Metro News Paris n°2243 28 jun 2012
Metro News Paris n°2243 28 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2243 de 28 jun 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,9 Mo

  • Dans ce numéro : A 100 ans, la Crim' reste fraîche

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
jeudi 28 juin 2012 2 événement www.metrofrance.com 1 36, quai des orfèvres Un siècle de chasse au crime ANNIVERSAIRE. La légendaire unité de police parisienne fête demain ses cent ans d’existence. HISTOIRE. L’occasion de se remémorer les grandes heures de ce service envié, ayant nourri nombre de livres et de films. adrien Cadorel « Nous avons besoin de nous rassembler, c’est l’exigence du moment. » dominique de Villepin, ex-Premier ministre, sur BFMTV-RMC, hier. L’ancien ennemi juré de Nicolas Sarkozy dit envisager un retour à l’UMP. la descendante des brigades du tigre, créées par Clemenceau, rugit toujours. Source inépuisable de fictions et de romans noirs, la brigade criminelle de la préfecture de police de Paris fête demain son centième anniversaire. A la fin de l’année 1911, la capitale est le théâtre de violents hold-up perpétrés par une bande sanguinaire, emmenée par un certain Jules Bonnot. Face à ce déchaînement de violence, le conseil municipal vote, le 29 juin 1912, la création d’une brigade criminelle au sein de la sûreté parisienne. Quelques mois plus tard, près de deux cents fonctionnaires armés de brownings semi-automatiques s’installent au 36 quai des Orfèvres, dans les bureaux situés en haut des 105 marches devenues mythiques. Au fil des années, la Maison comme l’appellent les policiers, verra passer des enquêteurs renommés (Alphonse Bertillon, Marcel Guillaume, Georges Massu) et des criminels de haut vol (Violette Nozière, Landru, Jacques Mesrine). Composée aujourd’hui de 110 fonctionnaires, dont seulement 15 femmes, la Crim’officie dans la capitale et les départements de la Petite Couronne. « De belles affaires » « L’activité de la brigade s’articule autour du triptyque homicides, enlèvements et attentats », explique un commissaire passé par ses rangs. « Ce sont les belles affaires, celles qu’il faut résoudre en partant souvent de rien. Le travail d’équipe est primordial, et le challenge excitant », poursuit-il, ajoutant que « l’on peut rester trois jours et trois nuits à travailler sur une affaire ». Au dire d’un jeune lieutenant basé dans les Hauts-de-Seine, « c’est l’unité que la majorité des élèves voulaient intégrer à la sortie de l’école de police ». Si elle est synonyme de fantasmes, la brigade criminelle a été l’unité la plus souvent portée à l’écran. Bien avant La Crim’(France 2) et Engrenages (Canal +), la série Commissaire Moulin a fait les beaux jours de TF1 pendant près de trois décennies.§ ApEStEGUY/SipA 2% C’est la hausse des allocations chômage à partir du 1 er juillet prochain, soit autant que l’augmentation du smic annoncée mardi. les locaux de la Crim’, situés au 36 quai des orfèvres. SipA CréDit photo Mot Bac clé le tueur en série Guy Georges, arrêté en 1998, ici à son procès en 2001. SipA en 1979, les services du commissaire Broussard (au centre) abattent Jacques mesrine, l’ennemi public n°1, porte de Clignancourt. Afp Attaque. SoupçonsTexte. de fuite. Le parquet de Paris a ouvert une enquête sur de possibles fuites lors du baccalauréat 2012. Le 18 juin, un internaute a appelé sur le Net les lycéens de S à réviser le thème de la guerre d’Algérie. C’est le sujet qui est tombé à l’épreuve d’histoire le lendemain. en haut de ces 105 marches, les bureaux où les suspects sont interrogés. N.r/MEtro Violette nozière, « l’empoisonneuse », à son procès, à paris en 1934. SipA
jeudi 28 juin 2012 www.metrofrance.com événement aNtoNioL aNtoiNE/Sipa Crédit photo Mot Affaire cléKerviel Attaque. Cinq ans de Texte. prison ferme requis en appel contre l’ex-trader de la Société générale. En première instance, il avait été condamné à cinq ans dont trois ferme, ainsi qu’à des dommages et intérêts de 4,9 milliards d’euros. C’est le montant de la perte dont il avait été jugé seul responsable. leS grandeS affaireS En cent ans, la brigade criminelle a enquêté sur des bandits et meurtriers de grands chemins, dont la traque a fait les grandes heures du service. Outre le démantèlement de la bande à Bonnot, des « clients » célèbres ont été arrêtés par les limiers du « 36 ». Parmi eux, le docteur Petiot, qui assassina vingt-sept personnes à la fin des années 40 dans la capitale, ou le japonais cannibale Issei Sagawa, qui avait tué et mangé une étudiante hollandaise à l’été 1981. Plus récemment, Thierry Paulin, le « tueur de vieilles dames », et Guy Georges. Crédit afp photo ChaMUSSY/ChESNot/Sipa Mot Economies clé Attaque. BartoloneTexte. montre l’exemple. Le président de l’Assemblée nationale a affirmé hier qu’il proposerait à son homologue du Sénat une baisse de leurs indemnités. Le chef de l’Etat et le gouvernement ont déjà validé une baisse de 30% de leurs salaires. Interview « a la crim’, il faut savoir être patient. » ClAude CAnCès, ancien directeur du 36 quai des orfèvres, auteur des Seigneurs de la crim (editions Jacob Duvernet). Pourquoi la Crim’est-elle une unité de police à part ? Lorsqu’on arrive au 36 quai des Orfèvres on ressent que les murs suintent d’affaires mémorables. Pour tous les policiers qui ont la chance d’y entrer, il y a une émotion très forte de savoir que de grands flics et de grands criminels se sont assis dans ces fauteuils usés. Comme disait Simenon, lorsque l’on vient ici, on sait que l’on va fréquenter la misère et la mort au quotidien. On ne sélectionne que les meilleurs enquêteurs au sein de ce service ? Il y a de très bons policiers dans tous les services de France. Disons que de mon temps, il fallait avoir un peu de « bouteille » pour intégrer la Crim’. Il fallait faire ses armes avant d’y accéder. Dans cette unité, il faut savoir être patient. L’une des particularité de la Crim’est de travailler sur des affaires avec énigme. Les meurtres dont l’auteur est connu n’intéressent pas le service, qui d’ailleurs n’enquête jamais de sa propre initiative, mais est toujours saisi par un juge. Il est vrai que les enquêteurs de la Crim’ont la réputation d’être des seigneurs, c’est-à-dire des limiers hors pair. Dans les années 70, le taux retrouvez xxxx Sur metrofrance.com/xxxx 3 titre Sur le Web Texte. Plus petite et bien moins chère que l’iPad d’Apple, Google présente sa propre tablette tactile, la Nexus 7. Elle sera disponible à la mi-juillet aux Etats-Unis. CaboChon à lire Sur titre metrofrance.com/xxxxx metrofrance.com/nexus7 d’élucidation était de 60%, aujourd’hui il frise les 85%. Quel est votre souvenir le plus marquant au sein de ce service ? Sans conteste l’affaire Bernard Pesquet, que l’on avait surnommé le Landru du Val-d’Oise. En 1976, il avait tué trois personnes dont son épouse. Je me souviendrai toute ma vie de son interrogatoire dans nos locaux. Alors que je l’auditionnais, il a tourné la tête et m’a jeté un regard noir. C’était le regard du criminel, le vrai, celui qui vous glace. Jamais je ne l’oublierai. §propos recueillis par A.C



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :