Metropolitan n°2011-12 décembre
Metropolitan n°2011-12 décembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-12 de décembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 21,2 Mo

  • Dans ce numéro : des bijoux de princesse.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
insider paris ELECTRIC AVENUE Following its hugely successful Velib’bicycle scheme, Paris launches its electric car-hire project this month. Robert Barry takes a look at the new Autolib’and the surprisingly long history of the electric vehicle this month, the new, fully electric, noise-free, emissions-free Autolib’system will be rolled out across Paris. The system is patterned after the ever-popular and widely imitated Vélib’bike hire scheme. The vehicles, dubbed « bluecars », will be available from 250 hire stations across the Île-de-France, with prices starting at € 5 (excluding membership costs). Autolib’launches on December 5 with 250 cars and plans to expand to around 3,000 by next summer, which would make it the world’s largest fleet of electric cars available for hire. Miniature electric vehicles were invented as early as 1828, and a full-size model drove into the International Exhibition of Electricity in Paris in 1881. By the end of the 1800s, there were nearly 34,000 electric cars on American roads, nearly double the number of petrol-driven motors. At the end of the 1920s, however, electric-car manufacture had run out of juice. By World War I, the discovery of large oil reserves in the US, along with the mass-production techniques introduced by Henry Ford, made the petrol-driven car the cheaper option. The electric car’s fortunes were revived in July 1971, when NASA sent its Apollo 15 spaceship to the Moon and with it the Lunar Roving Vehicle, or moon buggy – arguably the world’s most famous electric car. The Apollo missions and the view of the Earth from space they afforded helped futurist Buckminster Fuller conceive of our own planet as Spaceship Earth : a totally integrated, holistic ecological system. Fuller saw the urgency with which the human race needed to apply NASA’s zero-waste principles to life on Earth if we want to ensure the health of the planet, for which petrol fumes look tantamount to suicide. The brainchild of Paris’s Socialist mayor, Bertrand Delanoë, the new project is setup as a public service and run by a syndicate that includes various municipalities within the Île-de-France, under the auspices of the private investment group Bolloré. Registration for Autolib’takes only 10 minutes and is open to anyone with a valid driving licence. Once you’re signedup, the system works in much the same way as it does for the bikes – pickup and return a bluecar to any station that suits. The vehicles themselves, designed by Italian firmPininfarina (responsible for the Peugeot 205 and the Ferrari 550), resemble little bubbles, rather like more streamlined versions of Luigi from the Pixar film Cars. They’re all electric, so there’s no need to shift gears, and they reach a top speed of 80mph – wellabove the limit. If you start driving beyond the perimeter of the catchment area, you’ll soon get a call from the operations centre to check you’re not doing a runner ! Some French Greens have complained that local government should be doing more to discourage car use of any sort, but considering the age-old nightmare of finding a parking space in Paris, Autolib’looks likely to see Parisians driving back to the future. autolib-paris.fr 30 metropolitan
Photography : Getty Solution high-tech aux problèmes de circulation de la capitale ou fausse-piste selon les écolos, l’Autolib parisien arrive en décembre ce mois-ci, le nouveau service électrique Autolib’, silencieux et sans émissions, sera lancé à Paris, prolongement logique du très populaire et très imité système de location de vélo Vélib’. Ces nouvelles Bluecars seront disponibles dans 250 stations en Île-de-France, à partir de cinq euros (hors coût abonnement). Il sera lancé le 5 décembre avec 250 voitures et l’objectif est de parvenir à 3 000 environ d’ici l’été prochain. Ce serait alors le plus grand parc de voitures électriques en libre-service. Les premiers véhicules électriques miniatures remontent à 1828 et un modèle de taille normale fut présenté à l’Exposition internationale d’électricité à Paris en 1881. À la fin du XIX e, on recensait 34 000 voitures électriques sur les routes américaines, presque le double du nombre de moteurs à essence. À la fin des années 20 pourtant, la fabrication des voitures électriques stagnait. Dès la Première Guerre mondiale, la découverte d’importants gisements de pétrole aux États-Unis ainsi que la production à la chaîne introduite par Henry Ford, firent en effet baisser le prix des voitures à essence. Presque cinquante ans plus tard, l’électrique allait connaître un renouveau grâce à la réalisation d’exploits de science-fiction. En juillet 1971, le premier véhicule habité à rouler sur la Lune, le Rover lunaire d’Apollo 15, était électrique. Les missions Apollo et la vue de la Terre depuis l’espace qu’elles fournirent inspirèrent également au futuriste Buckminster Fuller la conception de notre planète comme un vaisseau spatial : un système écologique complet totalement intégré. Fuller avait compris la nécessité d’appliquer sur Terre les principes du zéro déchet utilisés par la Nasa afin de protéger notre planète. De ce point de vue, les vapeurs d’essence relevaient presque du suicide. Aujourd’hui à Paris, il suffit de disposer de dix minutes pour s’inscrire et d’un permis de conduire. Le système fonctionne comme pour les vélos : on récupère et on dépose les voitures aux stations à sa convenance. Fruit de l’imagination du maire socialiste de Paris, Bertrand Delanoë, le projet est conçu comme un service public autour d’un partenariat de municipalités d’Île-de-France, sous les auspices du groupe d’investissement privé Bolloré. Les véhicules, conçus par l’Italien Pininfarina (comme la Peugeot 205 et la Ferrari 550), ressemblent à de petites bulles grises, telles Luigi, du film Cars : quatre roues de Pixar. Ils sont tout électriques (pas de levier de vitesses) et ont une vitesse maximale (130 km/h) excédant largement la limite en agglomération. Mais si vous vous aventurez au-delà du périmètre de fonctionnement, le centre opérationnel vous appellera bien vite pour s’assurer que vous ne prenez pas la clé des champs ! Bien entendu, certains écolos se plaignent que la ville et la région ne fassent pas davantage pour décourager toute utilisation des voitures. Mais au vu des difficultés chroniques pour se garer à Paris, AutoLib’pourrait bien, pour les Parisiens, représenter un retour au volant vers le futur. autolib-paris.fr metropolitan 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 1Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-12 décembre Page 124