Metro News Paris n°2313 23 nov 2012
Metro News Paris n°2313 23 nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2313 de 23 nov 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 10,2 Mo

  • Dans ce numéro : Femmes battues, brisez le silence !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
vendredi 23 novembre 2012 4 événement www.metrofrance.com 1 « Je crains l’émotion, je suis un ours, je voudrai vite rentrer dans ma tanière après, ne pas trop le montrer. » François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT, qui passera la main le 29 novembre à son successeur Laurent Berger. aFP 14% C’est la hausse de la violence scolaire en septembre 2012 d’après la Fédération des autonomes de solidarité (FAS). Procès Le « gourou » de Montflanquin fait appel. Thierry Tilly avait été condamné à huit ans de prison dans l’affaire des « reclus de Montflanquin », et son complice présumé Jacques Gonzalez, à quatre ans. Ils ont décidé de faire appel du jugement rendu le 13 novembre dernier à Bordeaux. violences faites aux femmes Chuuut... ils frappent Rassemblement. Les associations appellent à manifester dimanche à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. contexte. Un sujet encore tabou en France, bon nombre de faits se déroulant dans l’intimité même du couple. maud vallereau « Il faut une volonté politique forte pour arrêter ce fléau. » Françoise Brié et maya surduts, militantes. un bourreau des cœurs, au sens propre « C’était comme au figuré. Quand je l’ai rencontré, toutes les femmes le trouvaient séduisant. Mais c’est moi qu’il a demandée en mariage. » Pour le meilleur et surtout pour le pire. Car, durant vingt ans, les coups pleuvent, les humiliations se répètent. Les viols aussi. « Quand il s’est mis à frapper notre fille, ça a été l’électrochoc. Je l’ai quitté. » Pauline fait partie des 600 000 victimes* de violences conjugales. Mais seule une femme sur dix porte plainte. « Par peur, parce qu’elles ont honte, parce qu’elles pensent que ça ne servira à rien », résume Françoise Brié, porte-parole de la Fédération nationale solidarité femmes. « Le regard porté sur les violences faites aux femmes a évolué, mais il y a encore du chemin pour faire taire les stéréotypes du genre « elle l’a bien cherché » », explique-t-elle à Metro. l’an dernier, en France, 600 000 femmes ont été victimes de violences conjugales. siPa Prévention dès l’enfance On estime à 75 000 le nombre de femmes violées chaque année en France. Contrairement aux idées reçues, 80% des viols sont commis par un proche. « La violence reculera lorsque les relations au sein du couple seront vues sous un angle égalitaire. On ne peut pas lutter contre les violences si l’on ne considère pas qu’il y a un problème de statut de la femme dans la société », estime Françoise Brié. Maya Surduts, porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes, préconise un travail en amont : « Si l’on veut avoir des résultats significatifs, il faut accorder une place importante à la prévention, à une éducation non sexiste, à un travail dès la petite enfance sur les représentations fille/garçon. » Dimanche, aux côtés de nombreuses autres associations, ces militantes manifesteront pour réclamer une loi-cadre. « Briser la loi du silence » « Il faut une volonté politique forte avec des moyens financiers pour arrêter ce fléau », font-elles valoir. Pauline aussi descendra dans la rue. « Il faut briser la loi du silence, dit-elle. C’est seulement comme ça que j’ai pu sauver ma peau. » L’an passé, 122 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint. § Données 2010-2011 de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. « aideR un auteuR de violences, c’est aideR une victime » Mettre des mots sur les coups. Le psychologue Alain Legrand travaille avec les auteurs de violences. Une « nécessité » pour protéger les femmes victimes selon ce président de la Fédération nationale des associations et des centres de prise en charge d’auteurs de violences conjugales et familiales (Fnacav). « La sanction ne suffit pas à arrêter le processus violent, explique-t-il. Tôt ou tard, il recommencera ». Environ 140 hommes, « issus de tous milieux sociaux », ainsi qu’une minorité de femmes, sont soignés dans son centre chaque année via des groupes de parole ou des thérapies individuelles. « Pour une moitié, c’est une obligation de soins. Pour l’autre, ce sont des hommes qui ont fait la démarche parce que leur femme est prête à les quitter », précise Alain Legrand. S’ils sont d’accord sur le fait « qu’ils n’auraient pas dû être violents, ils légitiment leur geste », poursuit le psychologue. Pour eux, ce n’est pas gratuit, « c’est à cause d’elle ». Le travail est parfois long mais les résultats, significatifs. « Certains vont complètement changer leur relation aux autres et parvenir à sortir de la violence ».
vendredi 23 novembre 2012 www.metrofrance.com événement 5 Afp Justice Brice Hortefeux à l’amende. L’ancien ministre UMP a été condamné hier à 5 000 euros d’amende avec sursis pour « menace ». En septembre 2011, il avait dit dans un hebdomadaire que l’avocat des familles de victimes de l’attentat de Karachi, M e Olivier Morice, « devrait être fracassé ». Son avocat a immédiatement fait appel du jugement du tribunal correctionnel de Paris. CréDit photo Votre aVis Alain Juppé doit-il prendre les rênes de l’UMP pour éviter une scission ? 67% oui 33% Non à suiVre dans le Forum citoyen de Wendy Bouchard, dimanche de 18 h 30 à 20 heures sur titre sur le web Texte. La Nasa, l’agence spatiale américaine, a annoncé que son robot Curiosity avait fait une découverte majeure lors de son exploration de Mars... CaboChon à lire sur titre metrofrance.com/xxxxx metrofrance.com/mars « Quelque chose pèche dans le dispositif » Interview A quelques jours de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femme, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, fait le point sur les mesures à venir. Le 30 novembre vous allez annoncer des mesures pour lutter contre les violences faites aux femmes. Quelles sont les principales ? Les femmes doivent être protégées par la voie pénale quand elles portent plainte, avec des procédures pénales rapides, des sanctions fermes et un meilleur suivi des auteurs pour prévenir la récidive. Mais également quand aucune plainte n’est déposée, par la voie civile. A cet égard, nous avons depuis 2010 un très bon dispositif législatif, l’ordonnance de protection, mais qui est insuffisamment appliqué. On va le réactiver. Nous travaillons également avec Cécile Duflot au renforcement des capacités d’accueil dans les hébergements d’urgence mais aussi à la réservation de logements sociaux pérennes. Enfin, les téléphones portables d’urgence seront généralisés à l’ensemble du territoire en 2013. Vous songez également à mieux former les acteurs intervenant auprès des victimes ? Quand une femme vient enfin déposer plainte et que cela se termine par Najat Vallaud-Belkacem. Afp une simple main courante, cela veut dire que quelque chose pèche dans le dispositif. On doit se poser la question de l’accueil réservé à ces situations dans les commissariats, les gendarmeries. Je pense également aux professionnels de santé qui doivent être formés à mieux détecter les violences conjugales. Nous organisons aujourd’hui une réunion de travail avec 500 professionnels de tous les secteurs qui va justement lancer la construction d’un plan de formation interdisciplinaire. Pourquoi les violences conjugales restent-elles un sujet tabou ? On a trop souvent tendance à considérer qu’elles sont de l’ordre du privé. Pourtant, les violences intrafamiliales sont très répandues. Il faut donc inciter les femmes à parler mais aussi leur entourage. Nous allons mener des campagnes de prévention pour que tout le monde prenne conscience qu’il s’agit d’une responsabilité collective. §propos recueillis par M.V



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :