Micro Systèmes n°101 octobre 1989
Micro Systèmes n°101 octobre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°101 de octobre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 198

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : première mondiale... tous les secrets du bios.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 134 - 135  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
134 135
al CHOISIR la dant, tenir soi-même sa comptabilité lorsque l'on n'est pas comptable ne peut se faire que dans une certaine limite. Tout d'abord, il paraît impossible de se passer totalement de son comptable habituel ; seul son rôle changera. De plus en plus, il aura une fonction de conseiller, aidera à la mise en place de la comptabilité, contrôlera et vérifiera les saisies effectuées par l'utilisateur. Les logiciels, pour la plupart d'entre eux, tiennent une comptabilité jusqu'à l'édition du bilan et du résultat final. Ce qui implique qu'ils sont capables d'éditer toutes sortes d'états comptables provisoires où définitifs (journaux, grand livre...), seuls les états définitifs serviront de preuves vis-à-vis des administrations. Certains d'entre eux offrent la possibilité de gérer des budgets, d'analyser les résultats de l'entreprise, voire même d'éditer des graphiques significatifs. Toutes une pléiade d'outils, autrefois réservés aux sociétés de grande envergure, sont désormais à la portée des petites entreprises. Indispensables, les services de maintenance sont maintenant quasisystématiques. Ils représentent un point de comparaison important au moment de l'acquisition du Icgiciel. L'utilisateur a un besoin permanent de son éditeur : au moment de l'installation comme en cas de difficultés d'utilisation. Souvent, les éditeurs proposent des contrats intéressants qui assurent la mise à jour des logiciels et un service téléphonique. Certains éditeurs incluent ces services dans leur prix de vente, d'autres le proposent en option. Hormis l'acquisition du logiciel, l'utilisateur devra posséder une unité centrale d'un minimum de 512 Ko de mémoire équipé d'un disque dur et d'une imprimante capable d'imprimer sur 132 colonnes en mode compressé (majorité des cas). L'utilisateur potentiel se pose souvent la question de la rentabilité d'acquérir un système comptable informatique. Tout d'abord, il faut se rappeler que la tenue traditionnelle d'une comptabilité par un comptable est facturée à l'intervention et à la li- 134 - M ICRO-SYSTEM ES dupant 82 ++ E B P COMPTABILITE (Version 5.83) ++ 84:58 RETOUR SYSTEME I T IAL ISAT ION 1 -iUAIL QUOTIDIEN 2 IAITEMENT EXTRA-COMPTABLE 3 OPERATIONS DE CLOTURE 4 - ILITAIRES 5 -11ANCEMENT DE SOCIETE 6 RETOUR MENU PRINCIPAL SAISIE DES ECI ITURES LETTRAGE CONSULTATION DES CONP BALANCE GRAND LIURE ED I T I UN DES.1 tX1RINNIX OPTION : 2 : COMPTES 236 ECRITURES 0 Pilotage par menus, la convivialité signée EBP. gne d'écriture (saisie ou produite). L'utilisateur produisant, à l'aide de ces logiciels, les écritures et états comptables, seules les vérifications et les éventuelles corrections lui seront facturées. De plus, les états provisoires où même définitifs, dont il pouvait avoir besoin et qui lui étaient également facturés mais disponibles qu'au bout d'un certain temps, sont instantanés et gratuits. En conclusion, ces compta à « moins de 2 000 F » permettent aux petites structures de s'équiper progressivement et de bénéficier d'une qualité de service jusqu'alors réservée aux plus fortunés. EBP COMPTA MAJOR EBP est un programme multisociété permettant de gérer jusqu'à 99 sociétés et de créer, pour chacune d'entre elles, 15 journaux de saisie et 32 000 comptes à sept chiffres. Ces derniers pourront d'ailleurs être consultés ou créés en cours de saisie. Ce programme est limité à 32 000 écritures par période. L'installation de la comptabilité sur dis- que dur ne requiert qu'un minimum de connaissance du système DOS. De plus, le plan comptable ainsi que les journaux préinstallés limitent les saisies manuelles de comptes et de création de journaux nécessaires à l'exploitation d'une société donnée. La saisie peut se faire en trois modes : automatique, semi-automatique ou manuel. L'efficacité des deux premiers modes dépend des paramètres fournis par l'utilisateur lors de l'installation du logiciel. En effet, on suppose qu'aient été créés au préalable des modèles de pièces comptables (par exemple pour la saisie d'une vente). A partir de ce moment, seuls le numéro de pièce et la somme seront à saisir. On peut définir ainsi jusqu'à 45 libellés automatiques et 99 pièces par journal. Toute pièce saisie sera d'emblée dirigée vers un brouillard de saisie, ce qui, normalement, implique que l'on ne peut connaître le solde réel d'un compte mouvementé qu'au moment de la validation finale dudit brouillard dans les différents journaux concernés. Cette lacune n'existe pas ici car il est donné à l'utilisateur le choix d'éditer le solde demandé en tenant compte ou non des opérations non définitives. En revanche, ce système obligera l'utilisateur à travailler d'une manière rationnelle et à ne valider ces opérations qu'après vérification. D'où un gain appréciable au niveau du nombre de lignes d'écriture de régularisation. Une option du menu nommée « CONSOLIDATION SO- Cl ETE » donne toute la raison d'être au terme « multisociété » car elle permet de consolider la comptabilité de deux ou plusieurs sociétés afin d'obtenir un résultat commun (cas des sociétés implantées dans plusieurs endroits géographiques). Le lettrage proposé pourra se faire de manière automatique ou manuelle (le manuel d'utilisation étant réellement et exceptionnellement clair sur le sujet). Les « à-nouveau » peuvent être repris automatiquement à l'ouverture d'un nouvel exercice comptable. On peut d'ailleurs tout à loisir travailler simultanément sur deux exercices. Les paramètres d'installation permettent de définir l'environnement matériel (écran, imprimante...), les différents taux de TVA ainsi que la Octobre 1989
J.1S"p- A nature des comptes centralisables. Ce logiciel sait récupérer les données d'une société afin de les copier sur une autre en cours de création. Il peut également transmettre des données vers un tableur ou une base donnée, à condition que le logiciel hôte soit capable de récupérer des données sous la forme ASCII. En revanche, le contraire ne semble guère possible. La sécurité d'accès aux données est assurée par un unique mot de passe, propre à chaque société. En ce qui concerne les écritures comptables, des contrôles au niveau de l'équilibre et de l'existence des comptes mouvementés sont effectués. Outre la sauvegarde des données au fur et à mesure de leur saisie, une option, nommée « RECUPERATION DE DONNEES », permet notamment la reconstitution des fichiers ou données éventuellement endommagés. EBP Compta Major est également pourvu d'options extra-comptables : — Une comptabilité budgétaire, prévue pour les entreprises qui désirent budgéter leurs activités. Cette option leur permet de suivre, mois par mois, les prévisions des comptes « charges » ou « produits ». Elle autorise les contrôles de concordance entre les réalisations et les prévisions, dont l'éventuel écart sera exprimé en valeur et en pourcentage. — La relance client édite un état de tous les montants restant dus par le client et, éventuellement, édite automatiquement des lettres de créance. Ceci pourra être effectué selon des critères de somme, de date ou de numéro de client. — L'option statistique sur les achats-ventes édite un état qui affine le suivi du montant des ventes et des achats ainsi que de toutes les charges afférentes à une activité. L'analyse est effectuée en données brutes, en pourcentages et en marges. L'utilisation du logiciel est grandement facilitée par la disponibilité constante des écrans, des lignes d'aide, ainsi que par la grande clarté du manuel fourni. La comptabilité E.B.P. peut s'interfacer, moyennant l'acquisition de modules annexes, Octobre 1989 de fonctions supplémentaires. Il existe en effet, dédiés à ce logiciel, des modules de paye, de facturation, de gestion d'immobilisations et un programme spécifiquement fait pour gérer les petits commerces et artisanats. Ce logiciel convient aux sociétés de type PMI/PME et, par conséquent, aux entreprises de moindre importance, notamment aux commerçants. E.B.P. est également un service de qualité. L'acquisition d'un logiciel E.B.P. donne droit à deux ans de Hot-Line gratuite, ainsi qu'à une mise à jour tout aussi gratuite pour toute modification légale ou payante des améliorations propres au logiciel. E.B.P. Compta Version Major est commercialisé au prix de 1 490 F HT. CIEL COMPTA GESTION Ce produit surprend agréablement par le rapport entre son prix et les fonctionnalités offertes. En effet, il est livré avec une gestion commerciale et une interface graphique. Son utilisation nécessite une unité centrale de 640 Ko et un disque dur. Livré avec son plan comptable de base, ce logiciel peut gérer un grand nombre de sociétés distinctes, le codage de chacune d'entre elles se faisant sur deux caractères. En fait, ce logiciel pouvant être installé plusieurs fois sur le même disque dur, il peut gérer un nombre indéterminé d'entreprises. On peut également créer autant de journaux que l'on désire et adjoindre une contrepartie automatique (par exemple, compte 512 pour le journal de banque) à chacun d'entre eux. Pour la saisie, on dispose d'un mode « libre » (saisie classique) et d'un mode « guidé ». L'emploi de ce dernier suppose que l'utilisateur ait créé un guide de saisie dans lequel est spécifié le sens de l'opération (débit/crédit), le positionnement automatique ou non de la date d'opération, du numéro de compte, du libellé et du calcul de la somme à affecter à telle ou telle ligne d'écriture. On peut ainsi définir autant de guides d'écritures que de combinaisons de deux caractères. Toutes les opérations sont automatiquement et obligatoirement dirigées dans un premier temps vers un brouillard de saisie. Cela présente un petit inconvénient : la consultation d'un compte par l'appel de la rubrique appropriée ne tient pas compte des valeurs provisoires (écritures encore dans le brouillard) et ce n'est qu'à la validation finale du brouillard lui-même qu'il sera possible d'avoir le solde réel d'un compte. Cependant, puisqu'il est possible de visualiser tout document à l'écran, la simple lecture du grand livre comblera cette lacune. Autre avantage que procure la possibilité de pouvoir visualiser sans aucune restriction tous les états définitifs et/ou provisoires à l'écran, il n'est plus nécessaire d'imprimer sur papier tout un document pour obtenir une information ponctuelle. Les touches de fonction sont ici pleinement utilisées, chacune d'entre elles pouvant, après définition en table, afficher un taux de TVA, un numéro de compte, une somme et un libellé selon la rubrique dans laquelle on est en train de saisir. Le logiciel, outre les tables des touches de fonction, permet de créer un fichier de tiers (clients, fournisseurs). Ces tables, ainsi que le plan comptable, sont -fEscl °MITER ONU EDITIONS Flêches3 FICHIERS GRAND LIURE R. Clients 2. Fichier journaux O. Fournisseurs 3. Clients-FournisseursC. Edition d'un compte.4. Codes budgétaires D. Pour un journal ECRITURES ET DIVERS 5. Journaux E. Edition partielle F. Edition globale 6. Brouillard 7. Journal CentralisateurC. Clients-Fournisseurs'8. Budgétaire & Analytique H. Pour une classe 9. Echéancier I. Edition globale Une comptabilité clients/foumisseurs intégrée dans le produit de Ciel. MICRO-SYSTEM ES - 135



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 198