Metropolitan n°2011-12 décembre
Metropolitan n°2011-12 décembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-12 de décembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 21,2 Mo

  • Dans ce numéro : des bijoux de princesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
insider olympics EAST END BOYS More than 10,000 people are already following tweets by Wenlock and Mandeville, the two Olympic mascots for London 2012. Lucille Howe reports on the inspiration behind the digital-friendly creations for this year’s Olympic and Paralympic Games say hello to London 2012’s two liveliest recruits. Wenlock and Mandeville are the official mascots for the London 2012 Olympic and Paralympic Games, and over the next seven months they will be helping children to engage with all the exciting sports in competition. Both the shiny characters, as their fictional biographies explain, were created from the last two drops of British steel used for the Olympic Stadium. Wenlock is namedafter the town of Much Wenlock in Shropshire where, in the 19th century, Baron de Coubertin was invited to watch the games that inspired the modern Olympic movement. Mandeville is a reference to Stoke Mandeville in Buckinghamshire, the birthplace of the Paralympic Games. The most distinctive features of these fun interactive creations are the twin lights on their heads – a reference to London’s iconic black cabs – and their singular eyes, which are also camera lenses « that capture everything they see ». It is obvious that Iris, the creative design studio that cameup with the duo, considered the fact that the Games will be broadcast in a way previously unseen. Wenlock and Mandeville already have a strong presence in social media, on websites, YouTube, in animations and, yes, they even have their own Twitter pages. Children can visit their online headquarters at london2012.com/mascots and engage the duo in games such as Super Trampoline and Mandeville versus the Mountain as wellas learnfun facts about each sport. They can even style their own personal Wenlock and Mandeville with a choice of hair styles, outfits and accessories. A whopping 24,562 people already have. « To capture people’s imaginations, you have to create something as individual as you and me, » explains Grant Hunter of Iris. « We have created a flexible design that allows you to make the mascot your own, while celebrating what is great about Britain – our heritage, our culture and our creativity. They aren’t ‘the’mascots, they are your mascots. » Wenlock and Mandeville feature in an ongoing comic strip in The Beano alongside regular stories like Dennis the Menace and Minnie the Minx, and the pair were last seen confirming the smooth surface of the newly laid Olympic running track with an enthusiastic endorsement. Whether it’s through their virtual presence or live school appearances, they are here to bring children into the London 2012 Olympic experience, using allavailable educational tools for a new multimedia generation. « They are a solid coalition, » said London’s ebullient mayor, Boris Johnson. « It’s hard to imagine mascots more in tune with our times. » SEVEN MONTHS TO GO TO LONDON 2012 PLUS QUE 7 MOIS AVANT LONDRES 2012 To book your Eurostar tickets for summer 2012, visit eurostar.com or see page 117 for details Pour réserver vos billets Eurostar pour l’été 2012 visitez eurostar.com ou voyez la page 117 pour plus d’infos 42 metropolitan
Wenlock & Mandeville keyrings can be purchased now in the buffet cars (coaches 6 & 13)/Vouz pouvez acheter des porte-clés de Wenlock & Mandeville dans les voitures-buffet (voitures 6 & 13) Vedettes sur Twitter, Wenlock et Mandeville les mascottes des JO de Londres sont présentes sur tous les fronts des médias voici les deux recrues les plus motivées des Jeux olympiques et paralympiques de Londres : les mascottes officielles Wenlock et Mandeville. Au cours des sept prochains mois, ils présenteront aux enfants tous les sports de ces jeux. Comme l’explique leur « biographie », les deux personnages sont nés des deux dernières gouttes d’acier britannique utilisé pour construire le stade olympique. Wenlock tire son nom de la ville de Much Wenlock dans le Shropshire, où, au XIX e siècle, le Baron de Coubertin fut invité aux jeux qui inspirèrent le mouvement olympique moderne. Mandeville, lui, fait référence à Stoke Mandeville dans le Buckinghamshire, lieu de naissance des Jeux paralympiques. Ces personnages interactifs se distinguent par la loupiote sur leur tête, référence aux fameux taxis noirs londoniens, et par leur œil/caméra unique qui « enregistre tout ce qu’il voit ». De toute évidence, Iris, le studio de création à l’origine du duo, a tenu compte du fait que les Jeux auront une diffusion sans précédent. Wenlock et Mandeville sont déjà bien présents dans les médias sociaux, sur les sites web, sur YouTube, dans des animations et même sur leur propre page Twitter. Les enfants peuvent visiter leur QG en ligne sur london2012.com/mascots, les faire participer à des jeux comme « Super trampolines » et « Mandeville à l’assaut de la montagne » et apprendre à connaître chaque discipline sportive. Ils peuvent même relooker les deux mascottes en changeant leur coiffure, leur tenue et leurs accessoires, comme l’ont déjà fait 24 562 personnes. Impressionnant. « Pour capturer l’imagination des gens, il faut créer une vraie personne comme vous et moi, explique Grant Hunter d’Iris. Nous avons imaginé des personnages personnalisables tout en célébrant l’esprit britannique : son héritage, sa culture et sa créativité. Ce ne sont pas « les » mascottes, ce sont « vos » mascottes. » Wenlock et Mandeville sont les héros d’une bande dessinée publiée dans le magazine Beano, aux côtés des habituels Dennis la Malice et Minnie the Minx. On les a vus récemment étrenner la surface de la piste d’athlétisme avec enthousiasme. Que ce soit par leurs apparitions virtuelles ou « en chair et en os » dans les écoles, les deux mascottes sont là pour éveiller l’intérêt des enfants aux Jeux olympiques de 2012, en utilisant tous les outils éducatifs d’une génération multimédias. « Ils forment une solide coalition, a déclaré l’exubérant maire de Londres, Boris Johnson. Difficile de trouver des mascottes plus en accord avec notre temps. » metropolitan 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 1Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 124