Micro Achat n°8 février 1997
Micro Achat n°8 février 1997
  • Prix facial : 10 F

  • Parution : n°8 de février 1997

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CIPE

  • Format : (204 x 284) mm

  • Nombre de pages : 344

  • Taille du fichier PDF : 318 Mo

  • Dans ce numéro : le MMX meilleur et moins cher.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
90 SOCIÉTÉS Un processeur Pentium 133 remarqué peut fonctionner aussi bien qu'un véritable Pentium 166. Vrai, sa ns quoi le réseau aurait été démantelé bien plus tôt. Certai ns modèles - Je Pentium à 200 MHz, les processeurs Cyrix - ne sont pas touchés par cette fraude. Vrai. Pour des raiso ns diverses : le Pentium 200 utilise un boîtier différent, remarquer des processeurs Cyrix ou Pentium Pro ne serait pas rentable, le MMX n'existe qu'en 166 et 200 MHz, etc. Aujourd'hui, ces processeurs ne présentent pas de risque. Un processeur poussé (suite à un remarquage) peut fondre, se désintégrer, mettre Je feu au PC. Faux, faux et faux. Déjà, seul Intel peut savoir si ces processeurs remarqués sont réellement " poussés, (c'est-à-dire qu'ils auraient échoué au test à 166 MHz). Mais, même si c'était le cas, il n'existe heureusement aucun risque physique. veul ent vo ir rester très élevés. L'idée est donc de ne tester que quelques vitesses : par exemple, 200 MHz, 166 MHz, 120 MHz et 90 MHz. Cette méth ode ne présente que des avantages dès que la chaîne de fabri ca tion est relati ve ment fi able. Les coûts de tests sont réduits de Le vrai/faux de l'opiration Poisson Rouge Les revendeurs étaient au courant de ce trafic et y trouvaient leur compte. Faux. Les boutiques - sauf éventuellement celles qui appartiennent aux grossistes fraudeurs -n'étaient au courant de rien. Les points de vente n'ont rien gagné. Ce trafic était J'uvre d'une Laos Connection qui manipulait aussi beaucoup d'argent liquide. Vrai. Les principaux protagonistes de cette affaire - tant en France qu'en Allemagne - sont originaires du Laos. On comprend mal le rapport entre les processeurs remarqués et les grosses sommes en liquide trouvés da ns ces sociétés. L'i nstruction pourra sa ns doute nous éclairer sur ce point. Il existe donc plus de risque d'acheter son PC chez un revendeur asiatique. Alors là, complètement faux. EXT- l'une des deux sociétés officiellement épinglées pour le moment - travaillait avec plus de 2000 vendeurs en France moiti é (trois ou quatre tes ts au li eu de sept) et Intel dispose d'une grande souplesse pour ses approvisionnements. Si un c lient ve ut 50 000 Pentium à 133 MHz et 50 000 modèles à 166 MHz, Intel prélève 1 00 000 pi èces da ns un stock unique- les processeurs testés à 166 MHz - qu'ell e va marsa ns se soucier de la nationalité des gérants ni de leur couleur de peau. La fraude se déroulait chez les grossistes sa ns que les revendeurs ne soient au courant. Si un PC est proposé à un bas prix, c'est que son origine est louche. C'est archi faux même si c'est le message qu'Intel essaie de faire passer da ns les médias. Pour réaliser ces bénéfices énormes (et ne pas se faire prendre), le grossiste fraudeur devait vendre le Pentium 133 remarqué seulement un peu moi ns cher que le véritable Pentium à 166 MHz. Un processeur acheté 300 francs moi ns cher n'avait guère d'influence sur le prix total du PC facturé au client. L'affaire n'est pas finie. Il faut se méfier quand on achète un PC doté d'un Pentium à 166 MHz. Faux et vrai. Les grossistes indélicats (même ceux qui ne se sont pas fait prendre) ont a priori cessé toute activité illégale. Mais il subsiste sa ns doute des stocks chez les revendeurs. quer en foncti on des desideratas du client. Par ailleurs, si le Pentium 133 est en perte de vitesse da ns la di stribution, i 1 suffit de marquer plu s de Pentium 166. Pas de stocks qui restent sur les bras, profits max imum ! Le seul petit hic, c'est que des petits mali ns ont compris qu'il était assez fac il e de Micro Achat Février 1997
Que se passe-t-il ? A vrai dire, pas grand chose si ce n'est qu'il chauffe nettement plus. Concrètement, vous avez acheté un Pentium à 120 MHz et vous le poussez à 150 MHz. Plusieurs choses peuvent se produire. Première possibilité, le PC refuse de démarrer ou se bloque après quelques secondes. Vous avez compris, ça ne marche pas ! Deuxième cas de figure, vous travaillez à 150 MHz comme si de rien n'était pendant plusieurs heures, c'est gagné, vous n'aurez a priori jamais de problème (mais, suivant la formule co nsacrée, c'est un usage que nous déco nseillo ns). Enfin, ce qui arrive le plus souvent, ça marche pendant un certain temps (« certain, étant compris entre 30 secondes et une ou deux heures) puis, soit le PC se bloque (freeze), soit on est confronté à des erreurs Windows très étranges (l'écran devient tout bleu et un message laconique apparaît). En éteignant le PC pendant quelques minutes, celui-ci redémarre sa ns problème. Cela signifie que votre processeur chauffe. marquer (ou de « remarquer » en l'occurrence) les processeurs sa ns rien toucher à l'intérieur. Autrefois, Intel n'hés itait pas à communiquer ses vitesses de tests. Aujourd'hui, c'est un secret mieux gard é que la liste des maîtresses du'Prés ident C linton (avec leur ligne directe). On sava it, par exemple, que les 486sx n'étaient tes tés qu'à 33 MHz. lntel vendait deux produits (le Micro Achat Février 1997 SOCIÉTÉS Quf Sf passf-t-illorsqu'on poussf un procfSSfur ? Da ns ce cas, vérifiez, bien évidemment que vous avez un ventilateur sur le processeur et que celui-ci fonctionne correctement. Si c'est le cas, voici une astuce maison qui fonctionne souvent : remplacez votre ventilateur par un modèle destiné aux processeurs P166+ ou P200+. Le ventilateur de Cyrix est plus bruyant mais aussi nettement plus efficace que les ceux destinés aux processeurs Pentium. 486sx-25 et le 486sx-33) à deux prix différents, se ul le marquage changea it. Pour le Pentium, par contre, c'est motus et bouche cousue. Il s'agit d'un sujet tabou très diffici le à évoquer avec des personnes de chez Intel. Etant donné l'échelle de la fraude découverte, il es t probable - mais non prouvé - que l_es Pentium à 1 66 MHz et à 133 MHz soient en réa lité un unique produit. Les De manière générale, plus vous augmentez l'écart de fréquence plus le risque de surchauffe est grand. Tous les Pentium à 150 MHz acceptent de fonctionner à 166 MHz (c'est d'ailleurs la raison pour laquelle Intel n'a jamais commercialisé le Pentium à 180 MHz, identique au Pentium 200 !) . Par contre, aucune chance que votre Pentium 90 passe à 200 MHz ! Pentium à 133 MHz et 166 MHz ne se différencieraient que par leur prix et leur marquage (l'explication d'Intel da ns PC Direct sur l'exceptionnelle fiab ilité de leurs processeurs paraît assez peu crédible). D ès lors, qui a tri ché et qui est lésé ? Intel a joué un jeu dangereux mais, après tout, c'est bi en son droit d'adopter une po litique commercia le originale en ven- 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros