Micro Systèmes n°100 septembre 1989
Micro Systèmes n°100 septembre 1989
  • Prix facial : 30 F

  • Parution : n°100 de septembre 1989

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Société Parisienne d'Edition

  • Format : (203 x 271) mm

  • Nombre de pages : 266

  • Taille du fichier PDF : 211 Mo

  • Dans ce numéro : exclusif... le laboratoire juge cent compatibles.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 212 - 213  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
212 213
111 BANC D'ESSAI ment quelconque de Livres. Sous Paradox, dans la mesure où ces deux fichiers sont reliés, un message va apparaître et interdire une telle manipulation. Cette notion est appelée « intégrité référentielle » car elle permet d'éviter qu'une base de données présente de nombreuses incohérences. 88 Les nouveaux opérateurs du QBE Paradox s'est fait initialement connaître par son QBE (Query By Example) : il s'agit d'un outil d'analyse des fichiers qui permet de procéder par l'exemple ; dBase IV a intégré un module QBE. Ne nous y trompons pas, le QBE de Paradox est beaucoup plus évolué. Par exemple, seul Paradox permet d'utiliser les résultats d'une première requête pour en réaliser une autre. Cette possibilité d'agir en cascade fera le bonheur des décisionnaires. Toutefois, c'est sur de très gros fichiers mis en relation que la différence entre les deux QBE apparaît le plus clairement. Paradox recourt à l'intelligence artificielle pour analyser les requêtes et déterminer le chemin le plus rapide pour les exécuter. Cette optimisation amène des écarts de performance parfois très étonnants. Si l'on en croit les tests types proposés par Borland, une même requête sous dBase IV peut s'exécuter aussi bien en moins d'une seconde qu'en plus de quatre minutes, selon la façon dont l'ordre des relations est défini. Soumis aux mêmes tests, Paradox donne des résultats uniformes, inférieurs à une seconde. Nous avons effectué les essais en question et obtenu des résultats similaires ; dBase IV se contente d'effectuer ce qu'on lui demande : il génère essentiellement un programme dBase qu'il exécute ensuite. Quant à Paradox, chaque fois qu'une requête lui est adressée, se pose la question suivante : « Comment vais-je pouvoir répondre à cette demande par le chemin le plus rapide ? » 212 - MICRO-SYSTEMES Stew Chapin 888 TRBASIC Vice president of marketing 39 S. Main St. Hanovern. H. 83755 Un masque de saisie monotichier. Autre nouveauté : analyse et graphiques Aujourd'hui, le QBE de Paradox s'est enrichi d'opérateurs relationnels avancés. Quelle est leur utilité ? Celle de faire ressortir des liens autres que la simple intersection de deux tables. La plupart des SGBD peuvent produire une vue indiquant quels sont les livres (fichier Livres) qui ont été vendus (fichier Ventes) : il s'agit en fait des livres présents dans les deux tables à la fois. Mais ce type de relation n'est pas suffisant dans la gestion quotidienne. Il peut être tout aussi intéressant pour le directeur d'une collection de connaître la liste des livres qui n'ont pas été vendus. C'est ce que l'on appelle une jointure externe. Un nouvel opérateur de Paradox permet d'obtenir ces éléments. Dans un même ordre d'idées, le QBE a été enrichi d'opérateurs portant des noms étranges : « rienque », « aucun », « chacun ». Dans la pratique, après une légère familiarisation, ils se révèlent quasi indispensables. La troisième nouveauté concerne la possibilité de synthétiser les données d'un ou plusieurs fichiers. Si dans un fichier Livres, nous avons pour chaque enregistrement une collection et une ville, nous pouvons générer un tableau synthétisant le nombre de livres vendus par collection et par ville (les « tables d'hypothèses » de Lotus 1-2-3). La simple combinaison suffit à convertir le résultat d'un QBE en un tableau récapitulatif. Puis une autre combinaison de touches se charge de traduire automatiquement un tel tableau en histogramme. Borland a intégré à Paradox son BGI (Borland Graphics Interface) déjà utilisé dans les langages Turbo ou dans Quattro. Lignes, histogrammes, camemberts... sont donc au rendez-vous. Pour chacun d'entre eux, l'utilisateur a le choix entre diverses polices et motifs de remplissage. Lorsque nous entrons dans le domaine du réseau, Paradox continue de briller. Dans sa nouvelle version, il pousse le luxe jusqu'à amener le rafraîchissement automatique dans les graphiques. Tandis que A et B mettent les informations à jour, le graphique affiché sur le poste de C se redessine régulièrement. Il était autrefois difficile de passer d'un Paradox mono à la version réseau. Aujourd'hui, Borland a mis en place un système par lequel il est possible d'ajouter cinqutilisateurs à un Paradox mono (quelle que soit la version). Les principaux réseaux DOS sont pris en compte, ce qui inclut notamment Novell, 3+ de 3COM, Token Ring d'IBM. Par ailleurs, le Pack Réseau, disponible en français depuis fin juin, permet de relier un nombre d'utilisateurs illimité (par groupes de 5 toutefois) à un même système fédérant tous les produits de la gamme (versions 2.0, OS/2, 386). Une gâterie pour Les développeurs Paradox, malgré la simplicité de son approche interactive, peut également être utilisé comme outil de développement, grâce à son langage Pal. Les développeurs, qui veulent l'utiliser afin de créer des applications indépendantes du logi- Septembre 1989
ciel lui-même, peuvent acquérir une version runtime. Celui-ci ne coûte que 495 F et permet une diffusion illimitée des applications réalisées. Avec les versions précédentes, les programmeurs se plaignaient de problèmes de mémoire insuffisante. Ils sont moins aigus sous la version 3.0 qui pilote désormais les cartes d'extension mémoire EMS 4.0 telle que l'Above Board 286 d'Intel. Dès la fin de l'année, le moteur de Paradox sera disponible avec Turbo C et Turbo Pascal. En d'autres termes, les développeurs qui opèrent avec ces langages pourront gérer leurs fichiers avec les routines de Paradox. Une façon comme une autre d'asseoir un second standard. Paradox est également le SGBD qui semble le mieux armé face aux défis du futur, notamment avec l'arrivée des serveurs de données à base de SQL. Lors de la présentation de Paradox à Paris au mois de mai, Philippe Kahn et Robert Schwartz ont montré de quelle façon Paradox pouvait aller interroger une base gérée par l'Edition Etendue d'OS/2. Ici comme ailleurs, c'est la transparence qui est recherchée. Le module Paradox SQL permettra d'accéder à IBM DB/DC, Oracle Server, SQL Server et XQL de Novell. Une même requête QBE pourra combiner des tables provenant de ces quatre serveurs ! Pas de champ Memo, un éditeur insuffisant... Alors, quels peuvent bien être les points faibles de ce joyau ? Nous en avons tout de même trouvé quelques-uns. Le premier : Paradox ne sait pas exécuter les programmes écrits en dBase. D'autre part, l'éditeur proposé est très insuffisant en terme de fonctionnalités et en terme de taille maximale de programmes. Bien sûr, Borland contourne cette critique en disant : « Nous recommandons aux gens d'utiliser leur propre éditeur. » Si ce n'est que — vue la taille du programme — il est par exemple impossible d'utiliser Microsoft Word à cette fin. Borland nous informe qu'un éditeur de texte Septembre 1989 TIF Président : Adresse : Avenue des Calmars Produit Presse mment. - Fonction Marketing Dir. Commercial Développeur Développeur 67188 Splash Qui Arnold Datra Lucien Gabo Marie Clonobu Raymond Yab Agence Bleue Poste 315 Un masque de saisie multifichier de type 1/N. Produit Enfin, il cependant est toujours possible de recourir à l'ASCII. Néanmoins, la plupart des programmes pouvant produire facilement du dBase, les passerelles devraient être aisées à effectuer. Verra-t-on Paradox sous Windows et sur Macintosh ? Si Richard Schwartz concède que le travail sur les interfaces graphiques est en cours, il ajoute que Presentation Manager demeure la priorité. Mais il précise également que « Paradox a été conçu de façon à pouvoir être porté sur de nombreuses interfaces graphiques ». David Hillman dédié à Paradox et nommé Playwrite est sorti aux Etats-Unis. Peutêtre avons-nous là une solution plus réaliste... Les champs Memo brillent par leur absence. Mais n'oublions pas que Paradox gère des masques multifichiers et signalons une astuce pour contourner cette limitation : il est possible d'associer N lignes de commentaire à un enregistrement. Bien sûr, nous n'aurons pas toutes les capacités de recherche qu'offre dBase IV et, dans ce contexte, Paradox se montre (enfin) plus difficile à utiliser que le SGBD d'Ashton-Tate. L'utilisateur qui veut passer sur Paradox peut récupérer les données qu'il aura stocké sous dBase, 1-2-3, Symphony, Reflex, Quattro. PARADOX 3.0 Prix : 8 400 F HT Importateur : Borland France Mise à jour de la version 2.0 : 2 000 F HT Pack Réseau : 9 900 F HT (5 postes) Compatibilité : PC/XT/AT/PS 1980-'Uentes par Eriplooyé 100 60 20 o r'Christiansen Faivre Judnot Dupond Hernandez La transformation d'un tableau récapitulatif en graphique. MICRO-SYSTEMES - 213



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 1Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 2-3Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 4-5Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 6-7Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 8-9Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 10-11Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 12-13Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 14-15Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 16-17Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 18-19Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 20-21Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 22-23Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 24-25Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 26-27Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 28-29Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 30-31Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 32-33Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 34-35Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 36-37Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 38-39Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 40-41Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 42-43Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 44-45Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 46-47Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 48-49Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 50-51Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 52-53Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 54-55Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 56-57Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 58-59Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 60-61Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 62-63Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 64-65Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 66-67Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 68-69Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 70-71Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 72-73Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 74-75Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 76-77Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 78-79Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 80-81Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 82-83Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 84-85Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 86-87Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 88-89Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 90-91Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 92-93Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 94-95Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 96-97Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 98-99Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 100-101Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 102-103Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 104-105Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 106-107Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 108-109Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 110-111Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 112-113Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 114-115Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 116-117Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 118-119Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 120-121Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 122-123Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 124-125Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 126-127Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 128-129Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 130-131Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 132-133Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 134-135Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 136-137Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 138-139Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 140-141Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 142-143Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 144-145Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 146-147Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 148-149Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 150-151Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 152-153Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 154-155Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 156-157Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 158-159Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 160-161Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 162-163Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 164-165Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 166-167Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 168-169Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 170-171Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 172-173Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 174-175Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 176-177Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 178-179Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 180-181Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 182-183Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 184-185Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 186-187Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 188-189Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 190-191Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 192-193Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 194-195Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 196-197Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 198-199Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 200-201Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 202-203Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 204-205Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 206-207Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 208-209Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 210-211Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 212-213Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 214-215Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 216-217Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 218-219Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 220-221Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 222-223Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 224-225Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 226-227Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 228-229Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 230-231Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 232-233Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 234-235Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 236-237Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 238-239Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 240-241Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 242-243Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 244-245Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 246-247Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 248-249Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 250-251Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 252-253Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 254-255Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 256-257Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 258-259Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 260-261Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 262-263Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 264-265Micro Systèmes numéro 100 septembre 1989 Page 266