Metro News Paris n°2247 4 jui 2012
Metro News Paris n°2247 4 jui 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2247 de 4 jui 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Calais : la traque des migrants

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
mercredi 4 juillet 2012 2 événement www.metrofrance.com 1 immigration Guerre des nerfs à Calais Des membres de Médecins du monde assistent les migrants à Téteghem, près de Dunkerque. NiCoLAs RiChoffeR/MetRo « Les socialistes imposent leur marque de fabrique en étant toujours plus du côté des voyous que du côté des victimes. » sTeeveBriois (fn), critiquant dans un communiqué la présence de la ministre de la Justice à un concert offert à des détenus. Dans un abri à Téteghem. NiCoLAs RiChoffeR/MetRo les premiers soins. sANdRA CALLigARo/MdM a calais, les clandestins n’ont qu’une obsession : l’angleterre.. sANdRA CALLigARo/MdM Afp 10 000 C’est le nombre de postes concernés par un plan de réduction des effectifs à PSA, selon un représentant syndical de Force ouvrière. Soit plus que les 4 000 déjà annoncés pour 2012. CLANDESTINS. A un mois des Jeux de Londres, la pression sur les migrants ne retombe pas. URGENCE. Médecins du monde lance l’alerte par le biais d’un webdoc, à retrouver en exclusivité dès aujourd’hui sur metrofrance.com. nicolas richoffer, à calais la dernière marche qui mène au Graal est souvent la plus dure à franchir. Pour les migrants qui ont fui l’Afghanistan, l’Erythrée ou encore l’Albanie, le petit bout de mer qui sépare l’Angleterre du continent est l’obstacle ultime. Ils se retrouvent à Calais et à Dunkerque, guettant l’opportunité de traverser la Manche. Ici, ce demi-millier de migrants subit une pression policière qui s’est accrue à l’approche des Jeux olympiques de Londres. Et plus particulièrement à Calais, où 150 personnes environ vivent dans des campements de fortune, régulièrement détruits par les forces de l’ordre. Calais et son « harcèlement policier », dénoncé par Médecins du monde, ONG présente depuis la fermeture du centre de Sangatte, en 2002. « Il n’y a pas de traque à Calais, assure de son côté Philippe Capon, secrétaire général de l’Unsa-Police. Les policiers n’ont pas plaisir à travailler de cette façon là-bas. Malheureusement, il y a un « Bien souvent, la santé passe après le passage en Angleterre. » cécile Bossy, de Médecins du monde. CRédit photo Mot Fait clé divers Attaque. Des restesTexte. humains trouvés dans la Garonne. Un pied et un haut de jambe ont été signalés par des kayakistes lundi en début de soirée dans le Lot-et-Garonne, a-t-on appris hier. Une enquête en flagrance a été ouverte par la gendarmerie d’Agen. réel problème sanitaire et nous ne pouvons pas laisser faire les choses. » Lundi, la distribution de repas s’est déroulée dans un calme relatif. Comme tous les jours, elle était surveillée de près par la police. La tension et la méfiance sont palpables. « Le problème des migrants, ce n’est de toute façon pas celui de la nourriture », explique Martine, de l’association La Belle Etoile. « Les maladies que l’on soigne sont dues aux conditions de vie », poursuit Cécile Bossy, coordinatrice de Médecins du monde à Dunkerque. « Bien souvent, la santé passe après le transit vers l’Angleterre. » Cercle vicieux de l’insécurité Ce fameux passage met chacun sous tension. « Outre les contrôles d’identités « musclés » il y a régulièrement des affrontements entre communautés, témoigne Jérémy, bénévole dans plusieurs associations. Souvent pour des questions d’argent, mais pas seulement. Un accrochage futile peut dégénérer en bataille rangée. » Si des bénévoles regrettent un manque d’implication des pouvoirs publics, ceux-ci ne sont pas absents. La communauté urbaine de Dunkerque a créé l’an dernier un fonds d’allocation qui permet de rembourser 50% des frais directs des associations. De son côté, Médecins du monde a développé un « volet logistique de mise à l’abri » qui vise à faire valoir les standards humanitaires internationaux : 15 litres d’eau par personne et par jour, 3,5 m² d’abri par personne et une latrine pour vingt. Un minimum que la France leur refuse pour l’instant.§
mercredi 4 juillet 2012 www.metrofrance.com événement afp Interview Police Un forcené maîtrisé par le GIPN. Le jeune d’une vingtaine d’années menaçait de faire sauter son immeuble à Thil (Meurthe-et-Moselle). En conflit avec ses parents, il est resté retranché plusieurs heures dans l’appartement familial. Il n’y a pas eu de blessé dans l’assaut. « arrêter la pression policière » CéCIle Bossy, coordinatrice de Médecins du monde à Dunkerque Pourquoi la situation est-elle particulièrement tendue à Calais ? C’est l’endroit où viennent attendre les migrants les plus pauvres. C’est aussi là qu’ils sont le plus nombreux. La présence policière y est plus forte qu’ailleurs. La ville est un peu une zone de non-droit : certes, les problèmes liés à l’immigration illégale, avec passeurs, mafias, etc., génèrent parfois des agressions entre migrants. Mais la police se permet aussi des comportements qui ne seraient pas tolérés ailleurs. La répression est-elle efficace ? Non, puisque le nombre de migrants est stable depuis des années. Le but est de les dégoûter pour qu’ils aillent ailleurs. Mais cela ne règle en rien la situation des flux migratoires internationaux. Que peut faire Médecins du monde ? Nous demandons l’arrêt des pressions policières. Sur les 150 personnes en transit, un tiers a fait une demande d’asile et doit donc bénéficier d’un logement. Nous demandons simplement que les dispositifs de droit commun soient appliqués. §propos recueIllIs par N. R. afp N.R/metro Armée Hommage aux militaires tués en Guyane. Une cérémonie présidée par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, a eu lieu hier aux Invalides. Les soldats ont été tués lors d’une opération contre des chercheurs d’or clandestins. « Il faut que je sauve ma vie » témoignage. Barbe de cinq jours, regard dur aux yeux clairs, Noormohammedparaît bien plus que ses 22 ans. Il est arrivé en France il y a trois semaines, cinq mois après avoir quitté l’Afghanistan : « J’avais des problèmes avec les talibans car mon père et mon oncle ont travaillé avec les Américains. Ils ont tué mon oncle et m’ont déjà donné trois avertissements. » Le visage transpire d’un mélange d’inquiétude et d’espoir. « Je vais rejoindre mon frère en Angleterre et je trouverai du travail. » En est-il sûr ? « Certain ! » Mais Noormohammedvit au jour le jour, avec peu de certitudes. « En fait, savoir si je vais trouver du boulot n’est pas très important 3 titre sur le Web Texte. Le mariage homosexuel apparaît sur Facebook. Une icône représentant deux hommes mariés a fait son apparition sur le réseau social. CaboChon à lire sur titre metrofrance.com/xxxxx metrofrance.com/facebook pour l’instant. Il faut d’abord que je sauve ma vie. » Il a laissé sa mère et sa sœur dans son village, près de Kundoz. Il a dû débourser 5 400 dollars pour passer en Grèce, par l’Iran puis la Turquie. Puis il a gagné l’Italie et la France, dernière étape d’un périple aux mille dangers. Il pense être en Angleterre d’ici à une semaine. En attendant, il patiente dans le camp de Téteghem, près de Dunkerque. « Il fait trop froid ici, lance-t-il sous une couverture, étendu dans l’herbe. Je suis tombé malade. » La saleté aussi lui pèse : « Les conditions sont difficiles. C’est quand même mieux que dans les autres pays. Mais mon seul objectif, c’est l’Angleterre. » §N. R.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :