Metropolitan n°2011-11 novembre
Metropolitan n°2011-11 novembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-11 de novembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 30,6 Mo

  • Dans ce numéro : à 50 ans, Marco Pierre White met de l'eau dans son vin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
SOFA, SO GOOD Ning Li created and sold one online furnishing business before he was 28. Can he now repeat his success with made.com, asks Nina Caplan business sur canapé À 28 ans, Ning Li a déjà mis sur pied puis vendu une société de mobilier en ligne. Saura-t-il répéter ce succès avec made.com ? Photograph : Muir Vidler if you’re looking for someone to bust the myth of the entrepreneurial Chinese, conquering the West one dollar at a time, don’t knock on Ning Li’s door. He founded his first online furniture business, myfab.com, aged 25 ; it took a mere two years for François Pinault’s PPR group (owner of France’s biggest furniture brand) to buy him out. Now 29, he’s already a year into his second effort, made.com. « myfab.com sold so quickly, I didn’t have plans, » says Li. His Notting Hill offices have spectacular views but the atmosphere is incredibly casual : while his co-founders, Chloe Macintosh and Julien Callède, hastily clear a room so we can talk, Li disappears and returns with mugs of water. « I went backpacking, looking for a new idea. Then I bumped into Brent Hoberman (co-founder of lastminute.com and mydeco.com). Without Brent I wouldn’t have dared to come to London because I know nothing about English business practice and have no connections here. But Chloe and Julien came on board and it grew. » It certainly did – and not just because online buying is cheaper ; made.com pushes new designers and lets customers vote for products they want to see made. And of course it moves a lot faster than offline companies. « If John Lewis or Habitat want to sell something, it has to be manufactured, then shipped to the store. That takes six months. If we see something nice, we take a picture and tomorrow it’s online. The beauty of the internet is it’s so fast that by the time a shop gets the stuff you can be selling the next thing. » Theupshot is that made.com already claims to be generating £25,000 of business a day. It’s a heart-warming tale of early success resulting from determination, graft and a bit of luck. Li grewup in Foshan, southern China, but was sent to French boarding school aged 16. He became an investment banker in Paris, but spotting the internet’s potential, he approached Marc Simoncini, founder of dating site meetic.com, 42 metropolitan
insider business and suggested that he hire Li as his company’s pet banker, so that Li could learnabout internet business. For his next move, Li needed to decide what to sell. « Foshan is China’s biggest furniture manufacturing base. So I had connections there and, most importantly, I knew the numbers : a sofa on the high street, selling for £3,000, costs £300 to make. How can you have a 10 times mark-up yet no one making money ? All these big furniture companies in trouble ? Something was wrong. » He set out to put it right, with a robust plan that included a fundraiser for London’s ICA with Ai Wei Wei and Damien Hirst, that didn’t do made.com’s profile any harm. Li knows that in this brave new world, cash is good but profile is better – one reason he promotes young designers so enthusiastically. « We’re like a radio station that broadcasts young singers. If one gets famous it benefits the platformthat launched them. » It’s just a matter of time – and, knowing Li, not much time,either. made.com si vous cherchez à démonter le mythe du Chinois entrepreneur lancé à la conquête de l’Ouest, accumulant dollar après dollar, évitez Ning Li. Celui qui à 25 ans lançait myfab.com, site de vente de meubles racheté au bout de deux ans par PPR, le groupe de François Pinault, propriétaire de la plus grande enseigne française de meubles, est à 29 ans à la tête de son deuxième bébé, made.com, âgé d’un an. « La rapidité du rachat de myfab.com m’a un peu pris de court, je n’avais rien prévu pour après », dit-il. Dans ses bureaux de Notting Hill, la vue est spectaculaire mais l’ambiance est détendue. Pendant que les cofondateurs Chloe Macintosh et Julien Callède nous libèrent vite une salle, Li va chercher des tasses d’eau chaude. « Aussi, j’ai pris la route, sac au dos, à la recherche d’une nouvelle idée. J’ai rencontré Brent Hoberman, cofondateur de lastminute.com et mydeco.com. Sans lui, je n’aurais jamais osé venir à Londres : j’ignorais tout des affaires en Angleterre et je n’y avais aucune relation. Mais Chloe et Julien sont arrivés et tout a démarré. » Et plutôt bien. Pas juste parce qu’acheter en ligne est moins cher : made.com présente de jeunes designers et permet aux clients d’élire les produits qu’ils veulent voir fabriquer, avec une réactivité bien différente des entreprises traditionnelles. Il faut certes toujours attendre la production et la livraison du canapé mais « quand John Lewis ou Habitat vendent un article, il faut le fabriquer puis l’acheminer jusqu’au magasin. Ça prend six mois. Alors que si quelque chose nous plaît, une photo et c’est en ligne le lendemain. C’est la beauté d’Internet : quand l’article arrive en magasin, vous êtes déjà en train de vendre le suivant. » Côté finances, le chiffre d’affaires quotidien atteindrait déjà les 25 000 £, selon made.com. Jolie histoire que celle de Li, parvenu à force de détermination, d’efforts et de chance à une réussite précoce. Originaire de Foshan, dans le sud de la Chine, Li rejoint un internat français à 16 ans. Devenu banquier d’affaires à Paris, conscient du potentiel d’Internet, il contacte Marc Simoncini, fondateur de meetic.com, et lui souffle de l’engager comme banquier attitré pour s’initier au commerce en ligne. Étape suivante, le choix du produit. « Foshan est la plus importante base arrière chinoise pour la fabrication de meubles. J’y avais des relations et surtout, je connaissais les chiffres : un canapé vendu 3 500 € revient à 350 €. Et malgré des marges de 90%, il y avait toutes ces grandes entreprises de meubles en difficulté ? Quelque chose clochait. » Déterminé à changer cela, il s’arma d’un plan solide comprenant une soirée en faveur de l’Institut d’Art Contemporain (ICA) de Londres avec Ai Wei Wei et Damien Hirst qui ne fit pas de mal à la renommée de made.com. Dans le monde d’aujourd’hui, Li le sait, celle-ci est plus précieuse encore que l’argent. Voilà pourquoi il tient à lancer de jeunes stylistes : « Nous sommes comme une radio qui diffuse de jeunes chanteurs. Si l’un d’eux devient célèbre, cela rejaillit sur leur tremplin. » Simple question de temps. Et connaissant Li, il s’agit sans doute de très peu de temps. made.com metropolitan 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 1Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 124