombreux écrans d'aide ainsi que d'une gestion de la souris facilitant grandement les déplacements du curseur. Pour la saisie des opérations, un guide est utilisable. Dans ce cas, seuls les montants sont réel- SAISIE PROUISOIRE PAR GUIDE *.. Facture veste produits finis T.T.C. Facture vente prest. services H.T. Facture vente prest. services TTC Facture vente marchandises H.T. Facture vente marchandises T.T.C. Encaissement client par banque Encaissement client par caisse Facture achat matière premier° H.T. Facture achat matiére première TTC Facture achat consommable H.T. Facture achat matiére première TTC Facture achat prest. services H.T. Facture achat prest. services TTC Facture achat marchandises H.T. Facture achat marchandises T.T.C. Facture fournitures bureau H.T. Facture fournitures bureau T.T.C. La saisie guidée d'OrdiCompta Junior. SAISIE PROUISOIRE GUIDE : Facture vente produits finis H.T. JOURNAL : UE JOURNAL DES VENTES Société : DUPONT S.A. Date 01/01/90 N°pièce : 5 Itencm trair Libéllé écriture 1MIZZI Mutage, 70100000 Ventes prod. finis 358E1,00 CR 44570000 TVA collectée 651.00 CR 4111fflo Clients,vtes B. S. 4151.00 DB DEDITS : 4.151,08 CREDITS : 4.151,80 SOLDE : 0,80 DB léce soldée, confirmer par Entrée (a —JI, sinon Esc. Un plus qui facilite la vie au quotidien. lement à saisir au clavier. Outre les guides de saisie déjà proposés, l'utilisateur pourra en créer de nouveaux et leur donner des titres plus parlants (ex. : « ventes de baguettes » au lieu de « vente de produits finis »). Il est possible de définir 999 guides de saisie par société. Les journaux et les comptes sont consultables à l'écran, alors que le « grand livre » ou le bilan (même provisoire) sont exclusivement édités sur papier. Dommage, cela aurait permis de consulter rapidement la position ponctuelle d'une société. En revanche, les documents édités sont clairs et bien détaillés : chaque total y figurant est commenté par une formule qui montre clairement l'origine du résultat. Afin de réduire la saisie des comptes lors de la mise en place de la comptabilité pour une société donnée, il est possible d'utiliser le plan comptable fourni avec le logiciel. Chose curieuse, la centralisation de compte ne semble guère faisable ; cela aurait pourtant évité d'avoir en détail des opérations sur un compte dont on a nul besoin (ex. : TVA) et, par conséquent, de réduire considérablement le nombre de lignes d'écriture. OrdiCompta intègre un utilitaire ressemblant quelque peu à Sidekick. Cet utilitaire offre six fonctions pour calculer, prendre des notes et répertorier les adresses utiles. Il peut exporter ou importer des données au format ASCII ou au format prévu pour l'échange de données entre deux logiciels de la société OrdiCompta. La sécurité d'emploi est assurée au niveau de la saisie, de la protection des fichiers et de l'accès aux données par un mot de passe. Ce logiciel est intéressant car il permet d'évoluer (il en existe une version de capacité supérieure directement compatible) tout en fonctionnant avec une petite configuration matérielle. Cela permettra à l'entreprise de débuter à moindres frais et d'augmenter ses capacités de traitement. OrdiCompta Junior est commercialisé au prix de 1 490 F par la société Winners Software. J.-M. Odonnat MICRO-SYSTEMES — 137



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 198