Metropolitan n°2011-10 octobre
Metropolitan n°2011-10 octobre
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2011-10 de octobre

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Ink

  • Format : (195 x 260) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 19,4 Mo

  • Dans ce numéro : numéro spécial art.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
the talker p a r i s Illustration : Gary Neill marie-odile briet Game over ? what with stock markets nose-diving and unemployment figures rising, the recent phenomenon known affectionately as the « Post-it wars » has at least brightenedup the business sections of our newspapers. In Levallois, la Défense and Issy-les-Moulineaux, the windows of office blocks are covered in oversized video-game characters, pieced together with those endearing fluorescent squares of paper. The first salvo was sounded, or rather created, by the employees of Ubisoft in Montreuil with their version of Space Invaders. At BNP Paribas, just opposite, they immediately returned fire. Since then, the conflict has spread to the provinces and a plethora of Simpsons, SpongeBob SquarePants, Sonics, Donkey Kongs and Pac-Men have appeared on towers everywhere. Brilliant ! Anything that can bring a little humanity to our ghastly open-plan offices (where, sat alone like caged rats in front of our desktops, spied on from all sides, we daren’t even take a private callany more) is to be applauded. Besides, it must have been heart-warming for those who have just returned to work after their holidays. Seeing the brightly decorated windows, they must have thought they were going back to school, rather than to the grindstone. To begin with, the top brass approved. Heads of HR all chirruped that this « battle » was « friendly, good-hearted and liable to strengthen team spirit ». David Brent from The Office would have been down with it. The whole thing was indeed pretty studenty, never really subversive. And no mushroom cloud of Post-its assaulted the Areva tower, and no pixelated Liliane Bettencourt graced the L’Oréal building. But, back from their holidays, many cost controllers have obviously decided to cut back on supplies. By the end of August, some Post-it artists were low on ammunition with only three colours left – and pastel ones at that. Since then, the most committed guerrillas prudently make it clear that they’ve bought in their own Post-its and, of course, are perfecting their masterpieces outside normal working hours. Consequently, the Post-it war shouldn’t really worry bosses too much. But what about the « warrior wives » ? Given the choice of theme, a great many of the Post-it battalions seem to be predominantly male. What if this is simply the latest excuse that thirtysomething geekoids are using to avoid the kids’bath time or poetry recital ? Between 7pm and 8pm, it’s no longer a case of, « The boss has just called another late meeting, sorry darling ! » Rather, it’s that there’s a Super Mario to finish on the 30th floor. Marie-Odile Briet is a freelance journalist and contributor to the Style supplement of L’Express La guerre des Post-it entre la plongée de la bourse et la montée du chômage, la « Guerre des Post-it » a égayé, cet été, les pages « business » des quotidiens. À Levallois, la Défense, Issy-les-Moulineaux, les fenêtres des immeubles de bureaux se sont couvertes de figurines de jeux vidéo XXL en papiers collants fluo. L’offensive a été lancée par les salariés d’Ubisoft à Montreuil, à coups de Space Invaders. À la BNP Paribas d’en face, on a illico dessiné le canon de la riposte. Depuis, la bataille fait rage aussi en province, et les Simpsons, Bob L’Éponge, Sonic, Donkey Kong ou Pac-Man essaiment sur toutes les tours. Génial. Tout ce qui peut mettre un peu d’humanité dans ces horribles open-spaces, où, seul comme un rat devant son ordi, mais espionné par tous, on n’ose plus recevoir un coup de fil perso, est bon à prendre. En plus, le jour de la reprise, cela a dû mettre du baume au cœur à ceux qui avaient la nostalgie de leurs vacances récentes. Vu la nouvelle déco des fenêtres, ils ont cru retourner, non au turbin, mais à la maternelle. Au départ, la hiérarchie a applaudi. Les DRH déclaraient tous trouver cette « battle » « conviviale, bon enfant, et propre à renforcer l’esprit d’équipe ». SteveCarell, dans The Office, n’aurait pas fait plus démago. Effectivement, le mouvement est resté très potache, pas vraiment subversif. Pas de champignon nucléaire en Post-it montant à l’assaut de la tour Areva, ni de Liliane B. pixellisée sur l’immeuble L’Oréal. Rentrés de vacances, certains cost-controllers ont évidemment coupé le robinet à fournitures. Fin août, certains post-artists manquaient de munitions : ils n’avaient plus que trois couleurs, et juste du pastel ! Depuis, les guerriers les plus impliqués précisent prudemment qu’ils achètent leurs Post-it, et peaufinent leurs œuvres, bien sûr, en dehors des heures de travail. La post-it war n’a pas de quoi inquiéter les patrons. Mais quid des femmes de combattants ? Vu la thématique choisie, les bataillons sont en immense majorité masculins. Et si c’était le dernier truc des geeks trentenaires pour échapper au bain du petit et à la récitation de la poésie ? Entre 19 et 20h, ils n’ont plus « le boss qui nous a encore collé une réunion, chérie, chuis désolé ». Ils ont le Super Mario du trentième étage à terminer. Marie-Odile Briet est journaliste indépendante et participe au supplément Style de L’Express 12 metropolitan
Le voyage illimité SÉJOUR HIVER CANADA « BULLES, ACTION & FLOCONS » CHANGEZ DE SPORT D’HIVER ! à partir de 990 TTC* Crédit photo : Graphicobsession www.vacancestransat.fr et dans votre agence de voyages *Prix à partir de, base double en demi-pension au départ de Paris, dont frais variables : taxes aériennes + redevances aéroportuaires + surcharge carburant. Détails consultables sur notre site web et dans la brochure Vacances Transat Merveilles d’hiver 2011-2012. Vacances Transat SASU capital : 84150 € - 6 rue Truillot 94204 Ivry-sur-Seine cedex - RCS Créteil 340 378 678 - matricule du Registre des Opérateurs de Voyages et de Séjours N°IMO93100008.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 1Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 2-3Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 4-5Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 6-7Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 8-9Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 10-11Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 12-13Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 14-15Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 16-17Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 18-19Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 20-21Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 22-23Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 24-25Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 26-27Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 28-29Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 30-31Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 32-33Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 34-35Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 36-37Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 38-39Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 40-41Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 42-43Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 44-45Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 46-47Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 48-49Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 50-51Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 52-53Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 54-55Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 56-57Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 58-59Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 60-61Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 62-63Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 64-65Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 66-67Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 68-69Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 70-71Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 72-73Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 74-75Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 76-77Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 78-79Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 80-81Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 82-83Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 84-85Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 86-87Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 88-89Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 90-91Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 92-93Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 94-95Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 96-97Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 98-99Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 100-101Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 102-103Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 104-105Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 106-107Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 108-109Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 110-111Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 112-113Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 114-115Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 116-117Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 118-119Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 120-121Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 122-123Metropolitan numéro 2011-10 octobre Page 124