Metro News Paris n°2255 31 aoû 2012
Metro News Paris n°2255 31 aoû 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2255 de 31 aoû 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : SAS Publications Métro France

  • Format : (235 x 301) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,2 Mo

  • Dans ce numéro : Les Roms priés de décamper

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
vendredi 31 août 2012 16 CULTURE www.metrofrance.com 3 musique boris tampigny cest l’histoire d’une résurrection. Groupe le plus excitant de sa génération, avec un premier album référence (Silent Alarm, 2005), Bloc Party a ensuite perdu la main avec deux albums peu inspirés, A Weekend in the City (2007) et Intimacy (2008). La formation est même passée près de la dissolution en septembre 2011. A l’époque, le guitariste Russell Lissack confiait en effet au magazine NME que le groupe allait poursuivre sa route sans son leader, Kele Okereke. « Ce n’est un secret pour personne, Kele a commencé une carrière en solo, et il va continuer encore longtemps. On aimerait bien engager un nouveau Box-office The Expendables 2 cartonne. Le deuxième volet de la saga d’action s’installe à la première place du classement avec près d’un million de spectateurs en seulement une semaine. sortie. Après avoir frôlé la séparation il y a à peine un an, le groupe anglais revient aux affaires avec l’album Four, la vraie bonne surprise de la rentrée musicale. rock. Chronique d’un come-back fracassant. chanteur pour reprendre les concerts », annonçait alors le musicien. Heureusement pour les fans du combo, il n’en fut finalement rien. Une pause salutaire « Au bout d’un moment, Kele a décidé de se remettre au travail avec nous, nous a confié Matt Tong, le volubile batteur du groupe, lors de son passage au festival Rock en Seine il y a une semaine. Il nous a dit que sa carrière en solo lui avait servi d’exutoire mais que le groupe lui manquait. Il voulait qu’on se débarrasse de nos futilités et qu’on crée des chansons qui nous ressemblent, fidèles à l’image que l’on renvoie sur scène. » Le résultat ? Un quatrième album Cinéma Tommy Lee Jones récompensé. L’acteur américain recevra un prix d’honneur pour l’ensemble de sa carrière lors de la 60 e édition du Festival international de cinéma de Saint- Sébastien, qui se tiendra du 21 au 29 septembre prochain. dense et agressif, un retour aux sources jouissif qui tranche avec les digressions électro du leader du groupe. « A nos débuts, on n’aurait jamais pensé se lancer dans des tonalités proches de groupes comme Nirvana ou Led Zeppelin », surenchérit le batteur. Surtout, les musiciens ont passé ces quatre dernières années à se vider la tête, chacun dans son coin avec un projet personnel différent, une respiration salutaire. « Prendre congé du on adore sur le web Ryan Gosling passe derrière la caméra. La star de Drive réalisera le film How to Catch a Monster, avec Christina Hendricks au casting. plus d’infos sur metrofrance.com/gosling De gauche à droite : russel Lissack, matt tong, gordon moakes et Kele okereke. CooperAtive mUsiC Bloc Party c’est reparti ChArles sykes/Ap/sipA groupe et de la musique en général pendant aussi longtemps nous a fait réaliser que ce n’était pas si effrayant que ça, poursuit Matt. On s’est rendu compte de notre chance d’avoir un public toujours aussi fidèle. Cet album reflète le côté patient du groupe, on voulait se faire plaisir, se retrouver pour les bonnes raisons. On n’a ressenti aucune pression, on n’était pas contraints de l’enregistrer ». Le début d’un nouveau cycle ? § Un retour sur les chapeaux de roues Bloc Party a bien changé. Le songwriting sensible et élégant des débuts du groupe a laissé place à une fureur de tous les instants. L’énorme titre d’ouverture, « So he begins to lie », est la preuve éclatante que la formation est remontée à bloc comme jamais, prête à en découdre en live. Le transperçant « 3X3 », le virulent morceau de clôture « We are not good people », ou encore l’électrique « Coliseum » sont autant de raisons de se réjouir de ce retour en force.§b.t. Four, cooperative music, 16,50 euros.
vendredi 31 août 2012 www.metrofrance.com CULTURE 17 L’Amérique pique sa crise à Deauville Festival trois cents ! C’est le nombre de longs métrages que visionne annuellement Bruno Barde pour établir la sélection du Festival du film américain de Deauville dont il est le directeur. Un rendez-vous incontournable qui s’ouvre ce soir avec la projection de Robot and Frank, de Jake Schreier. « Les années précédentes, les cinéastes se sont interrogés sur le devenir de leurs enfants à travers l’adolescence, explique-t-il. Cette 38 e édition marque un tournant avec des auteurs qui constatent les dégâts des crises successives, une époque où l’indifférenciation entre le bien et le mal devient la boussole d’un monde perdu. » six réalisateurs débutants Une tonalité rappelant le poétique mais déliquescent Les Bêtes du Sud sauvage, du novice Benh Zeitlin, Caméra d’or encensée par Barack Obama et Oprah Winfrey, qui pourrait bien succéder à Take Shelter au palmarès. Ce drame à la lisière du fantastique, tourné dans une Louisiane en ruine, sera Les Bêtes du Sud sauvage de Benh Zeitlin, l’un des films les plus attendus. arp sélection confronté au meilleur du cinéma d’outre-Atlantique, pour le plus grand bonheur d’un jury cinéphile présidé par Sandrine Bonnaire. A noter que sur les 15 films en lice pour le Grand Prix, six sont l’œuvre de réalisateurs débutants. Depuis 1975, les célèbres planches deauvillaises sont devenues le point d’ancrage du cinéma made in US, grâce notamment à une programmation riche en avant-premières, rétrospectives, documentaires ou masterclass. « Deauville n’a pas de concurrent. Il est unique dans sa volonté et dans sa réalisation », soutient Bruno Barde. Une politique d’exigence lui permettant de tenir la distance face aux festivals concurrents comme la Mostra de Venise, qui se déroule au même moment. Et de continuer à attirer des stars, à l’instar d’un cru 2012 incluant Salma Hayek, Harvey Keitel, Jeremy Renner, Liam Neeson ou William Friedkin, le réalisateur culte de L’Exorciste. Rien que ça. §MehDi OMaïs, À DEAUVILLE retrouvez la sélection sur metrofrance.com/deauville



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :