Micro Systèmes n°100 septembre 1989
Micro Systèmes n°100 septembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°100 de septembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 266

  • Taille du fichier PDF : 211 Mo

  • Dans ce numéro : exclusif... le laboratoire juge cent compatibles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 72 - 73  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
72 73
1 0 0 COMPATIBLES AU LABORATOIRE POURQUOI ET COMMENT Cent bancs d'essai matériels ! Si la coïncidence avec le numéro anniversaire de Micro-Systèmes n'en est pas vraiment une, nous aurions presque pu souhaiter n'en être qu'au numéro dix, tant cette tâche nous a parfois semblé herculéenne. Car, soucieux d'objectivité, ces cent machines ont réellement été testées. Voici comment... 72 - MICRO-SYSTEMES out d'abord, précisons que si le chiffre cent s'imposait naturellement, il nous a forcé à faire un choix, parfois cornélien. En premier lieu, nous n'avons choisi que des compatibles MS-DOS, la standardisation permettant seule de comparer objectivement les performances. Ensuite, les machines retenues l'ont été sur des critères de diversité, pour autant que la notion existe dans le monde des compatibles. Celles qui n'y figurent pas n'ont évidemment rien d'inintéressant, mais notre volonté était de présenter l'ensemble des constructeurs du marché français. Le classement en quatre catégories (PC-XT, PC-AT, PC-386 et portables) permet de comparer ce qui est comparable, tant au niveau des performances qu'à celui du prix. L'équilibre entre les différentes catégories reflète les tendances du marché, qu'il s'agisse des ventes ou de l'offre des constructeurs. Nous souhaitons que, sur ces cent ordinateurs, vous puissiez trouver celui qui correspond le mieux à vos besoins ainsi qu'à votre budget. Les bases de la comparaison Honnêteté intellectuelle oblige, c'est d'abord avec des chiffres que nous avons évalué les machines. La première source d'informations quantifiées émane des constructeurs eux-mêmes : nous avons compilé, de manière aussi systématique que possible, les caractéristiques spécifiées sur les documentations des compatibles retenus. Nous avons éliminé d'emblée les éléments spécifiques, ponctuels ou inintéressants — la longueur du câble clavier, par exemple — pour ne garder qu'une liste qui puisse donner une idée suffisante des points forts ou des points faibles de la configuration testée tout en permettant une comparaison terme à terme avec les ordinateurs concurrents. De même, nous n'avons pas mentionné les listes d'options ; il nous aurait parfois fallu une double page tant certains constructeurs savent aujourd'hui utiliser toutes les ressources de l'OEM afin de fournir des configurations pratiquement sur mesure. Cependant, nous avons ajouté une rubrique « divers » pour souligner les particularités d'une configuration standard comme une souris compatible Microsoft ou encore un Windows/286 fourni en version de base. Des différences qui peuvent peser sur le rapport qualité/prix réel de la machine. Il n'est sans doute pas inutile d'insister sur le fait que nous n'avons ni inventé ni modifié les chiffres que nous rapportons, tous étant issus des documentations « officielles » du constructeur. Le lecteur attentif trouvera d'ailleurs matière à sourire au vu de certaines de ces spécifications, notamment en ce qui concerne les temps d'accès moyens au disque dur et les « états d'attente » qui ne correspondent pas toujours aux résultats des mesures. Pour les premiers, il s'agit parfois de valeurs théoriques assez loin de la réalité ; quant aux seconds, on a peine à savoir s'ils ont été déterminés par rapport à la RAM uniquement, par rapport au processeur ou, tout simplement, par rapport à la moyenne des deux. C'est donc le rapprochement des spécifications techniques constructeur et des mesures de notre protocole de tests qui permet d'apprécier les performances à leur juste valeur. Ce protocole, nous l'avons voulu représentatif des traitements de base les plus communément mis en oeuvre par l'ensemble des logiciels. En effet, quel que soit l'application, les algorithmes font nécessairement appel au calcul arithmétique, à l'affichage, à la mémoire centrale et aux mémoires de masse. Et, plutôt que d'inventer un « indice Micro-Systèmes » à la signification toute relative, nous avons conservé l'expression brute des temps de mesure. Pour avoir une idée du comportement normal des ordinateurs testés Septembre 1989
dans chacun de ces registres, nous avons donc écrit une suite de procédures appropriées à chacune des ressources en question. Une procédure globale met en oeuvre les procédures spécifiques les unes à la suite des autres, en prenant en compte l'heure système (minutes:secondes:centièmes) immédiatement avant et après l'exécution. Le chiffre obtenu, celui qui figure dans le tableau de résultats, familier à nos lecteurs les plus fidèles, correspond finalement à la différence entre les deux instants. 111 Le protocole de tests expliqué Le premier groupe de procédures concerne l'affichage, en mode texte puis en mode graphique. Dans le premier mode, l'« affichage aléatoire » (terme figurant dans le tableau de résultats) consiste à afficher, un nombre fixe de fois, une chaîne de caractères à des coordonnées de l'écran déterminées de manière pseudo-aléatoire, c'est-à-dire de façon qu'une certaine équivalence soit toujours maintenue. Cette même chaîne de caractères est ensuite affichée séquentiellement (avec retour à la ligne à chaque fois), puis en « insertion », à savoir que la partie du texte déjà produite passe sous la ligne nouvellement affichée. L'affichage séquentiel en mode graphique reprend le principe du mode texte, à cela près que la chaîne de caractères est remplacée par une ligne correspondant à la largeur maximale de l'écran. Ces tests font clairement apparaître que certaines normes ou technologies engendrent des écarts de performance sur une base similaire : le VGA ne donne le meilleur de lui-même qu'avec une RAM dédiée conséquente et une circulation sur 16 bits minimaux, tandis qu'à optimisation équivalente, le LCD reste toujours en retrait par rapport au plasma. Pour tester les accès mémoire, nous demandons à la machine d'effectuer deux tris sur un tableau de chaînes de caractères numériques (longueur fixe). En choisissant des Septembre 1989 méthodes de tris assez obsolètes, nous lui demandons le maximum. On notera à cet égard l'importance de la vitesse des composants (à partir de 120ns), de leur appariement (en ces temps de pénurie, on trouve parfois des composants différents les uns à côté des autres !) et de la présence éventuelle de dispositifs d'anté mémoire rapide (35ns est une valeur courante) qui permettent un accès immédiat à l'adresse des chaînes à trier. Ensuite, les accès disques sont alternés, d'une part, entre floppy et disque dur (pour prendre en compte les temps d'inertie notamment), d'autre part, entre écriture et lecture. La longueur des fichiers ASCII générés puis lus est telle qu'elle réduit presque à néant les risques de fragmentation susceptibles de biaiser les comparaisons entre disques formatés et disques encombrés. Là encore, on constate des écarts de performance dus aux technologies employées pour le disque lui-même mais aussi pour son contrôleur. Si la norme ST 506 (« MFM ») est la plus couramment rencontrée, l'ESDI et le SCSI tendent à se développer sur les machines haut de gamme et compensent largement les partitionnements déséquilibrés ou les fragmentations excessives. Quant aux « cache-disque », leur efficacité dépend de l'architecture globale de la machine. Nous en avons rencontré qui ne servaient à rien. Quatrième mesure générale, c'est le calcul du binôme de Newton, qui certainement révèle le mieux les différences entre les catégories de machines : deux minutes trente en moyenne pour un XT, trente secondes en moyenne pour un 386. Il faut dire que la procédure se montre particulièrement exigeante. Elle imbrique trois récursivités les unes dans les autres, la première décroissant à partir d'une opérande de 50 avec un report jusqu'à ce qu'elle atteigne 33 ! Par sa complexité mais également par les traitements intermédiaires qu'elle implique, nous pensons qu'elle correspond à tous les types de traitements mathématiques logiciels. Naturellement, c'est le processeur qui travaille le plus, mais il ne pourrait rien sans la RAM ; il s'agit donc, de ce point de vue, d'un second test pour l'architecture interne de la machine. Notons à cet égard que nous avons conçu l'algorithme de façon que la présence d'un coprocesseur ne modifie en rien le traitement. Enfin, c'est avec la procédure de « délai simple » que nous déterminons la compatibilité matérielle avec un timing logiciel similaire à ceux des premières applications développées sur PC. En effet, si la rapidité est un critère déterminant, il convient qu'elle ne soit pas obtenue au détriment de la compatibilité avec certains logiciels. Qui n'a pas eu un jour la désagréable surprise de ne pouvoir utiliser son logiciel favori sur une nouvelle machine, simplement parce que celle-ci avait été conçue suivant des normes dérivées, mettant à mal le timing de l'enchaînement des commandes ? Au final, nous obtenons une mesure globale correspondant à l'addition des sous-totaux. Il faut donc considérer qu'une « mesure globale » brute pour une machine ne reflète ses véritables performances qu'à condition que le chiffre du délai simple ne s'éloigne pas de plus d'un dixième des 32 secondes spécifiées. A moins de 29 secondes, il y a un truc. En regroupant les tableaux, on s'aperçoit que les résultats dans chaque catégorie de compatibles s'articulent autour de mesures globales assez différenciées. Ainsi, 10 minutes est un chiffre moyen pour les XT, alors que l'on descend à 4 minutes 30 avec des 286-12, jusqu'à 3 minutes 30 avec des 286- 16, et moins de 2 minutes 30 avec les bons 386 à partir de 20 MHz, et ce, rappelons-le, sur une base applicative restant compatible avec les premiers PC d'IBM. Nous avons essayé par ailleurs de rendre compte des pondérations à apporter au tableau ; c'est pourquoi le texte est inséparable des quantifications. Deux machines ne sont véritablement comparables que si l'on tient compte de la partition DOS/Unix de la première et du couple carte Hercules-moniteur EGA de la seconde. De plus, nous avons considéré l'aspect agréable du clavier, l'esthétique d'une unité centrale ou le confort visuel procuré par un moniteur, autant d'éléments subjectifs mais qui rendent plus supportable ou plus infernale, c'est selon, la vie de tous les jours avec un ordinateur. On trouvera par conséquent des commentaires assez variés sur certaines machines en apparence semblables. FREDERIC MILLIOT Responsable du laboratoire Nous avons résumé nos appréciations sur les machines de la manière suivante de 1 à 3 pour l'aspect pécuniaire et de 1 à 3 pour l'aspect performances. Une machine à 3 â et 3 doit donc être considérée comme une excellente affaire vue ses très bonnes performances. Quant aux compatibles dotés d'un, ils représentent les « coups de coeur » de l'équipe de tests, pour des raisons subjectives le plus souvent. MICRO-SYSTEMES - 73



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 236-237Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 238-239Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 240-241Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 242-243Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 244-245Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 246-247Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 248-249Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 250-251Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 252-253Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 254-255Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 256-257Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 258-259Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 260-261Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 262-263Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 264-265Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 266