Micro Achat n°41 février 2000
Micro Achat n°41 février 2000
  • Prix facial : 20 F

  • Parution : n°41 de février 2000

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : CIPE

  • Format : (203 x 284) mm

  • Nombre de pages : 492

  • Taille du fichier PDF : 480 Mo

  • Dans ce numéro : soldes + bug de l'an 2000 éradiqué, achetez maintenant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Périphérique encore coûteux voici quelques années, le scanner s'est fortement démocratisé et l'on trouve aujourd'hui d'excellents produits largement en dessous de la barre des 1000 F ttc. En outre, leur utilisation, autrefois complexe, se simplifie grâce à l'adoption par tous les constructeurs d'une norme commune, appelée Twain. Du coup, tout scanner fonctionne aujourd'hui avec tous les logiciels susceptibles d'utiliser un tel périphéri que. Et, surtout, la mise en place devient beaucoup plus facile : si certains modèles optent encore pour l'interface SCSI, ce qui implique de disposer d'une ca r­ te d'interface à ce standard (la plupart des constructeurs intègrent une telle carte dans leur configuration), la tendance actuelle est clairement vers le port USB qui autorise une véritable installation Plug and Play. Cela dit, même les modèles SCSI s'installent aujourd'hui sans difficulté, les problèmes de standardisation de cette interface appartenant désormais à une époque révolue. En revanche, on assiste bien aux derniers instants de l'interface parallèle pour les scanners. Cette dernière - so lution techniquement contestable apportée à un problème de marketing (comment faire des scanners moins chers)- a fait les beaux jours des dépanneurs et des rubriques Trucs et Astuces des journaux. Aujourd'hui, à la fabrication, elle ne revient pas moins cher que l'U SB, et seul un parc installé d'anciennes machines dépourvues d'USB explique encore son existence. Nous avons donc purement et simplement écartés les modèles de ce type de ce comparatif. Le prin
de numéri ser la page d'un livre sans la déchirer ou la photocopi er préalablement. Les systèmes à pl at se sont d'ailleurs tellement imposés qu'on ne trouve pratiquement plus rien d'autre aujourd'hui. Le scanner à main, qu ant à lui, se montre fort peu pratique, ca r il est étroit (il ne numéri se généralement qu'une bande d'une diza ine de centimètres de large) et exige une excellente maîtrise de l'utilisateur. Toutefois, pour éviter ce dernier incon vénient, certains modèles ont été motori sés et se dépl acent seul s sur le document. Cel a améliore sensiblement les choses, mais reste bi en imparfait : le dépl acement est rarement exactement recti 1 igne. H1ut1 i o ution im/iqut gros disq, ! Voici un petit calcul tout simple : quelle sera la taille du fichier généré par une numérisation d'une simple page A4 en 600 x 600 pppet avec des couleurs codées sur 24 bits ? Précisons, en effet que, sauf cas exceptionnel, les scanners 30 bits, 36 bits ou davantage exploitent ces informations en interne mais ne transfèrent finalement au micro-ordinateur que 24 bits par point (pour simplifier la gestion des images). Rappelons encore que le pouce vaut 2,54 cm et que la page A4 mesure 21 x 29,7 cm. Il faut donc pour chaque ligne 3 x (600 x 21 1 2,54) = 14,9 Ko. Et nous avons (600 x 29,7 1 2,54) = 7016 lignes, soit une image d'environ 104 Mo qu'il faut non seulement stocker mais également traiter ! Alors, à quoi servent donc les résolutions de 2400 x 2400, voire 9600 x 9600 pppproposées par certains scanners ? Tout simplement à permettre de grossir un détail ou de reproduire, beaucoup plus grande, une diapositive : dans ce cas, en effet, la surface numérisée est très petite, et pour que l'agrandissement ne se traduise pas par un effet de pixelisation, le scanner doit posséder une grande précision. Lts scanntrs à plat, catiCJor.itrtint Le scanner à plat reste donc le choix quasiment exc lusif des acheteurs, d'autant que des accessoires, comme les alimentations feuille à feuille automatiques ou les dos pour transparents (ce qui in clut généralement les diapos itives) lui permettent de s'adapter aussi aux beso in s couverts par ses ri vaux. Ici, on pose le document sur la vitre du scanner qui dispose d'un chariot mobile se dépl a­ çant, grâce à un moteur pas à pas, sur toute la longueur de la feuille à numéri ser. Sur ce chariot repose la source lumineuse et un mi ro ir pi votant qui constituent ce que l'on pourrait appeler la tête de lecture. A chaque dépl acement élémentaire de cet ensemble, le système écl aire la zone du document sur laquelle il passe et envoie, par le jeu des miroirs, le faiscea u réfl échi sur les capteurs CC D. On comprend donc toute l'importance de la mécanique et de l'optique dans le fonctionnement d'un tel système : le résultat fi ­ nal dépend autant de la qu alité des moteurs, des systèmes anti-vibratoires et des optiques que de l'électronique assoc iée. C'est aussi, clairement, ce qui explique les écarts de prix entre des modèles a priori similaires... Hormi s son type, la ca ractéri stique la plus importante lors du choix d'un scanner demeure sa résolution, exprimée en points par pouce. Plus elle est élevée, plus le scanner est préc is. On donne souvent les résolutions hori zontales et verti ca les, ca r celles-ci.sont souvent différentes. La résolution horizontale dépend du capteur CC D utilisé. En revanche, la résolution vertica le ne va rie qu'en fonction de la préc ision de la méca nique de dépl acement de la tête. D'où le fait que l'on parle d'un scanner dont le CC D est de 15

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10-11 12-13 14-15 16-17 18-19 20-21 22-23 24-25 26-27 28-29 30-31 32-33 34-35 36-37 38-39 40-41 42-43 44-45 46-47 48-49 50-51 52-53 54-55 56-57 58-59 60-61 62-63 64-65 66-67 68-69 70-71 72-73 74-75 76-77 78-79 80-81 82-83 84-85 86-87 88-89 90-91 92-93 94-95 96-97 98-99 100-101 102-103 104-105 106-107 108-109 110-111 112-113 114-115 116-117 118-119 120-121 122-123 124-125 126-127 128-129 130-131 132-133 134-135 136-137 138-139 140-141 142-143 144-145 146-147 148-149 150-151 152-153 154-155 156-157 158-159 160-161 162-163 164-165 166-167 168-169 170-171 172-173 174-175 176-177 178-179 180-181 182-183 184-185 186-187 188-189 190-191 192-193 194-195 196-197 198-199 200-201 202-203 204-205 206-207 208-209 210-211 212-213 214-215 216-217 218-219 220-221 222-223 224-225 226-227 228-229 230-231 232-233 234-235 236-237 238-239 240-241 242-243 244-245 246-247 248-249 250-251 252-253 254-255 256-257 258-259 260-261 262-263 264-265 266-267 268-269 270-271 272-273 274-275 276-277 278-279 280-281 282-283 284-285 286-287 288-289 290-291 292-293 294-295 296-297 298-299 300-301 302-303 304-305 306-307 308-309 310-311 312-313 314-315 316-317 318-319 320-321 322-323 324-325 326-327 328-329 330-331 332-333 334-335 336-337 338-339 340-341 342-343 344-345 346-347 348-349 350-351 352-353 354-355 356-357 358-359 360-361 362-363 364-365 366-367 368-369 370-371 372-373 374-375 376-377 378-379 380-381 382-383 384-385 386-387 388-389 390-391 392-393 394-395 396-397 398-399 400-401 402-403 404-405 406-407 408-409 410-411 412-413 414-415 416-417 418-419 420-421 422-423 424-425 426-427 428-429 430-431 432-433 434-435 436-437 438-439 440-441 442-443 444-445 446-447 448-449 450-451 452-453 454-455 456-457 458-459 460-461 462-463 464-465 466-467 468-469 470-471 472-473 474-475 476-477 478-479 480-481 482-483 484-485 486-487 488-489 490-491 492


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros