Metro News Paris n°2235 18 jun 2012
Metro News Paris n°2235 18 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2235 de 18 jun 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,9 Mo

  • Dans ce numéro : Victoire absolue pour le PS

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
lundi 18 juin 2012 2 événement www.metrofrance.com elections Marée rose à l’Assemblée L É G I S L ATIVES 2012 1 les résultats des votes du second tour PS 10 sièges Jérôme Guillas résultats. Le PS conquiert la majorité absolue pour la première fois depuis 1981. opposition. L’UMP limite la casse, tandis que le FN parvient à faire élire trois députés. qui est devant nous est immense. Rien « l’œuvre ne sera facile », a lancé Jean-Marc Ayrault. Le Parti socialiste a néanmoins réussi son pari. Gagner la majorité absolue à l’Assemblée nationale avec 314 sièges répartis entre le parti de la rue de Solferino et ses proches alliés. Ajoutés aux 10 sièges du Front de gauche (qui ne pourra pas constituer de groupe parlementaire) et aux 17 d’Europe Ecologie-Les « Face à une gauche qui désormais détient tous les pouvoirs, nous serons sans complaisance. C’est le temps de la reconquête qui commence. » Jean-François copé, secrétaire général de l’UMP, hier soir. 17 sièges 314 sièges Verts, ils permettent à François Hollande et à Jean-Marc Ayrault d’avoir les coudées franches pour imposer lois et réformes. Une victoire ternie par le ridicule vaudeville de La Rochelle, où se jouait une triangulaire Falorni-Royal-Trierweiler fatale à la présidente de la Région Poitou-Charentes. L’UMP, de son côté, obtient 215 sièges, et son allié naturel du Nouveau Centre enverra 14 députés au Palais-Bourbon. Une défaite honorable pour la droite, même si quelques poids lourds de l’ancienne aFP 577 sièges* 151 C’est le nombre de femmes qui siégeront à l’Assemblée nationale, selon les résultats définitifs. Un chiffre sans précédent en France, même si la parité est encore loin. 2 sièges 215 sièges majorité, comme Claude Guéant, Nadine Morano ou Hervé Novelli, ont été battus. Marion Le Pen, la benjamine Le Front national, malgré la défaite de sa présidente, Marine Le Pen, dans la 11 e circonscription du Pas-de-Calais, obtient 3 sièges à l’Assemblée : Gilbert Collard dans la 2 e du Gard, Jacques Bompard (Ligue du Sud) à Orange et Marion Maréchal-Le Pen dans la 3 e du Vaucluse. Elle devient la benjamine de l’Assemblée, comme son grand-père le fut en 1956 à l’âge de 27 ans. Une première depuis 1997 et Jean-Marie Le Chevallier, dont l’élection avait été invalidée par la suite. Pour le MoDem de François Bayrou, c’est en revanche la bérézina. A l’image de son président, battu à Crédit Photo Mot Front clé de gauche Vers Attaque. une Texte. réforme des groupes parlementaires ? Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de gauche, qui n’obtient que 10 députés, a demandé hier soir que le seuil soit abaissé. Il est actuellement fixé à 15 députés. NOUVEAU CENTRE 14 sièges UMP SoUrCe : MiNiStère de L’iNtérieUr 3 sièges DIVERS 2 sièges Pau dans la 2 e circonscription des Pyrénées-Atlantiques, le parti centriste, avec deux députés seulement, n’a pas su séduire les électeurs. Une claque pour un homme qui a su entraîner près de 10% de votants derrière lui en mai et qui a décidé de « prendre du recul ». Passée sous silence au presque, l’abstention a encore une fois frappé un grand coup hier au soir. Près de 45% des 42 millions d’électeurs n’ont pas déposé de bulletin dans l’urne : un désaveu manifeste de la classe politique. Les absents ont toujours tort, diront les principaux concernés. Mais beaucoup de Français ont envoyé un message très clair : ils ne se sentent pas représentés par les candidats de leur circonscription. Il faudra, un jour, en tenir compte.§
lundi 18 juin 2012 www.metrofrance.com événement afp Crédit phOtO ségolène Royal, hier. afp Mot Particlé socialiste Attaque. Martine Aubry Texte. salue une victoire qui « oblige et honore ». « Les Français ont amplifié la demande de changement », a estimé la première secrétaire du PS. « C’est pour nous un devoir de réussir ce redressement dans la justice », a-t-elle ajouté hier soir sur France 2. La Rochelle : Royal à l’amer défaite. Elle n’a pas versé de larmes comme le soir de sa déconvenue à la primaire. Mais la défaite est particulièrement dure à digérer pour Ségolène Royal. Chose inédite, c’est dès 19 h 50, alors que les médias ne pouvaient encore divulguer aucun résultat, que la présidente de la Région Poitou-Charentes a pris la parole pour annoncer qu’elle était sèchement battue par le dissident socialiste Olivier Falorni à La Rochelle. Elle ne voulait pas « porter ombrage » à la victoire du PS, a-t-elle expliqué ensuite... Peut-être a-t-elle clamé trop fort ses ambitions pour la présidence de l’Assemblée. Peut-être le tweet d’encouragement de Valérie Trierweiler à Olivier Falorni, en transformant l’entre-deux-tours en « psychodrame » national, a-t-il pesé. « Ça n’a pas arrangé les choses », s’est-elle contentée de commenter hier. Ségolène Royal a gardé la tête haute. Mais elle a laissé éclater son amertume en dénonçant une « trahison politique ». « C’est un député de droite qui est élu », a-t-elle lancé à propos de son rival, qui a reçu le soutien de responsables locaux de l’UMP. « Je suis un socialiste », a martelé celui-ci. Son premier jour aux côtés de ses camarades sur les bancs de l’Assemblée s’annonce tendu. Sonnée mais pas KO Ségolène Royal a une nouvelle fois fait étalage de son caractère de battante. Elle a assuré qu’elle « n’excluait rien » et qu’elle « réfléchissait à toutes les possibilités » lui permettant de « se mettre au service du pays ». Même la direction du PS. L’avenir de l’ex-candidate à la présidentielle est néanmoins « compliqué » selon Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d’OpinionWay : « Pour la première fois, il ne dépend plus d’elle. » D’après le politologue, « le PS va être obligé de lui trouver une place, mais il n’en reste pas tant que cela. La question d’une entrée au gouvernement pourrait donc se poser, à terme ». Celle qui s’était autoproclamée « femme debout » en 2007 n’est pas KO. §Gilles Daniel Crédit afp phOtO BaLtEL/Sipa Mot Présidence clé Attaque. Qui occupera Texte. le perchoir ? Après les chutes de Jack Lang et de Ségolène Royal, candidats déclarés, le match est plus ouvert que prévu. Jean Glavany (photo) est pressenti, mais le rôle pourrait aussi intéresser Elisabeth Guigou et Claude Bartolone. Au bouLot ! tribune Nous y sommes… Après une année électorale riche en rebondissements, tout se déroule finalement selon un schéma très classique : alternance à l’Elysée et confirmation électorale aux législatives. Enfin, diront certains, les difficultés commencent. La crise économique a été quelque peu l’oubliée de la campagne présidentielle. Son retour dans les esprits va être brutal, avec son cortège de plans sociaux et la crise de l’euro. Le PS dispose maintenant, avec ses proches alliés, de tous les FRançois Bachy, chef du service politique de tF1-LCI 3 titre sur le Web Texte. Crise : François Hollande miserait sur un pacte européen de 120 milliards d’euros pour relancer la croissance. CaboChon à lire sur titre metrofrance.com/xxxxx metrofrance.com/crise pouvoirs : il sera jugé sur ses résultats, et sa responsabilité est entière. La droite a devant elle un grand chantier, celui de sa reconstruction. A trop flirter avec les électeurs et les valeurs du FN, elle a perdu les élections, mais aussi une part de son identité. Le poison de la déstabilisation est là. Enfin, pour le président de la République, il lui faut réconcilier les Français avec eux-mêmes. Ils ont exprimé le souhait de la cohérence, et donc de l’efficacité. Ils ont aussi adhéré à la présidence normale. Ne pas les décevoir est plus qu’un pari, c’est un devoir. §



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :