Metropolitan n°2011-10 octobre
Metropolitan n°2011-10 octobre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-10 de octobre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial art.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 94 - 95  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
94 95
material, traditional areas of collecting and Old Masters – encroaching on Art Basel’s array of classic modernist works. Rather than confusing the brand, however, it will extend its reach. « For us, visual art is the main thing, » says Slotover. « With Frieze Masters, it’s about giving a contemporary view on historical art. » Frieze New York, scheduled for next May, will simply export the London model, with 170 international galleries offering contemporary « The best art fairs act like festivals – cultural events that bring lots of people together » works in a bespoke structure on Randall’s Island Park, overlooking the East River. Amanda Sharp is based in New York and Frieze already has an office there, so the move has been on the cards for a couple of years. « In a way New York was a much easier step, » admits Slotover. « We feel as close to the New York art world as we do to London. We know these people and what makes them tick. » He’s too polite to mention it, but galleries seeking a shop window onto the mighty art scene there have been crying out for a top-flight fair, given the increasingly ailing Armory Show. Frieze looks set to deliver the killer blow. In the meantime, assuming the art world continues to defy the economic climate, this year’s Frieze has plenty to entice collectors. There’s Anahita Razmi’s installation about the role of rooftops in Iran’s protests, Christian Jankowski’s full-sized yacht and Frenchman Pierre Huyghe’s witty aquarium. Architect Carmody Groarke (behind Carsten Höller and Prada’s hip Double Club) is designing the tent. So far, so glamorous. But is Frieze just about luxe art and big-name sponsors ? Participants LuckyPDF think not : « When the art world’s attention is on London, Frieze Projects is a platformfor showing that there’s more going on than big established artists and commercial galleries. » This young Peckham collective, founders of cool Dalston club the Alibi, will commandeer the site via daily TV broadcasts. Meanwhile, just across Marylebone Road, the edgy Sunday Art Fair (October 13-16, free), has filled the vacuum left by the demise of Frieze satellite Zoo. Sunday’s ethos is similar to Frame – the section of Frieze devoted to young galleries – but is peer-led and boasts a more independent feel. « Having no booth divisions makes a huge difference to the atmosphere, » says Rebecca May Marston of Limoncello Gallery, which co-founded Sunday alongside galleries Tulips & Roses and Two more London art fairs on this month : Deux autres salons londoniens à voir en octobre : THE AFFORDABLE ART FAIR The Affordable Art Fair’s winning formula is simple – an unstuffy environment (there’s even a crèche) and pocketbook-friendly contemporary art priced from £40-£4,000. Launched in 1999 by Will Ramsay of Art Hong Kong, it holds fairs in 11 major cities. AAF Hampstead, launching the week after AAF Battersea, will give Londoners two bites of the cherry. Says Ramsay : « Londoners are huge consumers of art, and with the Battersea fair bursting at the seams it made perfect sense to also setup camp on Hampstead Heath. » AAF Battersea, £8-£15, October 20-23, Battersea Park, 56 Battersea Park Road, SW11. AAF Hampstead, £8- £15, October 27-30, Lower Fairground Site, East Heath Road, Hampstead Heath, NW3, affordableartfair.com/uk/La recette du succès de l’Affordable Art Fair ? Un environnement sans chichis (il y a même une crèche) et des œuvres contemporaines à prix doux, de 40 à 4 000 £. Lancée en 1999 par Will Ramsay (artisan du grand salon artistique asiatique Art Hong Kong), cette manifestation a essaimé dans onze grandes villes. Heureux Londoniens : à l’Affordable Art Fair Battersea, déjà bien établie, succédera une semaine plus tard l’AAF Hampstead. « Les Londoniens sont de gros consommateurs d’art. Le salon qui se déroulait à Battersea avait atteint ses limites. Il était donc logique d’investir Hampstead. » 94 metropolitan
Clockwise from left/de haut en bas : Do-Ho Suh, Staircase V, 2008. Liu Wei Merely a Mistake II, 2010 Abraham Cruzvillegas, Autoconstrucción 9 (Self-Made 9), 2009 son impact : « Le principal pour nous est l’art visuel. Frieze Masters portera un regard contemporain sur l’art ancien. » Prévue pour mai prochain, Frieze New York se contentera d’exporter le modèle londonien et exposera les œuvres contemporaines proposées par 170 galeries internationales dans une structure emblématique sur mesure du parc de Randall’s Island, sur l’East River. Ce développement américain couvait depuis plusieurs années, Amanda Sharp étant basée à New York et Frieze y ayant un bureau. « En un sens, venir à New York a été plus facile. Nous avons la même proximité avec l’art new-yorkais qu’avec Londres. Nous connaissons ces gens et savons ce qui leur plaît », reconnaît Slotover. Fin politique, il ne dira pas que Frieze arrive à point nommé pour les galeries privées de vitrine internationale prestigieuse par un Armory Show en perte de vitesse, que Frieze devrait finir d’envoyer au tapis. Entre-temps et à supposer que le marché de l’art continue à résister à la crise, la Frieze 2011 affiche un programme alléchant : installation sur le rôle des toits dans les manifestations iraniennes, yacht grandeur nature de Christian Jankowski, aquarium malicieux du Français Pierre Huyghe... Et le chapiteau est signé des architectes Carmody Groarke, de l’ultra-tendance Double Club de Prada et Carsten Höller. Rien que du beau monde. La Frieze ne seraitelle donc qu’art de luxe et sponsors prestigieux ? Non, à en croire LuckyPDF : « Pendant que les regards du monde de l’art sont braqués sur Londres, les Frieze Projects montrent qu’il existe autre chose que les artistes installés et les galeries commerciales. » Ce jeune collectif de Peckham, créateur du club hype The Alibi à Dalston, diffusera quotidiennement ses animations sur le site. De l’autre côté de Marylebone Road, la très pointue Sunday Art Fair (13-16 octobre, entrée gratuite) a désormais pris la place de Zoo, l’ancien satellite de Frieze aujourd’hui disparu. Semblable dans son esprit à Frame, PAVILION OF ART AND DESIGN Launched in 2007, this sophisticated boutique fair brings modern design and decorative arts to plush Berkeley Square. It’s the kind of place to snapup an early Jean Prouvé chair, sublime Scandinavian furniture or children’s Panton chairs customised by designers such as Zaha Hadid. The Louisa Guinness Gallery, with contemporary art-inspired jewellery by sculptress Sophia Vari, is also worth a look. Founded by Frenchmen Patrick Perrin and Stéphane Custot, PAD London is the sister of the Paris fair, and a third event will launch in New York later this year. Says Perrin : « Eclecticism, connoisseurship and sophistication define PAD’s signature. It exists to inspire people and to encourage them to mix beautiful objects together. » October 12-16, £20, Berkeley Square, W1, padlondon.net Lancé en 2007, ce salon luxueux et sophistiqué rassemble design moderne et arts décoratifs dans le cadre raffiné de Berkeley Square. Ici, fauteuils Jean Prouvé et mobilier scandinave sublime côtoient des sièges d’enfant Pantone personnalisés par des designers comme Zaha Hadid. Jetez aussi un œil à la galerie Louisa Guinness et ses bijoux inspirés de l’art contemporain signés de la sculptrice Sophia Vari. Bébé des Français Patrick Perrin et Stéphane Custot, le PAD Londres est le petit frère de son homonyme parisien. Une troisième version devrait par ailleurs voir le jour au Park Avenue Armory de New York d’ici la fin de l’année. Comment résumer l’esprit du PAD ? Un mélange « d’éclectisme, d’expertise et de sophistication », résume Perrin, pour qui le Pavilion of Art and Design « a pour finalité d’inspirer et encourager à mélanger les beaux objets. » metropolitan 95



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 1Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 124