Metropolitan n°2011-10 octobre
Metropolitan n°2011-10 octobre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-10 de octobre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial art.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
London, Paris and Brussels through the eyes of an outsider let them eat cake Derek Blyth in Brussels i have lived in Brussels long enough to know that you don’t go to the chemist to ask for cough medicine. If you do, the woman behind the counter willask you sternly, « What sort of cough is it, precisely ? » She needs to know if it is deep or shallow, chesty or dry. You may have to describe the precise colour of the phlegm in front of the entire shop. I had not realised that Belgian bakers were the same. It was the twins’birthday and my wife was out of town, so it wasup tome to provide a birthday cake. I looked at the row of cookbooks in the kitchen and decided that I am no domestic goddess. I would buy a cake instead. But not just any cake. I went to an elegant cake shop in the rue du Bailli that boasts a splendid art nouveau interior. The cakes come from Debailleul, which is regarded as one of the best patisseries in Belgium. « I would like a chocolate cake, please, » I said. The woman behind the counter asked sternly, « What type of chocolate cake do you want, precisely ? » She then offered a long list of options involving various combinations of chocolate, cream and mousse. I made my choice. « At what time will you be eating this cake ? » I had not really given much thought to the timing. The twins were 16 years old. They gotup around noon and ate lunch at around four o’clock. It was hard to plan their cake consumption with any degree of accuracy. I said, « Four o’clock, roughly. » She sighed and disappeared into the back of the shop. Some minutes later, she returned with a cake. « You must keep this on the lowest shelf in the fridge and serve it at four o’clock, » she insisted as she lowered it into a box. I took the precious cake back home and laid it carefully on the bottom shelf of the refrigerator. The stress of buying a cake had given me a slight headache. I would have gone to the chemist, but then the woman behind the counter would inevitably have asked sternly what sort of headache it was, precisely. Next month : Greg Foster in Paris c’est du gâteau depuis le temps que je vis à Bruxelles, j’ai compris qu’ici on ne demande pas « un sirop pour la toux » au pharmacien. Faitesle et on vous répondra par un solennel « C’est pour quel genre de toux exactement ? » On a besoin de savoir si votre toux est caverneuse, grasse ou sèche. Vous aurez même peut-être à décrire la couleur exacte de vos crachats devant tout le monde. Ce que j’ignorais, c’est qu’il en va de même pour les boulangers belges. C’était l’anniversaire des jumeaux et ma femme était absente. À moi de trouver un gâteau d’anniversaire. Perplexe devant notre collection de livres de recettes, je décidai que, n’ayant rien d’un cordon bleu, j’irais plutôt en acheter un. Mais pas n’importe quel gâteau. Je poussai la porte d’une élégante boutique de la rue du Bailli et j’entrai dans une splendeur Art Nouveau. Les gâteaux viennent de chez Debailleul, l’une des meilleures pâtisseries de Belgique, dit-on. « Je voudrais un gâteau au chocolat, s’il vous plaît. » « Quel genre de gâteau au chocolat, exactement ? », me répondit la vendeuse d’un air solennel, avant de me dresser la longue liste des différentes combinaisons de chocolat, crème et mousse disponibles. Je jetai mon dévolu sur l’une d’elles. « À quelle heure comptez-vous le manger ? » Je ne m’étais pas vraiment penché sur la question, à vrai dire. Les jumeaux ont 16 ans, se lèvent à midi et déjeunent vers 16 heures… Difficile donc de prévoir avec exactitude l’heure de consommation dudit gâteau. « Vers 16 heures », répondis-je. Elle soupira, disparut dans l’arrière-boutique et revint quelques minutes plus tard, avec un gâteau. « Vous devez le conserver dans le bas du réfrigérateur et le servir à 16 heures », insista-t-elle en le plaçant délicatement dans une boîte. De retour chez moi, je posai le précieux gâteau dans le bas du réfrigérateur, non sans avoir remarqué le léger mal de crâne que m’avait donné tout ce stress. Je serais bien allé à la pharmacie, mais on m’y aurait demandé, à n’en pas douter, de quel genre de mal de tête il s’agissait exactement. Le mois prochain : Greg Foster à Paris 14 metropolitan
l’expat Illustration : Phil Couzens Brussel bakt ze bruin Derek Blythe in Brussel Ik woon inmiddels al lang genoeg in Brussel om te weten dat je niet naar de apotheek gaat voor een hoestdrankje. Want als je dat doet, vraagt de dame achter de toonbak je met serieuze stem : « Wat voor hoest is het precies ? » Ze moet namelijk weten of de hoest hoog of diep zit, op je borst of droog is. Het kan zelfs zijn dat u in het bijzijn van andere klanten de kleur van uw slijm moet beschrijven. Ik heb nooit beseft dat Belgische bakkers van hetzelfde laken een pak zijn. Het was op de verjaardag van onze tweeling en mijn vrouw was de staduit. Dus was het aan mij om voor de verjaardagstaart te zorgen. Ik wierp een vertwijfelde blik op de rij kookboeken op de plank in de keuken en kwam tot de conclusie dat ik geen keukenprins ben. Nee, het leek mij beter om een taart te kopen. Maar niet zomaar een taart. Ik toog naar een elegante banketbakkerszaak in de Baljuwstraat, een met een prachtig art nouveau interieur. Het banket is er afkomstig van Debailleul, dat beschouwd wordt als een van de beste patisserieën van heel België. « Ik wil graag een chocolade taart », zei ik. Waarop de dame achter de toonbank me streng aankeek en plechtig vroeg : « Wat voor soort chocoladetaart precies ? » Daarna volgde een lange lijst van mogelijkheden met gevarieerde combinaties van chocolade, crème en mousse. Ik maakte een keuze. « Hoe laat wilt u de taart eten ? » Over het tijdstip had ik helemaal nog niet nagedacht. De tweeling is 16 jaar. Ze liggen tot het middag uur in bed en lunchen meestal rond een uur of vier. Het is dus moeilijk om hun taartconsumptie aan een tijdstip te koppelen. Ik antwoordde : « Ongeveer om een uur of vier. » De dame zuchtte eens diep en verdween achter in de winkel. Enkele minuten later kwam ze terug, met een chocoladetaart. « U moet deze taart onderin de koelkast bewaren en hem precies om vier uur serveren », zei ze met nadruk, terwijl ze de taart in een doos plaatste. Ik nam het kostbare banket mee naar huis en zette het met de grootste zorg onder in de koelkast. De stress van het kopen van een taart had me een lichte hoofdpijn bezorgd. En ja, ik had best voor een hoofdpijntablet naar de apotheek willen gaan, maar dan zou de dame achter de toonbank mij onvermijdelijk hebben gevraagd wat voor hoofdpijn ik dan wel had. Volgende maand : Greg Foster in Parijs IN THE UNSPOILT SOUTH OF MAURITIUS, DISCOVER 36 ACRES OF ELEGANT ESCAPISM. A RESORT DEVOTED TO PLEASURE. SHANTIMAURICE.COM metropolitan 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 1Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 124