Metropolitan n°2011-12 décembre
Metropolitan n°2011-12 décembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-12 de décembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 21,2 Mo

  • Dans ce numéro : des bijoux de princesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 56 - 57  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
56 57
le déjeuner Lunch in London with Joe Warwick THE RIB ROOM the carlton Tower was London’s tallest hotel when it opened in Knightsbridge back in 1961. To celebrate its 5Oth birthday, its signature restaurant, The Rib Room, described in its 1961 brochure as « a gourmet’s feast in an atmosphere of masculine hearty good cheer », has just been re-launched. With macho neo-meat palaces like Hawksmoor and Goodman currently hip, The Rib Room accidentally finds itself on-trend. It certainly looks the part thanks to the work of the in-demand Martin Brudnizki, who combines its classic Topolski artwork and marbletopped bar with dark wood, lush carpets and green leatherupholstery. Its menu, overseen by Ian Rudge, ex of Lancashire’s Northcote Manor, fits the brief too. We started well with a half-dozen Loch Fyne Angel oysters served with a Virgin Mary shot and a bowl of garlic and wild mushroom soup – neither disappointed. Not so the mains. An Aubrey dry-aged rib eye would probably have had more flavour if the kitchen had spent more time seasoning it properly and less on searing an « RR » monogram into the potato crisps that came with it. A whole roast Suffolk partridge, crispy bread sauce, black pudding, Savoy cabbage and grape jus, technically the most complicated thing we ordered, was perfectly prepared. The same could not be said for the sides. The steak fries were anaemic ; the honey-glazed carrots with chervil, criminally undercooked ; and the cauliflower cheese, woefully watery. This is a kitchen that, as my partridge showed, has talent but is currently struggling to successfully produce the simple luxuries that its menu is built around. That’s a pity, because there’s much to like about The Rib Room, including its accomplished front-of-house team, handsome cocktail bar and old-school charm. I’m tempted to return for their trademark roast rib of Buccleuch Aberdeen Angus – that’s assuming the kitchen can produce a decent Yorkshire pudding. On this evidence, there’s no guarantee. Three courses à la carte, two glasses of wine, coffee : £95 including tip. Set lunch menu : two courses £19, three courses £25. The Rib Room Bar, Jumeirah Carlton Tower, Cadogan Place, SW1, +44 (0)20 7858 7250, theribroom.co.uk Joe Warwick is editor of Eat London and captain of food fanzine Restaurant Pirate, restaurantpirate.com Déjeuner à Londres avec Joe Warwick lorsqu’elle a ouvert à Knightsbridge en 1961, la Carlton Tower abritait l’hôtel le plus haut de Londres. Aujourd’hui, ses 18 étages, populaires auprès des hommes d’affaires et des visiteurs du Moyen-Orient, sont détenus par Jumeriah, un groupe de Dubaï. Pour célébrer son cinquantième anniversaire, le Rib Room, son restaurant emblématique, décrit dans la brochure originale de 1961 comme « un régal gastronomique dans une atmosphère masculine conviviale », vient d’être relancé. S’ils survivent à l’épreuve du temps, les restaurants, comme les pantalons, finissent toujours par revenir à la mode. Les établissement virils néo-carnivores comme Hawksmoor et Goodman étant actuellement en vogue, le Rib Room se retrouve accidentellement tendance. Il est vrai que l’endroit est au goût du jour, grâce au travail du décorateur très demandé Martin Brudnizki qui allie œuvres classiques de Topolski, bar en marbre et décoration tout de bois sombre, cuir vert et tapis moelleux. Le menu aussi. Supervisé par Ian Rudge, ancien du Northcote Manor dans le Lancashire, il propose des plats qui tiennent au corps. Nous avons débuté par une demi-douzaine d’huîtres Loch Fyne Angel, servie avec un shot de Virgin Mary, et une soupe aux champignons sauvages et à l’ail. Tous deux étaient à la hauteur. Les plats principaux se sont avérés un ton en dessous. L’entrecôte Aubrey vieillie à sec aurait été plus goûteuse si la cuisine avait passé plus de temps à l’assaisonner qu’à incruster le monogramme RR sur les chips qui l’accompagnaient. Néanmoins, la perdrix du Suffolk rôtie, sauce au pain croustillant, boudin noir, chou de Milan et jus de raisin, bien plus technique, était parfaitement réalisée. Les accompagnements étaient plus décevants. Les frites du steak étaient anémiques, les carottes au miel et au cerfeuil, pas assez cuites et le chou-fleur gratiné au fromage, terriblement aqueux. Il s’agit pourtant, comme le montrait ma perdrix, d’une brigade qui a du talent mais du mal à délivrer les plaisirs simples autour desquels son menu se structure. C’est bien dommage car le Rib Room a des atouts, avec son service professionnel, ses bons cocktails et son charme à l’ancienne. Je serais tenté d’y retourner pour l’emblématique côte à l’os Buccleuch Aberdeen Angus, si la cuisine parvient à servir un Yorkshire pudding digne de ce nom. Rien n’est moins sûr. Trois plats à la carte, deux verres de vin, café : 95 £ pourboire inclus. Menu déjeuner, deux plats 19 £, trois plats 25 £. The Rib Room Bar, Jumeriah Carlton Tower, Cadogan Place, SW1, +44 (0)20 7858 7250, theribroom.co.uk Joe Warwick est rédacteur en chef de Eat London et capitaine du fanzine culinaire Restaurant Pirate, restaurantpirate.com 56 metropolitan
THREE MORE HOTEL RESTAURANTS TO TRY/TROIS AUTRES RESTAURANTS D’HÔTELS À ESSAYER THEO RANDALL AT THE INTERCONTINENTAL To celebrate his fifth year doing rustic Italian on Park Lane, Randall is running a special fivecourse tasting menu of his greatest hits. Pour célébrer son cinquième anniversaire sur Park Lane, Randall propose un menu dégustation spécial de cinq de ses meilleurs plats rustiques italiens. 1 Hamilton Place, W1, +44 (0)20 7318 8747 NAHM Discreetly tucked away in Belgravia’s Halkin Street, David Thompson’s dining room offers the onlyupmarket Thai cooking in London. Discrètement niché au cœur de Belgravia, le restaurant de David Thompson est le seul à Londres à servir de la cuisine thaïlandaise raffinée. Halkin Street, SW1, +44 (0)20 7333 1234 THE NORTHALL The Corinthia’s British restaurant has a beautifully appointed dining room and a classic menu courtesy of Garry Hollihead. Dans le restaurant britannique du Corinthia, Garry Hollihead propose une carte classique dans une belle salle. 10a Northumberland Avenue, WC2, +44 (0)20 7321 3100 metropolitan 57



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 1Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 124