Metropolitan n°2011-10 octobre
Metropolitan n°2011-10 octobre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-10 de octobre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial art.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
TINTIN AND THE CARTOON-CRAZY BELGIANS Steven Spielberg’s hotly anticipated Tintin movie is set to put Belgium’s much-loved comic-book culture centre stage, says Derek Blyth tintin, le belge le plus célèbre Entre les Belges et la bande dessinée, c’est une grande histoire d’amour. Une histoire qui promet d’être mise en vedette par le très attendu Tintin de Spielberg 32 metropolitan
insider film Images : Hergé/Moulinsart 2011 blistering barnacles ! Glancing out of the Brussels metro train as it pulls into Stockel station, all you can see is an entire wall covered with characters from Tintin comic books. No one is surprised, but it does seem a little odd. You don’t get the same thing in London, unless someone has recently conjuredup a Harry Potter stop on the Northern line. He may be fictional, but Tintin is possibly the most famous Belgian of all time. And he is likely to become more famous still now that Steven Spielberg’s animated 3D film The Adventures of Tintin : The Secret of the Unicorn, based on the 1942 comic book, among others, is released this month. The Smurfs are also big in Brussels, even if they are only three apples high. So are other Belgian cartoon characters like Lucky Luke, a cool, cigarettesmoking cowboy, and Gaston Lagaffe, a blundering office junior. You can see Belgium’s comic-book heroes on murals painted on the walls of almost 40 Brussels buildings. But Tintin leads the pack. It sometimes seems as if there is no escaping the little fellow made famous by Brussels illustrator Georges Rémi (pen name Hergé). You only need to step off Eurostar at Brussels-Midi to spot the boy reporter hanging on for dear life as a steam locomotive hurtles across the prairies. Once outside, you can’t miss the giant revolving figures of Tintin and his sidekick pooch Snowy on the roof of a nearby building. Turn down the rue de l’Etuve near Grand-Place and there he is again on the side wall of a house, scrambling down a ladder. In most countries, comic books are for children – but not in Belgium. Here they are treated as an art form, and Hergé is seen as a serious artist. He even has his own museum, but not in Brussels, although he lived here all of his life. No, the Musée Hergé is in Louvain-la-Neuve, a university town to the south. What kind of second-rate son of a sword-swallower would do such a thing, as Captain Haddock might say. Still, you can always hop on a local train if you want to see the spectacular white museum designed by French architect Christian de Portzamparc and its fascinating collection of Hergé’s artwork. Thankfully, other places linked to Hergé can be found in Brussels itself, from the Jeu de Balle flea market (where, in The Secret of the Unicorn comic book, Tintin finds a ship model containing a map) to Hergé’s grave in the lovely, overgrown Dieweg Cemetery next to Wolvendael Park. Now Hollywood has taken an interest in Belgian comic books, we could see a rush of tourists to the capital. Earlier in the year, The Smurfs movie launched the cute, blue creatures on the big screen (although critics found it far from Smurftastic). And, of course, Spielberg’s Tintin film could turn our bequiffed Belgian into an international screen hero. And about time too. The Secret of the Unicorn is released in the UK on October 26 Haddock, Tintin and Snowy lost at sea mille sabords ! Un mur entier couvert de personnages de Tintin. Voilà le spectacle qui attend le voyageur à la station de métro bruxelloise de Stockel. Personne ne semble s’en émouvoir, mais avouez que la chose a de quoi surprendre. Trouve-t-on une station Harry Potter dans le métro londonien ? Tout fictif qu’il est, Tintin est sans doute le Belge le plus connu au monde. Et sa célébrité devrait encore monter d’un cran avec la sortie ce mois-ci des Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne de Spielberg, film d’animation fondé sur l’album éponyme de 1942 et deux autres albums. Malgré leur petite taille, les Schtroumpfs occupent une grande place dans le cœur des Bruxellois. Qu’ils partagent avec Lucky Luke, cow-boy dégingandé accro à la nicotine, et Gaston Lagaffe, commis de bureau maladroit. Ces personnages de BD belges ornent avec d’autres les fresques gigantesques arborées par les murs de presque 40 maisons bruxelloises. Mais à tout seigneur tout honneur. À Bruxelles, Tintin est partout. À peine avez-vous débarqué de l’Eurostar à Bruxelles- Midi que vous apercevez le petit reporter né de l’imagination du dessinateur bruxellois Georges Rémi, alias Hergé, perché sur une locomotive à vapeur filant à travers champs. Sortez de la gare et c’est accompagné de son fidèle Milou qu’un Tintin géant virevolte sur le toit d’un immeuble voisin. Prenez la rue de l’Étuve, non loin de la Grand-Place, et le revoilà sur le mur d’une maison descendant d’une échelle. Même scénario à la sortie de la gare Bruxelles-Luxembourg. Dans la plupart des pays, les bandes dessinées sont destinées aux enfants. En Belgique, la BD a été érigée au rang d’art. Hergé y est donc un artiste majeur. Un musée lui est même consacré, non pas à Bruxelles, où il vécut pourtant jusqu’à sa mort, mais à Louvain-la-Neuve, ville universitaire située plus au sud. Tonnerre de Brest, faut-il être un bougre d’ectoplasme pour commettre pareil blasphème, direz-vous (pour peu que vous ayez adopté le vocabulaire du Capitaine Haddock) ! Pour admirer la fascinante collection d’œuvres d’Hergé abritée par le bâtiment blanc conçu par l’architecte Christian de Portzamparc, il vous faut emprunter un train régional. Il n’est heureusement pas besoin de sortir de Bruxelles pour trouver d’autres lieux liés à Hergé, du marché aux puces du Jeu de Balle (dans Le Secret de la licorne, Tintin y trouve une Le trio Haddock Tintin et Milou en fâcheuse posture maquette de navire renfermant une carte secrète) au cimetière verdoyant de Dieweg près de Wolvendael, où Hergé repose. L’intérêt d’Hollywood pour la BD belge pourrait bien donner lieu à un afflux de touristes dans la capitale du royaume. Il y a quelques mois déjà, le film Les Schtroumpfs lançait sur grand écran les créatures bleues (expérience schtroumpfement décevante, à en croire les critiques). Et par la magie de Spielberg et sa 3D, notre petit Belge à la houppe pourrait bien accéder au statut de héros des salles obscures. Il était temps. Le Secret de la Licorne sort le 26 octobre en France metropolitan 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 1Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 124