Metropolitan n°2011-11 novembre
Metropolitan n°2011-11 novembre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-11 de novembre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 30,6 Mo

  • Dans ce numéro : à 50 ans, Marco Pierre White met de l'eau dans son vin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
the talker b r u s s e l s Le Cannes automnal... Illustration : Gary Neill juliette debruxelles A meeting of minds charlie dupont’s Facebook profile reads : « Going to be a bipolar, obsessive, alcoholic, narcissistic pervert with suicidal tendencies in Nicolas Bedos’new play at the Théâtre Mercelis in Brussels. » Now that’s something to celebrate : a Parisian heavyweight playwright and Belgian cinema’s eternal nearly man thrown together. This has to represent a mighty reconciliation of the rivalries that dominate relationships between those who work « in the trade » in the two capitals. Nicolas Bedos is the most incisive and must-see playwright of the day, and also the go-to guy for French TV chat shows, the man who can devastate guests with a smile that’s both charming and deadly. Like his father, comedian Guy Bedos, he’s all fine wit, winsome manner and killer delivery. But what about Charlie Dupont ? Despite the phoney-sounding name and a career riddled with dodgy casting (secondary roles in mid-afternoon soaps – not exactly ambitious stuff), he’s actually one of the most gifted and inspired actors of his generation. Although now 40, he’s kept his boyish golden curls and has that « boy next door » quality about him. A little bit rock’n’roll, a little bit family man, somewhat arty, pretty contented, never crosses the line. Like one of those fortysomethings who have time to while over a coffee in a trendy bistro after dropping the kids at school. And in Brussels you’d be forgiven for thinking that the density of people working in films per square mile has to exceed that of Cannes. At Bar du Matin, the place to be in the capital’s Saint-Gilles district, the talk’s all casting, sets and post-production. In the evenings they toast with a glass of Spritz – a rather stylish mix of Apérol, sparkling wine and fizzy water that has made the Mojito so passé. They all wear BShirt, the retro-chic street brand that emblazons its clothing with « God bless Belgium » or the Atomium stamped with « Brussels Rocks ». That’s how these cool, aloof arty types communicate their message – between a couple of rain showers and three film shoots – observed from afar by their Parisian counterparts. But in the end, it’s culture that’s the real winner. Promenade de Santé, November 11-18, Théâtre Mercelis, comediedebruxelles.com Juliette Debruxelles writes for Elle Belgium sur le profil Facebook de Charlie Dupont, on peut lire : « Je serai bipolaire, obsessionnel, alcoolique et pervers narcissique à tendance suicidaire sous la plume de Nicolas Bedos au théâtre Mercelis à Bruxelles. » Et là, on jubile. Le cador parisien et l’outsider du cinéma belge, tout en un. La grande réconciliation entre des complexes qui régissent des relations qui ne le sont pas moins entre les « gens du métier » des deux capitales. Nicolas Bedos, on voit bien : c’est le dramaturge incisif et incontournable du moment, le « bon client » de tous les plateaux télé de l’hexagone, capable d’assassiner médiatiquement n’importe quel invité en conservant sourire affable et tranchant. Fils de son père (Guy Bedos, humoriste décapant), belle plume, bonne gueule, et la formule qui tue. Mais alors c’est qui, ce Charlie Dupont ? Malgré son nom bidon et sa carrière en forme d’erreur de casting (des seconds rôles dans des séries de l’après-midi, ça donne mal à l’ambition), il est l’un des plus brillants, des plus étonnants comédiens belges de sa génération. À 40 ans à peine, il conserve la blondeur bouclée des gamins prêts à jouer. C’est qu’il ressemble aux gars d’ici, Charlie. Un peu rock, un peu père de famille, un peu arty, plutôt content, jamais vraiment méchant. Comme ces quarantenaires sans horaires qui prennent un café dans les bistrots branchés après avoir conduit la marmaille à l’école. À Bruxelles, la proportion de gens du cinéma au mètre carré dépasserait presque le quota cannois. Ça cause casting, scènes et postproduction attablés au Bar du Matin, le place to be Saint-Gillois. Le soir venu, ils trinquent avec un verre de Spritz, l’immanquable et très snob mélange d’Apérol, de vin mousseux et d’eau pétillante qui a relégué le mojito au rang de détail honteux. Ils portent du BShirt, la marque décalée et streetwear qui affiche sur ses vêtements des « God bless Belgium » ou des Atomiums estampillés « Brussels Rocks ». De quoi claironner des messages, nez en l’air, entre deux averses et trois tournages, observés de loin par les voisins d’Outre-Quiévrain. Au final, c’est toujours la culture qui marque des points. Promenade de Santé, 11-18 Novembre, Théâtre Mercelis, comediedebruxelles.com Juliette Debruxelles écrit pour Elle Belgium 12 metropolitan
LONGCHAMP READY TO WEAR & ACCESSORIES LONGCHAMP.COM



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 1Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-11 novembre Page 124