Metro News Paris n°2478 30 sep 2013
Metro News Paris n°2478 30 sep 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2478 de 30 sep 2013

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 300) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : travail du dimanche... le gouvernement joue l'ouverture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
lundi 30 septembre 2013 2 événement www.metronews.fr 1 sur metr a:,:t `171 news.fr MONDE Une Pussy Riot à l’hôpital. Nadejda Tolokonnikova, une activiste russe emprisonnée depuis août 2012, a été hospitalisée hier après sept jours de grève de la faim. Ses proches, inquiets, disent ignorer son état de santé actuel. Travail dominical Les ministres ne vont pas chômer OPPOSITION. Malgré une récente décision de justice, Leroy Merlin et Castorama ont maintenu hier l’ouverture de leurs magasins en ile-de-France. CONCERTATION. Face à ce coup de pression, le gouvernement joue l’apaisement : une réunion sur le sujet doit avoir lieu ce matin à Matignon. nicolas vanel si les enseignes de bricolage ne chôment pas le dimanche, le gouvernement, lui, s’active le lundi. Ce matin, à Matignon, Michel Sapin (ministre du Travail), Benoît Hamon (ministre délégué chargé de la Consommation), Sylvia Pinel (ministre du Commerce) et Pierre Moscovici (ministre de l’Economie) doivent se réunir. Le thème de cette rencontre ministérielle : le travail dominical. La veille, Castorama et Leroy Merlin ont en effet mis la pression sur le gouvernement. Mobilisées depuis plusieurs mois pour défendre leur droit d’ouvrir le dimanche, les deux enseignes de bricolage ont ouvert leurs portes et bravé la décision de justice. Cette dernière, rendue trois jours plus tôt, les contraint à fermer quinze de leurs magasins franciliens le dernier jour de la semaine. En ouvrant, elles s’exposent à une astreinte de 120 000 euros par jour et par magasin même si, hier, tous les établissements visés ont obtenu une autorisation d’ouverture. « Millefeuille réglementaire » C’est avec un café et une pétition que leurs salariés, partie prenante de ce combat, ont accueilli les clients. « Il y a une forte mobilisation », se réjouit Gérald Fillon, porte-parole du collectif des Bricoleurs du dimanche, qui regroupe les travailleurs dominicaux des deux enseignes. « On est volontaires pour travailler le o DIAPORAMA Hier, quatorze magasins de bricolage de région parisienne étaient ouverts, comme le castorama de Fresnes. MEUNiER aURELiEN/sipa dimanche, on a mené des négociations avec nos entreprises, on a un repos compensateur et on est payés plus. Pourquoi alors nous interdire de travailler ? », s’interroge auprès de metronews ce salarié, dénonçant l’imbroglio autour du travail dominical. Difficile en effet d’y voir clair dans la législation actuelle, entre les dérogations préfectorales, les périmètres urbains de consommation exceptionnels (Puce) ou « les cinq dimanches du maire », qui À PLAN-DE-CAMPAGNE, LE DIMANCHE C’EST L’AFFLUENCE Chaque dimanche, c’est le même rituel. Sitôt le déjeuner terminé, des milliers de Marseillais et d’Aixois se pressent pour faire leurs emplettes à Plan-de-Campagne (Bouches-du- Rhône), l’une des plus grandes zones commerciales d’Europe. La fréquentation dominicale donne le tournis : sur les 2 millions de consommateurs mensuels, près de 30% viennent le dimanche, soit environ 150 000 personnes. Un vrai succès, même si l’ouverture des commerces ce jour-là s’est faite au forceps, se rappelle Tony Sessine, le président de l’association des commerçants de Plan-de-Campagne. « Il a fallu trouver un accord avec les syndicats, qui y étaient opposés. » Pendant des mois, les négociations échouent, mais la revalorisation salariale met tout le monde d’accord : tout salarié employé le dimanche touche 110 à 120% du Smic horaire. Depuis la mise en place de cet accord, en 2009, la grogne des syndicats a été calmée par les créations d’emploi. « La pérennisation de l’ouverture des Menacé par des islamistes, le concours Miss Monde organisé à Bali a vu le sacre de Miss Philippines. La Française Marine Lorphelin finit 2e. donnent à certains magasins la possibilité d’ouvrir le dimanche. Face à cette fronde, le gouvernement se montre donc prêt à jouer l’apaisement. Bien que « défavorable » à la généralisation du travail le dimanche, le ministre chargé du Budget, Bernard Cazeneuve, a estimé qu’il fallait « créer les conditions d’un dialogue ». « A l’évidence, le statu quo n’est pas tenable », jugeait hier la ministre de la Santé, Marisol Touraine.§ commerces le dimanche a attiré une cinquantaine de nouvelles enseignes sur la zone », indique Tony Sessine. En termes de salariés, cela représenterait « près d’un millier d’emplois créés, dont 80% en CDI », poursuit-il. Si l’ouverture dominicale profite surtout aux étudiants, les employés en semaine y trouvent aussi leur compte, explique le président de l’association des commerçants. « Un employé qui travaille le dimanche gagne 300 à 400 euros de plus chaque mois. » §MicHel Bernouin sipa
lundi 30 septembre 2013 www.metronews.fr événement FRANCE Bayrou s’éloigne de Hollande et se rapproche de Borloo. Déçu par les « promesses » non tenues du chef de l’Etat depuis près d’un an et demi, le président du MoDem a plaidé hier pour un rassemblement du centre. Cette union entre l’UDI et son parti ne serait pas guidée par « la ruse » mais par la « bienveillance ». TE PACTE ruEsENIE DÉCOUVREZ LA FEMME DERRIÈRE LA LÉGENDE NAOMI WATTS DIANA UN FILM DE OLIVER HIRSCHBIEGEL téva aufernilliMX MY TFi News metrenews MEM ``,3,fe Plid6 PAR LE RÉALISATEUR DE « LA CHUTE » RETROUVEZ TOUS CES SUJETS SUR metronews.fr/video ZAP Ivre, il tombe sur les rails du métro de Boston. En moins d’une minute, des inconnus le secourent. metr news 3 Les policiers suédois Les Femen s’invitent à la évacuent des supporters Fashion Week de Paris. agités grâce à... un Mais leur tenue ne plaît escalator à pleine vitesse. pas à tout le monde. A Paris, les petits commerçants sont divisés REPORTAGE. Le dimanche matin, la rue des Martyrs (IX e arrondissement de Paris) fourmille de monde. Elle est située entre les grands magasins et la butte Montmartre, et le charme de ses petites boutiques de proximité a même été célébré par le New York Times. A partir de 13 heures, la rue se vide progressivement : c’est l’heure à laquelle les commerces de bouche doivent fermer. Alors, ici, forcément, tout le monde a un avis sur le travail dominical. « Moi, je n’ai rien contre, explique une fleuriste, à condition que ça soit sur la base du volontariat, pour éviter les abus. » Le dimanche, elle assure recevoir « autant de clients, voire plus, qu’en semaine ». Un peu plus bas, le jeune gérant de la boutique Autour du saumon est plus catégorique. « Je suis seul jusqu’à 20 heures mais, si je pouvais employer quelqu’un, je le ferais sans hésiter. Quitte à payer double. » Pour lui, la loi, en plus d’être « compliquée », est « préhistorique ». « Les gens veulent travailler. Alors qu’on les laisse faire », soupire-t-il. « Moi, je ne comprends rien » A Paris, la loi est en effet complexe. Il y a sept zones touristiques, où les magasins ont le droit d’ouvrir le dimanche. Partout ailleurs, les commerces de bouche sont ouverts jusqu’à 13 heures, comme les marchés. Les autres boutiques peuvent rester ouvertes, mais seulement si c’est le patron qui travaille, il n’a pas le droit de prendre un employé. Clémence, qui a ouvert une boutique de vêtements éthiques, hausse les épaules : « Moi, je ne comprends rien. Alors, ici, je fais comme tout le monde, je ferme en début d’aprèsmidi. » La mairie assure que 20% de la surface commerciale parisienne est ouverte le dimanche, soit environ 15 000 enseignes. Rue des Martyrs, certains commerçants trouvent d’ailleurs que c’est largement suffisant. « On a aussi une vie de famille ! souffle une fromagère. A un moment, il faut savoir s’arrêter. » §cerise sudry-le dû



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :