Metro News Paris n°2234 15 jun 2012
Metro News Paris n°2234 15 jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2234 de 15 jun 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 6,8 Mo

  • Dans ce numéro : Johnny remonte sur le ring

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
vendredi 15 juin 2012 2 événement www.metrofrance.com 1 sport Euro de foot : les Bleus montent en pression Patrice evra et Franck Ribéry à l’entraînement, hier. AFP « Nous voulons passer le premier tour. Cela va sans dire. Et après, je nous vois même en finale. » anatoli tymoschuk, milieu de terrain ukrainien et joueur du Bayern Munich. xxxx 10,2 C’est, en millions, le nombre de téléspectateurs qui ont regardé France-Angleterre sur TF1 lundi. C’est la 3 e meilleure audience de la chaîne en 2012. LES FAITS. Les hommes de Laurent Blanc affrontent ce soir une équipe d’Ukraine qui n’a « peur de personne ». CONTEXTE. Après le nul concédé face à l’Angleterre, les Français doivent gagner pour s’assurer une place en quarts. emmanuel Bousquet, à Donetsk l’heure n’est plus à la gamberge. Depuis le début de l’Euro, Laurent Blanc essaie de ménager ses troupes. Mais hier à Donetsk, à la veille du match face à l’Ukraine, le sélectionneur a exhorté ses garçons à lâcher les chevaux s’ils veulent aller loin dans cette compétition. A mettre au placard la « timidité » qui leur a été reprochée lors de leur entrée en lice face aux Anglais lundi dernier (1-1) : « Quelle que soit l’équipe et les postes, je leur dis : lâchez-vous et jouez en pleine confiance ! », a martelé le coach. « Peur de personne » D’abord, il lui a fallu dédramatiser le rendez-vous capital de ce soir. Pourtant, dans ce groupe D, les Bleus n’ont plus le choix. Bien sûr, ils peuvent ne pas perdre. Et donc, tout miser – la qualification, le rachat de l’équipe de France de l’après Knysna – sur l’ultime rencontre de la phase de poule face à la Suède, mardi. Cette hypothèse, Blanc l’envisage : « On va se préparer pour gagner. On attendra le résultat de l’autre match, mais quoi qu’il arrive [ce soir], c’est le dernier match qui sera décisif et capital. UKRAINE- FRANCE à 18 heures sur M6. Portes ouvertes « Téléfoot » au cœur des Bleus. Dimanche 17 juin, à 11 heures sur TF1, l’équipe de France reçoit « Téléfoot » pour un direct depuis Kircha, leur camp de base. Coulisses, interviews et analyses, vous saurez tout de l’actualité des Bleus. Surtout s’il n’y a pas de gagnant » Une chose est sûre : les Ukrainiens « n’ont peur de personne », comme le répète le mentor soviétique Oleg Blokhine. Ils ont annoncé qu’ils ne se contenteraient pas du point du match nul. Car s’ils battent les Français (ce qui n’est jamais arrivé en six confrontations) dans la touffeur de la Donbass Arena, les Ukrainiens seront en quarts de finale de « leur » Euro. Piquer les joueurs au vif Alors Hugo Lloris, le capitaine, essaie de ne pas écraser ses partenaires sous la pression. Mais il finit par concéder que « dans notre situation, on a très peu de calculs à faire ». Dans une ambiance évidemment hostile, les Bleus vont devoir se transcender. Pour atteindre cet état, Laurent Blanc va piquer ses joueurs au vif. On les dit talentueux, mais cette génération n’a encore rien prouvé : « Il faut avoir la personnalité et le caractère pour faire sur le terrain ce qu’on a préparé. Le grand joueur est toujours présent dans les compétitions majeures. Si l’équipe de France a des grands joueurs, il va falloir le démontrer... » Un bon coup de pression. § Retrouvez les autres matchs de l’Euro dans la rubrique Sports
vendredi 15 juin 2012 www.metrofrance.com événement afp Andriy Shevchenko. afp Mot Au frais clé Coup Attaque. de chaud Texte. sur l’équipe de France. Face aux fortes températures à Donetsk (plus de 33 °C), les Bleus ont adapté leur préparation. Après avoir été plongés dans des bacs à –160 °C, les coéquipiers de Franck Ribéry (photo) ont mis des « cryovestes » rafraîchissantes lors des entraînements. Shevchenko, le héros du peuple PORTRAIT. Son visage apparaît toujours en premier plan sur les panneaux publicitaires à Donetsk, où la France défie l’Ukraine, aujourd’hui. En « 4 x 3 » pour un soda ou au-dessus d’une de ces grandes artères rectilignes pour une compagnie de téléphone, le footballeur ukrainien Andriy Shevchenko, aujourd’hui, c’est surtout ça : une tête de gondole en bout de course mais reconnue à l’international, grâce à ses huit saisons passées au Milan AC et à un passage, raté, à Chelsea. Roman Abramovitch, propriétaire du club londonien, avait alors cassé sa tirelire pour s’attacher les services du serial buteur. A 35 ans, revenu dans le club de ses débuts à Kiev, le Ballon CHESNOT/SIpa Les pieds sur terre Oleg Blokhine ne s’emballe pas. Malgré la victoire des Ukrainiens face à la Suède (2-1), le sélectionneur des synyo-zhovty (les Jaune et Bleu) a sermonné ses joueurs : « Ils ont été un peu surpris que je ne sois pas content lors du débriefing. (...) Mais il n’y a aucune raison de se mettre à planer », a-t-il confié. d’or 2004 n’était plus que l’ombre de lui-même. « On avait énormément de doutes sur lui, raconte Viktor Sokolo, le journaliste local de TV Channel Football. Il a passé la moitié de la saison à soigner une blessure au dos et quand, enfin, il a pu rejouer pour le Dynamo, il n’était pas très bon, moins décisif. Et surtout beaucoup plus lent. On pensait qu’il était fini. La question était de savoir qui allait avoir la responsabilité de l’attaque. » TITResur le web Texte. Découvrez l’Ukraine et l’Euro à travers les yeux d’un couple franco-ukrainien. 3 CAbOChOn à lIResur TITRe metrofrance.com/xxxxx metrofrance.com/ukraine Une statue pour Sheva ? Et si, avant le début de l’Euro, les supporters des des Jaune et Bleu misaient davantage sur Marko Devic, un attaquant de 28 ans, le sniper des surfaces a montré qu’il avait encore quelques cartouches. Titulaire lundi dernier, Sheva a inscrit un doublé face à la Suède. En tête du groupe D grâce aux 47 e et 48 e buts (en 109 sélections) de son attaquant vedette, c’est tout un pays qui s’est mis à y croire. Dans la capitale des mineurs – comme partout ailleurs en Ukraine – Shevchenko Avenue est encore dédiée à Taras, le poète et peintre du même nom à qui l’on doit le réveil national du pays au XIX e siècle. Si Shevchenko, le footballeur n’a pas encore sa statue, comme le mineur Stakhanov ou encore le perchiste Sergueï Bubka, une victoire ce soir face aux Bleus l’en rapprocherait.§E.B



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :