Metropolitan n°2011-12 décembre
Metropolitan n°2011-12 décembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-12 de décembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 21,2 Mo

  • Dans ce numéro : des bijoux de princesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
E X C E P T I O N A L M O M E N T S A L W A Y S G O T O O F A S T. B U T W E’L L D O E V E R Y T H I N G T O S L O W T H E M D O W N. C HOOSING ONE OF OUR 500 RELAIS & CHÂTEAUX IS THE FIRST STEP TO DISCOVERING EXCEPTIONAL SETTINGS BUT ALSO TO MEETING MEN AND WOMEN WHO ARE PASSIONATE ABOUT WHAT THEY DO BEST : LISTENING TO YOUR EVERY WISH AND PAYING AT TENTION TO THE SLIGHTEST DETAIL TO ENSURE EACH MOMENT IS TRULY UNIQUE. WWW. RELAISCHATEAUX. COM grafiti.fr - Crédit photo : Lalique René, Vase Serpent - 1927 Lalique SA, Cachet Poisson, rééd. cristal d'une œuvre de 1913 Lalique SA, Flacon Fraîcheur - 1919 Lalique SA - Coll. Silvio Denz. Découvrez le génie du verre et la magie du cristal en 1 clic ! /The genius of the glass and the magic of crystal is one click away ! www.musee-lalique.com Rue du Hochberg - 67290 Wingen-sur-Moder - Tél. +33 (0)3 88 89 08 14 - info@musee-lalique.com
He also moves in offbeat London circles : Lamy backs the designer Gareth Pugh, so there are strong links between the Pugh and Owens labels. « There’s a group around Gareth that have a great allure and mystique, » he says. « That crowd from Ponystep and Boombox are so talented, sharp, fun and sweet. » When Owens and Lamy are out in Paris and London, they are the ultimate ambassadors for his brand : Michelle in a ton of jewellery and Owens’clothing, looking like a vampiric Egyptian priestess, and Rick with the pokerstraight black locks that have become as iconic in fashion as Lagerfeld’s ponytail and Menkes’quiff. And of course, always clad in black or grey, « even on the beach ». So committed is he to the palette that on the counter of his London and Paris stores there are bowls of M&Ms in varying shades of grey. Monochrome is the only thing that makes sense to him. « It sends a message, » he explains. « It says, ‘Don’t look at my outfit, I’m presenting my face to you. You don’t have to look at anything else, I’m not trying to capture your attention with an interesting shoelace.’ » Owens’spring collection is a development of his black and white aesthetic, with dresses for men and prints for women that hark back to the decoof the 1920s. « I love that linear modernism, » he says. « It’s aspirational with a simple elegance. And I think it’s quite melancholy, because it’s looking for a perfection that willalways be out of reach, forever. » And the future ? Before that inevitable biography and the museum retrospectives ? More furniture, perhaps a move into colour, but with a promise that it will « never be banal, or Marks & Spencer’s… » And then perhaps a hotel, finished with raw, bunker-like textures and fur bedspreads. « I’d love to create something on a nice coastline, somewhere remote. Maybe in North Africa, which is close enough, but far enough « Being an artist seemedlike being a priest and I’m too frivolous for that » too. And on the top floor I’d create a Gary Numan suite. » Rick Owens by Rick Owens with contributions by Francesco Bonami, Olivier Zahm and Maria Luisa Frisa, is published by Rizzoli, US$135 (£85), rizzoliusa.com Une palette qu’il affectionne tant que sur les comptoirs de ses magasins de Londres et Paris trônent des bols de M&Ms en différentes nuances de gris. Seul le monochrome fait sens à ses yeux : « Ça envoie un message. « Ne regardez pas ma tenue. Je vous montre mon visage. Pas besoin de regarder autre chose, je n’essaie pas d’attirer votre attention avec un lacet de chaussure intéressant. » » Sa collection printemps décline cette esthétique noir et blanc au fil de robes pour homme et d’imprimés féminins rappelant les années 20. « J’adore ce modernisme graphique, dit-il. C’est ambitieux avec une élégance simple. C’est aussi assez mélancolique car c’est la quête d’une perfection à jamais hors de portée. » Quid de l’avenir ? Avant cette biographie et les rétrospectives de musée ? Plus de meubles, peut-être une incursion dans la couleur, mais sans « sombrer dans le banal ou le Marks & Spencer’s », promet-il. Puis peut-être un hôtel, tout en textures brutes comme un bunker avec des couvre-lits en fourrure. « J’adorerais créer quelque chose en bord de mer, un bel endroit isolé. Peut-être en Afrique du Nord, suffisamment près et loin à la fois. Et au dernier étage je ferais une suite Gary Numan. » Rick Owens by Rick Owens, avec la contribution de Francesco Bonami, Olivier Zahm et Maria Luisa Frisa, 296 pages, Rizzoli, 135 US$ (120 €), rizzoliusa.com metropolitan 91



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 1Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 124