Metro News Paris n°2249 6 jui 2012
Metro News Paris n°2249 6 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2249 de 6 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,4 Mo

  • Dans ce numéro : Francophonie : God save la langue française !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
vendredi 6 juillet 2012 2 événement www.metrofrance.com 1 mEigniEux/sipa1 Langage Et si on parlait français ? LES FAITS. Le premier Forum mondial de la langue française s’est tenu cette semaine au Québec. L’ENJEU. Entre anglicismes envahissants et tentatives de résistance, notre vocabulaire évolue constamment. Jennifer Lesieur checké tes mails ? Attends, je te forwarde « T’as l’info. Tu peux la tweeter, ça va faire un buzz. » Petite phrase ordinaire du job – pardon, du travail – lancée juste avant d’acheter un sandwich – pardon, un casse-croûte. Les mots anglais font partie du vocabulaire quotidien. Le premier Forum mondial de la langue française, qui s’est tenu cette semaine à Québec, a lancé le débat : « Vivre et s’épanouir en français relève-t-il de l’utopie ? » No stress, chers francophones. Une telle évolution est naturelle dans toute langue vivante. « C’est très variable selon les secteurs », analyse Marc Favre d’Echallens, président de Droit de comprendre, qui veille à l’application de la loi Toubon. « Dans la presse féminine, on trouve un florilège de termes qui n’ont pas lieu d’être, de jargon angloïde, comme disait Jean Dutourd. » Le commerce est le champion du genre : « Les entreprises pensent que l’anglais est plus vendeur, mais ça montre plutôt un manque d’imagination. » Surtout quand il s’agit de promouvoir du francofrançais, comme dans les pubs « Ce gouvernement est un peu curieux si on regarde les choses : la Grèce s’effondre, l’Espagne suffoque, l’Allemagne accélère et la France concerte ! » Luc chaTeL (uMP), hier sur BFMTV. 220 c’est, en millions, le nombre de personnes qui parlent français dans le monde. Peugeot 100% anglophones... « Mais ça commence à lasser, tempère Marc Favre d’Echallens. On commence à voir le caractère grotesque de certaines inventions verbales. Alors qu’Autolib’, Vélib’sont des créations françaises réussies. » Equivalents recommandés Les innovations technologiques charrient une foule de mots anglais, qu’on n’est pas obligés d’utiliser : le français est assez riche pour proposer d’autres choix. C’est le travail de Bénédicte Madinier, chargée de mission d’enrichissement de la langue française au ministère de la Culture. « Nous recommandons des termes français équivalents pour maintenir un vocabulaire spécialisé. Et pour que le français ne soit pas une langue d’autrefois mais aussi pour aujourd’hui et demain », expliquet-elle. Comment traduire hashtag, par exemple, que connaissent bien les utilisateurs de Twitter, mais pas le quidam ? « On doit bien savoir de quoi on parle, puis on choisit des mots avec des spécialistes. Pour hashtag, on s’oriente vers « mot dièse ». On recommande, mais on n’impose rien. » Le seul danger reste celui d’un manque de précision. On utilise « coach » à la place d’une demi-douzaine de synonymes français, et « smart » s’applique aussi bien aux téléphones qu’aux compteurs électriques... Alors que « club » ou « parking » ne bougeront plus de notre vocabulaire, on peut toujours choisir d’envoyer un « courriel » plutôt qu’un « mail ». Du moment que c’est joli à l’oreille...§ 14,7 C’est, en milliards d’euros, la nouvelle prévision du déficit de la Sécurité sociale pour 2012, après de nouvelle mesures du gouvernement. Avec la crise, il se réduisait moins vite que prévu. Crédit photo Mot Impôts clé LA PAROLE À… DIDIER VAN CAUWELAERT, écrivain Attaque. Pas de redevance Texte. télé sur les écrans d’ordinateur. Le ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac, l’a exclu hier. Son homologue de la Culture, Aurélie Filippetti, avait envisagé cette hypothèse quelques jours plus tôt. « il faut faire confiance à la langue » « L’anti-anglicisme primaire, c’est idiot. Il faut faire confiance à la langue française. Elle se défend toute seule en adoptant des mots ou en rejetant d’autres. « Zapping », c’est quand même plus nerveux que « zappage », qu’on nous avait proposé à l’époque. « Réaliser », qui vient de l’anglais realize, c’est plus fort que « je m’en rends compte ». Ou addict, c’est plus joli que « accro ». D’après moi, notre langue est bien plus en danger lorsqu’elle est mal employée. Tous ces gens qui disent « après que je sois venu » au lieu de « après que je suis venu ». Ça m’horripile ! ». iBo/sipa
vendredi 6 juillet 2012 www.metrofrance.com événement AfP CrédIT PHOTO Mot Politique clé Attaque. Jean-François Texte. Copé se démarque de François Fillon. « Notre histoire électorale est très différente : il est élu dans le VII e arrondissement, je suis élu de la ville de Meaux, avec 53% de logements sociaux et 27 nationalités différentes », a-t-il observé hier sur I-Télé. Interview « le larousse reflète l’usage avant tout » Comment un nouveau mot entre-t-il dans le Larousse ? Nous avons une rédaction interne qui rassemble une vingtaine de lexicographes. Ils observent la langue, notent l’apparition de néologismes, de nouveaux sens... Toutes les évolutions langagières, dans l’écrit comme dans la rue. Les plus fréquentes sont sélectionnées, puis on choisit de 150 à 200 mots nouveaux par édition. Comme disait Queneau : « Le français est une langue qu’un Français parle à un autre Français, et pas une CHAMUSSY/CHESNOT/SIPA Jacques FLorent, directeur éditorial des dictionnaires de langue française larousse langue qu’un grammairien parle à un autre grammairien. » Comment le Larousse choisit-il d’intégrer un anglicisme ? Quand il n’existe pas d’équivalent. S’il en existe un, on maintiendra l’anglicisme, mais on fera figurer la recommandation française à côté. Pour « bulldozer », on a proposé bouteur mais personne ne l’utilisait... Si le mot français finit par s’imposer, on rectifiera et l’entrée se fera avec le mot français. On reflète l’usage avant tout. Quels sont les ajouts les plus marquants ? Justice Christiane Taubira veut « mettre un terme à la frénésie législative ». Elle a souligné hier qu’il y avait ces cinq dernières années « une trentaine de lois pénales » qui manquaient de « lisibilité » et ont produit de « l’insécurité juridique ». « Rave party » en 1997, « burn-out » et « peer-to-peer » en 2009... Tels quels, car comment les traduire ? En 2000, on avait essayé de traduire startup par « jeune pousse », mais ça n’a pas fait école. Quand le mot anglais arrive, il prend souvent une place vide... Et une fois qu’il est dedans, on ne peut plus le déloger. A l’inverse, certains mots sortent du dictionnaire, comme l’« outplacement », fréquent dans les années 1980. Il y avait 40 000 mots au début dans le Larousse, aujourd’hui on en est presque à 63 000. §propos recueillis par J.L. dr 3 titre sur le Web Texte. Indignation chez les défenseurs de l’environnement : la Corée du Sud a annoncé hier la reprise de la chasse « scientifique » à la baleine. CaboChon à lire sur titre metrofrance.com/xxxxx metrofrance.com/baleine Dites-le autrement Sport, entreprise, affaires... Voici quelques recommandations de la commission de terminologie et de néologie du ministère de la Culture. Rafting : radeau en eaux vives. Snowboard : planche de neige. Viral marketing : bouche à oreille électronique. Starting-block : bloc de départ. Play-offs : poule finale. Joint venture : coentreprise. Cost killer : chasseur de coûts. Outsourcing : externalisation. Strapping : bandage de contention. Knowledge management : gestion du savoir. Ace : as. Job dating : entretien d’embauche minute.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :