Micro Systèmes n°100 septembre 1989
Micro Systèmes n°100 septembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°100 de septembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 266

  • Taille du fichier PDF : 211 Mo

  • Dans ce numéro : exclusif... le laboratoire juge cent compatibles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 218 - 219  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
218 219
al CHOISIR la situation s'est éclaircie d'ellemême sans raison apparente. L'installation nous a également révélé quelques avantages bienvenus par rapport à PC LAN. Par exemple, sous PC LAN, l'administrateur du système autorise l'accès aux fichiers utilisateur par utilisateur. Quand il s'agit de petites installations, cela est certes suffisant, mais cela devient lourd à gérer lorsqu'il s'agit d'un système reparti sur plusieurs départements d'une même société au sein de laquelle un groupe d'utilisateurs doit avoir accès à une base de données et un autre groupe à une autre base de données. PC LAN gère cette situation en vous permettant de définir les caractéristiques d'un nouvel utilisateur d'après celles d'un utilisateur existant, de façon que, quand vous créez un nouvel utilisateur, vous puissiez lui donner toutes les autorisations d'accès d'un utilisateur existant à l'aide d'une seule touche. Toutefois, c'est à l'administrateur de se souvenir de qui fait partie de tel groupe. LAN Server vous permet de définir un ensemble d'utilisateurs comme un groupe et de donner à ce groupe des autorisations d'accès dont tous les membres héritent instantanément. La documentation de LAN Server est plus substantielle que celle de PC LAN, et le système d'aide en ligne est supérieur à celui de PC LAN. Non seulement l'aide est fonction du contexte mais, si un message d'aide n'est pas assez complet, vous avez la possibilité d'accéder à un véritable manuel en ligne. Le SFT NetWare 286 de Novell version 2.15 Le nombre des manuels contenus dans les boîtes rouges, qui distingue le NetWare de Novell, exprime déjà à lui tout seul la complexité et la richesse du logiciel. Le Guide des manuels ne contient pas moins de 75 pages, et une petite bibliothèque d'annexes reliées en spirale détaille les nuances des installations de cartes interfaces variées. 218 - MICRO-SYSTEMES Avec NetWare, Novella mis sur pied une approche spécifique de l'exploitation des réseaux locaux. En refusant de baser ses logiciels réseaux sur DOS, Novella jusqu'ici toujours réussi à surpasser ses concurrents. Novell propose un produit qui fait le travail, et le fait bien. Ce qu'il y a de plus traumatisant en matière de réseaux est probablement leur vulnérabilité. Un plantage de disque sur un serveur de réseau peut bloquer une organisation entière. Novell offre le meilleur ensemble de fonctionnalités pour la protection des données. NetWare effectue une vérification automatique pour la recherche des blocs de données inutilisables sur votre disque en comparant chaque bloc écrit sur le disque au bloc d'origine figurant en mémoire. Si les deux blocs ne correspondent pas parfaitement, Net- Ware recopie le bloc en mémoire dans une zone spécifique du disque. Il enregistre également l'adresse du bloc défectueux pour empêcher d'autres tentatives d'écriture sur cette partie du disque. Pour plus de sécurité encore, NetWare conserve également des copies du répertoire et de la table d'allocation des fichiers (FAT) en deux endroits distincts sur le disque. La version SFT (System Fault Tolerant) de NetWare peut maintenir un double du disque entier. Vous pouvez soit connecter deux disques au même contrôleur pour éliminer uniquement les problèmes dus à l'altération de données et aux erreurs disques, soit sauvegarder sur un second disque via un canal différent (contrôleur, câble interface et alimentation distincts) pour disposer d'une sécurité plus grande encore. La mise en place de deux canaux disques séparés accélère la sauvegarde en permettant les transferts parallèles. Les accès disques en lecture deviennent eux aussi plus efficaces, dans la mesure où c'est le disque le plus rapide qui répond à une demande de lecture donnée et où les deux disques peuvent répondre à des demandes concurrentes. Même ainsi bardé de protections, vous pouvez vous trouver confronté à des pannes soudaines. Le problème le plus grave est celui d'une panne système se produisant après écriture des données sur le disque dans le fichier de données mais avant mise à jour du fichier index associé. NetWare traite une séquence d'écritures complète comme une transaction en soi et ne sauvegarde aucune donnée tant que la séquence entière n'est pas terminée. Si NetWare ne peut s'assurer que la transaction est complète, il ramène le fichier de données à sa version précédente. Vu la taille et la complexité de NetWare, on peut vraiment dire que l'installation se fait sans peine. La documentation traite d'abord des problèmes de configuration, et ce de façon claire. Vous êtes alors guidés à travers les menus et les options de configuration en fonction de vos besoins. NetWare nécessite l'emploi d'un serveur dédié et utilise son propre format sur le disque du serveur. Vous pouvez toujours faire tourner DOS, mais NetWare agit en système d'exploitation hôte. L'utilisation d'un système d'exploitation de réseaux dédié apporte une sécurité supplémentaire dans la mesure où les utilisateurs ne peuvent se connecter directement à partir du disque du serveur. Il leur faut en effet passer par le réseau afin de pouvoir accéder aux fichiers du serveur. Le revers de la médaille est que vous ne pouvez pas faire appel à des utilitaires DOS classiques comme FDISK en cas de problème. Pour les opérations du réseau, Novellapplique à la lettre le schéma serveur/client. Un serveur centralisé possède les ressources du réseau, et chaque site client accède au serveur via le shell Novell. Le shell intercepte tous les appels au DOS faits par l'interruption 21H. Il adresse au DOS les opérations à effectuer en local et traduit les appels au réseau en NCP (NetWare Core Protocol) pour que le serveur puisse les traiter. Le shell NetWare est étonnamment compact puisqu'il ne réclame que 45 à 60 Ko de cette mémoire vive si précieuse aux postes de tra- vail. C'est moins que ce que réclament les autres produits que nous avons testés. En fait, le shell Net- Ware est le seul à laisser assez de place en RAM pour faire tourner des applications gourmandes en mémoire vive comme dBase IV. Une série de menus et un jeu d'utilitaires à invoquer depuis la ligne de commandes forment le Net- Ware User Interface (interface utilisateur NetWare). Le menu SYSCON pilote les opérations les plus classiques. C'est de ce menu que le superviseur peut ajouter de nouveaux utilisateurs, en supprimer d'anciens, en adjoindre à un groupe, modifier les autorisations d'accès aux fichiers, déterminer les conditions d'accès au réseau et d'autres caractéristiques de sécurité, maintenir l'audit d'erreurs, surveiller le statut des groupes et des utilisateurs et même établir des taux de facturation pour les services du réseau. L'ensemble de l'interface utilisateur est logique et cohérente. Par exemple, si vous voulez, à partir de l'écran listant les utilisateurs du réseau, ajouter ou supprimer des utilisateurs, il vous suffit de taper sur la touche Insert ou respectivement Delete. Net- Ware conserve cette structure de base de l'interface utilisateur pour tous les écrans de configuration et pour toutes les options de menus. En tant que superviseur ou en tant qu'utilisateur privilégié possédant des droits parentaux dans un répertoire, vous pouvez attribuer à chaque utilisateur différentes autorisations d'accès aux fichiers de ce répertoire (par exemple lecture, écriture, création, suppression, ouverture, modification, recherche, ou droits parentaux). Vous pouvez également assigner à chacun des fichiers des attributs (par exemple en lecture/écriture, en lecture seulement et partageable/non partageable) ; ceux-ci s'appliquent à tous les utilisateurs indépendamment des autorisations d'accès dont ils disposent au sein du répertoire. Un utilisateur privilégié peut modifier les autorisations d'accès au sein d'un répertoire ; ceci permet au superviseur de déléguer des responsabili- Septembre 1989
tés administratives à d'autres utilisateurs. Le superviseur peut toutefois conserver la haute main sur la sécurité en modifiant le « Maximum Rights Mask ». Ce masque spécifie les autorisations qui peuvent être accordées par l'utilisateur privilégié. Si le superviseur invalide « autorisation d'effacement » sur le masque, l'utilisateur privilégié n'aura plus la possibilité d'accorder à un autre utilisateur l'autorisation de supprimer des fichiers, bien que lui-même conserve ce droit. Des fonctionnalités spécifiques d'accès au réseau permettent de mettre en lumière la richesse de NetWare en matière de sécurité. Vous pouvez éliminer systématiquement les comptes inactifs en fixant une date d'expiration de compte. Vous pouvez également fixer des dates d'expiration des mots de passe pour forcer les utilisateurs à modifier périodiquement leur mot de passe. La restriction des accès concurrents limite le nombre des postes sur lesquels un utilisateur peut se connecter tout en restant connecté ailleurs. Les restrictions de postes ne permettent à un utilisateur de se connecter que sur le poste possédant une adresse déterminée. Vous pouvez aussi définir des tranches horaires, limitant l'accès d'un utilisateur au réseau à certaines périodes. D'autres outils, la surveillance sur console, l'audit d'erreurs et les statistiques d'utilisation, permettent de contrôler l'activité des utilisateurs. Vous pouvez invalider temporairement les comptes douteux ou décider qu'un compte s'invalidera de lui-même après un nombre donné de mots de passe erronés. NetWare possède un utilitaire qui évaluera votre système de sécurité et vous signalera toutes les failles rencontrées (comme un compte sans mot de passe associé). Des utilitaires spécifiques aident le superviseur à faire face à la tâche difficile que représente l'ajout de nombreux utilisateurs en une fois. Celle-ci peut être particulièrement pénible au moment où l'administrateur installe le réseau. L'utilitaire MAKE USER accepte une liste de noms et les ajoute au réseau. Le fichier peut également spécifier des autorisations et des restrictions, et vous pouvez aussi configurer un utilisateur avec une série d'autorisations type et donner un statut de sécurité équivalent à n'importe quel utilisateur ou groupe d'utilisateurs. Les administrateurs apprécieront rapidement les fonctionnalités de comptage de NetWare. Vous pouvez facturer pour le temps de connexion au réseau ou pour l'occupation du disque du serveur. Les taux peuvent varier en fonction du moment de la journée. Même si votre société ne facture pas l'utilisation du réseau, le module de comptage permet de garder une trace des connexions des utilisateurs, de la durée des sessions et de l'utilisation des ressources. Le 3+Open LAN Manager de 3Com version 1.0 3Com a joué le jeu de la compatibilité patiemment. Alors que Novell impressionnait ses utilisateurs avec un système d'exploitation de réseaux locaux dédié et rapide, 3Com restait lié au DOS et aux services restreints de MS-NET, choisissant le standard malgré ses limitations. Maintenant, avec l'introduction sur le marché de 3+Open LAN Manager, voici peut-être venir l'heure de gloire de 3Com. Certes, tous les morceaux de 3+Open doivent encore être assemblés, mais la structure générale est en place. Novell s'est fixée sur ses propres protocoles IPX qui en ont fait un des réseaux les plus rapides du marché. Mais Novell ne supporte pas directement d'autres protocoles, comme le standard TCP/IP, au sein de son architecture. 3Com a mis au point un shell capable de passer d'un protocole à l'autre de façon à supporter différentes combinaisons de protocoles. Ce shell, qui devrait être disponible quand vous lirez cet article, devrait permettre à 3Com de fabriquer et d'installer dynamiquement un ensemble de couches transport susceptibles de coexister. 3+Open charge d'abord le Net- BIOS Protocol (NBP), une version épurée (25 Ko) du Xerox Network Standard (100 Ko) aux fonctions fichier et impression limitées. Il charge XNS pour d'autres fonctions comme le courrier électronique. Toutefois, si une application demande un protocole différent, comme TCP/IP ou ISO TP/4, le gestionnaire de protocoles résident le permute automatiquement. Dans la mesure où 3+Open supportera des couches de transports multiples permutables, les communications inter-réseaux ne nécessiteront plus de passerelles ou de bricolages ingénieux. Bien que 3Com fournisse le shell multi-protocole et NBP, nous ne les avons pas reçus à temps pour les tester et en parler dans cet article. Nous avons fait nos tests en utilisant XNS. Dans la mesure où 3Com implémente TCP/IP et d'autres types de protocoles de transport et dans la mesure où OS/2 progresse, 3+Open devrait avoir du succès. Cousin de LAN Server, 3+Open est un bon choix pour un serveur basé sur OS/2. Au fur et à mesure que d'autres constructeurs adapteront leurs produits à LAN Manager, il devrait devenir un standard de fait pour les réseaux basés sur OS/2 et 3Com devrait se retrouver dans une position enviable. L'installation est simple. Il vous faut connaître quelques éléments de base, comme la quantité de mémoire du serveur et le type de sécurité à mettre en place, et savoir si vous désirez un serveur dédié. A partir de là, tout se déroule sans problème. La routine d'installation est entièrement pilotée par menu, et la documentation vous guide pas à pas. Installer un poste ne pose pas plus de problèmes. Un programme automatisé crée les répertoires nécessaires et modifie vos fichiers batch de démarrage. 3+Open utilise la structure de commandes MS-NET classique. Les utilisateurs accèdent aux ressources du serveur en tapant la commande NET SHARE. La ressource du serveur est alors disponible pour le poste de travail sous la forme d'une unité logique ou d'un nom de ressource adressable. Cela rend le partage de ressources transparent pour la station cliente. Il suffit aux utilisateurs d'associer des noms d'unités logiques aux répertoires du serveur. Vous pouvez référencer d'autres ressources partageables en utilisant un simple nom de ressource. Ainsi, les utilisateurs n'ont jamais à retenir des noms de chemin compliqués ou des labels systèmes difficiles à déchiffrer. Si vous entrez la commande NET sans paramètre sur un poste tour- nant sous OS/2, vous pourrez travailler avec un système de menus. Les postes tournant sous DOS ne peuvent utiliser que l'interface constituée par la ligne de commande. 3Com livre avec 3+Open un programme d'extension du DOS piloté par menus permettant de connecter les utilisateurs à des unités réseau, mais il ne s'agit pas d'une interface menus de 3+Open. Toutefois, cela ne devrait pas être un problème. La structure des commandes NET est facile à maîtriser, et la commande NET HELP permet d'obtenir de l'aide en ligne. A partir du menu View, vous pouvez partager des ressources ou contrôler les files d'attente des périphériques d'impression et de communication. Le menu Message vous permet d'envoyer et de recevoir des messages et de passer en revue votre liste de messages. Vous pouvez fixer ou modifier des options de configuration, y compris les mots de passe, à partir du menu Config, et vous pouvez examiner les statistiques à partir du menu Status. La commande NET ADMIN fait appel au menu Administration. Il a la même structure que le menu User mais comporte des options supplémentaires. Le menu Accounts vous permet d'établir des comptes utilisateurs et de fixer les autorisations pour les ressources partagées. Des statistiques comme les erreurs, les débuts et les fins de sessions, les fichiers utilisés, l'état des files d'attente et les violations de mots de passe aident l'administrateur à Septembre 1989 MICRO-SYSTEMES - 219



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 236-237Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 238-239Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 240-241Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 242-243Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 244-245Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 246-247Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 248-249Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 250-251Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 252-253Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 254-255Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 256-257Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 258-259Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 260-261Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 262-263Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 264-265Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 266