Micro Systèmes n°101 octobre 1989
Micro Systèmes n°101 octobre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°101 de octobre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 198

  • Taille du fichier PDF : 160 Mo

  • Dans ce numéro : première mondiale... tous les secrets du bios.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 132 - 133  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
132 133
TOUT COMPRIS** ET MÊME DAVANTAGE 1. 1.%."1.. Io V. Y TOUT COMPRIS... 9 972,00 F TTC OU 8 408,00 F HT... ! C'est seulement ce qu'il vous en coûtera pour acquérir et utiliser dès à présent une Configuration AT286/12MHZ DART (DATA ADVANCED RESEARCH TECHNOLOGY). Livrée clef en main et comprenant : une UNITÉ CENTRALE... avec une carte mère et 512K de ram extensible à 4 mega/support copro 80287/2 ports série et 1 parallèle/contrôleur de disque dur à accès direct (1/1)/carte écran PARADISE EGA, résolution de 640x480, 16 couleurs sur une palette de 64, 100% HERCULES, MDA, CGA/lecteur de disquette 5"1/4 haute densité 1,2 MO ou 3"1/2 1,44 MO/DISQUE DUR 20 MO/CLAVIER Français 102 touches/MONITEUR EGA multimode monochrome/manuels d'utilisation avec système DOS. ET MÊME DAVANTAGE... ! DAVANTAGE de contrôle qualité avec un certificat nominatif à chaque ordinateur DART (DATA ADVANCED RESEARCH TECHNOLOGY) produit et testé 72 heures en France. DAVANTAGE de garantie sur chaque ordinateur qui bénéficie de la garantie d'UN AN DE MAINTENANCE GRATUITE SUR SITE sur tout l'Hexagone. (Options 2 et 3 ans, nous consulter). Disponible en Moniteur EGA Mono Moniteur EGA couleur Moniteur couleur VGA Multisynchroet carte 20 Méga Octets 40 Méga Octets 108 Méga Octets 9 972 F TTC 11 828 F TTC 14 670 F TTC 12 720 F TTC 14 842 F TTC 17 460 F TTC 15 860 F TTC 17 872 F TTC 19 987 F TTC Pho to non contractuelle DATA ADVANCED RESEARCH TECHNOLOGY Démonstration permanente 69, rue de Vaugirard (20 m de la rue de Rennes) Tél. : 45.44.84.45 - Télécopie : 45.44.87.95 SERVICE-LECTEURS N°221
CHOISIR LES COMPTABILITES A MOINS DE 2 000 F Pour les PMI/PME, artisans, commerçants et professions libérales, les logiciels de comptabilité sont souvent trop complexes, trop puissants et trop onéreux pour leurs besoins. Le prix du matériel informatique baissant constamment, un nouveau type de clientèle a pu s'informatiser, et les éditeurs ont proposé des logiciels plus abordables. Mais que peut-on attendre d'une comptabilité à moins de 2 000 F ? Look professionnel pour moins de 2 000 F c'est possible ! Toute société se doit de tenir une comptabilité. C'est, de par la loi, obligatoire. La France étant un pays où la finalité de la comptabilité est principalement fiscale, des règles bien particulières, visant à régir le traitement de la comptabilité par des moyens informatiques, ont été établies. Tout logiciel se doit de les respecter, ce qui a entraîné une certaine lourdeur de traitement et d'utilisation, qui rendait ce type de logiciel inaccessible à l'utilisateur moyen. Les prix ont augmenté avec la complexité, tout logiciel devant offrir un niveau particulièrement élevé de sécurité, demandant beaucoup de temps pour sa mise au point. Ces produits étaient en fait conçus pour être utilisés par des comptables et non pas par des chefs d'entreprise. La philosophie des logiciels a commencé à changer il y a quelques années, les programmes devenant de plus en plus conviviaux, s'ap- 3478.49 3478.49 PIECE COMPTE DOTEL. 1,15 1238 7871888 128689 81 DENTE 9 1238 5128889 129389 81 VENTE 1238 4457888 129818 91 1123112 9 2 3 4 5 6 a 9 18eisir numéro de pièce ; F4 Octobre 1989 prochant des non-comptables. A l'heure actuelle, quelques éditeurs ont relevé le défi de proposer des logiciels de comptabilité de qualité, faciles d'emploi, adaptés aux besoins des petites entreprises, et à moins de 2 000 F HT. La plupart de ces logiciels proposent d'emblée une saisie dont la validation sera différée, ceci afin de permettre à l'utilisateur de relire et corriger une écriture qui s'avérerait fausse avant sa validation finale au journal. L'existence de cette procédure particulière s'explique par le fait que la loi interdit la modification des états périodiques (journaux, balance, grand livre). C'est l'état nommé brouillard de saisie qui permettra de saisir et de modifier toutes les opérations en attente de validation. Le reproche le plus souvent fait au brouillard de saisie est de ne pas pouvoir visualiser le solde réel d'un compte tant que celui-ci n'a pas toutes ses opérations validées définitivement. Ainsi, certains utilisateurs préfèrent valider directement leurs opérations, en augmentant ainsi le risque d'erreurs, donc de surcharge de leur journal en opérations diverses (écritures corrigeant les erreurs). La plupart des logiciels proposés à l'heure actuelle semblent pallier ce genre d'inconvénients. Toujours dans un souci constant de clarté des états comptables fournis, il existe une procédure appelée Lettrage qui n'est rien moins que l'équivalent comptable des rapprochements que l'on peut effectuer sur un compte bancaire. Cette procédure, qui jadis était fastidieuse, semble s'être automatisée et, dans le cas de rapprochement manuel des écritures, dotée de puissantes fonctions de recherche. Afin de réduire le nombre de lignes d'écriture présentes au journal, il a été créé une procédure appelée « centralisation de comptes ». Le but de cette procédure est de cumuler toutes les écritures passées dans un même journal pour un même compte dans une seule ligne, ce qui évite d'avoir un journal surchargé d'écritures dont on n'a nul besoin en détail, les comptes de T.V.A. étant de parfaits exemples. Ces logiciels devant être utilisés par des non-comptables, plusieurs sécurités, au niveau de la saisie des données, ont été établies — nombreux contrôles portant sur l'existence des comptes mouvementés et de l'équilibre de l'opération en cours. Au niveau des fichiers, des procédures de sauvegarde de données, voire de récupération de données endommagées, ont été mises en place. Il paraît pratiquement impossible de perdre, du moins dans le cadre d'une utilisation « normale » du logiciel, plus que l'opération en cours. Conviviaux, ces logiciels le sont assurément et font parfois preuve d'innovations techniques séduisantes. Les guides et autres automatismes de saisie permettent à l'utilisateur de passer un minimum de temps à entrer sa comptabilité journalière. Ainsi, certains masques ne ressemblent en rien à une saisie comptable et se rapprochent le plus possible des habitudes naturelles. Cepen- MICRO-SYSTEMES - 133



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 101 octobre 1989 Page 198